Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 22 août 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/08/22

La 4e réunion du Comité de coopération Chine-Turkménistan se tiendra le 23 août à Tianjin. Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Zhang Gaoli et le Vice-Président du Cabinet des Ministres turkmène Yagchygueldy Kakayev coprésideront la réunion.

Comme convenu, la 8e Réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée aura lieu le 24 août à Tokyo au Japon. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y participera sur l’invitation. Les Ministres des Affaires étrangères feront un bilan de l’avancement de la coopération entre les trois pays et échangeront leurs vues de manière approfondie sur l’orientation de la coopération trilatérale et les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Q : Cette réunion des Ministres des Affaires étrangères est la première réunion de haut niveau tenue par les trois pays depuis le Sommet Chine-Japon-République de Corée du novembre dernier. Quelles sont les principales considérations quant à la présence de la Chine à cette réunion ?

R : En novembre 2015, le 6e Sommet Chine-Japon-République de Corée s’est tenu à Séoul, imprimant un nouvel élan à la coopération régionale en Asie de l’Est, ce qui a été hautement apprécié par les peuples des trois pays et la communauté internationale.

La Chine, le Japon et la République de Corée sont voisins immédiats et trois pays importants d’Asie de l’Est. Leur coopération a des retombées significatives sur la paix, la stabilité, le développement et la prospérité dans la région et dans le monde. Lancée il y a 17 ans, la coopération Chine-Japon-République de Corée a enregistré des progrès considérables dans divers domaines, apporté des bénéfices tangibles aux peuples des trois pays et joué un rôle constructif dans la promotion de la coopération en Asie de l’Est et de la paix et de la stabilité dans la région. Depuis le début de cette année, les trois parties ont mis en œuvre activement les acquis du Sommet, organisé une série de réunions et d’activités importantes et fait progresser de manière durable et approfondie la coopération trilatérale dans différents domaines.

Cette année, le coordinateur tournant de la coopération Chine-Japon-République de Corée est assuré par le Japon. D’après les pratiques précédentes, le Japon accueillera une série de réunions axées sur la coopération des trois pays. Ces derniers temps, la partie japonaise a invité à plusieurs reprises les Ministres chinois et coréen des Affaires étrangères à se rendre au Japon pour tenir ensemble la 8e Réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée et discuter de la coopération trilatérale, laquelle s’inscrit dans les réunions multilatérales annuelles régulières centrées sur la coopération entre les trois pays. Nous espérons que cette réunion contribuera au maintien de la dynamique de la coopération Chine-Japon-République de Corée, à la progression du processus d’intégration régionale en Asie de l’Est, à la réalisation de l’objectif de parachever la construction de la communauté économique de l’Asie de l’Est à l’horizon 2020 et à la promotion de la paix, du développement et de la prospérité dans la région.

Q : Le Président américain Barack Obama effectuera une visite au Laos en septembre. Il sera le premier président américain à se rendre au Laos. Des observateurs y voient l’intention des États-Unis de contrecarrer l’influence chinoise au Laos. Quelle est votre position sur ce sujet ? Êtes-vous préoccupé par cette visite ? Pensez-vous que les actions récentes des États-Unis pour resserrer les liens avec le Laos, le Viet Nam et le Myanmar visent à endiguer l’influence de la Chine en Asie du Sud-Est ?

R : Je ne sais pas qui a fait ces remarques. La Maison Blanche a publié une communication concernant la visite du Président Obama en Chine et au Laos, et je n’ai pas vu dans cette communication le point de vue que vous évoquiez. S’agissant de la Chine, nous nous félicitons du développement des relations constructives entre les différents pays, y compris les pays de la région ou hors la région, qui aillent véritablement dans le sens de la paix, de la stabilité et de la prospérité dans la région.

Sans doute existe-t-il des gens qui souhaitent voir se produire dans cette région des choses non désirées par les pays de la région, ceci va à l’encontre de l’aspiration à la paix et au développement partagée par les pays de la région, y compris la Chine et les pays voisins que vous évoquiez.

Q : Selon des informations, l’ancien responsable de l’autorité de Taiwan chargée de la défense Micheal Tsai, au nom de « Taiwan UN Alliance », a demandé à Tsai Ing-wen d’écrire au Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon pour exprimer le souhait de Taiwan d’intégrer l’ONU sous le nom de « Taiwan » et comme un nouvel « État membre ». Un responsable de l’autorité de Taiwan chargée des affaires extérieures a affirmé le 18 août que les autorités de Taiwan continueront à participer à des activités onusiennes de manière significative, sans pour autant demander une « entrée dans l’ONU ». Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Comme vous le savez tous, l’ONU est une organisation internationale intergouvernementale composée des États souverains. Seuls les États souverains peuvent demander à y adhérer. Il n’y a qu’une seule Chine au monde et Taiwan fait partie de la Chine, ce qui est reconnu par la communauté internationale. Le gouvernement et le peuple chinois s’opposent fermement à toutes formes de propos et d’actes visant l’« indépendance de Taiwan ». Toute tentative de mettre en péril le principe d’une seule Chine et de fabriquer « deux Chine » ou « une Chine, une Taiwan » est vouée à l’échec.

Q : Il y a eu des informations selon lesquelles la Chine, le Japon et la République de Corée ne parvenaient pas à fixer la date de la Réunion des Ministres des Affaires étrangères en raison des divergences existant entre les trois pays. Maintenant que la date est annoncée soudainement, qu’attendez-vous de cette réunion ? Les sujets sensibles tels que le « THAAD » et la Mer de Chine méridionale seraient-ils abordés ? Qu’attend la Chine de ce premier déplacement au Japon du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi depuis sa prise de fonction ?

R : Tout d’abord, je ne pense pas que ce soit une annonce soudaine. Les réunions multilatérales sont toujours préparées d’avance avec d’amples consultations et d’intenses préparatifs. C’est normal que l’annonce est faite quand tout est prêt.

Quant aux attentes de la Chine de la réunion, comme je l’ai présenté tout à l’heure, nous espérons que cette réunion s’inscrira dans la mise en œuvre des consensus dégagés du 6e Sommet Chine-Japon-République de Corée tenu en novembre dernier à Séoul et contribuera à l’approfondissement de la coopération pragmatique entre les trois pays afin que cette coopération apporte plus de bénéfices tangibles aux peuples des trois pays et joue un rôle plus important en faveur de la paix, de la stabilité, de la prospérité et du développement dans la région, voire dans le monde.

Concernant votre dernière question, je tiens à donner quelques éclaircissements. Vous avez peut-être noté que le Ministère des Affaires étrangères avait donné des précisions là-dessus. Cette réunion est une réunion multilatérale annelle régulière. Sur l’invitation du Japon, les Ministres des Affaires étrangères de la Chine et de la République de Corée se rendront au Japon pour cette réunion et il ne s’agit pas du tout d’une visite bilatérale.

Q : La Conseillère pour l’État du Myanmar Aung San Suu Kyi a terminé sa visite en Chine. Comment voyez-vous cette visite ? Quels sont les principaux acquis ? Comment voyez-vous les perspectives des relations entre la Chine et le Myanmar ?

R : Sur l’invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État de la République populaire de Chine Li Keqiang, la Conseillère pour l’État du Myanmar Aung San Suu Kyi a effectué une visite officielle en Chine du 17 au 21 août. Il s’agit de la première visite en Chine d’un dirigeant du Myanmar après la formation du nouveau gouvernement du Myanmar. Le Président Xi Jinping a rencontré la Conseillère pour l’État Aung San Suu Kyi. Le Premier Ministre Li Keqiang s’est entretenu avec elle. Le Président du Comité permanent de l’APN Zhang Dejiang l’a rencontrée. Les deux parties ont publié un Communiqué de presse conjoint.

Durant la visite, les dirigeants des deux pays ont procédé à des échanges de vues approfondis sur les relations bilatérales et les questions d’intérêt commun et sont parvenus à d’importants consensus. Premièrement, sur le plan politique, attachées aux liens de « Paukphaw » entre la Chine et le Myanmar, les deux parties ont réaffirmé leur engagement d’avoir à cœur les intérêts des peuples des deux pays et de donner la priorité au développement des relations bilatérales avec une vision stratégique et de long terme. Les deux parties ont convenu de poursuivre la tradition des échanges de haut niveau fréquents, d’accroître la confiance politique mutuelle et d’approfondir l’échange d’expériences en matière de gouvernance. Deuxièmement, dans le domaine de la coopération, les deux parties ont convenu de mieux associer les stratégies de développement, de mieux planifier les coopérations prioritaires, d’orienter la coopération bilatérale vers les domaines plus étroitement liés au bien-être de la population tels que l’agriculture, l’hydraulique, l’éducation et la santé pour faire bénéficier davantage de populations de la coopération, et d’élargir les échanges humains et culturels en vue d’une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples. Troisièmement, les deux parties ont convenu d’assurer la paix et la stabilité dans les zones frontalières à travers un contrôle et une coopération renforcés et d’améliorer le bien-être des populations dans ces zones.

Nous sommes convaincus que la visite réussie de la Conseillère pour l’État Aung San Suu Kyi en Chine apportera de nouvelles opportunités à la promotion de la coopération mutuellement avantageuse dans tous les domaines entre les deux pays et à l’amélioration du bien-être des deux peuples et permettra de faire avancer énergiquement le partenariat de coopération stratégique global entre les deux pays. Nous entendons œuvrer ensemble avec le Myanmar pour faire progresser sans cesse les relations bilatérales et apporter des bénéfices réels toujours plus nombreux aux deux peuples.

Q : Durant son séjour au Japon, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi aura-t-il des entretiens bilatéraux avec les Ministres des Affaires étrangères du Japon ou de la République de Corée ?

R : Je tiens avant tout à vous corriger pour dire que le Ministre Wang Yi se rendra au Japon pour la 8e Réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée, qui n’a rien à voir avec une visite bilatérale. Concernant votre question, selon les pratiques courantes, dans toute enceinte multilatérale, il est normal que les différentes parties aient des contacts et échanges nécessaires.

Q : Le Président philippin Rodrigo Duterte a affirmé que les Philippines envisageraient de quitter l’ONU et inviteraient la Chine et certains pays africains à fonder une nouvelle organisation internationale. Accepterez-vous cela ?

R : Nous avons noté les informations concernées. Vous avez sans doute noté les explications données aujourd’hui par le Secrétaire philippin aux Affaires étrangères Perfecto Yasay. Je tiens à faire remarquer que les propos concernés du Président phlippin Rodrigo Duterte ont été prononcés dans le contexte de la campagne philippine en cours pour lutter contre le trafic de drogue. Il faut dire que les opérations de répression du trafic de drogue déployées par tout pays dans le cadre de l’exercice de sa souveraineté doivent être respectées par la communauté internationale. Nous espérons que les efforts dans ce domaine pourront faire l’objet de la compréhension et de la coopération de la communauté internationale.

Vous avez sans doute noté les explications du Secrétaire philippin aux Affaires étrangères qui avait précisé le contexte de la déclaration du Président philippin Rodrigo Duterte.

Q : Selon des informations, dans une interview récente sur l’économie chinoise, l’ancien sous-secrétaire adjoint au Trésor des États-Unis Charles Collyns a affirmé que le gouvernement chinois n’a pas manipulé la dévaluation du yuan et s’est dit prudemment optimiste à l’égard de l’économie chinoise, estimant que la Chine connaîtra une croissance forte durant les 10 à 20 ans à venir. Comment y réagissez-vous ?

R : J’ai noté les informations concernées ainsi que les appréciations objectives sur l’économie chinoise dans le monde depuis quelque temps. Cela montre la confiance partagée du monde dans la performance de l’économie chinoise et son potentiel de développement dans le futur.

L’économie chinoise possède un énorme potentiel et de larges perspectives. Actuellement, l’économie chinoise progresse dans la stabilité et gagne en qualité. Elle a affiché une dynamique de croissance régulière au 2e trimestre comme au 1er trimestre de cette année. La réforme constitue la force motrice essentielle du développement de l’économie chinoise. Nous sommes déterminés à transformer les modèles de croissance et à ouvrir un nouveau chemin du développement vert et durable à travers la réforme structurelle. Le 13e plan quinquennal a défini le concept de développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé. Guidée par ce concept, l’économie chinoise aura des perspectives encore plus vastes et connaîtra une croissance régulière pendant une période relativement longue, ce qui générera des opportunités plus grandes et plus nombreuses pour le reste du monde.

En assurant la présidence du G20, la Chine entend travailler ensemble avec les différentes parties autour des questions majeures et brûlantes de l’économie mondiale pour amener le G20 à agir de manière à débloquer de nouvelles sources de croissance par le biais de l’innovation et de la réforme et à favoriser une croissance forte, durable et équilibrée de l’économie mondiale.

Q : Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à la Réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée au Japon le 24 août, veuillez présenter son programme détaillé. Selon des informations, dans l’après-midi du 25 août, le Ministre Wang Yi aura un point de presse conjoint à Beijing avec son homologue albanais en visite en Chine. Son agenda semble très chargé. Pouvez-vous confirmer qu’il partira le 23 août et rentrera le 25 au matin ?

R : J’ai déjà communiqué des informations tout à l’heure. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera le 24 août à la 8e Réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Japon-République de Corée. La date a été fixée conjointement par les trois parties. S’agissant d’autres activités diplomatiques importantes auxquelles le Ministre Wang participera de retour à Beijing, vous savez sans doute que l’agenda du Ministre Wang est depuis toujours bien rempli.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés