Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 26 septembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/09/26

Avant le commencement de la conférence de presse, le Directeur général de l'Information du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang a présenté le nouveau porte-parole et Directeur général adjoint de l'Information du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang. Lu Kang a fait savoir que Geng Shuang a une expérience de plus de 20 ans dans la diplomatie, ayant travaillé au Département des Organisations et Conférences internationales, au Département des Affaires économiques internationales du Ministère des Affaires étrangères, et à la Mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies, et son dernier poste à l'étranger était le conseiller de presse et porte-parole de l'Ambassade de Chine aux États-Unis. Fin connaisseur des affaires diplomatiques bilatérales et multilatérales, il a beaucoup d'expériences pour travailler avec la presse. Lu Kang se dit confiant dans la compétence de Geng Shuang pour bien remplir cette mission qu'est le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et maintenir de bonnes relations avec les amis journalistes.

Geng Shuang a exprimé sa volonté de travailler ensemble avec les journalistes de sorte à aider tous les milieux de la société chinoise et étrangère à connaître les politiques extérieures et positions de la Chine de manière rapide, précise, complète et objective, et à promouvoir la compréhension mutuelle et la confiance réciproque entre la Chine et le reste du monde.

Q : Le 23 septembre, le journal canadien The Globe and Mail a publié un article, soulignant que la visite au Canada du Premier Ministre Li Keqiang est une belle démonstration d'association des affaires commerciales et questions juridiques à l'amitié traditionnelle sino-canadienne. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Qu'avez-vous à dire sur cette visite ?

R : Du 21 au 24 septembre, le Premier Ministre Li Keqiang a effectué une visite officielle réussie au Canada.

Il s'agit de la première visite d'un Premier Ministre chinois au Canada depuis 13 ans, ce qui marque le lancement officiel du mécanisme de dialogue annuel entre les Premiers Ministres chinois et canadien. Les deux parties sont parvenues à d'importants consensus sur l'approfondissement de la coopération sino-canadienne sur tous les plans, donnant par là une forte impulsion à la création d'une nouvelle « décennie d'or » dans les relations entre les deux pays. Elles ont convenu de renforcer la connaissance mutuelle par la communication à tous les échelons et à travers multiples mécanismes, et de bien gérer les problèmes et les divergences. Lors du Forum d'affaires Chine-Canada, le Premier Ministre Li Keqiang a présenté de manière exhaustive la position sur le renforcement de la coopération pragmatique bilatérale dans tous les domaines. Les deux parties ont publié la Déclaration conjointe Chine-Canada et signé des documents de coopération et des contrats commerciaux.

Comme le Premier Ministre Li Keqiang l'a souligné, à cause des différences de culture, de réalité nationale et de stade de développement, il est normal que la Chine et le Canada ont des vues divergentes sur certaines questions, mais leurs intérêts communs l'emportent largement. Nous espérons saisir les opportunités offertes par les récentes visites croisées entre les dirigeants des deux pays et travailler ensemble avec le Canada, dans l'esprit du respect mutuel et de la recherche du terrain d'entente par-delà les divergences, pour promouvoir un développement régulier et durable des relations sino-canadiennes au plus grand bénéfice des deux peuples.

Q : Le 23 septembre, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté une résolution, à l'occasion du 20e anniversaire de la signature du Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires, appelant les pays concernés à œuvrer ensemble à une entrée en vigueur rapide du Traité. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Cette année marque le 20e anniversaire de la conclusion et de l'ouverture à la signature du Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires. Depuis 20 ans, l'interdiction des essais nucléaires est devenue un consensus universel de la communauté internationale. La résolution adoptée par le Conseil de Sécurité a réaffirmé l'objectif de l'interdiction des essais nucléaires et contribue à faire avancer le processus de l'entrée en vigueur au plus tôt du Traité.

La Chine préconise toujours activement l'interdiction complète et la destruction totale des armes nucléaires et observe scrupuleusement ses engagements de ne pas recourir en premier aux armes nucléaires et de ne pas utiliser ou menacer d'utiliser les armes nucléaires contre les pays ou régions exempts d'armes nucléaires sans aucune condition. Un des premiers pays à signer le Traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires, la Chine a toujours défendu fermement les buts et objectifs du Traité et honoré ses engagements d'interrompre les essais nucléaires. Nous entendons travailler ensemble avec la communauté internationale à une entrée en vigueur au plus tôt du Traité.

Q : Selon des médias de la République de Corée, le gouvernement chinois est en train de mener des enquêtes sur la Kwangson Banking Corporation de la RPDC installée à Dandong. Veuillez nous le confirmer.

R : Je ne dispose pas d'informations que vous évoquiez.

Q : Lors d'une interview accordée à la BBC, l'ancien chef économiste du FMI a fait savoir que la chute de l'économie chinoise est plus rapide que les statistiques officielles, ce qui est la plus grande menace à l'économie mondiale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je voudrais souligner que durant de longues années, la Chine a toujours été un contributeur important de l'économie mondiale. Nous entendons travailler ensemble avec les principales économies du monde pour renforcer la coordination sur la politique macroéconomique et promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée de l'économie mondiale.

Q : Des enquêtes sur la société Liaoning Hongxiang Industrial sont en cours. Pourriez-vous nous en donner plus d'informations ?

R : La position de la Chine de s'opposer au développement par la RPDC des armes nucléaires est claire et constante. Les efforts de la Chine dans la promotion de la dénucléarisation de la péninsule coréenne sont connus de tous. Nous appliquons toujours de manière globale, précise et sérieuse les résolutions concernées du Conseil de Sécurité et remplissons les obligations internationales en matière de contrôle des exportations contre la prolifération nucléaire.

Concernant votre question sur la société Liaoning Hongxiang Industrial, les départements compétents de la Chine sont en train de mener des investigations sur ses délits économiques et d'autres actes illégaux conformément à la loi et ont déjà publié des informations concernées.

Q : Le Premier Ministre Li Keqiang fera une escale aux îles des Açores au Portugal sur son chemin de retour de Cuba en Chine. Pourriez-vous nous présenter son programme ? Est-ce que la Chine envisage de renforcer sa présence sur les îles des Açores ?

R : À ma connaissance, le Premier Ministre Li Keqiang fera une escale technique sur l'île de Terceira au Portugal sur le chemin de retour de Cuba en Chine. Actuellement, les relations sino-portugaises affichent une bonne dynamique marquée par des échanges de haut niveau fréquents, une confiance politique mutuelle consolidée et une coopération pragmatique dans tous les domaines qui ne cesse de s'approfondir. Nous entendons travailler ensemble avec le Portugal pour faire progresser sans cesse le partenariat stratégique global entre les deux pays.

Q : Pourriez-vous nous donner plus d'informations sur l'accord sur le partage et la restitution des biens confisqués signé entre la Chine et le Canada lors de la visite du Premier Ministre Li Keqiang au Canada ?

R : Le 22 septembre, lors de la visite du Premier Ministre Li Keqiang au Canada, les Ministres chinois et canadien des Affaires étrangères ont officiellement signé un accord sur le partage et la restitution des biens confisqués. La coopération en la matière est un aspect concret de l'entraide judiciaire internationale. Cet accord a normalisé et précisé la coopération sino-canadienne sur la confiscation, la restitution et le partage du produit du crime et constitue un fondement juridique utile pour le travail à cet égard.

Je tiens aussi à souligner qu'il s'agit là d'un premier accord spécifique signé par la Chine avec un pays étranger sur la confiscation du produit du crime transféré à l'étranger. Depuis la réforme et l'ouverture, la Chine a déjà signé 79 traités d'entraide judiciaire avec près de 60 pays et des traités d'extradition avec 46 pays, et a mené la coopération sur l'entraide judiciaire et l'extradition avec un grand nombre de pays. À l'avenir, nous continuerons à améliorer notre système de coopération judiciaire et d'application de la loi avec le reste du monde, et signerons avec les pays concernés des accords spécifiques sur la poursuite du produit du crime tant que les expériences sont acquises et les conditions réunies, de sorte à renforcer la poursuite des fugitifs et des biens mal acquis placés à l'étranger.

Q : Selon des sources d'information, le 25 septembre, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence sur la situation en Syrie. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont accusé la Russie de soutenir les actes barbares du gouvernement syrien, et la Russie a fait savoir que les États-Unis n'avaient pas pu convaincre l'opposition syrienne de respecter l'accord de cessez-le-feu. Comment voyez-vous la situation actuelle en Syrie ?

R : La Chine est préoccupée de la récente escalade des conflits dans certaines régions en Syrie qui ont causé des pertes humaines.

Durant la présente session de l'Assemblée générale des Nations Unies, les parties prenantes ont eu des contacts intensifs sur la question syrienne et le Conseil de Sécurité a également tenu une réunion de haut niveau. Comme l'a indiqué le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi lors de cette réunion, pour résoudre la question syrienne, il faut appliquer effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité, notamment la résolution 2254, et faire avancer parallèlement la réalisation du cessez-le-feu, la négociation politique, l'aide humanitaire et la lutte conjointe contre le terrorisme.

Le cessez-le-feu et l'arrêt des violences constituent un préalable important au règlement de la question syrienne et un garanti nécessaire de l'amélioration de la situation humanitaire en Syrie et de la lutte antiterroriste efficace. Nous appelons les différentes parties concernées à garder à l'esprit l'intérêt du peuple syrien et à cesser les hostilités et les violences, afin de créer des conditions favorables à une reprise rapide des pourparlers de paix et à l'opération de l'aide humanitaire.

Q : Selon des médias népalais, la Chine a annulé la visite du dirigeant chinois au Népal. Veuillez nous le confirmer. Est-ce que l'annulation est due à la déclaration de l'Inde disant que cette visite provoquerait des tensions dans la région ?

R : La Chine et le Népal sont toujours en communication par voie diplomatique sur les échanges de haut niveau entre les deux pays.

Q : L'Inde a annoncé qu'elle ratifierait l'Accord de Paris le 2 octobre. La Chine et les États-Unis l'ont déjà ratifié. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le changement climatique est un défi commun pour toute l'humanité auquel la communauté internationale doit faire face en coopération. Aucun pays ne peut s'en sortir seul.

La Chine salue la ratification de l'Accord de Paris par l'Inde, ce qui est une autre implusion clé pour l'entrée en vigueur et la mise en œuvre de cet accord. Nous entendons travailler ensemble avec l'Inde et les autres parties pour continuer à renforcer la coopération climatique, faire progresser une mise en œuvre effective de l'Accord de Paris et promouvoir le développement vert, bas carbone et durable dans le monde.

Q : Les médias indiens et pakistanais sont récemment en discussion sur la position que la Chine prendra si l'Inde et le Pakistan sont en conflit. Est-ce que la Chine soutiendra le Pakistan dans la question du Cachemire ?

R : La question du Cachemire est léguée par l'histoire. Nous espérons que les parties concernées pourront la régler adéquatement et pacifiquement par voie de dialogue et de consultation.

Q : Selon des médias indiens, le 9 septembre, il y a eu une confrontation entre les troupes frontalières chinoises et indiennes dans la partie orientale de la frontière sino-indienne dans l'Arunachal Pradesh. Les deux parties ont tenu une réunion frontalière le 13 septembre pour le règlement des questions concernées et en tiendront une autre le 1er octobre. Veuillez nous en donner plus d'informations.

R : La position de la Chine sur la question de la frontière sino-indienne est constante et claire. La frontière sino-indienne n'a jamais été officiellement délimitée et les deux parties sont en négociation pour régler les différends territoriaux. Les troupes frontalières chinoises respectent depuis toujours les accords pertinents conclus entre les deux pays et observent strictement la ligne de contrôle effectif dans leurs patrouilles. Nous espérons que la partie indienne pourra conjuguer les efforts avec nous pour préserver effectivement la paix et la tranquillité des régions frontalières en vue de régler au plus tôt la question frontalière.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés