Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 27 janvier 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/01/27

Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères de la République d'Ouzbékistan Abdulaziz Kamilov effectuera une visite de travail en Chine du 27 au 29 janvier.

Q : Selon des sources d'information, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov a déclaré, lors de la conférence de presse annuelle du 26 janvier, que les relations russo-chinoises sont à leur meilleur niveau et que les mécanismes de coopération multidimensionnels, sans équivalent. Il a affirmé que la coordination entre les deux pays dans les affaires internationales est un des importants facteurs assurant la stabilité du monde et que leur coopération sur tous les dossiers internationaux s'avère la plus étroite. Quelle est la réaction de la Chine ?

R : Nous partageons parfaitement la haute appréciation portée par le Ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov sur les relations sino-russes lors de la conférence de presse d'hier.

À l'heure actuelle, le partenariat de coordination stratégique global sino-russe maintient une dynamique de développement à haut niveau. Durant l'année écoulée, les deux pays ont organisé des activités conjointes de célébration et de commémoration du 70e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale, établi des partenariats pour créer des synergies entre la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et celle de l'Union économique eurasiatique, organisé avec succès l'Année d'échanges amicaux entre les jeunes, mené une coordination étroite et efficace au niveau international et obtenu de nombreux résultats emblématiques et décisifs dans leur coopération visant à promouvoir le développement respectif et à préserver la paix, la sécurité et la stabilité dans le monde.

La Chine entend continuer à travailler avec la partie russe pour mettre en œuvre sur tous les plans les importants consensus en matière de coopération réalisés par les dirigeants des deux pays et saisir l'opportunité offerte par le 15e anniversaire de la signature du Traité sino-russe de bon voisinage, d'amitié et de coopération en vue de faire rayonner sans discontinuer l'esprit de paix et l'amitié perpétuelle entre les deux pays, mettre à profit l'excellence de leurs relations sur le plan politique afin de rendre plus fructueuses leur coopération pragmatique bilatérale et leur coopération internationale, faire progresser davantage les relations sino-russes et contribuer davantage à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans la région et le monde.

Q : Selon des sources d'information, M. Hor Namhong, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge, a fait remarquer que s'agissant de la question de la Mer de Chine méridionale, les pays concernés devraient régler par eux-mêmes leurs différends sans intervention de l'ASEAN. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La question de la Mer de Chine méridionale est au fond liée aux différends territoriaux résultant de l'occupation illégale par quelques pays de certains îles et atolls des îles Nansha de Chine et à la question de chevauchement des revendications de droits et intérêts maritimes des pays riverains. Nous préconisons l'approche « à double voie » pour régler adéquatement cette question, à savoir, régler par des moyens pacifiques les différends par les pays directement concernés à travers des négociations et consultations et préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale par la Chine et les pays de l'ASEAN. Il s'agit là aussi d'un consensus partagé par la plupart des pays de l'ASEAN. La déclaration de la partie cambodgienne illustre une fois de plus la large adhésion à cette approche. Nous l'apprécions.

Q : Le Secrétaire d'État américain John Kerry, qui est en visite en Chine, a exprimé son souhait de voir la Chine agir pour mettre fin au programme nucléaire de la RPDC. La Chine soutient-elle un durcissement des sanctions et un renforcement du contrôle vis-à-vis de la RPDC ? Quelles sanctions ou mesures la Chine envisage-t-elle de prendre ?

R : Le Secrétaire d'État américain John Kerry est en visite en Chine. Aujourd'hui, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'est entretenu avec lui. Ils ont échangé de manière approfondie leurs vues sur les questions d'intérêt commun. Les informations y relatives seront communiquées dès que possible.

Concernant la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, j'ai présenté hier la position de la Chine. La Chine a déployé des efforts inlassables pour promouvoir la dénucléarisation de la Péninsule et préserver la paix et la stabilité dans cette région et joue un rôle important, ce qui est reconnu par tous. Toutefois, parvenir à ces deux objectifs ne relève pas seulement de la responsabilité de la Chine, mais de celle de toutes les parties concernées qui ont à travailler de concert et dans le même sens. Le processus de dénucléarisation de la Péninsule est confronté ces dernières années à des difficultés et les Pourparlers à Six stagnent temporairement. Une des principales raisons en est que certaines parties concernées ont failli à cette responsabilité commune. Nous espérons que les pays concernés pourront assumer effectivement les responsabilités qui leur incombent, jouer effectivement un rôle constructif et se joindre aux efforts constructifs et positifs de la Chine pour remettre au plus tôt la question nucléaire de la Péninsule coréenne sur la bonne voie.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés