Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 5 février 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2016/02/05

Q : Le Congrès américain discute actuellement de l'adoption de sanctions contre la RPDC par la voie législative. Craignez-vous que ces efforts n'affectent le commerce entre la Chine et la RPDC ?

R : D'abord, la Chine n'approuve jamais les sanctions unilatérales dans les affaires internationales. Tel est son principe et cette position n'a jamais changé dans quelque circonstance que ce soit. Concernant les questions liées au 4e essai nucléaire mené par la RPDC, comme vous le savez sans doute, les membres concernés du Conseil de Sécurité sont en train d'en discuter entre eux. Nous espérons sincèrement que les différentes parties pourront avancer dans le même sens, au lieu de compliquer davantage les choses.

Q : La récente visite du Représentant spécial Wu Dawei en RPDC n'a rien donné. Face à l'ambition spatiale de la RPDC, la Chine estime-t-elle que des mesures plus sérieuses sont nécessaires ?

R : Nous avons peut-être des définitions différentes du terme « plus sérieuses ». Le déplacement du Représentant spécial Wu Dawei en RPDC pour des consultations constitue en soi un effort diplomatique très sérieux de la partie chinoise.

Q : Première question, la Chine est-elle préoccupée par l'éclatement de la maladie à virus Zika au Brésil ? Est-elle satisfaite des réponses apportées par le gouvernement brésilien ? Deuxième question : Quand la base militaire construite par la Chine à Djibouti entrera-t-elle en service ? La Chine a-t-elle l'intention de construire des bases militaires dans d'autres régions ?

R : Concernant votre première question, j'ai déjà présenté la position de la Chine sur ce sujet il y a quelques jours. Nous espérons que les pays concernés pourront maîtriser rapidement la situation avec l'aide de la coopération internationale. La Chine entend, si besoin est, aider de son mieux et coopérer avec les pays concernés, notamment les pays de l'Amérique latine, sur la base déjà excellente de leur coopération sanitaire.

S'agissant de votre deuxième question, ces dernières années, la Chine a envoyé des flottes d'escorte dans le Golfe d'Aden et au large de la Somalie. Dans l'accomplissement de leurs missions, les officiers et soldats ont rencontré beaucoup de problèmes réels en matière de repos et de ravitaillement en vivres et en carburant, d'où la nécessité d'assurer une logistique efficace de proximité . Les gouvernements chinois et djiboutien sont convenus, à l'issue des consultations amicales, de la construction par la Chine d'installations logistiques à Djibouti. Ces installations, destinées à assurer le repos et le ravitaillement des missions chinoises d'escorte ou de sauvetage humanitaire dans le Golfe d'Aden et au large de la Somalie, permettraient aux militaires chinois de remplir plus efficacement la responsabilité et les obligations internationales qui leur incombent en matière de préservation de la paix et de la stabilité internationales et régionales.

Q : Selon la presse chinoise, les athlètes chinois étaient obligés de se doper avant les compétitions internationales dans les années 1990. Y a-t-il des organisations internationales qui ont demandé des enquêtes à la Chine ?

R : Cela ne relève pas de la compétence du Ministère des Affaires étrangères. Veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes.

Q : Selon des sources d'information, douze pays, dont les États-Unis et le Japon, ont tenu le 4 février en Nouvelle-Zélande une cérémonie pour la signature de l'Accord de partenariat transpacifique (TPP). Les États-Unis ont affirmé que le TPP leur assurerait une place plus avantageuse dans la concurrence avec la Chine, et leur permettrait, plutôt qu'à la Chine, de dicter les règles du 21e siècle. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Vous avez remarqué, tout comme moi, cette déclaration assez intéressante. Jamais nous n'avons pensé que les règles du commerce international puissent être fixées par un seul pays quelconque. Nous pensons que ni la Chine, ni tout autre pays quelconque ne peut décider unilatéralement l'agenda et les règles du commerce international du 21e siècle. En fait, nous préconisons depuis toujours de préserver le rôle primordial de l'OMC dans l'élaboration des règles du commerce international, et espérons que les principaux pays commerciaux et les grandes économies du monde pourront travailler à la préservation du rôle de l'OMC dans ce domaine.

En même temps, nous comprenons qu'il se peut que les gouvernements de certains pays aient le besoin de présenter aux acteurs économiques et à l'opinion publique du pays les avantages et les inconvénients de certains arrangements du libre-échange. Dans ce cas-là, qu'ils présentent les choses telles qu'elles sont, au lieu de politiser les questions économiques et commerciales. Et qu'ils ne donnent pas aux gens l'impression que les États-Unis ont des visées politiques dans la promotion du TPP. Cela enverrait un message erroné au public et affecterait les relations entre les pays.

Q : Ces derniers jours, la page personnelle de la « Présidente » de Taiwan Tsai Ing-wen sur Facebook a subi plusieurs attaques provenant de la partie continentale de Chine. Certains parlent d'un soutien éventuel du gouvernement chinois. Comment y réagissez-vous ?

R : Je tiens à rappeler avant tout que Taiwan fait partie intégrante de la Chine. Nous espérons que les termes relatifs à la souveraineté pourront être formulés en conformité avec le principe d'une seule Chine.

Je ne sais pas si vous avez des preuves sur ce que vous venez d'évoquer. En fait, il y a toutes sortes de discours sur la question de la cybersécurité. Nous n'avons pas assez de temps pour faire des commentaires sur chacun de ces discours totalement infondés ou des ouï-dire.

Compte tenu des jours fériés décrétés par le Conseil des Affaires d'État pour la Fête du Printemps de 2016, la conférence de presse du Ministère des Affaires étrangères sera suspendue du 8 au 12 février et reprendra le lundi 15 février. Pendant cet intervalle, le bureau du porte-parole du Ministère sera à votre disposition pour répondre à vos appels.

Ce sera la dernière conférence de presse pour l'année de la Chèvre. Je tiens à souhaiter à vous tous un joyeux Nouvel An chinois, espérant que les amis de la presse étrangère partageront avec le peuple chinois la joie de la Fête du Printemps.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés