Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 19 mars 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/03/19

CNN : Plusieurs questions sur le dialogue États-Unis-Chine en Alaska. Premièrement, la Chine a dit que l'allocution d'ouverture de la partie américaine avait considérablement dépassé le délai, ce qui avait enfreint les étiquettes diplomatiques et n'était pas une manière décente d'accueillir des invités. Sur quoi repose l'affirmation de la Chine selon laquelle le discours d'ouverture de la partie américaine est trop long ? Deuxièmement, des fonctionnaires américains ont indiqué qu'à en juger par ce qu'avait fait la délégation chinoise, il semblait qu'elle était venue en Alaska pour faire de l'esbroufe en mettant davantage l'accent sur le théâtre dramatique en public plutôt que sur des entretiens substantiels. Quelle est votre réponse à cela ? Troisièmement, de nombreux reportages des médias officiels et des réseaux sociaux chinois ont mis en ligne les propos de la délégation chinoise avec, entre autres, des affiches rouges accrocheuses à gros caractères noirs. Je me demande donc si les déclarations en question de la délégation chinoise visent davantage la population chinoise.

Zhao Lijian : La Chine a déjà publié un communiqué de presse au sujet du dialogue stratégique de haut niveau Chine-États-Unis.

Concernant la première question, un responsable de la délégation chinoise a déjà briefé sur le contexte du dialogue stratégique de haut niveau Chine-États-Unis, qui a également abordé votre question. Sur invitation, la délégation chinoise s'est rendue à Anchorage avec sincérité pour engager un dialogue stratégique avec la partie américaine et s'est pleinement préparée à mener ce dialogue conformément aux procédures et dispositions convenues précédemment par les deux parties. Cependant, la partie américaine a considérablement dépassé le délai dans ses discours introductifs et a provoqué des litiges en lançant des attaques et des accusations déraisonnables contre les politiques intérieures et extérieures de la Chine. Il ne s'agit pas là d'une bonne manière d'accueillir des invités ni d'une étiquette diplomatique correcte. La partie chinoise y a donné une réponse solennelle.

Quant aux autres questions que vous avez évoquées, la Chine a aussi clairement exprimé sa position dans le communiqué de presse. La partie américaine n'a pas respecté l'accord préalable sur le temps de parole, a fait de la provocation et suscité des litiges en premier. C'était à cause de cela que dès le commencement de l'entretien, les remarques d'ouverture des deux parties étaient déjà tendues et théâtrales. Ce n'est pas l'intention initiale de la partie chinoise.

Phoenix TV : Nous avons remarqué que concernant des préoccupations soulevées par les États-Unis, tant la Chine que les États-Unis ont donné des explications. Il semble que les divergences entre les deux parties sont encore relativement importantes. Dans ce contexte, comment la Chine voit-elle la signification de ce dialogue stratégique de haut niveau ?

Zhao Lijian : La Chine est toujours d'avis qu'en acceptant de tenir ce dialogue stratégique de haut niveau avec les États-Unis, la Chine a fait un pas important pour mettre en œuvre l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État. C'était les deux Chefs d'État qui ont pris la décision de tenir ce dialogue. Nous pensons que ce dialogue constitue une bonne occasion pour les deux parties de renforcer la communication, de gérer les divergences et d'élargir la coopération et qu'il revêt une signification importante pour guider le développement des relations sino-américaines dans la prochaine période. Les peuples de nos deux pays et la communauté internationale s'attendent tous à ce que le dialogue puisse porter des fruits pragmatiques.

La Chine a participé à cette réunion en toute sincérité et avec une attitude constructive. L'Alaska est l'État le plus septentrional des États-Unis. Lorsque les membres de la délégation chinoise sont arrivés en Alaska, ils y ont ressenti non seulement le froid de la météo mais aussi des manières d'accueil de leurs hôtes américains. Ces discours d'ouverture ne sont qu'un début, et un repas suivra. Nous espérons que les États-Unis travailleront dans le même sens que la Chine, se concentreront sur la coopération et géreront les divergences en suivant l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État à la veille du Nouvel An chinois, afin de promouvoir le développement sain et régulier des relations sino-américaines.

Agence EFE : Vous venez de dire attendre des résultats pragmatiques de la réunion en Alaska. Que considérez-vous comme de bons résultats pragmatiques ? À part cela, le gouvernement de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang a tenu une conférence de presse hier, déclarant qu'il y aurait des contre-mesures si l'Union européenne (UE) adoptait officiellement des sanctions contre la Chine en raison du Xinjiang lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères de l'UE le 22 mars. Quelles seront exactement les contre-mesures ?

Zhao Lijian : Pour votre première question, comme je l'ai dit tout à l'heure, les deux parties tiendront des entretiens formels après la session d'ouverture, et la délégation chinoise publiera des informations en temps opportun. Veuillez donc continuer de nous suivre de près.

En ce qui concerne votre deuxième question, j'ai déjà exposé intégralement hier la position concernée de la Chine. Veuillez consulter la transcription de la conférence de presse d'hier.

Reuters : Je voudrais poser une question plus générale sur la rencontre entre la Chine et les États-Unis en Alaska. On a l'impression que la première réunion a été très tendue, que les débats et discussions entre les deux parties ont été très vifs, et que la Chine et les États-Unis se sont affrontés à beaucoup de questions sur lesquelles ils n'avaient pas trouvé d'accord. La Chine s'attend-elle à ce que les entretiens formels soient également de ce ton ? Quelles sont les attentes de la Chine pour les entretiens formels ? Comme vous l'avez dit, ce n'est pas l'intention initiale de la Chine, alors va-t-elle changer de stratégie lors des entretiens formels de demain ?

Zhao Lijian : Nous espérons que les États-Unis comprendront clairement que la Chine a une détermination et une volonté fermes pour sauvegarder ses intérêts fondamentaux. Les États-Unis devront également avoir une idée claire que, comme la Chine l'a dit très fermement dans sa déclaration de position, les affaires intérieures de la Chine ne tolèrent aucune ingérence. Ceci dit, nous espérons que lors des prochains entretiens à huis clos, les deux parties pourront avoir d'amples échanges pour mettre pleinement en œuvre l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État, et ramener les relations bilatérales sur la bonne voie à travers ce dialogue.

The Paper : Selon des reportages, le 18 mars, Peter Ben Embarek, chef de l'équipe d'experts internationaux de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) chargée de la recherche de l'origine de la COVID-19, a déclaré lors d'une interview que l'équipe d'experts espérait publier la semaine prochaine son rapport de travail en Chine qui compte quelque 280 pages. La mise au point du texte se concentre principalement sur des questions scientifiques, et des problèmes de traduction chinois-anglais ont pris beaucoup de temps. La Chine a-t-elle reçu le texte du rapport ? Êtes-vous d'accord avec le rapport ? Quand la Chine va-t-elle donner son évaluation et son avis sur ce rapport ?

Zhao Lijian : Pour autant que je sache, les travaux liés au rapport sur les origines de la COVID-19 sont toujours en cours entre les experts chinois et internationaux. Le 16 mars, un responsable administratif de l'OMS a déclaré que le rapport conjoint sur l'étude des origines du nouveau coronavirus serait publié la semaine prochaine. Nous avons immédiatement vérifié auprès des parties concernées. D'après les informations dont je dispose, les experts chinois ont reçu le 17 mars la version en anglais du rapport envoyée par l'équipe d'experts internationaux de l'OMS, qui compte environ 300 pages. Pour le moment, il n'y a pas encore de version disponible en chinois. L'OMS a mobilisé des ressources pour la traduction. Je ne dispose pas d'informations sur le contenu spécifique du rapport. Ce sont les discussions entre les experts chinois et étrangers qui décideront si le rapport sera publié à temps la semaine prochaine.

Quant aux principales conclusions, constatations et suggestions de cette étude conjointe sur le traçage du virus, les experts chinois et internationaux les ont déjà rendues publiques lors de la conférence de presse conjointe du 9 février. Je tiens à souligner que le traçage de l'origine est une question scientifique qui doit être étudiée par les scientifiques.

China News Service : La Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a publié le 18 mars une nouvelle version du Rapport sur le Commerce et le Développement 2020 selon lequel la Chine a enregistré une reprise des exportations plus forte que prévu au second semestre de l'année dernière et obtiendra, selon l'estimation, une croissance économique de 8,1% cette année. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Face à la pandémie de la COVID-19, à la profonde récession de l'économie mondiale et à d'autres impacts graves, le gouvernement chinois a adopté des politiques macroéconomiques efficaces de manière opportune et décisive pour faire avancer de façon coordonnée la lutte antiépidémique et le développement socio-économique, faisant de la Chine la seule parmi les principales économies du monde à réaliser une croissance positive. Le rapport pertinent publié par la CNUCED reflète la confiance de la communauté internationale en le développement économique de la Chine.

Le développement continu et régulier de l'économie chinoise créera des conditions favorables à la lutte contre la COVID-19 et à la reprise économique de la communauté internationale. Au cours des deux premiers mois de cette année, la Chine est partie d'un bon pied sur le plan de l'absorption de capitaux étrangers et de l'import-export des marchandises, qui ont respectivement enregistré une croissance de 31,5% et de 32,2% par rapport à la même période de l'année passée. Un rapport publié récemment par la Chambre de Commerce américaine en Chine (AmCham China) montre que 75% des entreprises interrogées sont optimistes quant aux perspectives du marché chinois dans les deux ans à venir, et que 81% des entreprises prévoient une croissance positive de leur secteur dans le marché chinois en 2021. La Chine est devenue un partenaire commercial principal de plus de 120 pays et régions, dont les États-Unis, l'UE, le Japon et l'Inde. L'économie chinoise a depuis longtemps été profondément intégrée à l'économie mondiale de telle sorte que les deux parties sont profondément imbriquées.

À ce nouveau stade de développement à l'heure actuelle, la Chine met en œuvre le nouveau concept de développement, travaille à créer une nouvelle dynamique de développement et promeut inlassablement un développement de qualité. Nous continuerons d'étendre notre ouverture sur l'extérieur, afin de fournir un plus grand espace de développement et davantage d'opportunités de coopération à tous les pays du monde.

Bloomberg : Ma question concerne le citoyen canadien Michael Spavor. Pour autant que je sache, le procès de Michael Spavor a duré deux heures et il n'y aura plus de séance d'audition. Selon des reportages, les diplomates canadiens n'ont pas eu accès à ce procès. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? D'ailleurs, des informations indiquent que le procès de Michael Kovrig doit avoir lieu lundi prochain. Pourriez-vous le confirmer ?

Zhao Lijian : J'ai expliqué hier la position chinoise sur les cas des citoyens canadiens concernés. Les autorités judiciaires chinoises traitent en toute indépendance les affaires conformément à la loi et protègent pleinement les droits légaux des personnes concernées. La partie chinoise respecte toujours la Convention de Vienne sur les relations consulaires, l'Accord consulaire entre la République populaire de Chine et le Canada ainsi que les lois et règlements concernés de la Chine dans les affaires en la matière, y compris la notification consulaire. La souveraineté judiciaire de la Chine ne tolère aucune ingérence.

Conformément à l'article 188 du Code de procédure pénale de la République populaire de Chine et à l'article 222 de l'Interprétation de la Cour populaire suprême pour l'application du Code de procédure pénale de la République populaire de Chine, les procès impliquant des secrets d'État ont lieu à huis clos et personne n'est autorisée à y assister.

Reuters : Aujourd'hui, un diplomate canadien à Dandong a dit à Reuters que la partie chinoise avait empêché les diplomates canadiens d'assister au procès, et que cet acte avait violé la Convention de Vienne sur les relations consulaires et l'Accord consulaire entre la République populaire de Chine et le Canada, indiquant que la Chine ne permettait plus aux diplomates canadiens de rencontrer Michael Spavor depuis le 3 février. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Le Ministère chinois des Affaires étrangères a-t-il eu des échanges avec le Canada à cet égard ?

Zhao Lijian : Je viens d'exposer très clairement la position de la Chine. Je voudrais vous poser une question : si la Chine n'en avait pas prévenu l'Ambassade du Canada, comment ce diplomate de l'Ambassade pourrait-il savoir qu'il y aurait un procès le 19 mars, c'est-à-dire aujourd'hui, et s'y rendre ?

Comme je l'ai également expliqué très clairement tout à l'heure, cette affaire implique des secrets d'État de la Chine, on ne laissera donc pas le procès s'ouvrir au public et ne permettra à personne d'y assister. Quant à la question des visites consulaires que vous avez mentionnée, sur la base du respect mutuel et de la prise en compte des préoccupations de chacun, les départements compétents de la Chine géreront la question des visites consulaires du citoyen canadien concerné selon la situation épidémique et conformément à la loi.

Prasar Bharati : Quelques citoyens indiens qui souhaitent rentrer en Chine ont contacté l'Ambassade de Chine en Inde. Selon l'Ambassade, la partie chinoise leur fournira le vaccin chinois après l'approbation du gouvernement indien. La Chine a-t-elle parlé avec l'Inde de ce sujet ? Les échanges sont pris en charge par Beijing ou l'Ambassade de Chine en Inde ? Deuxièmement, les mesures de facilité des visas de la Chine couvrent-elles les étudiants indiens ?

Zhao Lijian : Les reportages concernés ne sont pas exacts. La COVID-19 est un ennemi commun de toute l'humanité. La Chine est prête à faire progresser la coopération en matière de recherche et de développement des vaccins et de lutte mondiale contre le virus avec d'autres pays, afin de vaincre conjointement l'épidémie le plus tôt possible.

En ce qui concerne la question de la facilitation des visas, la Chine fournit des facilités de visa aux étrangers qui se sont fait inoculer un vaccin chinois contre la COVID-19 et qui détiennent une preuve de vaccination, en vue de rétablir les voyages internationaux de manière ordonnée. Concernant les mesures spécifiques et les bénéficiaires, veuillez suivre les annonces affichées sur le site Web de l'Ambassade de Chine en Inde.

Ce que je peux vous dire, c'est que le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection des droits et intérêts légaux des étudiants étrangers en Chine, et exige que tous les établissements d'enseignement supérieur concernés maintiennent un contact étroit avec leurs étudiants étrangers, arrangent soigneusement l'enseignement en ligne, et gèrent adéquatement les préoccupations et les demandes légitimes des étudiants. Avec une sécurité sanitaire bien garantie, la Chine étudiera de manière coordonnée la reprise des études des étudiants étrangers en Chine et maintiendra des contacts avec toutes les parties concernées.

Question de suivi : D'après ce que j'ai compris, les étudiants étrangers ne seront pas couverts par les facilités de visa, c'est ça ? L'Ambassade de Chine en Inde n'a pris aucun engagement en matière d'acquisition de vaccins chinois envers les citoyens indiens qui veulent retourner en Chine, n'est-ce pas ?

Zhao Lijian : Concernant votre question, il vaut mieux que vous demandiez à vos collègues de se renseigner auprès de l'Ambassade de Chine en Inde. Elle connaît mieux la situation concrète pour l'Inde, y compris la situation de la coopération sino-indienne sur les vaccins.

NHK : Comme la délégation chinoise l'a dit dans son briefing sur le dialogue à Anchorage, et comme vous l'avez dit tout à l'heure, la partie chinoise est prête à mener le dialogue selon les procédures convenues précédemment entre les deux parties. Bien que la partie chinoise ait qualifié cette réunion de dialogue stratégique de haut niveau, la partie américaine n'a jamais employé cette expression de « dialogue stratégique de haut niveau ». Ainsi, je trouve qu'il y a des contradictions avec les « accords précédents » affirmés par la partie chinoise. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Nous en avons parlé maintes fois. La tenue de ce dialogue stratégique de haut niveau a été une idée proposée par la partie américaine, la partie chinoise en est d'accord et y a participé.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés