Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 7 novembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/11/07

Q : Ce matin, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) a adopté une interprétation de l'article 104 de la Loi fondamentale de Hong Kong. Certains médias étrangers expriment leur préoccupation à cet égard. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Strictement parlant, cette question ne relève pas de la compétence du Ministère des Affaires étrangères. Vous avez sans doute noté qu'après l'adoption de l'interprétation concernée par le Comité permanent de l'APN ce matin, la Direction générale du Comité permanent de l'APN a tenu une conférence de presse lors de laquelle le Secrétaire général adjoint du Comité permanent de l'APN M. Li Fei a expliqué en détail le contenu de l'interprétation de l'article concerné et les fondements y relatifs. Le porte-parole du Bureau du Conseil des Affaires d'État pour les affaires de Hong Kong et de Macao et le responsable du Bureau de liaison du gouvernement populaire central à Hong Kong se sont aussi exprimés sur ce sujet.

Puisque vous évoquiez la préoccupation dans l'opinion étrangère, je voudrais réaffirmer ici notre position. L'interprétation adoptée par le Comité permanent de l'APN a permis de clarifier les dispositions relatives à la prestation de serment des agents publics prévue dans l'article 104 de la Loi fondamentale de Hong Kong, de résoudre les controverses juridiques concernées et d'instaurer les règles essentielles et claires sur la prestation de serment, ce qui contribue à endiguer les forces indépendantistes de Hong Kong, à préserver l'autorité de la Constitution chinoise et de la Loi fondamentale de Hong Kong, à sauvegarder l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de la Chine et à préserver la prospérité et la stabilité à long terme de Hong Kong. L'interprétation concernée est tout à fait conforme aux dispositions de la Constitution chinoise et de la Loi fondamentale de Hong Kong ainsi qu'au principe d'« un pays, deux systèmes ».

Je voudrais souligner que Hong Kong est une Région administrative spéciale (RAS) de Chine. C'est une région administrative locale relevant du gouvernement central de Chine. Les affaires de Hong Kong relèvent des affaires intérieures de la Chine. Aucun pays étranger n'a à s'y ingérer. Les forces indépendantistes de Hong Kong se livrent à des activités scissionnistes et tentent de séparer Hong Kong de la Chine, en violant la loi et la volonté du peuple. Cela porte atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine et aux intérêts fondamentaux de la RAS de Hong Kong, et nuit aux intérêts des pays étrangers à Hong Kong. Nous espérons que la communauté internationale et les pays concernés prendront clairement conscience de la nature des forces indépendantistes de Hong Kong, comprendront pleinement la nécessité et la pertinence de l'interprétation de la loi par le Comité permanent de l'APN, soutiendront les efforts du gouvernement central chinois et du gouvernement de la RAS de Hong Kong pour sauvegarder la souveraineté, la sécurité et l'unité du pays et préserver la prospérité et la stabilité de la RAS de Hong Kong.

Q : Récemment, durant sa visite en Chine, le Premier Ministre malaisien Najib Razak a posté sur les réseaux sociaux des photos de son voyage en train à grande vitesse, ce qui donne à penser que la Malaisie coopérerait avec la partie chinoise pour construire les tronçons malaisiens du chemin de fer à grande vitesse reliant la Malaisie et Singapour. Pourriez-vous le confirmer ?

R : La récente visite du Premier Ministre Najib Razak en Chine a été couronnée de succès. Comme le présentent les communiqués, le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'APN Zhang Dejiang ont eu de très bons entretiens et rencontres avec le Premier Ministre Najib Razak. Les dirigeants des deux pays ont eu des échanges de vues approfondis sur les relations sino-malaisiennes et la coopération pragmatique dans tous les domaines. Cette visite a permis d'accroître la confiance mutuelle et d'approfondir la coopération amicale et mutuellement bénéfique entre les deux parties et portera le partenariat stratégique global sino-malaisien à un nouveau palier.

Concernant la coopération en matière d'infrastructures, y compris dans le domaine du chemin de fer à grande vitesse, la Chine soutient depuis toujours cette coopération entre les entreprises des deux pays conformément aux règles d'affaires et sur la base du bénéfice mutuel. Nous soutenons le développement économique et social malaisien et l'interconnexion de la région. Dans le communiqué de presse conjoint publié cette fois-ci, les deux parties ont également exprimé leur volonté de discuter de la coopération concernée.

Q : Dans le communiqué de presse conjoint publié lors de la visite du Premier Ministre Najib Razak en Chine, les deux parties ont réaffirmé leur position en faveur du règlement pacifique des différends par voie de consultations amicales et de négociation entre les pays souverains directement concernés dans le respect des principes du droit international, et estimé que l'intervention des parties non directement concernées n'aiderait pas à résoudre la question. Est-ce que cela signifie que les deux pays continueront à gérer avec discrétion les différends en Mer de Chine méridionale et s'opposent à l'ingérence des pays non riverains ?

R : Vous suivez tous de très près la visite en Chine du Président philippin Rodrigo Duterte et du Premier Ministre malaisien Najib Razak. À travers les informations que nous avons communiquées et les déclarations conjointes et les communiqués de presse conjoints sino-philippins et sino-malaisiens, vous pouvez voir que la Chine et les Philippines, la Chine et la Malaisie œuvrent toutes pour remettre la question de la Mer de Chine méridionale sur la bonne voie que représente la recherche d'une solution appropriée par voie de négociation et de consultations par les parties directement concernées. Sur place, la situation en Mer de Chine méridionale évolue dans un sens positif. Un constat partagé par la plupart des pays de la région et qui va dans l'intérêt commun des pays de la région. Il s'agit là aussi d'un consensus et d'une attente de tous. Nous espérons que la communauté internationale, surtout certains pays hors région, respecteront effectivement ce consensus et les intérêts communs des pays de la région.

Q : En tant que pays hôte du Sommet Chine-Japon-République de Corée de cette année, le Japon envisage d'organiser ce Sommet en décembre et a déjà communiqué les arrangements y relatifs à la Chine et à la République de Corée, mais il semble que la Chine n'a pas encore donné sa réponse. Pour quelle raison ? Dans quelles conditions la Chine acceptera-t-elle les arrangements prévus par la partie japonaise ?

R : L'année dernière, le 6e Sommet Chine-Japon-République de Corée a abouti à d'importants consensus, ce qui revêt une signification positive pour promouvoir la coopération entre les trois pays. Ces consensus sont actuellement mis en œuvre de manière consciencieuse par les trois parties. Comme nous l'avons déjà dit, le maintien des échanges de haut niveau entre les trois parties profite à l'approfondissement de la coopération dans la région. Bien entendu, nous espérons que les parties concernées pourront travailler dans le même sens et œuvrer ensemble pour créer l'ambiance et les conditions nécessaires à cet égard. Les Ministères des Affaires étrangères des trois pays sont en contact là-dessus.

Q : Ces derniers jours, lors d'une session d'information sur la politique américaine à l'égard de l'Asie-Pacifique tenue à Washington, le Secrétaire d'État adjoint américain Daniel Russel a dit qu'aucun signe ne montre que le Président Rodirgo Duterte recule sur la question de la sentence de l'arbitrage car ce n'est pas dans l'intérêt fondamental des Philippines. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous n'avons pas entendu ces propos de la part du dirigeant philippin.

Il est intéressant de voir que certains pays ne cessent d'exprimer ces derniers temps la position philippine à la place du dirigeant philippin.

Comme nous l'avons dit, pour comprendre exactement la position du gouvernement philippin, mieux vaut écouter ce que dit le dirigeant philippin lui-même. Comme vous l'avez sans doute remarqué, le Président Duterte, par ses propos et actes récents, a expliqué clairement à la communauté internationale ce qu'on doit faire pour répondre au mieux aux intérêts fondamentaux et à long terme du peuple philippin.

J'aimerais rappeler que le Président Duterte a réaffirmé à plusieurs reprises que les Philippines sont un pays indépendant et que la politique extérieure du gouvernement philippin est élaborée de manière indépendante. Il n'appréciera pas qu'on décide pour lui, pas plus qu'on explique la position du gouvernement philippin à la place des Philippines. La partie concernée ferait mieux de respecter l'indépendance des Philippines.

Q : Selon des informations de Kyoto News, durant sa visite au Japon, la Conseillère pour l'État et Ministre des Affaires étrangères du Myanmar Aung San Suu Kyi a répondu à un journaliste japonais en affirmant que le nouveau gouvernement du Myanmar entretient de très bonnes relations avec la Chine et que le Myanmar souhaite entretenir des relations d'amitié avec tous les pays du monde. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : Nous avons noté les informations concernées. En tant que pays voisin et ami, la Chine entretient de profonds liens de « Paukphaw » avec le Myanmar. Durant sa visite en Chine en août dernier, la Conseillère pour l'État Aung San Suu Kyi est parvenue, avec les dirigeants chinois, à d'importants consensus sur l'approfondissement de la coopération stratégique globale entre les deux pays dans la nouvelle époque. Nous sommes prêts à œuvrer ensemble avec le Myanmar pour saisir les opportunités, faire perpétuer l'amitié traditionnelle dite de « Paukphaw », intensifier la coopération pragmatique dans les différents domaines et faire progresser de manière durable le partenariat de coopération stratégique global, au plus grand bénéfice des deux pays et des deux peuples.

Nous soutenons également les échanges et la coopération normaux entre le Myanmar et les différents pays du monde et espérons que la communauté internationale créera un climat et les conditions plus favorables à la réalisation de la stabilité et du développement à long terme au Myanmar.

Q : Le Comité permanent de l'APN a adopté aujourd'hui la loi relative à la cybersécurité. Des entreprises étrangères, notamment des entreprises américaines et européennes, ont des préoccupations à cet égard. Comment réagissez-vous ?

R : S'agissant de la loi relative à la cybersécurité adoptée ce matin par le Comité permanent de l'APN, le responsable du Bureau des Affaires législatives du Comité permanent de l'APN a donné des explications détaillées à la conférence de presse organisée par la Direction générale du Comité permanent de l'APN. En fait, tout au long de l'élaboration de cette loi, nous avons écouté les avis utiles et constructifs des différentes parties. Comme je l'ai déjà dit, sur cette question, le gouvernement chinois est plus ouvert et transparent que beaucoup d'autres pays. Concernant le but fondamental, les principes observés et les dispositions essentielles de la loi relative à la cybersécurité, le responsable du Bureau des Affaires législatives du Comité permanent de l'APN a donné ce matin des explications en détail. Je vous conseille de lire le communiqué de presse publié à l'issue de la conférence de presse.

Quant à la préoccupation d'hommes d'affaires étrangers que vous évoquiez, je voudrais réitérer que premièrement, dans l'élaboration de cette loi, les dispositions ne sont pas différentes par nature de celles dans les lois similaires élaborées dans d'autres pays. Deuxièmement, cette loi dispose clairement l'égalité de traitement et la non-discrimination pour toutes les entreprises concernées, qu'elles soient chinoises ou étrangères. Je vous propose de lire tout d'abord la déclaration du responsable du Bureau des Affaires législatives du Comité permanent de l'APN. Si vous avez encore des questions, nous pourrons avoir des discussions plus approfondies là-dessus.

Q : Premièrement, vendredi dernier, le Conseiller d'État Yang Jiechi a eu une rencontre informelle avec le Conseiller à la Sécurité nationale de l'Inde Ajit Doval. Les deux parties ont-elles évoqué la lutte contre le terrorisme et l'inscription de Masood Azhar, chef de file du groupe armé « Jaish-e-Mohamed », sur la liste noire du Conseil de Sécurité de l'ONU ? Le comité de sanction concerné du Conseil de Sécurité de l'ONU discutera de l'inscription des noms sur la liste le mois prochain. Deuxièmement, les deux parties ont-elles parlé de la question du Groupe des Fournisseurs nucléaires (GFN), vu que la réunion plènière du GFN se tiendra cette semaine à Vienne ?

R : Concernant votre première question, le 4 novembre, le Conseiller d'État Yang Jiechi et le Conseiller indien à la Sécurité nationale Ajit Doval ont présidé une rencontre informelle des représentants spéciaux chinois et indien pour la question frontalière et eu de échanges de vues amicaux, francs et approfondis sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Comme vous l'avez évoqué, les deux parties ont eu des échanges francs sur certains dossiers des relations sino-indiennes et convenu de maintenir le contact et le dialogue, de bien gérer et de garder sous contrôle les divergences et de préserver la dynamique du développement des relations bilatérales.

Quant à votre deuxième question, la réunion plénière du GFN aura lieu ce vendredi à Vienne et abordera le sujet concerné. La position chinoise est constante. Comme vous le savez, depuis un certain temps, nous travaillons en étroit contact sur les questions concernées avec les différentes parties, y compris l'Inde, et avons mené des dialogues et consultations francs, constructifs et substantiels.

Q : Dimanche dernier, certains ont organisé des manifestations à Hong Kong pour protester contre le blocage par le gouvernement central des activités séparatistes à Hong Kong. Comment réagissez-vous ?

R : Sur cette question, le Secrétaire général adjoint du Comité permanent de l'APN Li Fei a donné d'amples explications. De par sa nature, cette question n'est pas d'ordre diplomatique. Pour toute information supplémentaire, renseignez-vous auprès du Bureau des Affaires législatives du Comité permanent de l'APN et du Bureau du Conseil des Affaires d'État pour les affaires de Hong Kong et de Macao. En principe, comme le Secrétaire général adjoint Li Fei l'a clairement expliqué, l'interprétation de la loi par le Comité permanent de l'APN constitue une réponse officielle à l'appel ardent depuis un certain temps du peuple chinois tout entier, y compris des compatriotes de Hong Kong, et traduit la volonté du peuple.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés