Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 27 septembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/09/27

Q : Selon des médias chinois, lors du 17e Sommet du Mouvement des non-alignés qui s'est clôturé il y a quelques jours, quelques pays comme Singapour ont insisté, malgré l'opposition claire de la majorité, pour souligner dans le document final de la conférence des éléments liés à la Mer de Chine méridionale. La partie singapourienne a répondu que ces informations étaient contraires à la réalité et infondées. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons noté les informations concernées.

Le Mouvement des non-alignés (MNA) n'est pas un cadre approprié pour parler de la question de la Mer de Chine méridionale. Le document final de la conférence doit être réalisé selon le principe de consultations, auquel le MNA s'en tient depuis toujours, et refléter le consensus de tous les pays membres. Les faits sont clairs : quelques pays ont demandé avec obstination de souligner des éléments liés à la Mer de Chine méridionale dans le document final. Cette demande n'a pas été soutenue par l'immense majorité des pays membres du MNA et les éléments concernés ne reflètent pas le consensus des parties concernées de la question de la Mer de Chine méridionale dont la Chine.

Actuellement, grâce aux efforts communs de la Chine et des pays de l'ASEAN, la situation en Mer de Chine méridionale évolue dans le sens positif. Nous espérons que les pays concernés pourront respecter effectivement la position chinoise ainsi que le consensus entre la Chine et l'ASEAN, adopter une position objective et impartiale et apporter une contribution constructive au développement sain et stable des relations Chine-ASEAN et au règlement approprié de la question de la Mer de Chine méridionale.

Q : Lesdites informations affecteront-elles les relations d'amitié entre Singapour et la Chine ?

R : L'année dernière, la Chine et Singapour ont établi un partenariat de coopération globale progressant avec le temps. Je voudrais souligner que la Chine et Singapour doivent se témoigner mutuellement compréhension et respect en ce qui concerne les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part et d'autre.

Q : Hier, le Département de la Justice des États-Unis a engagé une procédure pénale contre Dandong Hongxiang Industrial Development Co., l'accusant d'avoir violé la résolution 2270 du Conseil de Sécurité et soutenu les programmes d'armes nucléaires de la RPDC. Selon des officiels américains, la Chine et les États-Unis coopèrent sur ce dossier. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Primo, la Chine s'oppose au développement par la RPDC d'armes nucléaires et travaille à promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Cette position est constante et claire. La Chine a toujours œuvré à bien mettre en œuvre la résolution 2270 du Conseil de Sécurité et à remplir ses obligations internationales en matière de non-prolifération. Ces efforts sont connus et reconnus de tous.

Secundo, les infractions de toute entreprise et de tout individu, une fois avérées, seront poursuivies sans exception. Et nous sommes disposé à coopérer avec les pays concernés sur la base du respect mutuel et de l'égalité.

Tertio, nous tenons à souligner que nous nous opposons à ce qu'un pays quelconque, en vertu de son droit interne, mette le long bras de la justice sur des entités ou individus chinois.

Enfin, je voudrais souligner que nous avons affirmé ces positions lors des récentes communications avec la partie américaine.

Q : Le 26 septembre, le gouvernement colombien et les FARC ont signé à Carthagène des Indes l'accord de paix définitif. Quel est votre commentaire à cet égard?

R : La signature de l'accord de paix définitif entre le gouvernement colombien et les FARC est un progrès historique important enregistré dans le processus de paix en Colombie. La Chine s'en félicite et est convaincu que cela apportera l'espoir de la paix au peuple colombien et une contribution importante à la paix et à la stabilité dans le monde. La Chine soutient le processus de paix en Colombie et souhaite voir le pays réaliser la paix globale dans les meilleurs délais et un développement plus important dans la nouvelle période historique.

Q : Selon les statistiques publiées par l'Administration générale des douanes, le commerce bilatéral réalisé en août entre la Chine et la RPDC a augmenté de 20% par rapport à la même période de 2015. Alors que la Chine a imposé des sanctions économiques à la RPDC, pourquoi le commerce bilatéral a-t-il augmenté ?

R : Après l'adoption par le Conseil de Sécurité de la résolution 2270, les départements compétents chinois ont publié un avis demandant aux établissements et entreprises chinois concernés d'exécuter scrupuleusement les dispositions de la résolution. Les échanges commerciaux entre la Chine et la RPDC se font conformément aux lois et aux règlements ainsi qu'aux dispositions de la résolution pertinente du Conseil de Sécurité.

Q : Ce matin, lors du débat télévisé de la présidentielle américaine, le candidat Donald Trump a fait remarquer que la Chine avait des liens étroits avec la RPDC, exerçait une influence majeure sur le pays et devrait donc intervenir pour régler la question nucléaire de la péninsule coréenne. Comment y réagissez-vous ?

R : D'abord, s'agissant de la question nucléaire de la péninsule coréenne, la Chine n'est ni l'origine ni le nœud du problème. Deuxièmement, en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies et voisin proche de la péninsule coréenne, la Chine a toujours été soucieuse de la paix et de la stabilité dans la péninsule et de la préservation du régime international de non-prolifération nucléaire. Elle a toujours travaillé ensemble avec les différentes parties concernées au règlement adéquat de la question nucléaire de la péninsule. Et troisièmement, la Chine ne changera pas cette position et continuera de travailler dans ce sens.

Q : La date est-elle fixée pour la visite en Chine du Président philippin Rodrigo Duterte ? Si la visite a lieu, la question des droits de la pêche au large de l'île Huangyan Dao sera-t-elle abordée entre les deux parties ? La Chine refusera-t-elle aux bateaux de pêche philippins le droit de pêcher au large de l'île Huangyan Dao ?

R : Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, nous serons heureux d'accueillir le Président Rodrigo Duterte sur le sol chinois et nous souhaitons qu'il vienne bientôt. Les deux parties sont en étroite communication sur ce sujet. Les échanges de haut niveau entre les deux pays revêtent une importance majeure pour accroître la connaissance et la confiance mutuelles et améliorer les relations sino-philippines.

Q : Hier, dans son discours de politique générale prononcé lors d'une session extraordinaire de la Diète, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a dit que le Japon saluait le développement pacifique de la Chine et travaillerait à l'amélioration des relations nippo-chinoises sur la base du principe des relations stratégiques de bénéfice mutuel et en tenant compte de l'intérêt général. Par ailleurs, il a affirmé son opposition à tout changement unilatéral et par force du statu quo en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale et appelé à régler pacifiquement les différends par voie diplomatique. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les déclarations concernées du Premier Ministre Shinzo Abe. Je voudrais souligner que la Chine et le Japon sont l'un pour l'autre voisin important et que le développement sain et régulier des relations entre les deux pays sur le long terme profite aux deux peuples ainsi qu'à la paix et à la stabilité dans la région. La Chine travaille à améliorer et à développer les relations avec le Japon. Cette position fondamentale n'a pas changé. Nous appelons le Japon à travailler ensemble avec la Chine et à observer effectivement les quatre documents politiques sino-japonais et le consensus de principe en quatre points entre les deux pays pour faire avancer les relations sino-japonaises en tirant les leçons du passé et en se tournant vers l'avenir.

Nous espérons que le Japon pourra voir réellement le développement de la Chine comme une opportunité, respecter les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de la Chine et traiter adéquatement les questions sensibles dans les relations bilatérales. Et surtout, nous espérons le voir travailler en commun avec la Chine à préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine orientale, parler et agir avec prudence sur la question de la Mer de Chine méridionale, accroître activement les facteurs positifs et juguler les facteurs négatifs dans les relations bilatérales et déployer des efforts concrets en faveur de l'amélioration et du développement des relations sino-japonaises.

Q : En vertu de la décision du FMI, le RMB sera officiellement intégré dans le panier du DTS dès le 1er octobre prochain. Comment voyez-vous la portée de cet événement ? Deuxième question, sous la présidence chinoise, le G20 a intégré dans son agenda l'élargissement de l'utilisation du DTS, et le Sommet du G20 à Hangzhou est parvenu à un consensus sur le DTS. D'après vous, comment le DTS pourra-t-il jouer un rôle plus important ?

R : Concernant la première question, à partir du 1er octobre prochain, le RMB sera officiellement intégré dans le panier du DTS du FMI. Depuis la création du DTS, c'est la première fois que la monnaie d'un pays en développement y est intégrée. Cela marque un jalon important pour l'intégration de la Chine dans le système financier international, illustre la pleine reconnaissance par la communauté internationale des aboutissements de la Chine dans la réforme et l'ouverture sur l'extérieur et contribue au renforcement de la représentativité et de l'attractivité du DTS ainsi que de la stabilité du marché financier international. En même temps, nous sommes conscients que la communauté internationale est d'autant plus sensible aux politiques économiques et financières de la Chine que le RMB est devenu une des principales monnaies de réserve internationale. Cela signifie que le gouvernement chinois doit renforcer la communication avec le marché, transmettre rapidement et correctement les informations liées aux politiques financières et mieux orienter les anticipations du marché.

S'agissant de la deuxième question sur le rôle futur du DTS, durant les années passées, les valeurs du DTS n'ont pas été suffisamment exploitées. L'éclatement de la crise financière internationale de 2008 a suscité de nouveau l'attention des gens sur le rôle du système monétaire international et du DTS. Avec l'adoption du consensus sur le DTS lors du Sommet du G20 à Hangzhou et l'inclusion du RMB dans le panier du DTS, le DTS pourrait jouer un rôle plus agissant dans le système monétaire international dans l'avenir.

Comme nous l'avons dit la semaine dernière, demain à 16 heures, le Ministère des Affaires étrangères et le Gouvernement populaire de la Province du Sichuan organiseront ici même une séance de promotion sur le Sichuan. La conférence de presse sera annulée demain et reprendra après-demain (le 29 septembre). Durant cette période, le bureau des porte-parole du Ministère des Affaires étrangères est toujours disponible à répondre aux questions posées par téléphone ou fax.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés