Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 3 janvier 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2017/01/03

À l'invitation de la Ministre des Affaires étrangères de la République de Madagascar Béatrice Attalah, du Ministre des Affaires étrangères de la République de Zambie Harry Kalaba, du Ministre des Affaires étrangères, de l'Afrique de l'Est, de la Coopération régionale et internationale de la République unie de Tanzanie Dr Augustine Mahiga, du Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l'étranger de la République du Congo Jean-Claude Gakosso et du Ministre des Affaires étrangères de la République fédérale du Nigeria Geoffrey Onyeama, le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi se rendra en visite officielle dans ces cinq pays du 7 au 12 janvier.

Q : Le Ministre Wang Yi se rendra en visite dans cinq pays africains au début de l'année 2017. Quel est l'objectif principal de ce déplacement ? Et quels sont les acquis que vous souhaitez obtenir ?

R : Renforcer sans cesse les relations avec les pays en développement dont les pays africains est le fondement de la diplomatie de la Chine. Depuis plus de 20 ans, les ministres chinois des Affaires étrangères choisissent l'Afrique pour leurs premières visites à l'étranger de chaque année. C'est devenu une bonne tradition de la diplomatie chinoise.

L'année 2016 a marqué l'accession de la coopération sino-africaine dans la nouvelle période. La Chine et l'Afrique ont travaillé activement à mettre en œuvre les acquis du Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine et d'importants fruits préliminaires ont été obtenus : le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti a été mis en service, la construction du chemin de fer Mombasa-Nairobi avance et plusieurs parcs industriels et zones économiques spéciales sont en cours de planification et de construction. De janvier à septembre dernier, les investissements directs non financiers de la Chine en Afrique ont progressé de 31% en glissement annuel. Depuis la tenue du sommet jusqu'à fin juillet 2016, 245 documents de coopération ont été signés entre les deux parties avec un montant dépassant 50 milliards de dollars américains. La coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et l'Afrique affiche un bon élan de transformation et de montée en gamme.

L'année 2017 sera une année de progrès et de montée en gamme sur tous les plans pour la coopération sino-africaine. Au moment où la situation politique et économique internationale connaît de nouveaux changements et que les pays africains font face à de nouveaux défis dans leur développement, la visite en Afrique du Ministre Wang Yi a pour objectif principal de promouvoir, à travers des échanges approfondis avec les pays africains, la concrétisation des importants consensus dégagés entre le Président Xi Jinping et les dirigeants africains et des acquis du Sommet de Johannesburg, de sorte à soutenir le développement et le redressement de l'Afrique, à donner une impulsion à la montée en gamme de la coopération sino-africaine et à contribuer à la solidarité et au développement partagé des pays en développement.

Q : Aujourd'hui, c'est la première conférence de presse de l'année 2017. Quelles seront les priorités des actions diplomatiques de la Chine dans cette nouvelle année ?

R : Comme vous l'avez remarqué, lors de l'interview qu'il a accordée à la presse, le Ministre Wang Yi a fait un bilan exhaustif des actions diplomatiques de la Chine en 2016 et tracé les perspectives pour la diplomatie chinoise en 2017.

En 2017, sous la ferme direction du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau, nous poursuivrons nos efforts pour ouvrir de nouveaux horizons de la diplomatie de grand pays aux couleurs chinoises. Nous allons notamment concentrer nos efforts sur les domaines suivants.

Premièrement, créer un environnement extérieur favorable au succès du XIXe Congrès du PCC. Deuxièmement, assurer une organisation excellente des deux activités diplomatiques majeures, à savoir le Forum sur l'Initiative « Ceinture et Route » pour la Coopération internationale et le IXe Sommet du BRICS. Troisièmement, promouvoir un développement sain, régulier et stable des relations Chine-États-Unis, Chine-Russie et Chine-UE, créer un voisinage stable et étendre sans cesse le cercle d'amis. Quatrièmement, continuer à assurer la protection et les services pour les Chinois d'outre-mer afin de mieux servir le développement, la réforme et l'ouverture du pays.

En 2017, nous continuerons, par nos actions diplomatiques, à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts du développement du pays, à servir l'intérêt général de la réforme, du développement et de la stabilité et à apporter notre part de contribution à la cause de la paix et du développement dans le monde. En 2017, la diplomatie chinoise réalisera de plus belles performances. Nous continuerons à renforcer nos échanges avec l'extérieur par les conférences de presse du Ministère des Affaires étrangères, pour que les différents milieux en Chine et à l'étranger puissent mieux comprendre et soutenir plus la diplomatie chinoise.

Q : Le 1er janvier, une fusillade a eu lieu à Istanbul, en Turquie, faisant au moins 39 morts et 69 blessés. Y a-t-il des citoyens chinois qui ont été tués ou blessés ? La partie chinoise a-t-elle exprimé sa sympathie aux dirigeants turcs ? Selon des sources d'information, des terroristes du « Turkestan oriental » auraient perpétré cette attaque. Est-ce que cela fait que la Chine accorde une plus grande attention à la lutte contre les menaces terroristes ?

R : La Chine condamne vivement cet attentat. Hier, le Président Xi Jinping a adressé un message de solidarité à son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan pour présenter ses condoléances pour les victimes et exprimer ses sincères sympathies au Président Erdoğan, aux familles des victimes et aux blessés. Le Premier Ministre Li Keqiang et le Ministre Wang Yi ont respectivement adressé un message de solidarité au Premier Ministre Binali Yıldırım et le Ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu.

À la suite de cet attentat, le Consulat général de la Chine à Istanbul a déclenché sans tarder le mécanisme d'urgence. Après vérification, aucun citoyen chinois n'a été tué ou blessé jusqu'ici. Le Consulat général a lancé une alerte de sécurité sur Internet à l'attention des citoyens chinois.

J'ai également remarqué les informations selon lesquelles les terroristes du « Turkestan oriental » auraient perpétré cet attentat. Les résultats de l'enquête restent à confirmer par la partie turque. Je voudrais souligner que les forces terroristes du « Turkestan oriental », notamment le « Mouvement islamique du Turkestan oriental », sont actives en Asie centrale, en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient, et qu'elles sont de sérieuses menaces sécuritaires pour la Chine et de nombreux pays et régions dans le monde. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes et entend renforcer la coordination et la coopération avec la Turquie et la communauté internationale pour prévenir et combattre ensemble les menaces terroristes et préserver la paix et la sécurité dans la région et dans le monde.

Q : Le 1er janvier, la Chine a commencé à assumer officiellement la présidence du BRICS. Quels sont les résultats que la Chine souhaite obtenir dans la coopération entre les pays des BRICS sous sa présidence ?

R : La Chine a assumé officiellement la présidence du BRICS le 1er janvier 2017 et organisera le IXe Sommet du BRICS en septembre prochain à Xiamen, dans la province du Fujian. Le Président Xi Jinping a adressée le 1er janvier une lettre aux autres dirigeants des pays des BRICS, marquant ainsi l'inauguration de l'« année de la Chine » des BRICS et des travaux de la présidence chinoise sur tous les plans.

Pendant sa présidence, la Chine espère travailler ensemble avec les autres pays des BRICS autour du thème « Partenariat renforcé pour un avenir plus brillant» à faire le bilan des dix ans d'expériences de la coopération et à planifier ensemble le développement à l'avenir. Plus précisément, nous aurons quatre priorités. Premièrement, axer les efforts sur la coopération économique, promouvoir de manière concertée la coopération pragmatique dans les différents domaines, et créer une nouvelle dynamique marquée par l'intégration en termes de commerce et d'investissements, la circulation des flux monétaires et financiers, l'interconnexion des infrastructures et les échanges culturels et humains. Deuxièmement, coordonner les actions sur les questions internationales et régionales d'importance majeure, perfectionner la gouvernance mondiale, et relever ensemble les défis planétaires. Troisièmement, s'efforcer de réaliser de nouvelles actions phares dans les échanges culturels et faire en sorte que la coopération s'enracine dans les esprits des peuples et leur apporte des bénéfices. Quatrièmement, continuer à perfectionner le mécanisme de coopération du BRICS, mettre en place un partenariat plus large, et étendre le cercle d'amis.

La Chine travaillera ensemble avec les autres parties dans l'esprit du BRICS marqué par l'ouverture, l'inclusivité et la coopération gagnant-gagnant, pour assurer le plein succès du Sommet de Xiamen, injecter une nouvelle impulsion à la coopération et au développement des BRICS et apporter une contribution agissante à la préservation de la paix et de la sécurité dans le monde et au développement partagé des différents pays.

Q : Le Président élu américain Donald Trump a posté aujourd'hui deux tweets concernant la question nucléaire de la péninsule coréenne. Dans le premier, il dit « la Corée du Nord a affirmé qu'elle était aux dernières étapes du développement d'une arme nucléaire capable d'atteindre le sol des États-Unis. Cela n'arrivera pas ». Dans le deuxième, il écrit « la Chine a récupéré des quantités considérables d'argent et de richesse grâce à des échanges commerciaux totalement unilatéraux avec les États-Unis, mais elle n'aidera pas pour la Corée du Nord. Sympa ! » Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Les deux tweets que vous avez cités concernent deux questions. Je vais vous présenter respectivement notre position là-dessus.

Premièrement, sur la question nucléaire de la péninsule coréenne, la position de la Chine est claire et constante. Nous sommes pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne, la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule et le règlement de la question par le dialogue et les négociations. Les efforts que nous avons déployés dans ce sens sont connus de tous. Nous espérons que les différentes parties s'abstiendront des propos et des actions susceptibles d'exacerber la situation et travailleront ensemble à engager au plus tôt la question nucléaire de la péninsule coréenne sur la voie du dialogue et des négociations.

Deuxièmement, la coopération économique et commerciale sino-américaine est au fond mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant, ce qui est prouvé par les faits. Quant aux problèmes dans les relations économiques et commerciales sino-américaines, les deux parties doivent trouver une solution adéquate sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques. La Chine et les États-Unis doivent travailler ensemble pour assurer un développement sain et stable de leurs relations économiques et commerciales, car c'est dans l'intérêt des deux pays.

Q : Donald Trump a dit que la Chine n'aiderait pas pour la Corée du Nord. Comment y répondez-vous ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, les efforts que la Chine a déployés dans le règlement de la question nucléaire de la péninsule coréenne sont connus de tous. Et la contribution qu'elle y a apportée est largement reconnue par la communauté internationale. Chacun voit clair ce qu'a fait la Chine en tant que pays présidant les Pourparlers à six et ce qu'a été obtenu.

Q : Selon le Président élu américain Donald Trump, bien qu'elle soit la seule alliée de la RPDC et la ligne vitale de son économie, la Chine n'a pas pu persuader la RPDC de renoncer à ses ambitions nucléaires. Comment la Chine peut-elle convaincre Donald Trump qu'elle exerce son influence sur la RPDC ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, et comme mes collègues et moi l'avons indiqué à plusieurs reprises, la Chine est un grand pays responsable et un acteur important en Asie du Nord-Est et elle a déployé d'énormes efforts pour la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne et la promotion d'un règlement adéquat de la question nucléaire de la péninsule coréenne. Ces efforts sont connus de tous et largement reconnus. Par ailleurs, en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la Chine a participé activement aux discussions au sein du Conseil de Sécurité et œuvré ensemble avec les autres parties à adopter plusieurs résolutions sur ce sujet. Tout cela illustre l'attitude responsable de la Chine.

Je tiens à réaffirmer que nous estimons que toutes les parties concernées doivent travailler ensemble et jouer un rôle actif et constructif en faveur d'un règlement adéquat de la question nucléaire de la péninsule coréenne.

Q : À la veille du nouvel an, quand on lui a demandé s'il rencontrerait après sa prise de fonctions la dirigeante de Taiwan Tsai Ing-wen, Donald Trump a tenu des propos ambigus et n'en a pas exclu la possibilité. Est-ce que la Chine en est préoccupée ? A-t-elle déjà exprimé clairement sa position à l'équipe de Donald Trump ?

R : Comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises, la question de Taiwan est la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines. Nous exhortons la partie américaine à se rendre pleinement compte de la sensibilité de la question de Taiwan, à respecter scrupuleusement la politique d'une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à gérer prudemment et adéquatement les questions liées à Taiwan et à s'abstenir de tout contact et échange officiel avec Taiwan. Cette position est très claire et explicite.

En ce qui concerne la deuxième partie de votre question, la Chine maintient des contacts avec l'équipe du Président élu américian Donald Trump. Je pense que son équipe connaît clairement la position de la Chine sur les questions concernées.

Q : À partir du 4 janvier, huit députés du Parti Minju, le plus grand parti de l'opposition en République de Corée, effectueront une visite en Chine. Ils rencontreront des officiels du Ministère des Affaires étrangères et d'autres départements compétents de la Chine, dans l'espérance de réduire les obstacles à la diffusion de la culture populaire coréenne en Chine et aux échanges économiques entre les deux pays. Veuillez nous en présenter des informations.

R : La Chine attache de l'importance au développement de ses relations avec la République de Corée et entend maintenir les communications et échanges avec les différents milieux coréens. Nous sommes heureux d'acueillir la délégation du Parti Minju en Chine, et nous souhaitons que cette visite favorise une meilleure communication et compréhension mutuelle entre les deux pays.

Q: Le Ministre des Finances de la République de Corée a indiqué le week-end dernier que la Chine avait rejetté la demande de la partie coréenne pour plus d'avions charters entre les deux pays. Pourriez-vous nous présenter les considérations de la Chine derrière cette décision ? Est-ce à cause du déploiement du système THAAD en République de Corée ?

R : Je ne dispose pas d'informations là-dessus. Si vous vous y intéressez, vous pouvez vous renseigner auprès des autorités compétentes.

En ce qui concerne la question du système THAAD, la Chine s'oppose fermement au deploiement de ce système en République de Corée par les États-Unis. Cette position n'a pas changé. Je voudrais également indiquer que la Chine adopte toujours une attitude positive et ouverte à l'égard de sa coopération économique et commerciale et de ses échanges culturels avec la République de Corée. Mais comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises, ce genre de coopération et d'échanges doivent se baser sur le soutien de la population.

Q : Selon des medias hongkongais, les véhicules blindés singapouriens mis dans un entrepôt à ciel ouvert à Hong Kong pendant plus d'un mois ont disparu récemment. Savez-vous où sont allés ces véhicules ?

R : La Région administrative spéciale de Hong Kong est en train de traiter cette affaire conformément aux lois et règlements pertinents.

Q : Hier, la Marine chinoise a declaré que le porte-avions Liaoning effectuait des exercices militaires en Mer de Chine méridionale. La Chine cherche-t-elle à y revendiquer sa souveraineté et ses droits et intérêts maritimes ?

R : En ce qui concerne le porte-avions Liaoning, vous pouvez vous renseigner auprès de l'armée. La position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est très claire, et je ne la répéterai pas.

Q : Vendredi dernier, Interpol a fait savoir que dans l'opération « First Light », quelque 1 300 citoyens chinois avaient été arrêtés aux Philippines pour escroqueries par téléphone et par e-mail . En êtes-vous au courant ? Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Pour les informations détaillées, vous pouvez vous renseigner auprès des autorités de la sécurité publique. À ma connaissance, le 24 novembre 2016, les autorités d'application de la loi des Philippines ont détenu plus de 1 300 citoyens chinois au cour d'une opération. L'Ambassade de Chine aux Philippines maintient d'étroites communications avec la partie philippine, lui demande de garantir les droits et intérêts légitimes des Chinois détenus et de leur accorder un traitement humanitaire et de l'assistance dans les limites de ses compétences. La plupart des détenus chinois ont été remis en liberté sous caution.

Q : En fin d'année dernière, la Direction générale du Conseil des Affaires d'État a publié une notification, demandant la cessation ordonnée des activités à des fins commerciales de transformation et de vente d'ivoires et d'objet en ivoire, en vue d'un arrêt global de ces activités d'ici le 31 décembre 2017. Cela attire une large attention des médias. Pourquoi le gouvernement chinois a-t-il adopté cette mesure ? Peut-elle être effectivement appliquée ?

R : La Chine est État partie à la Convention sur le Commerce international des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d'Extinction et applique depuis toujours un contrôle rigoureux sur le commerce national et international d'ivoires.

Depuis février 2015, la Chine a arrêté sucessivement l'importation des sculptures en ivoire, des trophées de chasse en ivoire ainsi que d'ivoires et d'objets en ivoire obtenus avant la conclusion de la convention. Ce qui démontre l'attitude responsable de la Chine dans la protection des éléphants.

Conformément à la notification publiée par la Direction générale du Conseil des Affaires d'État fin 2016, la Chine mettra fin de manière ordonnée aux activités de transformation et de vente à des fins commerciales d'ivoires et d'objets en ivoire. C'est une mesure effective pour la protection des éléphants vu les conditions difficiles. Nous espérons que ces efforts de la Chine pourront conduire à une participation plus large des forces internationales dans la protection des éléphants, favoriser une action concertée entre les pays d'origine d'éléphants, les pays de transit et les pays de consommation et briser la chaîne de braconnage et de trafic d'ivoire, de sorte à lutter plus efficacement contre les activités illégales comme le braconnage d'éléphants et le trafic d'ivoire.

Pour la prochaine étape, les autorités de la sécurité publique, des douanes, de l'industrie et du commerce, et de la sylviculture redoubleront d'efforts pour combattre les activités illicites telles que la transformation, la vente, la transportation et la contrebande d'ivoires et de produits en ivoire. Je suis convaincu qu'avec l'application de cette mesure, la Chine jouera un rôle encore plus important dans la protection des éléphants dans le monde.

Q : Aujourd'hui, l' « ambassade de facto du Japon à Taiwan » a changé d'appellation. Lors de la cérémonie, l' « ambassadeur de facto du Japon à Taiwan » a indiqué que les relations entre le Japon et Taiwan n'avaient jamais été aussi bonnes, et qu'il travaillerait à promouvoir encore davantage le développement de leurs relations bilatérales. La Chine a-t-elle fait des représentations auprès du Japon ? Est-elle préoccupée des échanges entre le Japon et Taiwan ?

R : Tout d'abord, je tiens à faire une correction. Il n'y a pas de soi-disant « ambassade » ou « ambassadeur », même si vous avez utilisé le mot « de facto ».

Nous nous opposons fermement à toute tentative visant à créer « deux Chine » ou « une Chine, un Taiwan » et nous exprimons notre vif mécontentement à l'égard des actions négatives du Japon concernant la question de Taiwan. À ma connaissance, nous avons déjà fait des représentations auprès du Japon. Nous exhortons la partie japonaise à observer scrupuleusement les principes définis dans la Déclaration conjointe sino-japonaise et les engagements qu'elle a pris à l'égard de la Chine, à s'en tenir au principe d'une seule Chine, à gérer adéquatement les questions liées à Taiwan, à ne pas envoyer de signal erronné aux autorités de Taiwan et à la communauté internationale, et à s'abstenir de créer de nouvelles perturbations aux relations sino-japonaises.

Q : Comment voyez-vous le choix du Président élu américain Donald Trump de publier les politiques majeures sur les réseaux sociaux ?

R : Comme nous l'avons indiqué, nous ne faisons pas de commentaires sur le style personnel et les caractéristiques du dirigeant concerné. Nous nous focalisons sur les politiques.

Q : En ce qui concerne l'attentat en Turquie, pensez-vous que ce sont les terroristes du « Turkestan oriental » qui l'ont perpétré ? La Chine fournira-t-elle son soutien à la Turquie dans l'enquête de cet attentat ?

R : J'ai déjà répondu à cette question. Nous avons remarqué les informations selon lesquelles les terroristes du « Turkestan oriental » auraient perpétré cet attentat, ce qui reste à confirmer par la partie turque. Nous coopérons depuis de longues années avec la Turquie et beaucoup d'autres pays sur la question antiterroriste.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés