Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 avril 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/04/15

Sur l'invitation du Président de la République du Congo Denis Sassou Nguesso, le Ministre du Logement et de la Construction urbaine et rurale Chen Zhenggao assistera, en tant qu'Envoyé spécial du Président Xi Jinping, à la cérémonie d'investiture du Président Denis Sassou Nguesso qui sera tenue le 16 avril.

La 14e rencontre des Ministres des Affaires étrangères chinois, russe et indien se tiendra le 18 avril à Moscou et le Ministre Wang Yi y participera à la tête d'une délégation. Durant la rencontre, les Ministres des Affaires étrangères des trois pays aborderont la situation internationale actuelle et échangeront leurs vues d'une manière approfondie sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun ainsi que l'approfondissement de la coopération pragmatique Chine-Russie-Inde. Nous sommes convaincus que cette rencontre contribuera à accroître la confiance politique mutuelle entre les trois parties et à faire progresser sans cesse leurs échanges et coopération.

Q : Selon des officiels de la Maison Blanche, le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter visitera aujourd'hui le porte-avions américain USS John C. Stennis qui se trouve actuellement en Mer de Chine méridionale. Hier aux Philippines, Ashton Carter a réaffirmé le souhait des États-Unis de voir un règlement pacifique des différends en Mer de Chine méridionale et leur attachement à la liberté de navigation, et fait savoir que les pays qui ne respecteraient pas ces deux principes seraient isolés par eux-mêmes plutôt que par les États-Unis. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Ce n'est pas la première fois que des officiels américains, notamment ceux en charge de la défense, font des remarques sur ces questions. Je tiens à souligner que le règlement pacifique des différends est justement l'aspiration partagée des pays de la région, y compris la Chine et les pays directement impliqués dans les différends territoriaux en Mer de Chine méridionale, et que pendant plus de 40 ans, les pays de la région ont toujours su gérer les divergences et les différends par voie de consultations amicales jusqu'à ce que les États-Unis aient lancé leur stratégie du « pivot vers l'Asie ». C'est donc aux certains officiels américains, s'ils souhaitent vraiment voir le règlement pacifique de ces questions, de traduire leurs paroles en actes concrets et de prendre des mesures qui soient vraiment favorables au règlement des différends.

Concernant la soi-disant question de la liberté et de la sécurité de navigation, certains officiels américains font souvent l'amalgame entre des concepts différents. Parlent-ils de la sécurité et de la liberté de la navigation commerciale et civile ou de la navigation militaire ? Si la réponse est la première, alors nous prions la partie américaine, d'ailleurs nous leur avons demandé de le faire à plusieurs reprises, de citer un cas dans lequel la sécurité et la liberté de la navigation civile en Mer de Chine méridionale ont été affectées depuis l'apparition des différends en Mer de Chine méridionale il y a plus de 40 ans. Mais jusqu'à présent, la partie américaine n'a pu donner aucun exemple. Et si les États-Unis parlent de la sécurité et de la liberté de la navigation militaire, non seulement les pays de la région, mais aussi beaucoup d'autres pays dans le monde sont d'avis qu'il faut agir en vertu du droit international.

Q : Ce matin a eu lieu un point de presse sur la préparation du sommet 2016 du G20. Veuillez nous en donner plus d'informations.

R : Ce matin, le secrétariat du comité de préparation du Sommet du G20 de 2016 a tenu dans cette salle un point de presse sur les préparatifs du Sommet de Hangzhou. Des représentants des missions diplomatiques accréditées en Chine des pays membre du G20, des pays invités et des organisations internationales concernées y ont participé.

Le secrétariat du comité de préparation du Sommet du G20 de 2016 a communiqué des informations sur la préparation du Sommet, les mécanismes de préparation, le programme, et les dispositions en matière de protocole, d'organisation, de service à la presse et de logistique, et répondu à des questions. Actuellement, les préparatifs du Sommet progressent dans d'heureuses conditions et les activités parallèles se déroulent de manière ordonnée. Durant la préparation, le secrétariat organisera encore des séances d'informations à temps. Les différentes parties ont hautement apprécié les fruits de la préparation et exprimé leur souhait de rester en communication et échanges étroits avec la partie chinoise en vue d'un plein succès du Sommet de Hangzhou.

Q : Selon des sources d'information, le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter en visite aux Philippines a déclaré, lors de la conférence de presse conjointe avec son homologue philippin Voltaire Gazmin, que les deux pays avaient lancé en mars les patrouilles conjointes en Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Cette question est plus ou moins liée à la précédente. Les actions concernées des États-Unis et des Philippines ont empoisonné les relations entre les pays de la région, exacerbé les contradictions, provoqué les tensions, et porté atteinte à la paix et à la stabilité en Mer de Chine méridionale. Cela nous dit bien qui ont commencé à militariser ces eaux.

Q : Aujourd'hui, au petit matin, la RPDC a raté le lancement d'un missile de moyenne portée. Quels sont les commentaires du gouvernement chinois sur ce sujet ?

R : Les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont des dipositions explicites sur le lancement par la RPDC des missiles balistiques. Actuellement, la situation dans la péninsule coréenne est complexe et sensible. Nous espérons que les différentes parties concernées pourront observer scrupuleusement les résolutions du Conseil de Sécurité, éviter de prendre tout acte susceptible d'aggraver la tension et œuvrer ensemble à la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule.

Q : Vous avez mentionné tout à l'heure la réunion à Moscou des Ministres chinois, russe et indien des Affaires étrangères. Ces trois pays sont tous membres du BRICS, mécanisme très actif dans le cadre duquel se tiennent des réunions de différents niveaux et a été créée la Nouvelle Banque de Développement. Par rapport aux BRICS, comment voyez-vous l'importance de la réunion des Ministres des Affaires étrangères Chine-Russe-Inde et quel sera son impact sur les relations entre les trois pays ?

R : Vous avez raison. Il y a des points communs entre les BRICS et la troïka Chine-Russe-Inde. Ces trois pays sont tous pays émergents et jouent tous un rôle important dans les affaires internationales. Leurs échanges de vues sur des grandes questions internationales d'intérêt commun ainsi que leurs communications étroites sont, à notre avis, favorables à la préservation des intérêts communs des pays émergents. Concernant le mécanisme de coopération Chine-Russie-Inde, comme vous le savez, la Chine et la Russie sont pays voisins, la Chine et l'Inde le sont aussi. Nos trois pays ont effectivement beaucoup de questions d'intérêt commun dans la région et sur le continent asiatique. C'est une bonne chose pour eux d'échanger leurs vues de façon ciblée.

Q : La partie taïwanaise a fait savoir que la partie continentale de Chine avait demandé à la Malaisie de rapatrier 52 Taïwanais. Veuillez nous le confirmer. Cette affaire a-t-elle des liens avec le rapatriment à la demande de la Chine des Taïwanais soupçonnés d'escroquerie par téléphone au Kenya ?

R : Au sujet du rapatriment des suspects d'escroquerie par téléphone par le gouvernement kenyan à la partie continentale de la Chine, vous avez peut-être noté que le Ministère chinois de la Sécurité publique a publié des informations détaillées. Les relations entre les deux rives du Détroit de Taïwan ne relèvent pas des affaires extérieures. Les responsables du Bureau des affaires de Taïwan du Conseil des Affaires d'État ont toujours un dialogue avec l'autre côté du Détroit. Alors sur votre question, je vous propose de vous renseigner auprès des départements chinois compétents. Sur les questions relatives aux relations inter-détroit, vous pourrez vous renseigner auprès du Bureau des affaires de Taïwan du Conseil des Affaires d'État.

Je tiens à réitérer aussi que le principe d'une seule Chine est le fondement des relations de la Chine avec les autres pays. Nous tenons à exprimer nos appréciations à tous les gouvernements fidèles au principe d'une seule Chine.

Q : Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de l'ancien dirigeant de la RPDC Kim Il-sung. La partie chinoise a-t-elle formulé ses vœux à la RPDC ?

R : La Chine et la RPDC sont pays voisins amicaux qui sont liées par des liens amicaux traditionnels.

Q : Avez-vous convoqué l'Ambassadeur ou des hauts fonctionnaires de l'Ambassade de RPDC en Chine pour exprimer votre opposition au tir de missile par la RPDC ?

R : Les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont des dipositions explicites sur les questions des missiles balistiques de la RPDC. Comme nous l'avons souligné, nous espérons que les parties concernées pourront observer scrupuleusement les résolutions du Conseil de Sécurité, éviter de prendre tout acte susceptible d'aggraver la tension dans la péninsule coréenne et présever ensemble la stabilité dans cette région.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés