Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 23 mars 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/03/23

Q : Selon des sources d'information, le Premier Ministre belge Charles Michel a annulé sa visite en Chine suite aux attentats terroristes survenus à Bruxelles. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Hier, des attentats terroristes ont frappé Bruxelles, capitale belge, faisant de nombreux morts et blessés. Le Président Xi Jinping et le Premier Ministre Li Keqiang ont immédiatement adressé des messages de sympathie au Roi Philippe et au Premier Ministre Charles Michel. Nous condamnons vivement ces attentats terroristes et exprimons nos profondes condoléances aux victimes et notre sincère sympathie à leurs familles et aux blessés. La Chine entend travailler avec la Belgique à renforcer leur coopération dans les domaines de la sécurité et de la lutte antiterroriste et à promouvoir la solidarité internationale contre le terrorisme sous toutes ses formes de sorte à s'attaquer aux manifestations comme à la racine du mal, afin de préserver la paix et la stabilité dans le monde entier.

La partie belge nous a confirmé que le Premier Ministre Charles Michel ne pourrait venir en Chine comme prévu parce qu'il doit rester dans le pays pour gérer les crises. La partie chinoise le comprend parfaitement et restera en communication avec la partie belge sur les affaires y relatives.

Q : Le Vice-Premier Ministre russe assistera-t-il cette semaine à la Conférence annuelle du Forum Bo'ao ?

R : La Conférence annuelle 2016 du Forum Bo'ao pour l'Asie se tiendra bientôt. Sur l'invitation du Premier Ministre Li Keqiang, le Vice-Premier Ministre russe Arkadi Dvorkovitch et d'autres hommes politiques étrangers assisteront à la Conférence.

Q : Selon des sources d'information, après le conflit opposant un navire de pêche chinois aux garde-côtes indonésiens, la partie chinoise a demandé à la partie indonésienne de ne pas le communiquer à la presse. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Nous avons tous lu les reportages sur cette affaire communiquée à la presse par des officiels indonésiens. La Chine et l'Indonésie sont pays voisins amicaux. Nous sommes convaincus que le fait que les deux parties peuvent régler rapidement et adéquatement les questions concernées à travers des consultations et dialogues amicaux correspond aux intérêts communs des deux parties. La Chine et l'Indonésie sont et resteront en étroite communication sur le dossier concerné.

Q : L'Indonésie a fait part à la Chine de sa vive protestation contre l'entrée d'un garde-côte chinois dans les eaux controversées en Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le 19 mars, quand le navire de pêche chinois concerné a été attaqué par un navire indonésien armé, un garde-côte chinois est allé à son secours, sans entrer dans les eaux indonésiennes. La Chine et l'Indonésie sont actuellement en étroite communication sur cette affaire. Nous avons exposé notre position à la partie indonésienne et lui avons demandé de libérer immédiatement le navire chinois détenu et de garantir la sécurité des pêcheurs. Nous espérons que la partie indonésienne pourra, tenant compte de l'intérêt général des relations bilatérales, mener rapidement des communications avec nous pour bien gérer cette affaire.

Tout à l'heure, vous avez évoqué les eaux controversées et je tiens à corriger vos propos. L'Indonésie n'a pas formulé de revendication territoriale sur les îles Nansha de Chine. Et la Chine n'a pas d'objection au fait que les îles Natuna appartiennent à l'Indonésie. Concernant les différends maritimes entre les deux parties, nous préconisons toujours de les régler adéquatement par voie de communications et de consultations amicales bilatérales, et c'est ce que nous avons toujours fait dans la pratique.

Q : Aujourd'hui, l'autorité de Taiwan a invité certains médias étrangers à faire une visite à Taiping Dao. Vous en êtes-vous préoccupée ? Trouvez-vous cette action appropriée ? Les Philippines aussi invitent souvent des journalistes étrangers à visiter les îles et atolls concernés. Pourquoi la partie chinoise n'autorise-t-elle pas les journalistes étrangers à visiter les îles et atolls habités de Chine ?

R : Les îles Nansha font partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité. Les Chinois des deux rives du Détroit de Taiwan ont tous la responsabilité de préserver ce patrimoine de la nation chinoise.

J'ai noté votre grand intérêt pour la visite de journalistes étrangers sur les îles Nansha. À l'heure actuelle, la partie chinoise mène des travaux de construction sur certains îles et atolls habités des îles Nansha. Quand les conditions seront réunies, nous allons réfléchir sur ce sujet que vous avez évoqué.

Q : Le 29 mars, la nouvelle loi sur la sécurité entrera en vigueur officiellement au Japon. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Pour des raisons historiques, les politiques japonaises sur les plans militaire et sécuritaire attirent depuis toujours une haute attention de ses voisins asiatiques et de la communauté internationale. Nous espérons que la partie japonaise pourra tirer effectivement les leçons du passé, respecter les préoccupations sécuritaires de ses voisins asiatiques, s'en tenir à la voie de développement pacifique, faire preuve de prudence sur les plans militaire et sécuritaire et agir davantage en faveur du renforcement de la confiance mutuelle entre les pays de la région ainsi que de la paix et de la stabilité dans la région.

Q : Un diplomate de la RPDC accrédité en Chine serait responsable d'un accident de la route qui a fait des morts et aurait versé des indemnités. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Le 10 février au petit matin, une voiture conduite par un agent consulaire de la RPDC s'est heurtée à un taxi à Dandong. Le chauffeur du taxi et un passager à bord ont péri dans cet accident. Le service local des transports s'est tout de suite mobilisé pour gérer l'affaire. L'agent consulaire de la RPDC a indemnisé les familles des victimes.

Q : Dans un discours prononcé à une université à Shanghai, le Président allemand Joachim Gauck a évoqué des sujets comme les droits de l'homme et la société civile. Comment y réagissez-vous ?

R : Je n'ai pas encore lu les reportages sur le discours du Président Gauck. Nous avons noté que c'est avec la volonté de connaître la Chine dans toutes ses dimensions et de manière objective que le Président Gauck est venu en visite dans le pays. D'ailleurs, il l'a dit lors de ses rencontres avec les dirigeants chinois. Lors de son entretien avec le Président Xi Jinping, il a indiqué que malgré les différences en matière de systèmes sociaux entre l'Allemagne et la Chine, les deux pays avaient pu faire progresser sans cesse leurs relations bilatérales sur la base du respect mutuel et de la confiance réciproque. En effet, la Chine et l'Allemagne ont des systèmes sociaux différents, mais tant qu'elles œuvrent à renforcer leur dialogue dans un esprit du respect mutuel et du traitement d'égal à égal, elles pourront accroître sans cesse leur confiance mutuelle et leur coopération pour continuer à assurer le rôle pionnier des relations sino-allemandes dans les relations sino-européennes. Cela correspond aux intérêts communs des deux pays.

Q : Selon des sources d'information, l'entreprise chinoise ZTE a obtenu hier un licence d'exportation temporaire accordé par l'administration américaine. Y êtes-vous favorable ?

R : Nous avons noté les déclarations concernées publiées respectivement par le Département américain du Commerce et l'entreprise ZTE et nous espérons que les deux parties pourront régler rapidement et adéquatement les questions concernées en poursuivant leurs dialogue et consultations, de sorte à maintenir un développement sain et régulier des relations économique et commerciale sino-américaines. Cela répond aux intérêts des deux parties.

Q : Selon certains médias japonais, des ports chinois comme Yingkou et Weifang ont interdit complètement l'accostage de tout navire de la RPDC. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Je tiens d'abord à réaffirmer que la partie chinoise, dans une attitude responsable, appliquera scrupuleusement, intégralement et entièrement la résolution 2270 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En même temps, nous avons noté des reportages indiquant qu'il est interdit à tous les navires de la RPDC d'accoster des ports chinois. Les services compétents chinois ont procédé à des vérifications sérieuses et attentives sur ce sujet, lesquelles montrent que ces reportages sont tout à fait contraires à la réalité. Je ne sais d'où viennent ces informations et j'espère que les médias concernés pourront adopter une attitude responsable dans leurs activités de couverture, et se garder de tenir des propos infondés et de fabriquer des histoires.

Q : Selon des sources d'information, des officiels américains ont fait savoir leur volonté de mener un dialogue technique avec la partie chinoise sur le déploiement du système THAAD en République de Corée pour expliquer à la Chine que ce système n'est utilisé que pour protéger la République de Corée des attaques de la RPDC, et non pour viser la Chine. Acceptez-vous de mener un dialogue avec les États-Unis sur ce sujet ?

R : Le système THAAD est loin d'être une simple question technique. Notre position sur la question de la défense antimissile est constante et claire. Nous sommes pleinement conscients de la nature et du danger de la question concernée. Tout pays, en recherchant sa propre sécurité, doit tenir compte des intérêts sécuritaires des autres de même que de la paix et de la stabilité dans la région. Aujourd'hui, la situation dans la péninsule coréenne est très complexe et sensible. Nous espérons que les pays concernés pourront gérer les affaires y relatives avec prudence et s'abstenir d'agir au détriment des intérêts stratégiques et sécuritaires de la Chine.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés