Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 5 décembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/12/05

Q : En ce qui concerne la conversation téléphonique entre le Président élu américain Donald Trump et la dirigeante de Taiwan Tsai Ing-wen, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a déclaré samedi que la Chine a déjà fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine concernée. C’est auprès de l’administration actuelle ou de l’équipe de Donald Trump que ces démarches ont été faites? Quelle est la réponse de la partie américaine ? Comment sont les relations de la Chine avec l’équipe de transition de Donald Trump ? Est-ce que la communication a eu lieu dans d’heureuses conditions ?

R : Le week-end dernier, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et le porte-parole du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d’État ont tous exprimé la position juste et ferme de la Chine au sujet de cette affaire. Concernant votre question, je peux vous dire que la partie chinoise a fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine à Beijing comme à Washington. La position juste et ferme de la Chine sur la question de Taiwan est clairement connue du monde entier. Je pense que la partie américaine, y compris le Président élu Donald Trump et son équipe, connaît très bien cette position.

Q : Après cette conversation téléphonique avec Tsai Ing-wen, Donald Trump a posté un message sur un réseau social, remettant en cause la politique monétaire de la Chine, l’accusant d’abaisser délibérément le taux de change du RMB, de taxer lourdement les produits exportés des États-Unis et de construire en Mer de Chine méridionale des installations militaires de grande envergure. Quels sont votre interprétation et vos commentaires là-dessus ? Pour la Chine, est-ce une erreur liée aux expériences personnelles de Donald Trump ou le signal d’un changement majeur dans la politique de la nouvelle administration américaine à l’égard de la Chine ? La Chine considère-t-elle encore Donald Trump comme un partenaire crédible et avec qui elle peut coopérer pendant les quatre prochaines années ?

R : Concernant votre première question, je pense que vous savez tous très clairement que depuis de longues années, les relations économiques et commerciales sino-américaines sont hautement bénéfiques pour les deux parties, sinon elles n’auraient pas pu atteindre un niveau aussi élevé qu’aujourd’hui. Pour maintenir un tel élan de développement, les deux parties doivent poursuivre leurs efforts communs sur la base de l’attachement aux principes importants dans leurs relations bilatérales.

Nous ne cherchons pas à conjecturer les raisons qui poussent le Président élu Donald Trump et son équipe à agir de telle manière, mais il est sûr que nous allons affirmer notre position et notre attitude au sujet des questions qui nous concernent.

Q : Le week-end dernier, lors de sa participation à un colloque sur la situation internationale et la politique extérieure de la Chine, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a qualifié les relations sino-russes d’ « une pierre angulaire importante du maintien de la paix et de la stabilité dans le monde ». Compte tenu de la haute appréciation portée par le Président russe Vladimir Poutine sur les relations sino-russes dans son discours de l’état de la Russie, est-ce qu’on peut dire que dans le contexte actuel, le développement des relations entre la Chine et la Russie est prometteur et leur coopération sera plus étroite ?

R : Sous la conduite stratégique du Président Xi Jinping et du Président Vladimir Poutine, les relations sino-russes ont toujours maintenu un haut niveau de développement. Chacune des deux parties considère l’autre comme la priorité de sa politique étrangère et l’opportunité importante de développement. Toujours attachées à l’égalité, à la confiance mutuelle, au soutien réciproque, à la prospérité commune et à l’amitié éternelle, elles ne cessent de travailler à transformer les atouts des relations politiques de haut niveau en un plus grand nombre de fruits de coopération pragmatique, et d’intensifier la coopération et la coordination dans les affaires internationales et régionales. La coopération tous azimuts entre la Chine et la Russie a non seulement apporté des bénéfices aux deux pays et aux deux peuples, mais aussi a injecté une puissante énergie positive à la stabilité et à la paix dans le monde. Comme ce qu’a dit le Ministre Wang Yi, la coopération stratégique sino-russe, dépassant de loin le cadre bilatéral, est devenue une pierre angulaire importante du maintien de la paix et de la stabilité dans le monde.

La Chine et la Russie sont l’une pour l’autre le plus grand pays voisin. Elles sont toutes deux membres permanants du Conseil de Sécurité des Nations Unies et importants pays émergents. Leur coopération recèle ainsi de grands potentiels. La Chine est prête à travailler ensemble avec la Russie, en restant fidèle à l’objectif et à l’esprit du Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération entre la République populaire de Chine et la Fédération de Russie, à préserver, à consolider et à développer davantage le partenariat de coordination stratégique globale entre les deux pays, à élargir et à approfondir la coopération pragmatique dans tous les domaines pour apporter une plus grande contribution à la promotion de la prospérité commune et au maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité aussi bien dans la région que dans le monde.

Q : Avez-vous remarqué le message posté aujourd’hui par Donald Trump sur un réseau social ? Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J’ai déjà répondu à des questions concernant cette affaire tout à l’heure. Je pense que vous connaissez très bien la position de la Chine à travers les déclarations faites le week-end dernier par le Ministre Wang Yi et les porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d’État. Maintenir un développement sain et régulier des relations entre la Chine et les États-Unis correspond aux intérêts communs des deux peuples.

Q : La conversation téléphonique de Donald Trump avec Tsai Ing-wen changera-t-elle l’opinion de la Chine sur lui ?

R : Je sais que les médias américians ont fait beaucoup de commentaires sur les propos et actes de M. Trump pendant sa campagne électorale ainsi que sur son élection. Mais de notre côté, nous ne faisons jamais de commentaires sur le style et les caractères des personnalités politiques d’autres pays. Nous bornons nos commentaires aux politiques et surtout à la politique concernant la Chine.

Q : Le Ministre Wang Yi a qualifié la conversation téléphonique entre Donald Trump et Tsai Ing-wen d’ « une basse manœvre manigancée par Taiwan ». Qu’est-ce qui les a motivés à avoir cette conversation téléphonique ? S’agit-il d’une erreur ou d’une décision délibérée ?

R : Je viens de répondre à des questions similaires. Au lieu de conjecturer les motifs qui se cachent derrière ce qui a été dit et fait, nous nous bornons à exprimer notre position et notre attitude sur les faits.

Q : Selon des sources d’information, récemment, la Chine aurait annoncé un don de 1,2 million de dollars à l’UA aux opérations de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Veuillez nous le confirmez et nous présenter des informations concernées.

R : Oui, en effet. Récemment, la Chine a fait, à travers la Mission de la République populaire de Chine auprès de l’Union africaine, un don aux opérations de maintien de la paix de l’UA en Somalie pour soutenir les opérations menées par l’AMISOM. Voilà une illustration concrète du soutien de la Chine aux efforts de l’Afrique pour trouver des solutions africaines aux problèmes africains. Actuellement, la Somalie est entrée dans une étape cruciale pour la transition pacifique. Ce don a ainsi une signification positive pour préserver la paix et la sécurité en Somalie et dans la région et soulager la pénurie de fond de l’AMISOM. À l’avenir, la Chine est prête à poursuivre, de manière appropriée, sa participation active dans le processus de construction de la paix et de la sécurité en Afrique.

Q : Vous avez dit qu’il faut faire la distinction entre les propos et comportements de Donald Trump et les politiques qu’il adoptera après sa prise de fonction. Dans quelle mesure ses propos et comportements d’aujourd’hui peuvent permettre de prévoir la politique de la nouvelle administration américaine à l’égard de la Chine pour les années à venir ? Les mots qu’il a postés sur Twitter signifient-ils qu’il durcira davantage sa politique envers la Chine ? À quel point cela est utile pour la Chine d’évaluer sa politique à l’égard de la nouvelle administration américaine ?

R : Je n’ai jamais dit qu’il faut faire la distinction entre les propos et comportements actuels de Donald Trump et la politique qu’il adoptera après sa prise de fonction. Ce n’est que votre interprétation personnelle. Ce que je voulais dire, c’est qu’au lieu de conjecturer les motifs qui se cachent derrière ce qui a été fait par le Président élu Donald Trump et son équipe, nous n’exprimons que notre position et notre attitude sur les faits..

Nous avons exposé à maintes reprises la position de principe de la Chine. Je pense que vous la connaissez très bien. La question de Taiwan est la question la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines. Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis il y a presque 40 ans, les relations bilatérales n’ont cessé de se développer. L’attachement à la politique d’une seule Chine et aux principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains constitue toujours un préalable politique important du développement sain et régulier des relations sino-américaines et de la coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays. Seule une poursuite soutenue de cette condition politique importante permet de créer un plus bel avenir des relations et de la coopération mutuellement avantageuse sino-américaines.

Q : Il semble que Donald trump continuera à tenir ce genre de propos. Quel regard la Chine y porte-t-elle ? Quand est-ce qu’elle changera sa position ?

R : Comme je l’ai souligné tout à l’heure, nous n’exprimons notre attitude et notre position que sur ce qui s’est passé et les questions liées à la Chine. En ce qui concerne la conversation téléphonique entre le Président élu Donald Trump et la dirigeante de Taiwan, nous avons déjà exprimé notre position juste et ferme.

Q : La partie chinoise a-t-elle été informée à l’avance par la partie américaine de cette conversation téléphonique ?

R : La position du gouvernement chinois sur la question de Taiwan est connue du monde entier. Je pense que le Président élu Donald Trump et son équipe la connaissent clairement.

Q : En ce qui concerne la conversation téléphonique entre Donald Trump et Tsai Ing-wen, à quel point la situation est-elle grave ? Si l’équipe de Trump envisage de poursuivre le dialogue avec la dirigeante de Taiwan et de changer la situation actuelle, quelles pourraient en être les conséquences ?

R : Concernant la position de la Chine, comme j’ai dit tout à l’heure, nous avons rapidement exprimé notre position juste et ferme après cet appel téléphonique.

Q : Les Chinois sont de plus en plus nombreux à venir à Saipan des Îles Mariannes du Nord des États-Unis pour les jeux d’argent. Est-ce que le gouvernement chinois en est inquiet ?

R : L’attitude du gouvernement chinois est très claire. Nous demandons toujours à nos citoyens en voyage à l’étranger de respecter les lois et règlements locaux, de ne pas participer aux jeux d’argent ou à d’autres activités suceptibles de nuire à leurs droits et intérêts.

Q : Selon des sources d’information, la conversation téléphonique entre Donald Trump et Tsai Ing-wen aurait été planifiée plusieurs semaines à l’avance. Comment y réagissez-vous ?

R : Comme je l’ai souligné tout à l’heure, nous avons déjà exprimé notre position juste et ferme sur ce qui a eu lieu. La position et l’attitude de la Chine sur la question de Taiwan sont connues de tous. Je pense que le Président élu Donald Trump et son équipe la connaissent très clairement.

Q : Après cette conversation téléphonique, la Chine a-t-elle fait des démarches auprès de l’équipe de Donald trump ?

R : Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a déjà exprimé la position de la Chine le week-end dernier. Nous avons déjà fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine.

Q : Selon des sources d’information, le Président américain Barak Obama aurait récemment signé un décret interdisant le rachat par une entreprise chinoise de l’équipementier allemand de semi-conducteurs Aixtron, craignant une éventuelle utilisation par la Chine de puces d’Aixtron dans ses projets nucléaires, et des risques sur la sécurité nationale américaine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises chinoises dans les investissements à l’étranger et la coopération internationale conformément aux lois du marché, aux règles internationales et sur la base du respect des lois et règlements locaux. Le rachat de l’équipementier allemand de semi-conducteurs Aixtron par une entreprise chinoise est un acte purement commercial. La Chine s’oppose à toute politisation ou toute intervention par la voie politique d’un rachat commercial. Nous espérons que la partie américaine arrêtera d’accuser les entreprises chinoises sur de simples soupçons et créera des conditions équitables et favorables à leur investissement. Sur le long terme, cela correspond aux intérêts des deux parties.

Q : Vous avez dit que la Chine a fait des démarches auprès de la partie américiane. Est-ce que vous parliez de l’équipe de transition de Donald Trump ?

R : Je pense que cela se comprend facilement.

Q : La Chine envisage-t-elle de punir les autorités de Taiwan ? À part les représentations solennelles, quelles seront les mesures que la Chine adoptera vis-à-vis de la partie américaine ?

R : Votre première question ne concerne pas le domaine diplomatique, je vous conseille donc de vous renseigner auprès du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d’État.

Quant à votre deuxième question, je pense que nous l’avons dit assez clairement. La question de Taiwan est ce qu’il y a de plus important et de plus sensible dans les relations sino-américaines. Le principe d’une seule Chine est une condition politique importante du développement soutenu, sain et régulier des relations sino-américaines et des progrès continus de la coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays. Nous avons exprimé, conformément à ce principe, notre position juste et ferme à la partie américaine.

Q : Après la victoire du Brexit, l’Italie a organisé un référendum sur la réforme constitutionnelle à l’issue duquel le Premier Ministre Matteo Renzi a annoncé sa démission. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté le résultat du référendum sur la réforme constitutionnelle en Italie. C’est une décision prise par le peuple italien, et nous la respectons. Attachant toujours une haute importance à ses relations avec l’Italie, la Chine entend travailler ensemble avec elle pour approfondir sans cesse la confiance politique mutuelle, élargir la coopération pragmatique dans les différents domaines et poursuivre un développement continu du partenariat stratégique global sino-italien.

Q : Pourquoi deux dirigeants élus ne peuvent pas s’entretenir au téléphone ?

R : Je pense que votre question pose en elle-même des problèmes.

Tout d’abord, je vous conseille de vous renseigner auprès du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d’État en ce qui concerne l’« élection » de la dirigeante de Taiwan et le point de vue fondamental de la partie continentale.

Quant à la question de savoir pourquoi les deux dirigeants ne peuvent pas se parler au téléphone, je pense que le Ministre Wang Yi et les porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d’État ont donné dans leurs déclarations une explication très claire. Le principe d’une seule Chine est le consensus de la communauté internationale et la condition politique pour les différentes parties de développer leurs relations et coopération mutuellement avantageuse avec la Chine. Au lieu d’être des mots vides de sens, ce principe comporte une signification concrète.

Q : Y a-t-il des contacts entre le Ministère chinois des Affaires étrangères et l’équipe de Donald Trump ? Avant la prise de fonction de Donald Trump l’an prochain, est-ce que la Chine espère qu’il mène plus de dialogues avec les dirigeants chinois ?

R : Nous avons déjà dit que la Chine maintient des échanges et contacts avec l’équipe du Président élu Donald Trump. Quant à la question de savoir s’il y aura des échanges de haut niveau entre les deux pays, j’y ai déjà répondu dans des conférences de presse précédentes. Les échanges de haut niveau entre la Chine et les États-Unis constituent une importante force motrice pour promouvoir un développement sain, soutenu et régulier des relations entre les deux pays et offrent des occasions importantes à la partie chinoise d’exprimer explicitement et à un haut niveau à la partie américaine sa position et ses points de vue sur les questions d’importance majeure.

Q : La Chine estime-t-elle qu’il est perturbateur et même dangereux d’annoncer la politique étrangère sur les réseaux sociaux ?

R : La Chine adopte une position de principe très claire. Nous espérons que la politique d’une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, en tant que la condition politique qui permet aux relations entre les deux pays de se développer continuellement depuis des années, pourra être respectée par la partie américaine. C’est seulement ainsi que sera assuré le bon déroulement de la coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays.

Q : Hier, le Ministère chinois des Affaires étrangères a publié des informations concernant la visite en Chine du Ministre iranien des Affaires étrangères. Pourriez-vous nous présenter en détail son programme de visite ?

R : Ce matin, le Ministre Wang Yi et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif ont eu un très bon entretien à l’issue duquel les deux Ministres ont tenu ensemble une conférence de presse. Nous avons déjà publié les informations concernées sur le site web du Ministère.

Demain après-midi, à 4 heures, dans la Salle Bleue, le Ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine et le gouvernement populaire de la province du Guizhou coorganiseront la 5e séance de présentation et de promotion des collectivités locales chinoises placée cette fois-ci sous le thème « Une Chine ouverte : Le Guizhou, populaire pour sa diversité ». Le Guizhou est une province multiethnique qui se trouve à l’intérieur de la Chine et constitue un maillon important de la mise en valeur de l’Ouest de la Chine. Il a devant lui de nombreuses opportunités de developpement et les opportunités de coopération qu’il offre dans son développement attirent l’attention des différents pays du monde. Soyez les bienvenus pour couvrir cet événement et venez nombreux. Notre conférence de presse sera suspendue demain et reprendra le 7 décembre.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés