Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 11 novembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/11/11

Comme convenu entre la Chine et les États-Unis, la 27e session de la Commission conjointe sino-américaine sur le commerce se tiendra du 21 au 23 novembre à Washington, aux États-Unis. Elle sera coprésidée par le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Wang Yang, la Secrétaire américaine au Commerce Penny Pritzker et le Représentant américain au Commerce Michael Froman. Le Secrétaire américain à l’Agriculture Tom Vilsack assistera à la session. Les deux parties auront, dans le cadre de la mise en œuvre des consensus dégagés par les deux chefs d’État, des échanges de vues approfondis sur les sujets économiques et commerciaux importants d’intérêt respectif, et exploreront les moyens d’élargir la coopération mutuellement bénéfique.

Sur l’invitation du Ministre des Affaires étrangères de la République d’Ouzbékistan Abdulaziz Kamilov et du Ministre des Affaires étrangères de la République turque Mevlüt Çavuşoğlu, du 12 au 14 novembre, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite officielle en Ouzbékistan et se rendra en Turquie pour la première réunion du mécanisme de consultations entre les Ministres chinois et turc des Affaires étrangères.

Q : Concernant la session de la Commission conjointe sino-américaine sur le commerce, pourriez-vous nous donner plus d’informations sur son programme ? Maintenant que M. Donald Trump est élu président des États-Unis, la session aura-t-elle une signification différente par rapport aux sessions précédentes ?

R : La 27e session de la Commission conjointe sino-américaine sur le commerce sera le dernier dialogue économique et commercial de haut niveau entre la Chine et les États-Unis avant la fin de l’année. Lors de la session, les deux parties mèneront, dans le cadre de la mise en œuvre des consensus dégagés par les deux chefs d’État, des échanges de vues approfondis sur les sujets économiques et commerciaux importants d’intérêt respectif, et exploreront les moyens d’élargir la coopération mutuellement bénéfique. En plus, les deux parties organiseront, en marge de la session, une table ronde des entrepreneurs chinois et américains, un séminaire sur l’économie numérique, un séminaire sur l’agriculture et les produits alimentaires, un déjeuner avec les hommes d’affaires, et des discussions thématiques sur l’économie numérique.

En 2015, les États-Unis étaient le deuxième partenaire commercial, le premier client et le quatrième fournisseur de la Chine. La Chine, quant à elle, était le premier partenaire commercial, le troisième client et le premier fournisseur des États-Unis. En 2015, le volume des échanges bilatéraux de marchandises entre les deux pays s’est établi à 558,4 milliards de dollars américains, et le stock des investissements dans les deux sens a dépassé 160 milliards de dollars américains.

La Commission conjointe sino-américaine sur le commerce est l’un des premiers mécanismes de dialogue de haut niveau établis par les deux gouvernements dans le domaine économique et commercial. Depuis la première session de la Commission tenue en mai 1983, les deux parties ont organisé avec succès 26 sessions, ce qui a joué un rôle important et irremplaçable dans l’élargissement de la coopération bilatérale mutuellement avantageuse, l’apaisement des frictions économiques et commerciales ainsi que la promotion du développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines. Nous souhaiterions œuvrer ensemble avec la partie américaine pour assurer un développement soutenu, sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines et contribuer davantage au bien-être des peuples chinois et américain et des peuples du monde.

Q : Selon des médias étrangers, le futur Ambassadeur de Philippines en Chine Jose Santiago “Chito” Sta. Romana aurait déclaré récemment lors d’un forum à Manille : « En laissant les pêcheurs philippins retourner à Huangyan Dao, la Chine observe en réalité la sentence de l’arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale. » Vous avez déjà fait des commentaires là-dessus. Mais hier, M. Romana a dit à Global Times que certains médias avaient déformé ses phrases et donné de fausses informations et qu’il n’avait jamais fait de telles remarques lors du forum. En fait, ce jour-là, lorsqu’il parlait avec des journalistes, l’un d’entre eux a prononcé la phrase sus-mentionnée. M. Romana a poursuivi en disant que les dirigeants philippins et chinois avaient parlé de la question concernée et estimaient tous que l’entraide entre les frères asiatiques favoriserait la compréhension mutuelle. Mais, selon lui, ce journaliste avait supprimé certaines de ses phrases en y ajoutant des propos qu’il n’avait jamais tenus. M. Romana a indiqué que ces informations étaient fausses et qu’elles ont dénaturé et mal interprété ses propos. Avez-vous d’autres commentaires à faire sur ce sujet ?

R : J’ai noté la clarification faite par M. Romana sur les fausses informations données par certains médias. Nous espérons que cette clarification permettra aux parties concernées de comprendre correctement la position du gouvernement philippin. Nous espérons également que les médias concernés pourront observer scrupuleusement la déontologie journalistique et donner des informations objectives et fidèles, au lieu de déformer délibérément, et pour quelque objectif que ce soit, les paroles des interviewés et d’induire les lecteurs en erreur. Cela n’est pas bien du tout.

Comme nous l’avons dit à maintes reprises, lors de la visite en Chine du Président philippin Rodrigo Duterte, les dirigeants chinois et philippins ont eu des échanges de vues amples sur de nombreuses questions et ont dégagé beaucoup de consensus. Les deux parties étaient unanimes à estimer qu’il faudrait se focaliser sur la coopération, mettre de côté les différends et ramener ensemble la question de la Mer de Chine méridionale sur la bonne voie du règlement par le dialogue et les consultations amicaux entre les parties directement concernées. Ce consensus est, aux yeux des deux parties, non seulement bénéfique pour les deux pays et les deux peuples, mais aussi favorisera la paix, la stabilité et la prospérité dans la région. À l’heure actuelle, les relations sino-philippines s’améliorent sur tous les plans. Nous entendons travailler ensemble avec la partie philippine pour élargir et approfondir la coopération amicale sino-philippine pour qu’elle puisse donner plus de fruits tangibles.

Q : Lors du Forum de Dialogue Chine-Philippines 2016 organisé par China Daily à Manille, M. Romana a dit également qu’il y avait des leçons à tirer de l’expérience du Viet Nam et de l’URSS concernant le règlement par les négociations de leurs différends territoriaux respectifs avec la Chine. Pour régler ses différends avec ces deux pays, la Chine et ces pays ont d’abord commencé par le maintien de bonnes relations politiques, et ensuite fait recours à des « contacts silencieux et de haut niveau » et à d’autres moyens diplomatiques. Plusieurs années de négociations leur ont permis de trouver une solution à leurs différends. Selon M. Romana, cela a montré qu’il était possible de régler les différends territoriaux avec la deuxième économie du monde, et cela demande juste du temps. Comment y réagissez-vous ?

R : Nous estimons depuis toujours qu’il est normal que les pays, quelle que soit leur taille, ont des points de vue divergents même des différends. Il n’y a rien à craindre. Tant que les deux parties concernées démontrent suffisamment de sincérité, de patience et de sagesse, et mènent des dialogue, consultations et négociations amicaux selon les principes du respect mutuel, de la recherche des terrains d’entente par-delà les divergences et de la coexistence pacifique, la plupart des questions pourront être traitées et réglées adéquatement.

Comme vous le savez, la Chine partage des frontières terrestres avec 14 pays voisins. Pour des raisons historiques, elle a eu des problèmes frontaliers, à des degrés différents, avec certains de ses pays voisins. Grâce aux efforts déployés depuis plus de 60 ans, la Chine a réglé adéquatement avec 12 d’entre eux ces problèmes frontaliers par des négociations et consultations amicales. C’est dans ce même esprit que la Chine et les pays de l’ASEAN, y compris les Philippines, ont travaillé ensemble. Leurs efforts ont permis à la situation de s’apaiser visiblement en Mer de Chine méridionale et de retourner sur la bonne voie de la gestion et du règlement par des consultations amicales entre les parties directement concernées. Nous sommes prêts à continuer à suivre cette bonne voie avec les pays concernés, et nous espérons que les autres parties et les médias concernés pourront respecter les efforts déployés par les pays de la région, s’exprimer de manière objective et responsable et agir davantage en faveur de la paix, de la stabilité, du développement et de la prospérité dans la région.

Q : Selon des sources d’information, pour se rendre en visite en Amérique latine, le Président Xi Jinping fera escale en Italie et rencontrera le Président du Conseil des ministres italien. Pourriez-vous nous donner plus d’informations ?

Q (du même journaliste) : Et on dit aussi que le Président Xi Jinping effectuera, sur son chemin de retour, un transit à l’île Grande Canarie d’Espagne. Pourriez-vous le confirmer ?

R : À l’heure actuelle, les relations sino-italiennes et sino-espagnoles connaissent un bon élan de développement, marqué par une confiance politique mutuelle solide et des échanges et coopérations fructueux dans divers domaines. Il y a un long voyage à faire pour se rendre de la Chine en Amérique latine. Si le Président Xi Jinping choisit de faire escale à l’île italienne de Sardaigne sur son chemin d’aller et à l’île espagnole de Grande Canarie sur son chemin de retour, cela montre l’attachement de la Chine au développement de ses relations avec ces deux pays. La partie italienne et la partie espagnole accordent toutes une grande importance au passage du Président Xi Jinping sur leur territoire et lui réserveront un accueil chaleureux et hospitalier. Nous leur exprimons nos remerciements.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés