Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 septembre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/09/13

Q : Aujourd'hui, la Force aérienne américaine a envoyé un bombardier B-1 sur la péninsule coréenne pour démontrer sa force et l'alliance entre les États-Unis et la République de Corée. Pensez-vous que cela aggravera les tensions dans la péninsule coréenne ?

R : Dans le contexte actuel, toutes les parties concernées doivent garder la raison et la retenue et s'abstenir de toute provocation pour ne pas aggraver les tensions dans la région. L'escalade des tensions et les provocations mutuelles dégénéreront en un cercle vicieux, ce qui n'est dans l'intérêt de personne.

Q : Selon l'Agence internationale russe Ria Novosti, le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Nikolaï Patrouchev et le Conseiller d'État Yang Jiechi ont coprésidé, hier, à Beijing, le 12e tour de consultations sino-russes sur la sécurité stratégique. Veuillez nous en présenter plus d'informations.

R : Sur l'invitation de M. Meng Jianzhu, membre du Bureau politique et Secrétaire de la Commission des Affaires politiques et juridiques du Comité central du Parti communiste chinois et du Conseiller d'État Yang Jiechi, le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Nikolaï Patrouchev est en visite en Chine du 12 au 14 septembre pour la 3e réunion du mécanisme de coopération sino-russe de sécurité et d'application de la loi et le 12e tour de consultations sino-russes sur la sécurité stratégique.

Lors des consultations sur la sécurité stratégique tenues hier, le Conseiller d'État Yang Jiechi a indiqué que sous la direction du Président Xi Jinping et du Président Vladimir Poutine, le partenariat de coordination stratégique global sino-russe s'était développé avec une profondeur et une ampleur sans précédent. En marge du Sommet du G20, les deux chefs d'État ont eu un entretien à Hangzhou. C'était leur troisième rencontre depuis le début de cette année. Ils ont dégagé des consensus importants sur le développement ultérieur des relations sino-russes et de la coopération bilatérale dans divers domaines, donnant une nouvelle impulsion forte au développement du partenariat de coordination stratégique global entre les deux pays.

Le Conseiller d'État Yang Jiechi a souligné que la situation internationale et régionale connaissait des changements complexes et profonds. Selon lui, la Chine et la Russie, membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU et pays émergents majeurs, ont de larges intérêts communs et assument de grandes responsabilités dans la préservation de la paix et de la stabilité dans la région et dans le monde. Il a invité les deux parties à rester en étroite communication, à mettre pleinement en œuvre les consensus importants dégagés entre les deux chefs d'État, à continuer de renforcer la communication, les consultations et la coordination sur la sécurité stratégique, à accroître le soutien mutuel et à approfondir la coordination et la concertation dans les affaires internationales.

Selon M. Nikolaï Patrouchev, le partenariat de coordination stratégique global entre les deux pays a atteint un niveau sans précédent. Il a indiqué qu'en cette année marquant le 20e anniversaire de l'établissement de ce partenariat et le 15e anniversaire de la signature du Traité sino-russe de bon voisinage, d'amitié et de coopération, la partie russe entendait travailler ensemble avec la partie chinoise à mettre en œuvre sur tous les plans les consensus importants dégagés entre les deux chefs d'État et à renforcer davantage la communication et la coordination sur le plan stratégique, de sorte à promouvoir la paix, la stabilité et la prospérité dans la région et dans le monde.

Les deux parties ont également eu des échanges approfondis et dégagé de larges consensus sur la situation dans la péninsule coréenne, la situation en Asie centrale, la coopération entre les pays des BRICS et les questions d'actualité régionales. Elles sont convenues de continuer à faire valoir le mécanisme de consultations sino-russes sur la sécurité stratégique en vue d'un développement sans cesse approfondi de la coopération bilatérale en la matière.

Q : Selon Times of India, le gouvernement japonais cherche à vendre à l'Inde des armements d'une valeur de 1,6 milliard de dollars américains en baissant le prix autant que possible, dans le but de renforcer sa coopération avec l'Inde dans les domaines de la défense et de la sécurité, et d'encourager l'Inde à s'exprimer davantage sur la question de la Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai noté les informations concernées publiées par Times of India. Nous n'avons pas d'objection à la coopération normale, y compris la coopération en matière de défense. Cependant, s'il y a des desseins inavoués derrière la coopération, ce sera déshonorant.

Q : Il est clair que la Chine s'oppose au déploiement par les États-Unis du système THAAD en République de Corée. Dans quelle mesure le déploiement de ce système affectera-t-il la prise de décision et la réponse de la Chine à l'égard de la RPDC ? Y en a-t-il des liens directs ? Est-ce que cela explique la réticence de la Chine à une intensification des sanctions contre la RPDC comme le souhaitent les États-Unis ?

R : Toutes les choses sont liées l'une à l'autre. La position de la Chine sur le déploiement du système THAAD et la question de la péninsule coréenne est très claire. Nous soulignons depuis toujours que la question de la péninsule coréenne a des causes complexes et doit être réglée par le dialogue et les consultations. Que ce soient les États-Unis ou la République de Corée, qui peuvent s'assurer que le déploiement du système THAAD permettra de régler une fois pour toutes la question nucléaire de la péninsule coréenne ? Comme les faits l'ont prouvé à maintes reprises, les préoccupations sécuritaires des parties concernées devaient et ne pouvaient qu'être résolues par une solution correspondant aux intérêts de tous. Toute action unilatérale prise par une partie fondée seulement sur ses propres intérêts et visant à réaliser sa propre sécurité absolue ne peut qu'aggraver les tensions et compliquer la question. Cela ne contribue pas à résoudre les préoccupations sécuritaires et rendra encore plus difficile la réalisation des objectifs fixés. C'est pourquoi nous exhortons fortement les parties concernées à prendre en compte l'intérêt général, à faire preuve de prudence et à s'abstenir de toute provocation afin d'éviter une spirale des tensions. Nous avons également appelé à maintes reprises les parties concernées à ne pas renoncer au règlement pacifique de la question nucléaire de la péninsule coréenne par le dialogue et les consultations malgré la situation actuelle extrêmement difficile. Tant qu'il y a une lueur d'espoir, une opportunité ou une possibilité, toutes les parties doivent faire de leur mieux. Voilà la position constante de la Chine. Nous continuerons à participer de manière constructive et responsable aux discussions au sein du Conseil de Sécurité sur ce sujet. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité et pays responsable de la communauté internationale, la Chine continuera à mettre en œuvre de manière intégrale, scrupuleuse et fidèle les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Dans le même temps, nous œuvrerons inlassablement avec les autres parties concernées pour ramener la question nucléaire de la péninsule coréenne sur la bonne voie du règlemenl par le dialogue et les consultations.

Sur la question du système THAAD, la position de la Chine est très claire. Nous nous opposons au déploiement par les États-Unis du système antimissile THAAD en République de Corée. Cette position n'a pas changé.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés