Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 14 octobre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/10/14

Q : Le 13 octobre, la 71e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a officiellement nommé Antonio Guterres, ancien Premier Ministre portugais et ex-Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, le prochain Secrétaire général de l’ONU. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

R : La Chine félicite M. Antonio Guterres, ancien Premier Ministre portugais et ex-Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, pour son élection au poste de Secrétaire général de l’ONU. Le Président Xi Jinping et le Premier Ministre Li Keqiang ont respectivement envoyé des messages de félicitations au Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa et au Premier Ministre portugais Antonio Costa. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a également adressé un message de félicitations à M. Guterres.

Très expérimenté et compétent, M. Guterres est un grand connaisseur des affaires internationales et qualifié pour devenir le prochain Secrétaire général des Nations Unies. Nous espérons et sommes convaincus que sous son mandat, l’ONU jouera un rôle important dans la préservation de la paix mondiale, la promotion du développement partagé et de la coopération internationale, l’établissement d’un nouveau modèle de relations internationales centré sur la coopération gagnant-gagnant et la construction de la communauté de destin de l’humanité.

En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité et membre responsable de la communauté internationale, la Chine continuera à appuyer et accompagner le Secrétaire général de l’ONU dans son travail.

Q : Le Président philippin Rodrigo Duterte viendra en visite en Chine la semaine prochaine. À en juger par ses propos récents, le principal axe de son action extérieure est passé de l’alliance traditionnelle avec les États-Unis aux relations d’amitié avec la Chine. Êtes-vous d’accord avec cette analyse ? Pensez-vous que le Président philippin est en train de s’éloigner des États-Unis et de s’approcher de la Chine ? Pourriez-vous confirmer que durant sa visite en Chine, il se verra décerner un diplôme honoraire à l’Université de Beijing ?

R : Récemment, j’ai abordé à maintes reprises les relations sino-philippines, y compris la visite en Chine du Président philippin Rodrigo Duterte.

À propos des relations des Philippines avec les États-Unis et la Chine, la Chine est depuis toujours attachée aux principes de l’ouverture, de l’inclusion, du bénéfice mutuel et du gagnant-gagnant dans le développement des relations avec différents pays, et ces relations sont non exclusives et ne visent pas à contrer ou à peser sur le développement des relations bilatérales normales et de la coopération normale de la Chine comme de ses partenaires avec l’extérieur. Nous souhaitons que les pays concernés développent des relations normales et la coopération sur la base de l’égalité et du respect mutuel.

S’agissant des relations sino-philippines, comme je l’ai dit maintes fois, les Philippines sont un pays voisin et ami traditionnel de la Chine, l’amitié entre les deux peuples remonte loin dans l’histoire. L’amitié sino-philippine est souhaitée par les deux peuples et représente la tendance générale du développement des relations entre les deux pays et de l’évolution de la région. La Chine est attachée au développement de ses relations avec les Philippines et entend œuvrer ensemble avec la partie philippine pour remettre sur la bonne voie les relations sino-philippines et favoriser un développement durable, stable et sain de celles-ci, au grand bénéfice des deux pays et des deux peuples.

Quant aux arrangements sur la visite en Chine du Président Rodrigo Duterte, les deux parties restent en étroite communication là-dessus.

Q : Selon des informations, le 13 octobre, l’ancien Président philippin Fidel Ramos a publié un article sur les relations sino-philippines dans les médias selon lequel l’urgence est de rétablir les relations bilatérales du passé marquées par le long terme et le bénéfice mutuel. Les Philippines et la Chine sont suffisamment motivées pour faire avancer le dialogue. Les deux parties doivent renforcer la coopération dans les domaines de la pêche, de la lutte contre le trafic de drogue et des infrastructures et s’engager à éviter toute forme de confrontation. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons noté l’article concerné de l’ancien Président philippin Fidel Ramos et saluons ses bons conseils sur le développement des relations sino-philippines. La Chine souhaite travailler ensemble avec les Philippines pour remettre sur la bonne voie les relations entre les deux pays et favoriser un développement durable, stable et sain de celles-ci, pour le grand bénéfice des deux pays et des deux peuples.

Q : Le roi de Thaïlande est décédé hier. Nous avons noté que la Chine a publié une déclaration sur ce sujet. Quel dirigeant chinois ou envoyé spécial du gouvernement chinois assistera-t-il aux funérailles du roi en Thaïlande ?

R : La Chine est profondément attristée par la disparition du roi Bhumibol Adulyadej. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang, le Président du Comité permanent de l’APN Zhang Dejiang ont envoyé des messages de condoléances respectivement à la reine Sirikit, au Premier Ministre Prayut Chan-o-Cha et au Président de l’Assemblée législative nationale Pornpetch Wichitcholchai.

La partie thaïlandaise n’a pas encore communiqué les arrangements sur les funérailles. L’ambassade de Thaïlande en Chine a ouvert un registre de condoléances. Un dirigeant chinois s’y rendra pour présenter ses condoléances au nom du gouvernement chinois.

Q : Selon des médias indiens, la Chine a encore une fois mis en attente la demande indienne d’inscrire le groupe armé « Jaish-e-Mohamed » sur la liste noire du Conseil de Sécurité de l’ONU. L’Inde a exprimé ses mécontentements à cet égard, estimant que la Chine pratique « deux poids, deux mesures » sur la question de la lutte contre le terrorisme. Pourquoi la Chine a mis en attente la demande indienne ? Comment réagissez-vous aux commentaires indiens ?

R : Mes collègues ont expliqué à plusieurs reprises la position chinoise concernant l’inscription sur la liste et je tiens à la réitérer aujourd’hui.

Le Comité 1267 du Conseil de Sécurité travaille avec le mandat donné par les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. La Chine est toujours d’avis que le Comité 1267 doit rester fidèle aux principes de l’objectivité, de l’impartialité et du professionnalisme, s’appuyer sur des faits solides et prendre les décisions sur la base du consensus entre les membres du Conseil de Sécurité.

Actuellement, il existe encore des points de vue différents entre les parties sur la demande indienne d’inscription des noms concernés sur la liste. La mise en attente de ce dossier pour des raisons techniques permet de donner plus de temps au Comité pour l’examen de la demande et aux parties concernées pour des consultations plus poussées, ce qui traduit l’attitude sérieuse, consciencieuse et responsable de la partie chinoise.

Q : Selon des informations, le Ministre philippin de la Santé a affirmé récemment que le grand centre de désintoxication et de rééducation construit à Manille sera mis en service en novembre prochain et que le gouvernement philippin établira d’autres grands centres de désintoxication et de rééducation dans le pays. Nous savons que le Président Rodrigo Duterte attache une grande importance à la lutte contre le trafic de drogue, ce qui a suscité des critiques des pays occidentaux et des organisations internationales des droits de l’homme. Quelles mesures concrètes la Chine prendra-t-elle pour soutenir les Philippines dans la lutte contre la drogue ?

R : La drogue est l’ennemi commun de l’humanité. La lutte contre les criminalités liées à la drogue est la responsabilité commune des différents pays dans le monde. Le gouvernement chinois, toujours résolu dans la lutte contre les criminalités liées à la drogue, participe activement à la coopération internationale en la matière. Nous comprenons et soutenons la politique du gouvernement philippin sous la conduite du Président Rodrigo Duterte qui donne la priorité à la lutte contre les criminalités liées à la drogue. Nous sommes prêts à renforcer la coopération avec la partie philippine dans la lutte contre la drogue pour ainsi créer un cadre de vie sain et paisible aux peuples des deux pays et à ceux de la région.

À ma connaissance, durant la visite du Président Rodrigo Duterte en Chine, il y aura aussi des activités consacrées à la lutte contre la drogue. Actuellement, les deux parties restent en étroits contacts là-dessus. Les autorités compétentes des deux pays ont commencé à discuter de la coopération. Nous sommes convaincus qu’on aura bientôt des résultats.

Q : Selon des médias indiens, l’opposition de la Chine à l’adhésion de l’Inde au Groupe des Fournisseurs nucléaires (GFN) a provoqué des mécontentements de la partie indienne. Votre position sur cette question a-t-elle changé ? Le Président Xi Jinping et le Premier Ministre indien Narendra Modi évoqueront-ils cette question lors de leur rencontre ? Est-ce que la Chine entend rechercher avec l’Inde une solution à cette question ?

R : Concernant la question de l’adhésion au GFN des États non signataires du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) tels que l’Inde, la position chinoise n’a pas changé.

Quant à la rencontre entre les dirigeants chinois et indien, lors du Sommet des BRICS à Goa, le Président Xi Jinping rencontrera le Premier Ministre indien Narendra Modi et d’autres dirigeants des pays concernés. La concertation à ce sujet est en cours, les informations y relatives seront communiquées dès que possible.

Je tiens à souligner que ces dernières années, les relations sino-indiennes affichent une bonne dynamique de développement. Les relations sino-indiennes se portent bien dans l’ensemble. Les deux pays ont beaucoup plus d’intérêts communs que des divergences, et leur coopération l’emporte de loin sur la concurrence. Nous espérons que les deux parties pourront échanger leurs vues sur les divergences de manière franche à travers le dialogue et les consultations, rechercher des solutions aux questions concrètes et bien gérer les questions concernées. Nous sommes prêts à poursuivre nos efforts ensemble avec l’Inde pour bien mettre en œuvre les consensus des dirigeants des deux pays, garder la bonne orientation des relations d’amitié et de coopération sino-indiennes, intensifier la communication et le dialogue, accroître sans cesse la confiance mutuelle et approfondir la coopération pragmatique dans tous les domaines.

Q : Selon des informations, la troisième Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III) se tiendra en Équateur, et ce 20 ans après la deuxième édition. On s’intéresse beaucoup aux questions du logement et du développement urbain durable. Qui représentera la Chine à cette conférence ? Qu’attendez-vous de la conférence ?

R : La troisième Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III) se tiendra du 17 au 20 octobre à Quito, capitale de l’Équateur. Habitat III, un événement mondial dans le domaine du logement, sera l’occasion d’élaborer le Nouvel agenda urbain qui fixera les orientations et les objectifs du développement urbain mondial dans les 20 ans à venir. Selon les informations disponibles, le Ministre du Logement et de la Construction urbaine et rurale Chen Zhenggao, en tant qu’envoyé spécial du gouvernement chinois, participera à cette conférence.

Le développement urbain durable s’inscrit au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU. Très attaché au développement urbain durable, le gouvernement chinois œuvre pour une urbanisation de type nouveau axée sur l’homme. La Chine participe activement aux préparatifs d’Habitat III et a fait un don de 500 000 dollars américains au Habitat III Trust Fund. Nous sommes prêts à travailler ensemble avec les autres parties pour continuer à contribuer activement au succès d’Habitat III et à l’approfondissement de la coopération internationale dans le domaine du logement.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés