Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 25 octobre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/10/25

1. Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang, le Premier Ministre du Royaume de Belgique Charles Michel effectuera une visite officielle du 30 octobre au 1er novembre en Chine.

Durant la visite, le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang auront respectivement des entrevues avec le Premier Ministre Charles Michel. Les deux premiers ministres auront des échanges de vues approfondis sur les relations sino-belges et les questions d'intérêt commun, et assisteront à la cérémonie de signature des documents de coopérations bilatérales.

La Belgique est un partenaire important de la Chine au sein de l'UE. Ces dernières années, les relations sino-belges ont maintenu un bon élan de développement marqué par des échanges de haut niveau intensifiés, une confiance politique mutuelle sans cesse consolidée, une coopération pragmatique fructueuse dans les domaines économique et commercial, et des échanges culturels toujours plus approfondis.

Cette année marque le 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-belges. Nous somme convaincus que cette visite permettra d'approfondir l'amitié sino-belge, d'aboutir à de nouveaux fruits dans le partenariat global d'amitié et de coopération bilatéral, et de promouvoir un développement sain et régulier des relations Chine-Belgique et Chine-UE.

2. Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères de la République du Soudan Ibrahim Ahmed Ghandour effectuera une visite officielle en Chine du 27 au 31 octobre.

Ce sera la première visite du Ministre Ibrahim Ahmed Ghandour en Chine depuis sa prise de fonctions. Les parties chinoise et soudanaise y accordent une grande importance. Durant cette visite, le Ministre Ibrahim Ahmed Ghandour aura des entrevues avec des dirigeants chinois, s'entretiendra avec le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et échangera des vues avec les think-tanks chinois.

Les relations sino-soudanaises ont connu un développement soutenu et régulier ces dernières années. En septembre 2015, le Président Xi Jinping a rencontré le Président soudanais Omar el-Béchir, alors en Chine pour assister aux célébrations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste. Les deux chefs d'État ont dégagé d'importants consensus sur le développement des relations bilatérales et annoncé ensemble l'établissement d'un partenariat stratégique sino-soudanais. Très attachée aux relations sino-soudanaises, la Chine entend intensifier davantage les échanges amicaux bilatéraux dans divers domaines et à différents niveaux, renforcer sans cesse la coopération pragmatique sino-soudanaise et faire progresser davantage le partenariat stratégique entre les deux pays.

À travers cette visite, nous espérons avoir des échanges de vues approfondis avec la partie soudanaise sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'intérêt commun, afin de consolider les consensus, d'approfondir la coopération et de développer en profondeur le partenariat stratégique sino-soudanais.

Q : Le Département d'État américain a annoncé récemment que le Secrétaire d'État adjoint américain Antony Blinken tiendrait une réunion intersessions du Dialogue de sécurité stratégique sino-américain avec le Vice-Ministre des Affaires étrangères Zhang Yesui le 29 octobre. Pourriez-vous le confirmer?

R : Comme convenu entre les deux parties, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Zhang Yesui coprésidera avec le Secrétaire d'État adjoint américain Antony Blinken la réunion intersessions du nouveau tour du Dialogue de sécurité stratégique sino-américain le 29 octobre à Beijing. Les deux parties échangeront leurs vues sur les relations bilatérales et les questions sécuritaires et stratégiques d'intérêt commun. Actuellement, les deux parties travaillent sur le programme de la réunion.

Q : Le gouvernement allemand a fait savoir hier que, pour des raisons sécuritaires, il avait annulé l'autorisation au rachat de l'équipementier allemand des puces Aixtron par une entreprise chinoise. La Chine a-t-elle exprimé ses préoccupations sur ce sujet à la partie allemande ?

R : Préserver un environnement d'investissement ouvert et équitable est dans l'intérêt de tous. Sur la question que vous avez mentionnée, j'ai noté les informations concernées. Je tiens à souligner que le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises chinoises à investir à l'étranger sur la base du marché et dans le respect des règles internationales et des lois locales. Nous espérons également que les pays concernés pourront créer un environnement d'investissement équitable pour les entreprises chinoises et leur accorder des facilités. Cela est dans l'intérêt des deux parties.

Q : Hier, un Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères a commencé sa visite en RPDC. Quels sont les sujets qui ont été abordés ? La Chine fera-t-elle savoir auprès de la RPDC ses préoccupations sur la question nucléaire de la péninsule coréenne ?

R : En tant que représentant chinois en chef de la commission conjointe Chine-RPDC sur les questions frontalières, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin se rend cette semaine en RPDC à la tête d'une délégation pour coprésider avec le Vice-Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Pak Myong-guk la troisième réunion de la commission. Nous publierons en temps opportun les informations sur la visite du Vice-Ministre Liu Zhenmin en RPDC.

Q : Cette année marque le 45e anniversaire du rétablissement de la Chine dans son siège légitime à l'ONU. Est-ce que vous organiserez des activités de commémoration ? Comment voyez-vous le rôle joué par l'ONU dans les affaires internationales ? Que fera la Chine pour s'engager davantage dans les activités concernées de l'ONU ?

R : Il y a 45 ans, jour pour jour, la 26e session de l'Assemblée générale de l'ONU a adopté à la majorité écrasante la résolution 2758, rétablissant la République populaire de Chine dans son siège légitime à l'ONU. Cet événement a une signification historique importante pour la Chine et pour l'ONU. Il a ouvert une nouvelle page de la coopération Chine-ONU et renforcé l'universalité, la représentativité et l'autorité de l'ONU. Pour commémorer cet événement historique important, le Ministère des Affaires étrangères, les missions diplomatiques chinoises à l'étranger concernées et d'autres départements gouvernementaux ont organisé des activités de commémoration. Ce soir, nous organiserons solennellement une réception commémorant le 45e anniversaire du rétablissement de la Chine dans son siège légitime à l'ONU.

Ces 45 dernières années, la Chine a participé activement aux actions onusiennes dans les domaines tels que la sécurité, le développement, les affaires sociales, les droits de l'homme, le droit et le désarmement, apportant une contribution de poids à la paix et au développement dans le monde. L'année dernière, le Président Xi Jinping a assisté aux sommets commémorant le 70e anniversaire de la création de l'ONU. Le Premier Ministre Li Keqiang a assisté récemment à des réunions de haut niveau de la 71e session de l'Assemblée générale de l'ONU et annoncé à cette occasion des initiatives chinoises importantes pour soutenir la cause de l'ONU. Tout cela a fait accéder la coopération Chine-ONU à un nouveau palier.

À l'heure actuelle, le développement de la Chine et la cause de l'ONU se trouvent dans une nouvelle étape cruciale. La Chine poursuivra fermement ses efforts pour défendre l'ordre et le système internationaux axés sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies, assurer le rôle central de l'ONU dans les affaires internationales, soutenir les actions onusiennes, et s'y joindre avec des efforts inlassables pour la noble cause de la paix et du développement de l'humanité.

Q : Le navire de guerre américain patrouillant la semaine dernière dans les eaux des îles Xisha a été envoyé par la 3e flotte américaine stationnée à San Diego, alors que dans le passé, les navires de guerre pour des activités de navigation en Mer de Chine méridionale étaient envoyés par la 7e flotte américaine stationnée au Japon. Selon vous, est-ce que la présence d'une nouvelle flotte a aggravé les tensions dans cette mer ?

R : Comment les États-Unis voient leur propre environnement sécuritaire et dépensent l'argent de leurs contribuables, cela relève des affaires intérieures américaines. Pourtant, si leurs actions portent atteinte à la paix, à la sécurité et à la stabilité en Asie-Pacifique, nous ne manquerons pas d'y exprimer notre opposition. Si leurs actions nuisent aux droits et intérêts souverains et sécuritaires de la Chine, nous prendrons certainement des mesures nécessaires.

Q : Vous avez indiqué que la Chine continuerait à soutenir les efforts de l'ONU. Comme nous le savons, la promotion du développement durable est l'une des priorités de l'ONU. Il y a peu de temps, le gouvernement chinois a publié son Plan national sur la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable, ce qui a attiré une grande attention. Pourriez-vous nous dire pourquoi élaborer ce Plan ?

R : Lors du Sommet des Nations Unies pour le développement tenu en septembre 2015, le Président Xi Jinping a adopté, ensemble avec les dirigeants d'autres pays, l'Agenda 2030 pour le développement durable, fixant le cap de la coopération mondiale en matière de développement pour les 15 ans à venir. La mise en œuvre de l'Agenda est devenu une priorité dans le domaine du développement international.

La Chine accorde depuis toujours la priorité au développement. Nous avons commencé à mettre en œuvre l'Agenda sur tous les plans. Si nous avons élaboré et publié le Plan national, c'est pour faire un bilan des expériences chinoises en matière de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, analyser de manière approfondie les opportunités et les défis dans la mise en œuvre de l'Agenda, et sur cette base, définir les lignes directrices, les principes généraux et les moyens de mise en œuvre. Ce Plan national sert de guide pour notre travail à l'intérieur du pays, et aussi de référence et de source d'inspiration pour les autres pays, notamment les autres pays en développement.

La communauté internationale accorde une grande attention au Plan national chinois et l'apprécie hautement, estimant qu'il illustre le sens de responsabilité de la Chine en tant que le plus grand pays en développement. La Chine appliquera sur tous les plans le concept de développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé, et travaillera ensemble avec les autres pays pour faire avancer la mise en œuvre de l'Agenda et apporter de plus grandes contributions au développement mondial.

Q : Les pêcheurs chinois sauvés de la main des pirates somaliens sont-ils retournés en Chine ?

R : Hier, nous avons publié les informations concernant la libération de ces pêcheurs. Selon les dernières informations, neuf des dix pêcheurs chinois (neuf venant de la partie continentale et un de Taiwan) sont arrivés à Guangzhou ce matin. Pour des raisons de santé, un autre est soumis à des examens et des traitements médicaux. Quand il va mieux, le groupe de travail du Ministère des Affaires étrangères l'accompagnera pour retourner en Chine.

Q : Selon des sources d'information, certains hommes politiques européens ont rencontré le 14e Dalaï Lama lors de sa récente tournée en Europe. Nous avons noté que la porte-parole du MAE avait présenté la position de la Chine sur ce sujet. Depuis, de peur que ces rencontres ne nuisent à leurs relations avec la Chine, les gouvernements concernés ont cherché par divers moyens à en éliminer les effets négatifs. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : D'abord, je tiens à réaffirmer que la Chine s'oppose fermement à ce que les personnalités officielles de quelque pays que ce soit rencontre le 14e Dalaï Lama. Cette position est incontestable et indéfectible.

Nous avons également noté que dans la déclaration conjointe du Président, des Présidents des deux Chambres du Parlement et du Premier Ministre de la Tchéquie, et la déclaration du Ministère tchèque des Affaires étrangères, il a été souligné que la Tchéquie respectait la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine et reconnaissait le Tibet comme une partie de la Chine, et que les gestes personnels de certains hommes politiques ne signifiaient pas un changement des politiques officielles tchèques.

Dans le même temps, selon des médias slovaques, le Premier Ministre de la Slovaquie Robert Fico a indiqué que le Président slovaque n'aurait pas dû placer les intérêts individuels au-dessus des intérêts nationaux en prenant une décision au détriment des relations slovaquo-chinoises. Le Ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajčák a envoyé récemment une lettre officielle au Ministre Wang Yi, dans laquelle il a souligné que le gouvernement slovaque soutenait la politique d'une seule Chine et considérait le Tibet comme une partie intégrante de la Chine. Au nom du gouvernement slovaque, il a fait une déclaration solennelle : le gouvernement slovaque n'a jamais eu, n'a pas, et n'aura pas de contact officiel avec aucun représentant du soi-disant « gouvernement en exil du Tibet » ou « parlement en exil du Tibet ».

Nous accordons une grande importance aux déclarations mentionnées, et espérons que les pays concernés pourront honorer leurs engagements, s'en tenir à la politique d'une seule Chine, comprendre et respecter effectivement les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de la Chine, et traiter avec prudence et convenablement les questions liées au Tibet, afin d'assurer un développement soutenu, sain et stable de leurs relations avec la Chine.

Q : Le 22 octobre, le Musée de l'histoire des femmes de réconfort de l'Université normale de Shanghai a été inauguré, et deux nouvelles statues de femmes de réconfort, dévoilées. Selon des médias japonais, le Secrétaire général du Cabinet du Japon Yoshihide Suga a fait savoir le 24 octobre que cela n'aurait pas d'effets positifs sur les relations sino-japonaises et qu'il le regrettait beaucoup. Selon la partie japonaise, il faut faire face aux enjeux communs de la communauté internationale en se tournant vers l'avenir, et non pas se focaliser excessivement sur les souffrances du passé. Quels sont vos commentaires sur ce qu'a dit la partie japonaise ?

R : Pour se tourner vers l'avenir, il faut d'abord regarder en face l'histoire.

L'enrôlement forcé des femmes de réconfort par les militaristes japonais durant la Seconde Guerre mondiale est un crime grave contre l'humanité commis à l'égard des peuples de la Chine et d'autres pays asiatiques. Jusqu'à présent, les victimes et leurs familles en souffrent encore physiquement et moralement.

L'histoire ne changera pas avec le temps, et les faits ne disparaîtront pas avec le déni ou le refus délibérés. Nous exhortons solennellement la partie japonaise à adopter une attitude responsable à l'égard de l'histoire et de la conscience de l'humanité et respectueuse des droits de l'homme, à regarder en face et à réfléchir sur les crimes graves que les militaristes japonais ont commis pendant la guerre d'agression, pour gagner la confiance de ses voisins asiatiques et de la communauté internationale par des actions concrètes. Nous espérons que les hommes politiques japonais pourront aller visiter le Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe à Berlin construit par l'Allemagne après la guerre. Si le Japon pouvait construire ainsi des statues de femmes de réconfort à Tokyo, cela lui permettrait de se décharger de son fardeau historique et d'être pardonné par ses voisins asiatiques.

Q : Selon des sources d'information, le 24 octobre, des hommes armés ont attaqué un centre de formation de la police à Quetta, dans la province du Baloutchistan au Pakistan, causant de nombreux morts et blessés. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous sommes profondément bouleversés par cet attentat terroriste à Quetta qui a causé de nombreux morts et blessés. Nous condamnons vivement l'attentat et exprimons nos condoléances aux victimes et nos profondes compassion et sympathie aux blessés et aux familles des victimes.

La Chine s'oppose au terrorisme sous toutes ses formes et continuera à soutenir fermement le gouvernement pakistanais dans ses efforts pour lutter contre le terrorisme, préserver la stabilité du pays et défendre la sécurité et les biens du peuple pakistanais.

Q : Pourriez-vous nous donner des informations sur la commission conjointe Chine-RPDC sur les questions frontalières ? Les réunions de cette commission abordent-elles plutôt des questions frontalières terrestres ou maritimes ?

R : la commission conjointe Chine-RPDC sur les questions frontalières est l'organe chargé d'exécuter l'Accord sur les systèmes de gestion des frontières Chine-RPDC signé en 2009 et de régler, à travers les consultations, des questions importantes concernant l'entretien et la gestion des frontières entre les deux pays. Les réunions de la commission se tiennent régulièrement depuis 2011.

Q : Première question, sur l'affaire des pirates somaliens, des anciens représentants de l'opinion publique de Taiwan ayant participé au sauvetage des otages ont fait savoir à BBC qu'ils avaient payé une grosse somme pour la libération du pêcheur de Taiwan. Comment y réagissez-vous ? Durant l'opération de sauvetage, est-ce que la partie chinoise a payé une rançon ? Pourriez-vous nous donner plus d'informations sur les détails de l'opération ? Deuxième question, le Président philippin Rodrigo Duterte commence sa visite au Japon aujourd'hui. Le Japon espère le voir resserrer les liens avec les États-Unis. Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe espère que le Président Rodrigo Duterte pourra voir plus clairement les relations entre les Philippines et les États-Unis. Comment y réagissez-vous ?

R : Sur votre première question, nous avons publié les informations sur la libération des otages détenus par les pirates somaliens. Je tiens à réitérer que, au cours de l'opération, malgré de nombreux difficultés et facteurs complexes, le gouvernement chinois a toujours placé la sécurité des otages en premier lieu et a fait des efforts inlassables pour les sauver. Aujourd'hui, la plupart des otages peuvent rentrer chez eux en toute sécurité, c'est ce qu'il faut suivre de près, et nous nous en réjouissons tous.

En ce qui concerne la visite du Président Rodrigo Duterte au Japon, nous sommes d'avis que tous les pays, surtout nos pays voisins, doivent développer des relations saines, positives et coopératives entre eux, et nous espérons que ces relations pourront contribuer à la paix, à la stabilité et au développement dans la région, et non le contraire. Maintenant que la situation en Mer de Chine méridionale se détend et que la Chine et les Philippines œuvrent ensemble à la restauration de leurs relations sur tous les plans et à une coopération dynamique, nous espérons que les autres parties concernées pourront se mettre en phase avec cette tendance positive, plutôt que de faire le contraire.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés