Page d'accueil > A la une
Pour un avenir radieux des relations sino-européennes
--Song Tao, Vice-Ministre des Affaires étrangères
2012/10/31
 

Depuis ma prise de fonctions en tant que Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères en charge des affaires européennes il y a plus de huit mois, j'ai déjà effectué une dizaine de visites en Europe. À chacune de ces visites, j'ai pu voir les efforts déployés par l'Europe pour faire face à la crise de la dette et constater que les mesures prises sont en train de produire des effets. Je m'en réjouis. Depuis le début de la crise de la dette européenne, la Chine a toujours apporté à l'Europe un soutien sans réserve et lui a accordé des aides dans la mesure du possible, en fournissant 43 milliards de dollars américains au FMI, en achetant des obligations et en augmentant ses importations d'Europe. Ce qui, à mon avis, est dans le sens même du partenariat stratégique global sino-européen.

L'année prochaine, nous allons célébrer ensemble le 10e anniversaire de l'établissement de ce partenariat. Au cours de ces dix dernières années, malgré les aléas de la situation internationale, les relations sino-européennes ont poursuivi une trajectoire ascendante et enregistré de nouveaux progrès importants. Les échanges fréquents entre les dirigeants ont permis de renforcer la compréhension et la confiance mutuelles entre les deux parties. Le volume du commerce sino-européen a été doublé en dix ans pour atteindre 560 milliards de dollars. Et sur les questions planétaires dont le changement climatique, la Chine et l'Europe ont maintenu d'étroites consultations et concertations.

La Chine soutient fermement l'intégration européenne. Nous estimons depuis toujours qu'une Europe unie, stable et prospère est dans l'intérêt du monde et de la Chine. Au pire moment de la crise de la dette européenne, quand certains commentateurs internationaux, y compris européens, faisaient un grand tapage sur l'« effondrement de l'euro » et la « désintégration de l'Union européenne », la Chine n'a jamais changé son point de vue sur l'Europe et a toujours gardé confiance dans l'avenir de l'intégration européenne. Comme l'a dit le Premier Ministre chinois Wen Jiabao, la Chine est un ami et un partenaire fiables de l'Union européenne.

L'avenir des relations sino-européennes sera encore plus radieux. Avec le développement continu de la Chine, les perspectives de coopération entre la Chine et l'Europe seront de plus en plus vastes, car la demande chinoise de produits, de technologies et d'investissements européens augmentera davantage. Il est donc nécessaire pour nous de dresser un nouveau plan de coopération dans les domaines du commerce, de l'investissement, de la finance, de l'urbanisation et du développement durable, de réfléchir sur la possibilité de créer une zone de libre-échange sino-européenne et de travailler, sur la base du principe du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques, à régler adéquatement les problèmes et différends afin de transformer en réalité l'énorme potentiel de coopération entre les deux parties au bénéfice de nos peuples.

Pour un meilleur avenir des relations sino-européennes, il nous faut aussi œuvrer ensemble pour préserver un environnement international de paix et de stabilité. La Chine et l'Europe ont toutes deux connu les souffrances de la Seconde Guerre mondiale et nos peuples ont été tous victimes de la guerre. Personne ne comprend mieux que nous que la paix est précieuse, et personne ne chérit plus que nous l'environnement pacifique d'aujourd'hui.

Ces derniers temps, la question des Diaoyu Dao a attiré l'attention de nos amis européens. La Chine possède une souveraineté incontestable sur Diaoyu Dao et ses îlots affiliés, qui font partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité. Vers la fin du 19e siècle, le Japon s'est emparé de ces îles par la guerre de 1894 contre la Chine. Après la Seconde Guerre mondiale, des actes juridiques internationaux, notamment la Déclaration du Caire et la Déclaration de Postdam, exigent que le Japon restitue à la Chine « tous les territoires qu'il a volés aux Chinois », y compris les Diaoyu Dao.

Les tensions actuelles autour des Diaoyu Dao sont entièrement provoquées par le Japon. En septembre dernier, le gouvernement japonais a rompu le consensus sino-japonais de « mettre de côté les litiges », en procédant à une soi-disant « nationalisation » des Diaoyu Dao. Cet acte vise au fond à changer juridiquement le statu quo des Diaoyu Dao et la Chine s'est vue obligée de réagir. Depuis le début, la partie chinoise s'efforce de régler ces litiges par voie de dialogue et de négociations. Le Japon doit corriger ses erreurs et revenir sur la voie d'un règlement négocié de la question.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe a soldé le compte des crimes fascistes commis sur le continent et ouvert, sur cette base, un processus d'intégration qui dure depuis plus de 60 ans, faisant de ce continent de guerre un continent de paix. En revanche, au Japon, des responsables politiques s'obstinent toujours à visiter le Sanctuaire Yasukuni où sont honorés des criminels de la Seconde Guerre mondiale, nient ouvertement les crimes perpétrés durant la guerre et cherchent à falsifier l'histoire, à défier l'ordre international d'après-guerre et à saboter la paix et la stabilité dans la région, ce qui doit éveiller la vigilance de tous les pays et peuples épris de paix. Préserver les acquis de la Seconde Guerre mondiale et l'ordre international d'après-guerre demeure un sujet d'actualité majeur pour l'Asie, et doit être également une tâche commune de toute la communauté internationale.

La paix et la stabilité en Asie-Pacifique sont dans l'intérêt de toutes les parties dans le monde, dont l'Europe. La Chine poursuivra la voie du développement pacifique et œuvrera à développer une coopération amicale avec tous les peuples asiatiques. La Chine et l'Europe, deux forces importantes dans le monde d'aujourd'hui, sont l'une pour l'autre des partenaires stratégiques indispensables. Nous entendons travailler ensemble avec l'Europe pour apporter une contribution encore plus grande à la paix, à la stabilité et au développement dans le monde.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés