Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 22 décembre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/12/22

Q : Donald Trump vient de nommer Peter Navarro à la tête d'un nouveau Conseil du Commerce national auprès de la Maison blanche. Peter Navarro est dur envers la Chine et a critiqué le gouvernement chinois dans son ouvrage Death by China. Quel est votre commentaire sur cette nomination ?

R : Comme vous, nous suivons de très près le travail de l'équipe de transition du Président élu Donald Trump et l'évolution des orientations politiques américaines. Je voudrais souligner que la Chine et les États-Unis sont deux grands pays liés par une large communauté d'intérêts et que la coopération est la seule option valable pour eux. Nous espérons que la partie américaine pourra travailler ensemble avec nous pour maintenir le développement sain et régulier des relations sino-américaines, y compris dans les domaines économique et commercial, ce qui est dans l'intérêt des deux peuples et contribue au développement et à la prospérité dans le monde.

Q:Michael Flynn, conseiller de Donald Trump, a dit hier que le déploiement du système THAAD en République de Corée était une bonne décision prise par les États-Unis et la République de Corée en tant qu'alliés et qu'il permettrait de consolider leur alliance. C'est la première fois que l'équipe de Donald Trump s'exprime sur la question du système THAAD. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Sur la question du système THAAD, nous avons noté les informations que vous avez mentionnées et les déclarations de la République de Corée.

La Chine s'est exprimée maintes fois sur ce sujet en faisant part de sa préoccupation et de son opposition ferme. Le déploiement par les États-Unis du système THAAD en République de Corée porte gravement atteinte à l'équilibre stratégique régional et aux intérêts sécuritaires stratégiques de certains pays de la région dont la Chine, au détriment du maintien de la paix et de la stabilité dans la Péninsule coréenne. Nous exhortons encore une fois les parties concernées à regarder en face les préoccupations légitimes de la partie chinoise et à cesser le processus de déploiement. La Chine prendra des mesures résolues et nécessaires pour défendre ses intérêts sécuritaires.

Q : Le Congrès américain a publié un rapport accusant le gouvernement chinois d'avoir recruté des hackers pour attaquer la Federal Deposit Insurance Corporation. Est-ce vrai d'après vous ?

R : Pensez-vous que c'est vrai ? Nous avons répondu à beaucoup de questions de ce genre. Comme nous l'avons réaffirmé à plusieurs reprises, le gouvernement chinois s'oppose fermement à toute forme de cyberattaques et de cybercriminalité et les sanctionne sévèrement en vertu de la loi. À notre avis, la communauté internationale doit renforcer le dialogue et la coopération et préserver ensemble la sécurité, la paix et l'ouverture du cyberespace. Il faut se garder des accusations ou suspicions infondées et injustes contre des autres pays, car cela n'aide pas à l'établissement de la confiance mutuelle ni à la coopération constructive.

Q : Au petit matin du 22 décembre, heure de Beijing, la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté le projet de résolution soumis par entre autres le Liechtenstein concernant le mécanisme chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en Syrie. La Chine a voté contre. Pourriez-vous nous en parler et expliquer pourquoi cette opposition ?

R : Le Chine estime depuis toujours que la solution politique est la seule issue valable de la crise syrienne. L'urgence est de faire en sorte que les parties au conflit syrien cessent rapidement les hostilités et retournent à la voie du dialogue et de la négociation. Toutes les parties au conflit syrien sont tenues de respecter le droit international et d'éviter les pertes humaines parmi les civils. L'effort de la communauté internationale doit se faire dans le respect de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance de la justice de la Syrie et favoriser le règlement politique et la réconciliation nationale en Syrie, ainsi que le maintien de l'unité des États membres de l'ONU.

Les Nations Unies ont annoncé que les négociations de paix de Genève reprendraient en février prochain. Dans la situation actuelle, la communauté internationale doit travailler ensemble à créer des conditions favorables à une relance rapide du processus de règlement politique de la question syrienne, et non politiser et compliquer encore davantage les choses.

Q : Pour des raisons d'ordre environnemental, la Cour suprême d'Argentine s'est prononcée hier pour la suspension des travaux des deux barrages hydrauliques menés par des entreprises chinoises. Est-ce que vous en êtes au courant ? Pensez-vous que c'est un traitement injuste pour les entreprises chinoises ?

R : Je ne suis pas au courant de la question évoquée. Mais je peux vous donner une réponse de principe.

L'Argentine est un partenaire important de la Chine en Amérique latine. La coopération sino-argentine, mutuellement bénéfique, transparente et conforme aux lois et règlements, a beaucoup contribué au développement socioéconomique des deux pays et correspond à leurs intérêts communs. Quant aux problèmes survenus dans la coopération, nous sommes d'avis qu'il faut les résoudre adéquatement à travers des consultations amicales entre les deux parties sur la base de l'égalité et du bénéfice mutuel. Nous voulons travailler ensemble avec la partie argentine pour faire progresser les projets de coopération concernés.

Q : Les autorités américaines ont intégré Alibaba sur leur liste noire des contrefaçons, une décision due au climat politique actuel aux États-Unis selon le Président d'Alibaba qui la conteste. Quel est votre commentaire là-dessus ? Êtes-vous inquiète du traitement injuste à l'encontre des entreprises chinoises aux États-Unis ?

R : J'ai vu les informations sur ce sujet qui relève plutôt des compétences du Ministère du Commerce. Mais je peux faire une réaction de principe. Les relations économiques et commerciales sino-américaines sont au fond mutuellement bénéfiques. Nous souhaitons un développement sain et sans heurt de ces relations à la faveur des efforts communs, ce qui est dans l'intérêt des deux pays. Nous espérons que les deux parties géreront adéquatement les problèmes survenus dans les échanges économiques et commerciaux par voie de consultations amicales, de sorte à créer un cadre juste et équitable pour la coopération gagnant-gagnant et normale entre les entreprises des deux pays.

Q : Selon la partie taiwanaise, Sao Tomé-et-Principe a demandé des aides financières au-delà des moyens des autorités taiwanaises et la rupture de leurs « relations diplomatiques » est due à la diplomatie de l'argent de Beijing. La partie taiwanaise exprime son vif mécontentement. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Le principe d'une seule Chine est un consensus général de la communauté internationale et répond à la tendance générale de notre époque et à la volonté commune du peuple chinois. Nous apprécions le retour de Sao Tomé-et-Principe à la bonne voie du principe d'une seule Chine et nous nous en réjouissons. Cela montre que la justice finit toujours par prévaloir.

Le principe d'une seule Chine ne s'achète pas ! Le gouvernement chinois ne transige jamais sur les principes. Les commentaires de certains Taiwanais ne sont que des procès d'intention.

Q : Selon des médias, une audience publique a eu lieu aujourd'hui en Chine contre le Japonais suspect d'espionnage. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Je ne dispose pas d'information là-dessus.

Q : La partie chinoise a-t-elle démonté le drone sous-marin américain ? La saisie du drone est une erreur d'opération ou une instruction de la direction ?

R : J'ai répondu à une dizaine de questions sur le véhicule sous-marin américain non habité. La partie chinoise et la partie américaine ont réglé adéquatement ce problème à travers le canal fluide entre les deux armées.

Je vous propose de lire attentivement les déclarations du porte-parole du Ministère chinois de la Défense sur cette question. La Marine chinoise a découvert un appareil non identifié dans les eaux concernées. Afin d'éviter les risques pour la sécurité des navires et des personnes, un navire de secours chinois a mené une identification responsable et professionnelle sur le véhicule. Après avoir identifié qu'il appartenait à la Marine américaine, la partie chinoise l'a rendu à la partie américaine d'une façon appropriée suite à des consultations amicales. Voilà les faits et le déroulement qui sont simples et clairs. Il n'y a pas de place pour la spéculation.

Q : Quand la Chine rétablira-t-elle ses relations diplomatiques avec Sao Tomé-et-Principe ? Quels contacts mène la partie chinoise avec le gouvernement de Sao Tomé-et-Principe ?

R : Vous me semblez impatient. Merci de vous soucier de nous. Mais je n'ai pas d'information à communiquer pour l'instant.

S'agissant des liens actuels entre la Chine et Sao Tomé-et-Principe, la Chine a établi un bureau de liaison à Sao Tomé-et-Principe en novembre 2013. Ces dernières années, les deux parties ont mené des échanges et coopérations dans les domaines économique, commercial et socioculturel. Je vous donne un chiffre. En 2015, le commerce bilatéral a atteint 8 millions de dollars US.

Q : Hier, le porte-parole du Département d'État américain a dit que les deux rives du détroit de Taiwan avaient intérêt à promouvoir le développement pacifique et stable de leurs relations par le dialogue et il a exhorté toutes les parties concernées à engager un dialogue productif et à s'abstenir des actes déstabilisants. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Sur les relations inter-détroit, renseignez-vous auprès du Bureau du Conseil des Affaires d'État pour les Affaires de Taiwan. Je tiens à indiquer ici que le respect du principe d'une seule Chine est non seulement une condition préalable et un fondement politique pour le développement des relations entre la Chine et les autres pays, mais aussi la pierre angulaire de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taiwan, autrement dit du développement pacifique des relations inter-détroit.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés