Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 1er novembre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/11/01

 

Q : Dans une récente interview, l’ancien négociateur en chef américain pour la question nucléaire de la Péninsule coréenne Robert Gallucci a dit que la Chine a des divergences d’intérêts avec le Japon, les États-Unis et la République de Corée sur la question de la Péninsule coréenne. Par rapport au développement du programme nucléaire par la RPDC, l’instabilité de la frontière avec la RPDC inquiète plus la Chine. Le mécanisme de sanction contre la RPDC axé sur la coopération avec la Chine ne sera pas efficace. Comment réagissez-vous ?

R : Sur la question de la Péninsule coréenne, le plus grand intérêt commun de la Chine et des parties concernées, c’est de s’en tenir à la dénucléarisation de la Péninsule et d’y préserver la paix et la stabilité. Pour cela, la Chine s’en tient au dialogue et aux pourparlers pour régler adéquatement les questions concernées et promouvoir la réalisation des deux objectifs susmentionnés.

Je le répète, nous espérons que les parties concernées prendront effectivement les responsabilités qui leur incombent et œuvreront pour remettre rapidement la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur les rails du dialogue et des pourparlers et trouver une voie vers la paix et la stabilité durables.

Q : La Chine et l’Inde ont tenu deux tours de consultations sur le contrôle des armements et discuté des questions telles que l’adhésion de l’Inde au Groupe des Fournisseurs nucléaires (GFN). Hier, à l’issue du deuxième tour de consultations sino-indiennes, une déclaration a été publiée. Pourriez-vous présenter les progrès enregistrés lors de ce tour de consultations ? La position chinoise sur cette question a-t-elle changé ?

R : Le 31 octobre, le Directeur général du Contrôle des armements du Ministère chinois des Affaires étrangères Wang Qun et le Directeur général du Désarmement et de la Sécurité internationale du Ministère indien des Affaires étrangères Amandeep Singh Gill ont tenu à Beijing une session de consultations sur le contrôle des armements. Les deux parties ont eu des échanges de vues constructifs et substantiels sur les questions d’intérêt commun relatives au contrôle des armements telles que l’élargissement du GFN.

Concernant l’adhésion de l’Inde au GFN, la position chinoise est claire et constante. La Chine accorde une grande importance à la question de l’adhésion des États non signataires du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) au GFN. La Chine préconise de s’attacher au mandat défini par la réunion plénière du GFN à Séoul, au processus intergouvernemental ouvert et transparent et à l’approche en « deux étapes » : d’abord, explorer et trouver dans le respect du principe de l’impartialité une solution non discriminatoire et applicable à tous les États non signataires du TNP, et ensuite sur cette base, discuter de la demande d’adhésion concrète d’un État non signataire du TNP au GFN. Nous entendons rester en contact avec la partie indienne sur ce sujet.

Q : Selon des informations, la Chine a convoqué l’ambassadeur d’Allemagne en Chine hier. Pourriez-vous le confirmer ? Et pour quelle raison ?

R : À ma connaissance, ce que vous avez dit n’est pas exact. Je peux vous dire que les autorités diplomatiques des deux pays restent en contact régulier sur le développement des relations bilatérales et les éventuelles divergences et cherchent des solutions adéquates. Il s’agit d’une pratique normale sur le plan diplomatique.

Q : L’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Syrie a publié une déclaration le 30 octobre selon laquelle les groupes armés de l’opposition ont lancé des attaques en tirant plusieurs roquettes à l’ouest d’Alep, faisant un grand nombre de victimes parmi les civils et des centaines de blessés, ce qui est choquant. D’après des médias syriens, l’opposition a utilisé du gaz toxique dans les attaques. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La Chine exprime sa profonde préoccupation. La situation à Alep en Syrie est très grave. Nous exhortons les parties syriennes à cesser les hostilités, à rejeter complètement les moyens militaires et à résoudre les divergences à travers le dialogue et les négociations de paix. Nous appelons également les différentes parties concernées à user de leurs influences respectives pour amener les parties syriennes à parvenir rapidement à un cessez-le-feu et à la cessation des violences, à soutenir les efforts de médiation de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Syrie Staffan de Mistura et à reprendre rapidement les négociations de paix de Genève.

S’agissant de l’utilisation de gaz toxique dans les combats que vous évoquiez, la position chinoise est claire et constante sur ce sujet. Nous sommes contre l’utilisation des armes chimiques par quiconque, pour n’importe quel but et dans n’importe quelle circonstance.

Q : Le Premier Ministre malaisien Najib Razak est en visite en Chine à partir d’aujourd’hui. Est-ce que les deux parties signeront des accords sur la défense ?

R : Le Premier Ministre malaisien Najib Razak est en visite en Chine. Cet après-midi, le Premier Ministre Li Keqiang tiendra une cérémonie d’accueil en son honneur. Les dirigeants des deux pays s’entretiendront et assisteront à la cérémonie de signature des accords. Le Président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang le rencontra aussi.

Concernant la coopération sino-malaisienne dans le domaine militaire et de la défense, le Conseiller d’État et Ministre de la Défense Chang Wanquan a rencontré hier le Ministre malaisien de la Défense Hishammuddin Hussein. Selon le Conseiller d’État et Ministre de la Défense Chang Wanquan, ces dernières années, les relations sino-malaisiennes se développent dans d’heureuses conditions et sont marquées par le renforcement continu de la confiance politique mutuelle, la forte synergie entre les stratégies de développement et l’élargissement de la coopération pragmatique entre les deux pays. Les échanges amicaux et la coopération concrète entre les armées chinoise et malaisienne portent des fruits encourageants. La Chine entend travailler ensemble avec la Malaisie pour faire progresser de manière continue les relations entre les deux armées, dans le but de contribuer à la paix et à la stabilité dans le monde. Selon le Ministre malaisien de la Défense Hishammuddin Hussein, la partie malaisienne espère que les deux parties renforceront les consultations sur la défense, les activités d’exercice et d’entraînement conjointes et l’échange de visites des navires de guerre et mèneront la coopération sur l’industrie de la défense, en vue de porter les relations entre les deux armées à un nouveau palier.

Q : Le chef de la délégation américaine aux Pourparlers à Six sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne a rencontré le chef de la délégation chinoise le 31 octobre à Beijing. Pourriez-vous nous présenter des informations là-dessus ?

R : Je ne dispose pas d’informations précises. La Chine reste toujours en étroit contact avec les différentes parties aux Pourparlers à Six et travaille à remettre la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur la voie du règlement par le dialogue et les pourparlers. Nous espérons que d’autres parties concernées pourront également garder des contacts constructifs. Je tiens à indiquer que la Chine et les parties concernées mènent actuellement d’intenses consultations au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU. Nous espérons que les différentes parties pourront déployer des efforts constructifs pour faire reprendre le dialogue et les pourparlers en vue d’un règlement adéquat de la question nucléaire de la Péninsule coréenne.

Q : Aujourd’hui, le gouvernement japonais a protesté contre les activités d’exploitation des hydrocarbures par des bateaux chinois en Mer de Chine orientale. Comment réagissez-vous ?

R : S’agissant du sujet évoqué dans votre question, nous avons présenté notre position à plusieurs reprises. Les activités chinoises d’exploitation des hydrocarbures en Mer de Chine orientale se trouvent toutes dans la zone maritime sous juridiction chinoise et sans litiges. Nous espérons que le Japon respectera effectivement les droits souverains et la juridiction de la Chine et s’abstiendra de commenter à tort et à travers les activités légitimes de la partie chinoise.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés