Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 2 juin 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/06/02

Q : Selon Bloomberg News, certains hommes politiques allemands sont contre le rachat par le groupe chinois Midea du fabricant allemand de robots Kuka et agiront pour bloquer ce rachat qui, selon eux, n'est pas dans l'intérêt de l'Allemagne. Comment y réagissez-vous ?

R : J'ai noté des informations concernées. Je ne connais pas en détail les entreprises intéressées ni le rachat dont vous parlez, mais en principe, nous soutenons et encourageons la coopération mutuellement avantageuse avec les entreprises des différents pays conformément aux règles du marché, et nous veillons à assurer un environnement favorable à cet égard. Les activités commerciales normales ne doivent pas être politisées.

Q : Le Département américain du Trésor a annoncé hier des sanctions financières supplémentaires à l'encontre de la RPDC. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le Conseil de Sécurité a adopté des résolutions. Toutes les parties sont tenues de les appliquer de façon complète et intégrale et sont appelées à travailler au règlement des problèmes par voie de dialogue et à s'abstenir de prendre tout acte susceptible d'attiser la tension.

Q : Combien de banques ou institutions financières chinoises seront-elles touchées par les nouvelles sanctions financières américaines contre la RPDC ? Pourriez-vous nous donner des informations détaillées sur ces institutions financières ?

R : En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies et membre responsable de la communauté internationale, la Chine remplit consciencieusement ses obligations internationales, y compris l'application des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité. Nous nous opposons depuis toujours à toutes les sanctions unilatérales imposées par un pays quelconque sur la base de sa législation nationale. Dans la situation actuelle, les différentes parties doivent appliquer intégralement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et travailler à la fois à promouvoir la réalisation de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et à poursuivre le dialogue pour réaliser la paix et le règlement global des questions concernées.

Q : Pourriez-vous nous présenter la visite au Canada du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi ? Quels ont été les principaux sujets de discussion et quels sont les consensus réalisés ? Par ailleurs, des médias canadiens ont rapporté les critiques faites par le Ministre Wang Yi vis-à-vis de certains médias pour leurs commentaires sur la question des droits de l'homme. Pensez-vous que les médias concernés ont été injustes dans leurs reportages sur la Chine ?

R : Au cours de sa visite au Canada, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré à Ottawa le Premier Ministre Justin Trudeau et tenu avec son homologue canadien Stéphane Dion la première rencontre annuelle des Ministres des Affaires étrangères chinois et canadien. Les informations concernées ont déjà été communiquées. Le Premier Ministre Justin Trudeau a salué les succès remarquables obtenus par la Chine dans les domaines économique, scientifique, technologique et culturel, le renforcement de la place de la Chine dans le monde et son rôle de leadership de plus en plus important dans les affaires mondiales. Selon lui, le nouveau gouvernement canadien considère le développement de la Chine comme une opportunité importante et entend poursuivre la bonne tradition des gouvernements canadiens successifs du Parti libéral de développer activement les relations avec la Chine, pour élargir la coopération sino-canadienne en matière économique, humaine et culturelle et ouvrir une nouvelle ère exaltante dans les relations entre la Chine et le Canada. Il a dit qu'il serait heureux de participer au Sommet du G20 de Hangzhou et exprimé la volonté du Canada de travailler avec la Chine pour réussir ce Sommet et contribuer à la croissance économique mondiale.

Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'est félicité du développement des relations sino-canadiennes et a fait part de la volonté de la Chine d'intensifier les échanges de haut niveau avec le nouveau gouvernement canadien et d'enrichir le partenariat stratégique sino-canadien de nouveaux contenus. Il faut, selon lui, élargir le commerce bilatéral, promouvoir les projets emblématiques mutuellement avantageux dans les domaines de l'énergie nucléaire, des infrastructures, de l'interconnexion, de l'agriculture moderne et de l'innovation, multiplier les échanges humains et décentralisés, renforcer la coopération en matière judiciaire, d'application de la loi, de lutte contre la corruption, de poursuite des fugitifs et de recouvrement des biens mal acquis, et maintenir la concertation et la coordination dans les affaires internationales et régionales, de sorte à faire entrer les relations sino-canadiennes dans un nouvel âge d'or.

Vous m'avez demandé si les reportages sur la Chine des médias concernés sont injustes. J'invite les professionnels des médias que vous êtes tous à vous poser les questions : Lorsque vous faites des reportages sur la Chine, notamment au sujet des droits de l'homme, avez-vous une attitude juste à l'égard de la Chine ? Voyez-vous la Chine sous un angle objectif et impartial ? Avez-vous présenté au public la réalité de la Chine de façon complète et précise ? Avez-vous présenté une vraie Chine ? Nous serons heureux d'accueillir en Chine plus d'amis de la presse des différents pays du monde pour qu'ils puissent voir de leurs propres yeux et toucher du doigt le développement, l'évolution et le progrès en Chine.

Q : L'Ambassadeur de France auprès des Nations Unies François Delattre, qui préside actuellement le Conseil de Sécurité, a fait savoir le 1er juin que les membres du Conseil de Sécurité discuteraient ce mois-ci du renforcement des équipements et des capacités de la MINUSMA. Est-ce que vous soutenez cette initiative ?

R : Nous condamnons vivement l'attaque terroriste du 31 mai visant la MINUSMA. Nous avons demandé aux autorités maliennes et aux Nations Unies de prendre immédiatement des mesures pour renforcer effectivement la sécurité des casques bleus au Mali, afin d'éviter la reproduction d'un tel drame. Nous soutenons l'initiative d'organiser une discussion au sein du Conseil de Sécurité sur le renforcement de la prévention des risques en vue d'assurer la sécurité des opérations onusiennes de maintien de la paix.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés