Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 24 février 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/02/24

Q : Les caucus des élections présidentielles américaines se tiennent en ce moment dans le Nevada. Selon la situation actuelle, il est très probable que Donald Trump serait le candidat du Parti républicain pour les présidentielles. Récemment, Donald Trump a fait des remarques sur la Chine. Le mois dernier, par exemple, il a dit que s'il était élu Président, il taxerait les produits chinois pour répondre à la manipulation par la Chine du taux de change. La Chine est-elle préoccupée par la possibilité selon laquelle Donald Trump deviendrait le candidat du Parti républicain pour les élections présidentielles et traduirait dans les actions les déclarations concernées une fois élu Président ?

R : Tout comme vous tous, nous suivons avec intérêt les élections présidentielles qui se déroulent maintenant aux États-Unis. Cela est une affaire intérieure des États-Unis et je n'ai pas l'intention de commenter les déclarations spécifiques du candidat concerné que vous avez évoqué.

Cependant, je tiens à souligner que la Chine, le plus grand pays en développement dans le monde, et les États-Unis, le plus grand pays développé dans le monde, assument ensemble des responsabilités importantes pour préserver la paix, la stabilité et la sécurité du monde ainsi que pour promouvoir le développement mondial. Le maintien d'un développement durable, sain et régulier des relations sino-américaines correspond aux intérêts fondamentaux et de long terme des deux pays et aux intérêts du monde. Nous espérons et nous avons la conviction que l'administration américaine mettra en œuvre, dans un esprit responsable, une politique positive à l'égard de la Chine.

Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi est en visite aux États-Unis. Dans leur entretien, le Ministre Wang Yi et le Secrétaire d'État américain John Kerry ont tous les deux souligné l'importance majeure qu'ils accordent aux relations sino-américaines et leur volonté de maintenir et de multiplier les dialogues et les échanges de haut niveau et aux différents autres échelons entre les deux pays et de renforcer la coopération pragmatique dans les divers domaines, y compris la bonne interaction en Asie-Pacifique. Nous entendons travailler ensemble avec la partie américaine pour bien préserver et développer les relations Chine-États-Unis.

Q : Selon des sources d'information, la Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine a récemment publié un rapport selon lequel les surcapacités de production industrielle chinoises non seulement entravent l'économie chinoise, mais aussi nuisent profondément et à long terme à l'économie mondiale. Le Président de ladite Chambre a indiqué que la Chine cherche à exporter ses capacités de production vers l'Asie centrale et le Moyen-Orient à travers l'initiative « Ceinture et Route » alors que ces marchés ne sont pas assez grands pour absorber les surcapacités de production chinoises. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je n'ai pas encore lu l'ensemble du rapport que vous avez mentionné, mais le point de vue que vous avez cité fait l'objet de discussion. Il est sûr que des surcapacités de production existent dans certains secteurs en Chine, mais cela n'est qu'un phénomène surgi dans le processus de réajustement structurel de l'économie chinoise. L'essentiel, c'est que l'économie chinoise, après 30 ans de développement rapide, est entrée dans une nouvelle période marquée par le changement de moteurs, le réajustement structurel et le passage d'une croissance rapide à une croissance moyennement rapide. C'est non seulement une règle économique, mais aussi un résultat de la régulation menée par le gouvernement chinois. Ces dernières années, l'économie chinoise a contribué à 50% à l'économie mondiale. L'année dernière, bien que l'économie chinoise ait fait face à une pression baissière croissante sous l'influence extérieure, la Chine, dont le PIB représentait 14% de celui du monde, a quand même réalisé 25% des richesses nouvellement créées dans le monde entier, permettant ainsi d'enregistrer une contribution dépassant les normes fixées à l'économie mondiale. Je ne sais pas comment le rapport que vous avez évoqué a abouti à la conclusion selon laquelle l'économie chinoise nuit profondément et à long terme à l'économie mondiale. Bien au contraire, une fois le réajustement structurel accompli, l'économie chinoise apportera sûrement plus de forces motrices à l'économie mondiale.

Qu'il s'agisse de la mise en œuvre de l'initiative « Ceinture et Route » ou de la coopération internationale sur les capacités de production industrielle, nous respectons toujours les principes du consensus, du partage et des actions communes et nous procédons toujours à des communications approfondies avec les pays concernés pour réaliser la complémentarité des atouts et la coopération gagnant-gagnant. Chaque projet a été fixé à travers les consultations entre les parties concernées de coopération qui prennent en pleine considération les besoins réels des pays d'accueil des capacités de production. Cette coopération n'est pas une simple addition ou déduction. Ce qui est plus important, c'est que nous pouvons renforcer l'intégration des chaînes de production et d'approvisionnement grâce à la coopération sur les capacités de production pour libérer de nouveaux espaces et de potentiels de développement. C'est juste pour cet objectif que certains pays développés, y compris des pays de l'Union européenne, y ont participé activement pour mener une coopération en marchés tiers avec la Chine et les autres pays en développement. Je suis convaincue que nous pourrons associer de manière organique les avantages du rapport qualité-prix de l'industrie manufacturière chinoise, les techniques haut de gamme des pays développés et les demandes des autres pays en développement, en vue de réaliser le gagnant-gagnant pour les trois parties et d'injecter de nouvelles dynamiques à l'économie mondiale.

Q : Premièrement, selon des médias, un officiel chinois a déclaré hier que les relations Chine-République de Corée seraient compromises si les États-Unis et la République de Corée déployaient le système de défense antimissile à haute altitude THAAD en République de Corée. Est-ce la position officielle du gouvernement chinois ? Deuxièmement, selon des sources d'information, les entreprises chinoises à Dandong bloqueront le commerce du charbon avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC), ce qui est une mesure chinoise pour répondre à l'essai nucléaire de la RPDC. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Concernant votre première question, la position de la Chine sur le déploiement du système THAAD est claire et constante. Nous avons souligné à plusieurs reprises que la partie chinoise comprend les préoccupations sécuritaires légitimes et raisonnables de la République de Corée mais qu'aucun pays, dans la préservation de ses propres intérêts sécuritaires, ne peut porter atteinte aux intérêts sécuritaires d'autres pays. Nous estimons que le déploiement du système THAAD nuira directement aux intérêts sécuritaires nationaux de la Chine. En conséquence, nous nous y opposons.

Quant à votre deuxième question, je n'en dispose pas d'informations précises. À l'heure actuelle, au Conseil de Sécurité des Nations Unies se tiennent des discussions sur une nouvelle résolution relative à la RPDC. Pays responsable, la Chine respecte toujours scrupuleusement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et remplit ses obligations internationales.

Q : Selon des médias américains, la Chine a récemment déployé des avions de combat sur une île des Îles Xisha. Pourriez-vous le confirmer et quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai constaté que beaucoup de médias étrangers ont affiché un grand intérêt à ce genre de questions ces derniers temps. Je tiens à souligner que les Îles Xisha font partie du territoire chinois sans aucune contestation et que les travaux de construction et les déploiements concernés sur son propre territoire relèvent complètement de la souveraineté chinoise. C'est parfaitement légitime et irréprochable.

Je conseille aux médias de ne pas amplifier ou négliger un sujet de manière sélective dans leurs reportages, parce que cela n'aidera en aucun cas le public à connaître la situation de manière globale, objective et précise. Quand vous vous intéressez à ce que la Chine a déployé, avez-vous constaté que certains pays ont déployé de nombreux radars et des installations militaires de toutes sortes sur des îles et atolls chinois illégalement occupés par eux depuis plusieurs décennies ? J'espère que les amis de la presse pourront avoir une position objective et impartiale pour faire des reportages en faisant preuve de raison et de sang-froid.

Q : Selon des sources d'information, pour répondre à l'officiel japonais qui avait dit que, entre le Japon et la Russie, « toutes les conclusions de la Seconde Guerre mondiale n'ont pas été faites » et qu'il fallait résoudre les questions territoriales, le Ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que le Japon avait signé officiellement l'acte de capitulation le 2 septembre 1945, reconnaissant non seulement la défaite militaire, mais aussi la prise des responsabilités des actions pendant la Seconde Guerre mondiale ayant comme cibles l'Union soviétique et d'autres pays alliés. La partie russe regrette la falsification intentionnelle et l'interprétation erronée des faits historiques par la partie japonaise. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La question des îles concernées entre la Russie et le Japon est une question touchant aux relations bilatérales russo-japonaises. La Chine espère que les parties russe et japonaise pourront résoudre adéquatement cette question par voie de négociations pacifiques. La Chine est toujours d'avis que les fruits de la victoire de la Seconde Guerre mondiale doivent être respectés et préservés effectivement.

Q : Aujourd'hui, le Ministre Wang Yi a dit que l'évolution de la situation sur la Péninsule coréenne pendant les deux mois à venir nécessite une haute attention. Pourriez-vous en expliquer la signification ?

R: Maintenant en visite aux États-Unis, le Ministre Wang Yi a évoqué la question de la Péninsule coréenne lors du point de presse conjoint tenu avec le Secrétaire d'État américain John Kerry. Selon le Ministre Wang Yi, d'importants progrès ont été enregistrés dans les discussions au Conseil de Sécurité de l'ONU sur une nouvelle résolution relative à la RPDC, et il est possible de parvenir à un consensus dans un proche futur. Nous sommes convaincus que cette résolution, une fois mise en œuvre, permettra d'endiguer efficacement l'avancement des plans nucléaire et balistique de la RPDC. Dans le même temps, la Chine tient à réaffirmer qu'une résolution du Conseil de Sécurité en soi ne peut résoudre fondamentalement la question nucléaire de la Péninsule coréenne et que les différentes parties doivent finalement revenir sur la voie de dialogues et de négociations.

Le Ministre Wang Yi a indiqué que la Chine, en tant que pays hôte des pourparlers à six, travaillait depuis toujours, dans une attitude objective et impartiale, à trouver des voies et moyens pour la reprise des pourparlers. Selon les dernières évolutions de la situation sur la Péninsule coréenne, la Chine a proposé de promouvoir en parallèle la réalisation de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne et le remplacement de l'Armistice par un mécanisme de paix. La Chine estime que cette approche est juste, raisonnable et applicable qui, d'un côté, met en évidence l'objectif primordial de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, et de l'autre côté, prend en considération les principales préoccupations des différentes parties. La Chine souhaite discuter en temps opportun avec les différentes parties les voies et les mesures précises pour faire avancer cette approche.

Le Ministre Wang Yi a aussi indiqué que l'évolution de la situation dans la Péninsule coréenne nécessite une haute attention pendant les deux mois à venir et que les différents facteurs d'instabilité risqueraient de s'y entremêler. La Chine entend rester en contact avec toutes les parties pour renforcer les dialogues et empêcher ensemble une spirale de tension. Il faut surtout éviter toute erreur d'interprétation et d'appréciation, ainsi que le dérapage de la situation. Pour ce faire, a-t-il précisé, la Chine exhorte de nouveau les différentes parties à s'abstenir de prendre toute action susceptible d'exacerber la tension dans la Péninsule coréenne.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés