Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 7 septembre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/09/07

Q : Première question, le Dialogue de Séoul sur la défense s'est tenu aujourd'hui en République de Corée, réunissant plus de 30 pays dont les États-Unis. Selon des sources d'information, le Ministère sud-coréen de la Défense avait invité la partie chinoise, mais aucun officiel chinois n'y était présent. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxième question, les Chefs d'État des États-Unis et de la République de Corée se sont entretenus hier au Laos. Ils ont confirmé encore une fois le déploiement du système THAAD et, estimant que la Chine jouera un rôle crucial, ils ont fait savoir leur volonté de maintenir une communication étroite avec la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Concernant votre première question, je ne dispose pas d'informations là-dessus. Je vous propose de vous renseigner directement auprès du Ministère de la Défense.

Quant à votre deuxième question, la Chine a exposé plusieurs fois sa position sur la question du THAAD. Nous estimons que le déploiement par les États-Unis du système THAAD en République de Corée est défavorable à la stabilité stratégique dans la région et qu'il aggravera les dissensions entre les différentes parties. Nous nous y opposons fermement. Les intérêts sécuritaires de la Chine doivent être respectés.

Q : D'après Kyodo News, des sources du gouvernement japonais ont révélé que le Japon et la Chine étaient en concertation pour les consultations de haut niveau sur les affaires maritimes qui se tiendraient les 14 et 15 septembre à Hiroshima. La partie japonaise s'attend à ce que ces consultations préparent le terrain à la reprise des négociations sur l'exploitation en commun des champs gaziers et pétroliers en Mer de Chine orientale. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

R : La Chine et le Japon sont en concertation sur les dates, le lieu et les sujets du 5e tour des consultations de haut niveau sur les affaires maritimes.

La position de la Chine n'a pas changé à l'égard de la mise en œuvre des consensus de principe sur la question de la Mer de Chine orientale. Nous invitons la partie japonaise à travailler avec nous pour créer des conditions et l'atmosphère nécessaires à la reprise des négociations sur la mise en œuvre des consensus de principe.

Q : Le 5 septembre, le Président Xi Jinping a rencontré le Premier Ministre japonais Shinzo Abe à Hangzhou. C'est la première rencontre entre les dirigeants des deux pays depuis octobre dernier. Quel impact aura-t-elle sur les relations entre le Japon et la Chine ?

R : Nous avons déjà publié des informations sur la rencontre entre le Président Xi Jinping et le Premier Ministre japonais Shinzo Abe en marge du Sommet du G20 à Hangzhou. La Chine et le Japon sont l'un pour l'autre voisin important, et le développement sain et régulier des relations entre les deux pays sur le long terme profite aux deux peuples ainsi qu'à la paix et à la stabilité dans la région. À l'heure actuelle, les relations sino-japonaises sont perturbées de temps à autre par de multiples facteurs complexes, et il incombe aux deux parties de surmonter les perturbations pour ramener rapidement leurs relations bilatérales sur la bonne voie. Comme l'a souligné le Président Xi Jinping, les relations sino-japonaises traversent une période cruciale pour surmonter les obstacles et aller de l'avant. Les deux parties doivent observer scrupuleusement les quatre documents politiques et le consensus de principe en quatre points, renforcer la communication à travers le dialogue et les consultations, et régler adéquatement les questions concernées. La partie japonaise doit agir avec prudence sur la question de la Mer de Chine méridionale pour éviter toute perturbation à l'amélioration des relations sino-japonaises.

Q : Concernant l'attaque terroriste contre l'Ambassade de Chine au Kirghizistan, des sources d'information parlent d'une tentative des membres du « Mouvement islamique du Turkestan oriental » (MITO). Auriez-vous plus d'informations là-dessus ?

R : J'imagine que vous avez déjà lu les résultats de l'enquête menée par les services compétents kirghizes. La Chine a condamné vivement ce grave attentat terroriste. Les services chinois d'application de la loi suivent de très près l'enquête menée par la partie kirghize et, sur la demande de cette dernière, y ont donné des concours nécessaires. Nous continuerons de soutenir pleinement la partie kirghize dans ses efforts pour mettre la lumière sur cette affaire et traduire les auteurs devant la justice. La Chine s'oppose fermement au terrorisme sous toutes ses formes ainsi qu'à tout acte de violence contre les établissements diplomatiques et ressortissants chinois. Nous entendons continuer à renforcer la coopération antiterroriste avec la communauté internationale et à défendre fermement la sécurité et les intérêts des ressortissants et établissements chinois.

J'aimerais aussi souligner que les forces terroristes du « Turkestan oriental » notamment le MITO ont orchestré et perpétré de nombreuses attaques terroristes contre la Chine et commis des crimes sanglants en Chine et à l'étranger. Nous sommes déterminés dans notre lutte contre les forces terroristes du « Turkestan oriental » dont le MITO et dans la sauvegarde de la sécurité de notre peuple et de leurs biens. Nous continuerons de renforcer la coopération avec le Kirghizistan et la communauté internationale pour combattre ensemble le terrorisme et préserver la paix et la tranquillité en Chine, dans la région et dans le monde.

Q : Pourriez-vous confirmer les propos de la partie kirghize selon lesquels ce sont les membres du MITO qui ont perpétré l'attentat terroriste ?

R : Les services compétents kirghizes ont publié les résultats de leur enquête. Le MITO est une organisation terroriste reconnue par la communauté internationale. Ces dernières années, le MITO, très actif en Asie centrale et en Syrie, est devenu une grave menace sécuritaire pour de nombreux pays et régions dont la Chine. La lutte contre les forces terroristes du « Turkestan oriental » dont le MITO est une préoccupation centrale de la Chine dans sa coopération antiterroriste avec la communauté internationale, et constitue une composante importante de la lutte internationale contre le terrorisme. Nous continuerons de maintenir une communication étroite avec la communauté internationale dont la partie kirghize pour renforcer la coopération, endiguer le terrorisme, et préserver la sécurité en Chine, au Kirghizistan et dans les pays de la région.

Q : Selon des médias japonais, après la clôture du Sommet du G20 à Hangzhou, la Chine a attendu un certain temps pour publier le texte intégral du communiqué pour des raisons inconnues. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai noté les reportages concernés de certains médias japonais. Je ne sais pas d'où viennent ces informations, et les reportages en question ne correspondent pas du tout à la réalité. En fait, avant la clôture du Sommet dans l'après-midi du 5 septembre, la version finale du communiqué était déjà sur la table des dirigeants de tous les pays, y compris du Japon. Elle a été adoptée à l'unanimité, publiée à l'issue du sommet, et distribuée aux médias. Il n'y a donc pas du tout de question de délai tel que prétendu par certains médias japonais.

Ce qui nous étonne, c'est que certains médias japonais faisaient déjà courir pas mal de rumeurs sur des éléments du communiqué alors que celui-ci faisait encore l'objet de consultations. Ils semblent mieux informés que quiconque. Je me demande d'où ils ont obtenu toutes ces informations.

Q : Selon un rapport publié par le Centre pour les études stratégiques et internationales, un think-tank américain, les navires de la garde côtière chinoise sont intervenus plusieurs fois dans des conflits sur la Mer de Chine méridionale depuis 2010, et de tels actes pourraient déstabiliser la région. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Il est tout à fait naturel pour les navires de la garde côtière chinoise d'effectuer des patrouilles, de faire respecter la loi et de préserver l'ordre maritime dans les eaux sous juridiction chinoise. Nous espérons que les personnalités concernées cesseront de faire du tapage là-dessus, de semer la discorde et d'attiser les tensions.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés