Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 5 janvier 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2017/01/05

Q : Hier, vous avez fait savoir ici que le déplacement de M. Xie Xiaoyan, envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie, à Genève, dans l'UE, en Turquie et en Russie a pour but de travailler en communication et en consultations avec les parties concernées pour relancer au plus tôt le processus de règlement politique. Mais selon des sources d'information, plusieurs groupes armés de l'opposition syrienne ont annoncé dans une déclaration conjointe récente le gel des discussions liées au dialogue syrien à Astana en raison de la violation du cessez-le-feu par le gouvernement syrien. Quel est votre commentaire sur la dernière évolution de la situation ?

R : Le dernier jour de l'année 2016, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté à l'unanimité la résolution 2336 sur le cessez-le-feu syrien, ce qui constitue une base importante du règlement politique de la question syrienne en 2017.

Nous souhaitons que toutes les parties concernées dont le gouvernement syrien et l'opposition chérissent le cessez-le-feu difficilement acquis et travaillent dans le même sens pour traduire ensemble l'accord en action concrète. Il y aura sans doute des obstacles et des difficultés dans la mise en œuvre de l'accord. Mais l'essentiel est de faire montre de bonne foi et de bonne volonté, de garder à l'esprit l'importance de préserver la cessation d'hostilités en général, de faire preuve de plus de retenue et de s'abstenir de s'accuser mutuellement. Nous espérons que les parties syriennes s'acquitteront effectivement de leurs obligations comme l'a demandé la résolution du Conseil de Sécurité, rétabliront au plus tôt les pourparlers de paix et relanceront rapidement le processus politique.

La Chine, fidèle à sa position équitable et objective, est prête à travailler avec les différentes parties concernées pour jouer un rôle actif et constructif dans la promotion du règlement politique global de la question syrienne, le rétablissement de la paix et de la stabilité dans la région et la préservation du bien-être des Syriens et des populations de la région.

Q : Selon le Global Times, un drone américain a tué en Syrie le chef du « Parti islamique du Turkestan », branche du « Mouvement islamique du Turkestan oriental ». Pourriez-vous confirmer l'identité de cette personne ? La Chine a-t-elle participé à cette opération en collaboration avec les États-Unis ?

R : Je ne dispose pas d'information pour le moment.

Les mouvements terroristes du « Turkestan oriental » représentés par le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » agissent de connivence avec des organisations terroristes internationales, et ont perpétré ces dernières années de nombreux attentats dans les régions en conflit comme le Moyen-Orient et porté gravement atteinte à la sécurité et à la stabilité dans les pays et les régions concernés.

La lutte contre le « Mouvement islamique du Turkestan oriental » fait partie importante de la lutte internationale antiterroriste. La Chine s'oppose au terrorisme sous toutes ses formes et entend renforcer la coordination et la collaboration avec les pays concernés pour répondre ensemble à la menace du terrorisme et préserver la paix et la sécurité dans la région et dans le monde.

Q : Selon certains médias, le suspect en fuite de l'attentat d'Istanbul en Turquie est un ouïgour de nationalité chinoise. Pourriez-vous le confirmer ? Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : Nous avons également noté les informations concernées et remarqué que la police turque n'a pas encore publié officiellement les résultats des enquêtes sur cet attentat. La Chine continuera à suivre de près l'évolution de cette affaire.

Q : Hier, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré en Chine la délégation parlementaire composée des députés du Together Democratic Party de la République de Corée. Les deux parties ont procédé à un échange de vues sur la question du système THAAD. Dans le même temps, le gouvernement de la République de Corée a fait savoir qu'il continuerait à faire avancer le déploiement du système THAAD. Comment réagissez-vous ?

R : Sur la question du système THAAD, la Chine a exprimé à maintes reprises sa préoccupation et son opposition ferme. Les parties concernées le savent très bien. Le déploiement par les États-Unis du système de missiles antibalistiques THAAD en République de Corée portera gravement atteinte à l'équilibre stratégique dans la région et nuira à l'intérêt sécuritaire stratégique des pays concernés dans la région y compris la Chine, au détriment de la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne.

Nous exhortons les parties concernées à cesser immédiatement le processus de déploiement et à éviter d'aller plus loin sur ce chemin erroné. Nous espérons également que par voie de communication et de consultation, la Chine et la République de Corée pourront trouver une solution appropriée qui tienne compte des préoccupations de part et d'autre.

Q : Selon le New York Times, l'entreprise américaine Apple a retiré deux applications du New York Times de l'« Appstore chinois », à la demande de l'autorité chinoise selon le porte-parole d'Apple. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Je ne dispose pas d'information sur ce sujet. Mais je peux vous dire que le gouvernement chinois encourage et soutient depuis toujours le développement d'Internet. Dans le même temps, le développement d'Internet en Chine doit se faire dans le respect des lois et règlements chinois. Voilà le principe à retenir.

Q : Hier, deux Secrétaires d'État indiens chargés des Affaires extérieures ont tenu une conférence de presse sur les relations sino-indiennes. L'un d'entre eux a parlé de la divergence entre les deux pays sur l'inscription sur la liste du Comité 1267 et indiqué qu'en tant que grand pays mûr et responsable, la Chine ne devrait pas adopter la pratique de deux poids, deux mesures, et il a appelé la partie chinoise à réexaminer sa position sur cette question. L'autre secrétaire a salué, avec des termes positifs, le développement des relations indo-chinoises. D'après lui, en dépit des divergences entre les deux pays, la partie indienne continuera à faire progresser les relations bilatérales dans tous les domaines, surtout dans le domaine culturel et humain. Comment réagissez-vous ?

R : Le discours sur la pratique du soi-disant deux poids, deux mesures par la Chine au sujet de l'inscription sur la liste du Comité 1267 du Conseil de Sécurité des Nations Unies est infondé. La Chine ne tient qu'au seul critère sur cette question : s'appuyer sur des preuves solides et incontestables. C'est le seul critère. Depuis de nombreuses années, la Chine participe de manière active et constructive aux discussions sur l'inscription sur la liste du Comité 1267 en faisant preuve d'objectivité, d'équité et de professionnalisme.

Les avis sur la proposition d'inscription de certains pays sont partagés parmi les membres du Comité 1267. La Chine avait proposé une mise en attente technique, afin de donner du temps et de créer des conditions aux concertations plus amples au sein du Comité et entre les différentes parties concernées. Il est regrettable que le Comité ne soit pas parvenu à un consensus. La Chine a agi au sein du Comité 1267 pour défendre l'autorité et l'efficacité du Comité concernant la question de l'inscription, et ce en conformité avec la résolution du Conseil de Sécurité et le règlement intérieur du Comité. Cela démontre aussi notre sens de responsabilité.

La Chine continuera à travailler en communication et en consultations avec les différentes parties concernées y compris l'Inde, en vertu de la résolution du Conseil de Sécurité et du règlement intérieur du Comité 1267.

J'ajoute que la Chine et l'Inde sont toutes deux victimes du terrorisme, et partagent des objectifs et orientations sur la lutte contre le terrorisme. Les deux pays maintiennent toujours la coopération antiterroriste. La Chine entend continuer à travailler avec l'Inde pour renforcer cette coopération et préserver ensemble la paix et la sécurité dans la région.

Quant aux relations sino-indiennes, comme on le sait très bien, la Chine et l'Inde, deux plus grands pays en développement et deux économies émergentes importantes, ont intérêt à construire un partenariat plus étroit, cela correspond aux intérêts des deux peuples et favorise la paix et la stabilité dans la région. Nous entendons continuer à développer avec l'Inde le partenariat de coopération stratégique. Cette position reste inchangée.

Q : Selon le Secrétaire d'État indien, parmi les 15 membres du Comité 1267, 14 soutiennent la proposition d'inscription soumise par l'Inde. Seule la Chine s'y oppose. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Comme je l'ai dit tout à l'heure, le Comité 1267 n'est pas encore parvenu à un consensus sur ce sujet. Les actes de la Chine sont en conformité avec la résolution du Conseil de Sécurité et le règlement intérieur du Comité 1267. La Chine adopte une attitude objective, équitable et professionnelle. Elle est prête à poursuivre la communication et les consultations avec les différentes parties y compris l'Inde sur cette question.

Q : Selon des sources d'information, la Chine est d'accord pour envoyer des milliers d'ouvriers du bâtiment en Israël. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : Je vous renvoie aux autorités compétentes pour plus d'informations.

Ce que je voudrais souligner, c'est que depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Israël, la coopération pragmatique entre les deux pays dans les différents domaines comme l'économie, le commerce, les sciences, les technologies et la culture a donné sans cesse des fruits encourageants. La Chine entend continuer à travailler avec Israël pour approfondir la coopération pragmatique dans les différents domaines pour le plus grand bénéfice des deux pays et des deux peuples.

Q : Les ouvriers du bâtiment chinois participeront-ils à la construction des colonies juives dans le Territoire palestinien occupé ?

R : La position de la Chine sur la question israélo-palestinienne est constante et claire et reste inchangée. Nous nous opposons à la construction de colonies juives dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est et la Cisjordanie. La résolution 2334 adoptée récemment par le Conseil de Sécurité des Nations Unies contient des dispositions claires là-dessus.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés