Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 décembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/12/13

Q : Première question, le Président américain élu Donald Trump choisira Rex Tillerson, PDG du groupe ExxonMobil, comme secrétaire d'État. Quel est votre commentaire là-dessus ? Deuxième question, selon le Département américain de la Défense, un bombardier chinois H-6 a volé le long de la « ligne à neuf traits » en Mer de Chine méridionale après la conversation téléphonique entre Donald Trump et Tsai Ing-wen, ce qui est interprété par la partie américaine comme un avertissement vis-à-vis des propos tenus par Donald Trump au sujet de la Chine. Comment y réagissez-vous ?

R : S'agissant de la première question, nous avons noté les informations concernées. Le maintien du développement sain et régulier des relations sino-américaines correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples. Quel que soit le prochain secrétaire d'État américain, la Chine est prête à travailler ensemble avec lui pour faire progresser davantage les relations sino-américaines sur un nouveau point de départ.

Concernant la deuxième question, les avions militaires chinois effectuent depuis toujours des missions de survol normales dans l'espace aérien concerné au-dessus de la Mer de Chine méridionale. Nous espérons que les parties concernées pourront le voir correctement.

Q : Des avions militaires chinois ont survolé le Détroit de Miyako le 10 décembre, le Ministère chinois de la Défense a accusé le Japon d'avoir lancé des leurres. Mais hier, le Japon l'a démenti, estimé qu'il est fort regrettable que la Chine publie unilatéralement des informations non conformes à la réalité, et exprimé sa protestation contre la partie chinoise. Pourriez-vous nous en donner des précisions ?

R : Le porte-parole du Ministère de la Défense a fait des déclarations le week-end dernier sur le sujet que vous avez évoqué. Vous pourrez vous renseigner auprès du Ministère de la Défense pour plus d'informations.

Nous exhortons la partie japonaise à prendre des mesures de prévention effectives, en tenant compte de la préservation de la stabilité régionale et de l'intérêt général des relations sino-japonaises, afin d'éviter tout problème de sécurité en mer ou dans l'espace.

Q : La Chine et le Viet Nam ont tenu récemment une réunion plénière des délégations pour les négociations sur les frontières. Quels sont les résultats de cette réunion ?

R : Le 12 décembre, le Chef de la délégation chinoise pour les négociations frontalières et Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin et le Chef de la délégation vietnamienne pour les négociations sur les frontières et Vice-Ministre des Affaires étrangères Lê Hoài Trung ont tenu à Beijing une réunion plénière des délégations des gouvernements chinois et vietnamiens pour les négociations frontalières. Les représentants des départements compétents et des gouvernements locaux des deux pays y ont été présents.

Les deux parties ont bien apprécié le rôle majeur du mécanisme de négociations gouvernementales sur les frontières entre la Chine et le Viet Nam dans la gestion adéquate des divergences, l'approfondissement de la coopération pragmatique et la promotion du développement sain et régulier des relations bilatérales, et réaffirmé leur volonté de continuer à bien mettre en œuvre les consensus importants dégagés par les dirigeants des deux partis et des deux pays, de renforcer davantage la consultation et la coopération, de faire avancer à pas assurés les différents travaux de négociations sur les frontières, et de faire fructifier sans cesse le mécanisme susmentionné au grand bénéfice des deux pays et des deux peuples.

Les deux parties ont exprimé leur pleine satisfaction devant les résultats obtenus par les deux pays en matière de gestion des frontières terrestres et d'exploitation conjointe des zones frontalières et sont convenues de continuer à gérer les frontières dans un cadre juridique, institutionnel et réglementaire perfectionné, à renforcer la coopération en matière de gestion des frontières et d'application de la loi dans des régions frontalières, et à promouvoir les échanges humains et l'interconnexion des infrastructures, pour servir le développement des régions frontalières et contribuer au plus grand bénéfice des populations frontalières.

Les deux parties sont convenues également de continuer à mener à bien les projets de coopération d'hydrocarbures et de pêche dans le golfe Beibu, d'assurer comme par le passé la patrouille conjointe des forces navales et des garde-côtes des deux pays, en vue de préserver la paix et la stabilité dans cette zone maritime.

Les deux parties ont souligné leur engagement de poursuivre les efforts pour bien mettre en œuvre les consensus importants des dirigeants des deux partis et des deux pays et l'Accord sur les principes fondamentaux régissant le règlement des questions maritimes entre la Chine et le Viet Nam, de valoriser pleinement le rôle du mécanisme de négociations intergouvernementales sur les frontières et du groupe de travail concerné, de gérer adéquatement les divergences, de promouvoir à pas assurés la coopération pragmatique, afin de préserver ensemble la paix et la stabilité en mer et de faire avancer sans cesse le partenariat stratégique global entre la Chine et le Viet Nam.

Q : Rex Tillerson pourrait être secrétaire d'État américain. Il a peu d'expérience des relations avec la Chine. En cas de sa nomination, la Chine s'en inquiètera-t-elle ?

R : Comme je l'ai dit en répondant à la question du journaliste de CNN, quel que soit le prochain secrétaire d'État américain, nous sommes prêts à travailler ensemble avec lui pour que la relation sino-américaine progresse sans cesse et toujours davantage sur un nouveau point de départ. Comme nous l'avons affirmé à plusieurs reprises, une relation sino-américaine saine et stable correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples. Nous espérons que les départements chinois et américain chargés des affaires étrangères pourront multiplier les contacts, approfondir la coopération et jouer un rôle important et constructif en faveur du développement durable et régulier des relations sino-américaines.

Q : Le Conseiller d'État Yang Jiechi vient de terminer sa visite au Mexique. Comment voyez-vous cette visite ? Vu que la Chine et le Mexique sont tous mécontents des propos tenus par Donald Trump, est-ce que la Chine en profitera pour approfondir sa coopération avec le Mexique ?

R : Le Conseiller d'État Yang Jiechi a effectué une visite au Mexique les 11 et 12 décembre. Des informations concernées ont été rendues publiques.

Le Mexique est un grand pays latino-américain et un pays émergent important. Liés par un partenariat stratégique global, la Chine et le Mexique sont depuis toujours en lien étroit à tous les niveaux. Durant sa visite au Mexique, le Conseiller d'État Yang Jiechi et la partie mexicaine ont eu des échanges de vues approfondis sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun et sont parvenus à d'importants consensus. Ils sont convenus d'approfondir encore plus la coopération pragmatique dans les domaines du commerce, de l'investissement, de l'énergie, des infrastructures et des services financiers, d'élargir les échanges humains et culturels et de faire fructifier toujours davantage la coopération amicale sino-mexicaine.

Q : Cette année marque le 15e anniversaire de l'adhésion de la Chine à l'OMC, mais récemment certains pays occidentaux disent que la Chine n'est pas une économie de marché. La Chine a déposé une plainte pour cela. Comment voyez-vous ce sujet ?

R : Le porte-parole du Ministère du Commerce a fait plusieurs déclarations sur cette question et a exposé de manière complète la position chinoise. Je tiens à insister sur les points suivants :

Premièrement, la soi-disant « économie de marché » et l'accomplissement par les membres de l'OMC des obligations internationales prévues par l'article 15 du Protocole d'accession de la Chine à l'OMC sont deux notions différentes. Certains cherchent à les confondre pour se dérober à leurs responsabilités.

Deuxièmement, en vertu de l'article 15 du Protocole d'accession de la Chine à l'OMC, les membres de l'OMC doivent mettre définitivement fin à la méthode de « pays de substitution » dans les enquêtes antidumping à l'égard de la Chine au plus tard le 11 décembre 2016. Les membres de l'OMC doivent s'acquitter de leurs obligations internationales en la matière.

Troisièmement, la Chine salue les membres de l'OMC ayant pris l'engagement de mettre fin à la méthode de « pays de substitution » et d'appliquer dans les délais impartis les obligations prévues dans l'article 15 du Protocole d'Accession de la Chine à l'OMC. En même temps, nous exprimons nos mécontentements vis-à-vis de quelques membres de l'OMC qui restent ambigus sur le respect des obligations de l'article 15 et qui cherchent à se soustraire à leurs responsabilités. Comme vous l'avez dit, la Chine a soumis une plainte dans le cadre de l'OMC. Nous défendrons fermement nos droits et intérêts légitimes.

Q : Le Japon a annoncé que la Réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée prévue en décembre ne pourrait avoir lieu à la date prévue et se tiendrait l'année prochaine à un moment opportun. Pourriez-vous le confirmer et expliquer le report ?

R : Nous avons répondu à plusieurs reprises à la question liée à la Réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée. Attachant toujours une grande importance à la coopération Chine-Japon-République de Corée, la Chine entend renforcer la communication et la coordination avec ces deux pays et préserver la dynamique de réchauffement de la coopération trilatérale, afin d'assurer un développement sain, régulier et durable de cette coopération.

Nous restons toujours en lien étroit avec la partie japonaise sur la Réunion des dirigeants Chine-Japon-République de Corée. Nous estimons que la réunion doit avoir lieu à un moment opportun et dans des conditions favorables pour les trois parties et aboutir à des résultats positifs escomptés.

Q (posée après la conférence de presse) : Le 7 décembre, après le séisme à Aceh en Indonésie, le Président Xi Jinping a envoyé un message de sympathie au Président indonésien Joko Widodo, affirmant que la Chine est prête à accorder de l'assistance à l'Indonésie selon ses besoins en matière de secours. Quelles sont les mesures d'aide concrètes prises par la Chine?

R : le 7 décembre, un séisme de magnitude 6,4 s'est produit à Aceh, en Indonésie, causant de lourdes pertes humaines et matérielles. La Chine en est très préoccupée. Pour aider l'Indonésie dans le secours et la reconstruction, le gouvernement chinois a décidé d'accorder une aide d'un million de dollars américains au gouvernement indonésien. La Croix-Rouge chinoise a fourni une aide humanitaire de 100 000 dollars américains à la Croix-Rouge indonésienne. Nous espérons que le peuple indonésien pourra vaincre dans les meilleurs délais les difficultés et reconstruire leur foyer.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés