Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 29 septembre tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/09/29

Q : Selon des sources d'information, hier, le Secrétaire d'État adjoint américain pour l'Asie de l'Est et le Pacifique Daniel Russel a déclaré, lors d'une audition devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat, que l'achat de charbon par la Chine et d'autres activités économiques chinoises constituaient un important soutien à la RPDC et ont affaibli les impacts de la sanction internationale contre cette dernière. Comment réagissez-vous ?

R : La Chine s'oppose au développement par la RPDC des armes nucléaires et s'engage pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Cette position est claire et constante. La Chine est un pays responsable qui applique toujours scrupuleusement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Le commerce de charbon et d'autres minerais entre la Chine et la RPDC est conforme à ces résolutions et aux lois et règlements chinois.

La Chine n'est ni à l'origine ni le nœud de la question nucléaire de la péninsule coréenne. Cette question tient au fond aux problèmes entre la RPDC et les États-Unis. La partie américaine doit assumer les responsabilités qui lui incombent et jouer un rôle constructif dans le règlement de cette question. Du côté de la Chine, elle continuera, comme par le passé, à déployer ses efforts en faveur du règlement de cette question. Nous exhortons une fois de plus les parties concernées à agir dans l'intérêt général de tous et à déployer ensemble de véritables efforts concrets dans le sens de la dénucléarisation, de la paix et de la stabilité dans la péninsule.

Q : Le FMI publiera la semaine prochaine les Perspectives de l'économie mondiale. La Directrice générale du FMI Christine Lagarde a déclaré, le 28 septembre, que la croissance chinoise et celle indienne, relativement bonnes, sont estimées respectivement à environ 6% et à plus de 7% pour l'année 2016. Le Brésil et la Russie semblent par ailleurs montrer quelques signes d'amélioration. Selon vous, qu'est-ce que cela signifie pour le 8e Sommet des BRICS prévu le mois prochain dans l'État de Goa en Inde ?

R : Les BRICS constituent un moteur important de la croissance mondiale, ce qui est confirmé une nouvelle fois par les prévisions du FMI. Sur fond de reprise mondiale fragile et déséquilibrée, les BRICS sont pourtant promis à un bel avenir et recèlent un grand potentiel. Leur contribution à l'économie mondiale est indispensable.

Les dirigeants des BRICS se réuniront en octobre dans l'État de Goa en Inde pour le 8e Sommet des BRICS. Nous espérons que les BRICS, toujours dans l'esprit ouvert, inclusif, coopératif et gagnant-gagnant, renforceront leur partenariat, approfondiront leur coopération pragmatique et travailleront ensemble à une croissance mondiale forte, durable et équilibrée et à la promotion de la réforme du système de gouvernance mondiale.

Q : Premièrement, les États-Unis ont déclaré qu'ils continueront à mener des enquêtes sur les entreprises chinoises soupçonnées de non-respect des résolutions du Conseil de Sécurité concernant la sanction commerciale contre la RPDC. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxièmement, avez-vous des commentaires sur l'état de sécurité le long du Corridor économique sino-pakistanais ?

R : Concernant votre première question, premièrement, la Chine reste depuis toujours fidèle à la lettre des résolutions du Conseil de Sécurité concernant la RPDC en les mettant en œuvre de manière complète et consciencieuse, et elle s'acquitte dûment de ses obligations internationales dans les domaines comme la non-prolifération nucléaire. Ses efforts sont connus de tout le monde.

Deuxièmement, toute violation des résolutions par quelconque entreprise ou individu sera sanctionnée conformément à la loi une fois que les faits sont établis.

Troisièmement, nous entendons coopérer avec les pays concernés sur la base du respect mutuel et de l'égalité. Mais nous nous opposons à la soi-disant « juridiction au bras long » sur les entités et individus chinois exercée par quelque pays que ce soit sous prétexte de sa loi nationale.

Quant à votre deuxième question, le Corridor économique sino-pakistanais relève d'un consensus réalisé entre les gouvernements chinois et pakistanais. Il revêt une signification importante pour le renforcement de la coopération pragmatique économique et commerciale entre les deux pays, l'amélioration du bien-être de la population, la promotion de l'interconnexion entre les pays de la région et est largement soutenu par les deux peuples.

La Chine attache une grande importance à la sécurité le long du corridor et apprécie les efforts considérables déployés par le Pakistan pour assurer la sécurité du corridor et des citoyens et entités chinois au Pakistan. Nous sommes convaincus que la partie pakistanaise intensifiera ses efforts pour protéger les projets contre les risques de sécurité et continuera à garantir la sécurité des citoyens et des projets chinois au Pakistan.

Q : Vous avez dit tout à l'heure que la Chine sanctionnera sévèrement les entreprises chinoises ayant violé les résolutions pertinentes des Nations Unies et coopérera avec les pays concernés. Selon les États-Unis, il y a des entreprises chinoises qui ont agi à l'encontre de ces résolutions. Est-ce que la Chine coopérera avec les États-Unis ou les aidera à enquêter sur les entreprises chinoises concernées?

R : Comme je l'ai souligné tout à l'heure, nous sommes prêts à coopérer avec les pays concernés sur la base du respect mutuel et de l'égalité.

Q : Récemment, Wang Jianlin s'est alarmé de l'apparition de la plus grande bulle immobilière de l'histoire en Chine. Dans les villes dites de premier rang et de deuxième rang, les prix de l'immobilier ont flambé de plus de 20% sur un an. Cette bulle existe-t-elle vraiment? Quelles seront les mesures envisagées par le gouvernement chinois pour juguler l'envolée des prix?

R : Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

Q : Nous avons noté que récemment le Président philippin Rodrigo Duterte a été critiqué par les États-Unis, l'Union européenne et des organisations des droits de l'homme à cause de ses mesures sévères de la lutte contre les criminalités liées à la drogue. Hier, M. Rodrigo Duterte a dit qu'il est devenu le « bouc émissaire » favori des organisations internationales des droits de l'homme. Quels sont vos commentaires là-dessus?

R : La drogue est l'ennemi commun de l'humanité. La lutte contre la drogue est une responsabilité commune qui incombe à tous les pays. Le gouvernement chinois combat résolument les criminalités liées à la drogue, avec une ferme détermination et l'adoption des mesures bien définies et efficaces. La Chine est une force importante dans la lutte internationale contre le trafic de drogue.

Le gouvernement chinois est engagé depuis de longues années dans la coopération internationale contre la drogue. La Chine comprend et soutient la politique du nouveau gouvernement philippin sous la conduite du Président Rodrigo Duterte qui donne la priorité à la lutte contre les criminalités liées à la drogue. Nous entendons coopérer activement avec les Philippines dans ce domaine et élaborer ensemble un plan d'action.

Q : Première question, avant-hier s'est tenu le premier dialogue Chine-Inde sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité. Selon des sources d'information, la Chine et l'Inde adoptent des mesures pour intensifier leur coopération contre les menaces sécuritaires. Quel est le plan d'action ? Dans leur discussion sur la situation internationale et régionale, la tension entre le Pakistan et l'Inde a-t-elle été abordée ? Deuxième question, vu la situation régionale actuelle, l'Inde, le Bhoutan, l'Afghanistan et le Bangladesh boycottent la tenue du Sommet de l'Association sud-asiatique de Coopération régionale qui serait annulé. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : À propos de votre première question, au cours du dialogue Chine-Inde sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité le 27 septembre, les deux parties ont discuté de manière approfondie des mesures à prendre pour renforcer la coopération antiterroriste et faire face ensemble aux menaces sécuritaires et sont parvenues à d'importants consensus. En ce qui concerne la tension entre l'Inde et le Pakistan, la Chine maintient récemment une communication régulière avec les deux parties par de multiples canaux. Nous espérons qu'elles pourront renforcer le dialogue, gérer adéquatement les différends et préserver ensemble la paix et la sécurité dans la région. Les informations sur ce dialogue ont déjà été communiquées.

Quant à votre deuxième question, l'Association sud-asiatique de Coopération régionale est un mécanisme important pour la promotion de la coopération et du développement dans la région. Observateur de cette association, la Chine soutient depuis toujours le processus de coopération de l'association et souhaite qu'elle progresse sans cesse et joue un rôle constructif dans la promotion de la paix, de la stabilité, de la prospérité et du développement dans la région.

Q : Vous avez dit que la Chine est en communication à travers de multiples canaux avec l'Inde et le Pakistan. La Chine a-t-elle fait des démarches auprès des deux parties pour qu'elles travaillent à réduire la tension ? Par ailleurs, les envoyés spéciaux pakistanais pour le Cachemire sont arrivés hier en Chine et ont rencontré un responsable du Ministère des Affaires étrangères. Quel message la Chine a-t-elle passé au Pakistan sur l'apaisement de la tension avec l'Inde ?

R : Concernant votre première question, la Chine est pays voisin et ami de l'Inde comme du Pakistan. Elle espère depuis toujours que les deux parties pourront gérer adéquatement les différends par voie de dialogue et de consultations, améliorer les relations bilatérales, maintenir et renforcer la coopération dans différents domaines et travailler ensemble à la paix, à la stabilité et au développement dans la région.

Quant à votre deuxième question, le 28 septembre, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin a rencontré les envoyés spéciaux pour le Cachemire et parlementaires pakistanais Bakhtyar et Laleka, en visite en Chine. Après avoir écouté la présentation sur la situation au Cachemire et la position du Pakistan, le Vice-Ministre Liu a fait savoir que la Chine suit de près la situation dans cette région et qu'elle attache de l'importance à la position du Pakistan. La Chine est d'avis que la question du Cachemire est une question léguée par l'histoire et doit être réglée par voie de dialogue et de consultations entre les parties concernées. La Chine espère que le Pakistan et l'Inde pourront renforcer la communication et le dialogue, gérer adéquatement les différends, améliorer les relations bilatérales et préserver ensemble la paix et la stabilité dans la région.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés