Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 25 novembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/11/25

Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang, le Premier Ministre du gouvernement laotien Thongloun Sisoulith effectuera une visite officielle en Chine du 28 novembre au 1er décembre.

Des dirigeants chinois s'entretiendront avec le Premier Ministre Thongloun Sisoulith et échangeront avec lui sur les relations sino-laotiennes et les questions d'intérêt commun. À part Beijing, le Premier Ministre Thongloun Sisoulith se rendra aussi au Hunan.

Ces dernières années, les relations sino-laotiennes se sont sans cesse développées en profondeur. Cette année marque le 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Laos, ce dernier assume la présidence tournante de l'ASEAN, les échanges de haut niveau entre les deux pays sont intenses, et la coopération dans différents domaines progresse continûment et enregistre de nouveaux acquis. Je suis convaincu que cette visite permettra à la Chine et au Laos de consolider davantage leur confiance politique mutuelle, d'approfondir leur coopération pragmatique et de porter leurs relations à un nouveau palier.

Q : Hier, le gouvernement chinois a publié le deuxième Document de la politique de la Chine à l'égard de l'Amérique latine et des Caraïbes (ALC). Par rapport au premier document paru en 2008, quels sont les nouveautés et les points-clés de ce deuxième document ?

R : Depuis la publication du premier document de la politique de la Chine à l'égard de l'ALC, les relations entre la Chine et l'ALC ont connu un développement à pas de géant. Au terme de la visite réussie en ALC du Président Xi Jinping, la Chine a publié son deuxième document sur sa politique à l'égard de l'ALC, ce qui revêt une signification majeure pour la promotion des relations Chine-ALC. Par rapport au premier document, ce deuxième document comporte notamment trois points-clés :

Premièrement, définir les objectifs du développement des relations Chine-ALC. Selon le document, la Chine œuvre à une nouvelle architecture des relations Chine-ALC marquée par les points suivants : la sincérité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur les plans économique et commercial, l'inspiration mutuelle sur les plans humain et culturel, la coordination étroite dans les affaires internationales et la promotion réciproque entre la coopération globale Chine-ALC et les relations bilatérales.

Deuxièmement, élaborer le plan de promotion de la coopération globale Chine-ALC. Instauré en 2014, le Forum Chine-CELAC offre une plate-forme pour la promotion de la coopération globale Chine-ALC et le renforcement du dialogue et de la coopération avec les organisations sous-régionales concernées et les institutions financières multilatérales. Le document a planifié avec précision la prochaine étape du développement de ce forum et prévu qu'un sommet réunissant les dirigeants des pays membres du Forum Chine-CELAC aurait lieu quand les conditions auraient été réunies.

Troisièmement, élargir les domaines de coopération Chine-CELAC. Le document a avancé trente-neuf initiatives de coopération couvrant huit domaines, à savoir politique, économie et commerce, social, humain et culturel, coordination internationale, paix et sécurité, justice, coopération globale et coopération tripartite, dont beaucoup sont évoqués pour la première fois. Par exemple, le document a mentionné le renforcement des échanges d'expériences sur la gouvernance et le développement, l'intensification de la coopération en matière d'investissements industriels et de capacités de production, ainsi que les efforts communs pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Ce document illustre l'attachement de la Chine au développement des relations avec l'ALC. La Chine entend saisir cette opportunité pour porter à un palier toujours plus élevé le partenariat global Chine-ALC sur la base de l'égalité, du bénéfice réciproque et du développement partagé.

Q : Hier, la douane hongkongaise a saisi un cargo partant de Taiwan pour Singapour sur lequel ont été trouvés des blindés. Singapour et Taiwan entretiennent depuis longtemps des relations militaires. Est-ce que la douane hongkongaise a agi sur l'ordre de Beijing ? S'agit-il d'une expression de mécontentement de la Chine à l'égard de Singapour pour ses relations militaires avec Taiwan ?

R : Nous avons noté les informations concernées et nous sommes en train de les vérifier. L'entrée et la sortie de toute personne et de toute marchandise étrangères de la Région administrative spéciale de Hong Kong doivent se conformer aux lois pertinentes de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Dans le même temps, je tiens à réitérer que le gouvernement chinois s'oppose toujours fermement à ce qu'un pays ayant des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine ait avec Taiwan des échanges officiels, quelle qu'en soit la forme, y compris des échanges et coopération militaires.

Q : Selon l'affirmation faite aujourd'hui par le Président de l'Institut chinois des Études sur la Mer de Chine méridionale Wu Shicun, la Chine et les Philippines sont en négociation sur une série d'accords de coopération dans le secteur de la pêche, y compris sur la question de pêche au large de Huangyan Dao. Pourriez-vous le confirmer et donner plus de détails sur ces accords ?

R : La visite en Chine du Président philippin Rodrigo Duterte marque un tournant dans l'amélioration globale des relations sino-philippines. La partie chinoise et la partie philippine sont convenues de revenir sur la voie de dialogue et de négociation concernant la question de la Mer de Chine méridionale. La Chine a, dans un esprit d'amitié, fait des arrangements adéquats sur les activités professionnelles des pêcheurs philippins au large de Huangyan Dao. Dans le même temps, je tiens à souligner qu'il n'y a et n'aura pas de changement concernant la souveraineté et la juridiction de la Chine sur Huangyan Dao.

Q : Le Président Xi Jinping a rencontré hier la Vice-Présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria Anton. Pourriez-vous en dire plus ?

R : Le Président Xi Jinping a rencontré hier la Vice-Présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria Anton dans l'île Grande Canarie.

Durant la rencontre, le Président Xi Jinping a indiqué que les relations sino-espagnoles se développent dans d'heureuses conditions et que les deux pays, qui se trouvent tous deux dans une période cruciale de développement et de réforme, ont une coopération prometteuse dans les domaines de l'économie, du commerce, de l'investissement et du socio-culturel. Selon lui, la Chine accorde une haute importance à ses relations avec l'Espagne, et entend travailler activement avec elle à un développement sain, stable et durable de leurs relations. Le Président Xi Jinping a appelé la Chine et l'Espagne à intensifier les échanges de haut niveau, à accroître la connaissance réciproque et la confiance politique mutuelle, à élargir la coopération pragmatique et à exploiter pleinement le potentiel de la coopération en matière d'agriculture, de science, de technologie, d'énergie propre et de tourisme. Il a affirmé le souhait de la Chine de voir l'Espagne participer activement à la coopération mutuellement avantageuse dans le cadre de l'initiative « Ceinture et Route » et invité les deux parties à renforcer les échanges humains et culturels et à consolider la base populaire de l'amitié sino-espagnole.

Le Président Xi Jinping a souligné qu'il est dans l'intérêt de la Chine et de l'Europe de développer une coopération mutuellement bénéfique. Il a assuré que la Chine soutiendrait fermement l'intégration européenne et œuvrerait à la construction avec l'Union européenne d'un partenariat pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation et à approfondir la coopération pragmatique. Il a aussi exprimé le souhait de voir l'Espagne jouer un rôle plus important dans la promotion d'un développement régulier et stable des relations Chine-UE.

Q : Selon les derniers chiffres communiqués par la douane chinoise, la Chine a importé en octobre 40% de plus de charbon de la RPDC par rapport au mois précédent. Si la Chine est mécontente des programmes nucléaires et de missiles balistiques de la RPDC, pourquoi a-t-elle continué à en importer du charbon ?

R : Vous venez de mentionner les statistiques publiées par la douane chinoise sur l'importation chinoise de charbon en provenance de la RPDC. Je tiens à souligner que, ce qui mérite notre attention, ce n'est pas l'évolution de l'importation dans sa quantité, mais le caractère légal ou pas de l'importation. C'est essentiel.

La Chine a toujours appliqué de manière intégrale et sérieuse les résolutions de sanctions du Conseil de Sécurité contre la RPDC. Et nous avons toujours dit que les sanctions du Conseil de Sécurité contre la RPDC ne doivent pas avoir des conséquences négatives sur la subsistance et les besoins humanitaires de son peuple. La Résolution 2270 du Conseil de Sécurité interdit l'exportation de charbon, de fer et de minerais de fer de la RPDC, et prévoit que cette interdiction ne s'applique ni aux transactions menées exclusivement à des fins de subsistance, ni à celles qui ne sont pas liées à la production de recettes pour les programmes nucléaires ou de missiles balistiques. L'importation chinoise de charbon de la RPDC se conforme aux exigences de la résolution du Conseil de Sécurité.

Q : Selon des médias sri-lankais, l'ancien Président de la Sri Lanka Rajapaksa est en visite en Chine. Qu'attend la Chine de cette visite?

R : Je ne dispose pas d'information sur ce sujet, et je vous répondrai après m'être renseigner.

Q (posée à l'issue de la conférence de presse) :Selon des reportages, le 24 novembre, le gouvernement colombien et les FARC ont signé officiellement le nouvel accord de paix final. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous exprimons notre félicitation pour la signature officielle du nouvel accord de paix final entre le gouvernement colombien et les FARC et saluons les efforts déployés par les différentes parties pour la promotion du processus de paix en Colombie par le dialogue. Nous espérons que cet accord sera accepté par les différentes parties en Colombie, entrera en vigueur et sera appliqué dans les meilleurs délais.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés