Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 17 octobre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/10/17

Q: Des agents consulaires australiens ont-ils rendu visite aux trois ressortissants australiens détenus en Chine pour implication dans des jeux de hasard ? Dans quelle ville sont-ils détenus ? Pourriez-vous donner plus de détails sur cette affaire ?

R : Selon les informations vérifiées auprès du service chargé de cette affaire, des ressortissants australiens, soupçonnés de délit lié aux jeux de hasard, ont été mis en détention le 14 octobre par la police de Shanghai. L'investigation sur cette affaire est en cours. La police chinoise en a informé le Consulat général d'Australie à Shanghai conformément à la loi et aux instruments pertinents. La Chine garantira en vertu de la loi et de la réglementation les droits et intérêts légitimes des personnes concernées et accordera des facilités aux agents consulaires australiens dans l'exercice de leur fonction.

Q : Selon des sources d'informations, le 15 octobre, heure locale, au Rwanda, la 28e Réunion des Parties au Protocole de Montréal a adopté un amendement sur l'élimination des hydrofluorocarbures (HFC). Pour le Secrétaire d'État américain John Kerry, c'est un événement jalon. Pour le Commissaire européen à l'action pour le climat et à l'énergie Miguel Arias Cañete, avec l'adoption de l'amendement, un pas important a été franchi pour que la communauté internationale honore effectivement les engagements pris dans l'Accord de Paris. Quelles sont vos commentaires sur l'adoption de cet amendement ? Quels efforts la Chine a-t-elle déployés à cet égard?

R : Comme la prochaine entrée en vigueur de l'Accord de Paris et l'adoption par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) du Régime de compensation et de réduction de carbone pour l'aviation internationale (CORSIA), l'adoption de l'amendement au Protocole de Montréal constitue un fruit important que la communauté internationale a récemment obtenu dans la lutte contre le changement climatique. C'est une autre belle illustration de l'engagement des différents pays dans cette lutte après la conclusion de l'Accord de Paris en décembre dernier. La Chine salue l'adoption de l'amendement, qui revêt une signification importante pour la promotion du développement vert et bas carbone dans le monde.

La Chine, en tant que grand pays en développement responsable, accorde une haute importance à la lutte contre le changement climatique et à l'élimination des HFC. Elle a travaillé en étroite communication et coordination avec les différentes parties et joué un rôle d'orientation actif pour l'adoption de l'amendement.

Q : Le Premier Ministre indien Narendra Modi a qualifié, le 16 octobre en marge du Sommet des BRICS, le Pakistan de « bateau mère » du terrorisme. La Chine, pays ami et voisin du Pakistan, est-elle d'accord avec cette description de la situation sécuritaire du pays ?

R : La position de la Chine sur la lutte contre le terrorisme est claire et constante. Nous nous opposons au terrorisme sous toutes ses formes et préconisons le renforcement de la coopération internationale pour lutter ensemble contre les menaces terroristes et préserver la paix et la sécurité dans les différents pays et régions. Nous sommes contre toute association du terrorisme avec un État, une ethnie ou une religion.

L'Inde et le Pakistan sont l'un comme l'autre victimes du terrorisme. Le Pakistan qui a fait des efforts et sacrifices énormes dans la lutte antiterroriste mérite le respect de la communauté internationale.

Q : Selon des sources d'information, le Président slovaque Andrej Kiska a récemment déjeuné « à titre personnel » avec le Dalaï Lama. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Le 16 octobre, malgré la vive opposition de la Chine, le Président slovaque Andrej Kiska a rencontré le 14e Dalaï Lama en visite en Slovaquie, violant l'engagement de la partie slovaque de respecter le principe d'une seule Chine. La Chine s'y oppose fermement et réagira.

Le 14e Dalaï Lama mène depuis longtemps des activités sécessionnistes antichinoises dans l'intention de séparer le Tibet de la Chine. La Chine s'oppose fermement à ce que le Dalaï Lama se rende dans quelque pays que ce soit, à quelque titre que ce soit ou sous quelque prétexte que ce soit, pour y mener des activités sécessionnistes. Et elle s'oppose à tout contact entre le Dalaï Lama et toute personnalité officielle de quelque pays que ce soit.

En s'obstinant dans sa position erronée, le Président slovaque a nui aux intérêts vitaux de la Chine et porté gravement atteinte à la base politique des relations sino-slovaques. La Chine demande à la Slovaquie de rester lucide face à la nature séparatiste de la clique du Dalaï Lama, de respecter effectivement les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de la Chine, de s'en tenir au principe d'une seule Chine et de prendre des mesures effectives pour éliminer les conséquences négatives de cet acte erroné, de sorte à ramener les relations sino-slovaques sur la voie du développement sain et régulier.

Q : Le Président philippin Rodrigo Duterte aura un entretien avec le Président Xi Jinping lors de sa visite en Chine. Quels autres dirigeants chinois va-t-il rencontrer ? Pourriez-vous présenter en détail le programme de cette visite ?

R : Sur l'invitation du Président Xi Jinping, le Président philippin Rodrigo Duterte effectuera une visite d'État en Chine du 18 au 21 octobre. À cette occasion, il s'entretiendra avec le Président Xi Jinping pour échanger de manière approfondie sur l'amélioration et le développement des relations bilatérales, l'approfondissement de la coopération dans différents domaines, ainsi que les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Il sera par ailleurs reçu par le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang. Nous espérons que cette visite permettra aux deux pays de renforcer la confiance politique mutuelle, de trouver une solution adéquate aux divergences concernées par le dialogue, d'approfondir la coopération pragmatique, de poursuivre l'amitié traditionnelle, pour que les relations bilatérales reviennent sur la voie du développement sain et régulier.

Actuellement, la Chine et les Philippines travaillent en étroite communication sur le programme et les résultats de cette visite. Nous publierons à temps les informations y relatives. Pour nous, les Philippines sont un pays voisin et ami traditionnel, l'amitié entre les deux peuples est très ancienne. Améliorer et développer les relations sino-philippines, approfondir la coopération pragmatique dans différents domaines représentent l'aspiration commune des deux peuples et correspondent à la paix et au développement, tendance qui règne dans la région. La Chine, qui est attachée à l'amélioration et au développement de ses relations avec les Philippines, accorde une haute importance à la visite du Président Duterte et entend travailler ensemble avec les Philippines pour en assurer le succès.

Q : On attend beaucoup de la visite du Président Duterte en Chine, durant laquelle, une série d'accords de coopération seront signés par les deux parties. Les Philippines ont réajusté leur politique vis-à-vis de la Chine. D'après vous, les différends concernant la Mer de Chine méridionale auront-ils des impacts sur la bonne ambiance de la visite du Président Duterte en Chine ?

R : Nous avons noté que depuis sa prise de fonction, le Président Duterte veille à lutter contre la drogue, à améliorer la sécurité publique et à poursuivre une politique extérieure d'indépendance. Nous estimons que Monsieur Duterte, en tant que Président des Philippines, élabore des politiques en partant des intérêts du pays et du bien-être de la population. Nous sommes convaincus que sous sa conduite, le peuple philippin saura tracer une voie de développement adaptée aux réalités nationales.

Sur la question de la Mer de Chine méridionale que vous avez évoquée, la position de la Chine est claire et constante. La Chine œuvre toujours au règlement pacifique des différends avec les pays concernés, y compris les Philippines, par voie de consultations et de négociations. C'est non seulement un consensus dégagé il y a longtemps entre la Chine et les Philippines, mais aussi une convergence et un souhait commun des pays de la région. La porte du dialogue est toujours ouverte pour les Philippines. Comme vous l'avez également remarqué, le Président Duterte avait récemment exprimé à plusieurs reprises la volonté de dialoguer avec la Chine et de traiter adéquatement les questions concernées. La Chine entend continuer à travailler ensemble avec les pays concernés de la Mer de Chine méridionale, y compris les Philippines, pour explorer activement les possibilités de coopération pragmatique dans cette mer, préserver la paix et la stabilité de la région, et réaliser le développement commun.

Q : Vous avez dit tout à l'heure que la communauté internationale doit respecter les sacrifices énormes que le Pakistan a faits pour la lutte antiterroriste. Le Premier Ministre Narendra Modi a indiqué lors du Sommet des BRICS que le Pakistan fournit des armes et des fonds aux organisations terroristes anti-indiennes et les aide à traverser les frontières pour commettre des attentats en Inde. D'après vous, la communauté internationale doit-elle s'exprimer sur le soutien du Pakistan aux organisations terroristes ?

R : Comme je viens de le dire, la position de la Chine sur la lutte antiterroriste est constante. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes, et estime qu'il ne faut pas associer le terrorisme à un État, une ethnie ou une religion. Qu'un pays, une organisation ou un individu mène des activités terroristes, la communauté internationale doit conjuguer les efforts et les combattre résolument, afin de préserver la paix et la stabilité régionales ainsi que la sécurité et le développement des pays. La Déclaration de Goa adoptée par le Sommet des BRICS contient des éléments sur la lutte antiterroriste et reflète la position des pays des BRICS dont la Chine.

L'Inde et le Pakistan sont tous pays voisins et amis de la Chine. Nous souhaitons sincèrement que les deux pays puissent régler pacifiquement les questions concernées par voie de dialogue et de consultation et que leurs relations se développent de manière pacifique et stable. Cela correspond aux intérêts des deux pays et est favorable à la paix et à la stabilité dans la région.

Q : Aujourd'hui, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a fait porter une offrande au sanctuaire Yasukuni. La Chine a-t-elle protesté auprès du Japon ?

R : Le sanctuaire Yasukuni honore des criminels de guerre de classe A directement responsables de la guerre d'agression déclenchée par le Japon durant la Seconde Guerre mondiale. Nous nous opposons fermement à l'acte erroné de certaines personnalités politiques japonaises. Nous exhortons la partie japonaise à regarder en face son passé d'agression, à faire en profondeur un travail de conscience, à rompre avec le militarisme et à gagner par des actes concrets la confiance des pays voisins asiatiques et de la communauté internationale.

Q : Nous avons noté qu'en marge du Sommet des BRICS, le Président Xi Jinping a rencontré le Premier Ministre népalais Pushpa Kamal Dahal. Pourriez-vous en dire plus ? Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Pushpa Kamal Dahal et le Premier Ministre indien Narendra Modi ont pris une photo de famille. Ont-ils parlé de la coopération entre les trois pays ?

R : Le Président Xi Jinping a eu une rencontre avec le Premier Ministre népalais Pushpa Kamal Dahal en marge du Sommet des BRICS à Goa. Les informations sur ce sujet ont déjà été publiées. Comme le Président Xi Jinping l'a affirmé lors de la rencontre, la Chine et le Népal sont pays voisins étroitement liés par des montagnes et des rivières. Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays il y a plus d'un demi-siècle, les relations sino-népalaises maintiennent toujours, malgré les aléas internationaux, un développement sain et régulier. La Chine accorde une haute importance à ses relations avec le Népal, et entend travailler avec la partie népalaise pour créer des synergies entre leurs stratégies de développement, approfondir la coopération pragmatique dans différents domaines et créer une communauté de destin sino-népalaise. Le Président Xi a souligné que la Chine et le Népal devraient renforcer les échanges de haut niveau et le dialogue politique, continuer à se soutenir réciproquement sur les questions touchant aux intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d'autre, mettre en œuvre les consensus dégagés sur la coopération dans les domaines comme le renforcement de l'interconnexion, les arrangements de libre-échange et l'énergie, et faire avancer inlassablement la coopération sur le développement. Selon lui, la Chine continuera d'accompagner le Népal dans sa reconstruction après les catastrophes, de faire progresser les projets d'infrastructure, de rétablissement des conditions de vie normale et de réparation de patrimoines culturels et de monuments historiques, et d'encourager les entreprises chinoises performantes à investir au Népal, à y participer à la construction des zones économiques spéciales et des parcs industriels et à renforcer la coopération dans l'industrialisation agricole, l'hydraulique et l'hydroélectricité. Les deux pays doivent élargir les échanges humains et culturels, intensifier les échanges et la coopération dans les domaines comme le tourisme, l'éducation et la culture ainsi qu'entre les jeunes, les médias et les collectivités locales, et maintenir la coordination et la coopération dans le cadre des organisations régionales concernées.

D'après le Premier Ministre Pushpa Kamal Dahal, les deux pays ont une amitié à la fois ancienne et solide. Leurs relations qui reposent sur les cinq principes de la coexistence pacifique sont marquées par le respect mutuel et la confiance réciproque. La partie népalaise apprécie hautement la politique chinoise de voisinage dite « amitié, sincérité, bénéfice mutuel et inclusivité », et remercie la Chine de ses soutiens agissants au processus de paix, à la reconstruction post-catastrophe et au développement du pays. Le Népal considère la Chine comme un partenaire fiable de développement, entend développer avec elle un partenariat encore plus global et participer activement aux efforts visant le renforcement de l'interconnexion dans les cadres de l'initiative « Ceinture et Route » et de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures. La partie népalaise est prête à intensifier la coordination et la coopération avec la partie chinoise dans les organisations régionales et internationales.

Le Népal et l'Inde sont tous deux pays voisins et amis de la Chine. L'interaction vertueuse des relations Chine-Népal, Chine-Inde et Népal-Inde contribuera non seulement au développement économique et social de ces trois pays, mais également à la promotion de la stabilité et du développement dans la région. Nous entendons explorer avec l'Inde et le Népal les possibilités de renforcer la coopération tripartite, afin de promouvoir le développement partagé de nos trois pays.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés