Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 30 décembre 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015/12/30

Q : Selon la journaliste française Ursula Gauthier, le Ministère chinois des Affaires étrangères l'a contactée trois fois depuis fin novembre, lui demandant de s'excuser publiquement pour son article. Pourriez-vous le confirmer ? Elle a aussi indiqué qu'elle avait reçu des « menaces de mort » anonymes. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Premièrement, nous maintenons des contacts de travail réguliers avec tous les correspondants de presse étrangère en Chine. Quant aux contacts avec Ursula Gauthier, pour le présent, les deux parties sont convenues de ne pas les communiquer à l'extérieur.

Deuxièmement, concernant les excuses auprès du peuple chinois, si Ursula Gauthier fait un sérieux examen de conscience, elle s'excusera de sa propre initiative et non à la demande d'autrui.

Quant aux « menaces de mort » qu'elle prétend avoir reçues, si je ne me trompe pas, ce n'est pas la première fois qu'elle le dise. Normalement, si l'on estime sérieusement que sa vie est menacée, la première chose à faire est de faire appel à la police. Le gouvernement chinois a la responsabilité de protéger les droits et intérêts légitimes des étrangers en Chine. Cependant, à ma connaissance, la police chinoise n'a pas reçu de plainte concernée. Si Ursula Gauthier se sent réellement en danger, elle peut appeler la police plutôt que de passer tout son temps à faire du tapage, ce qui est plutôt inhabituel sauf qu'elle a des desseins inavoués.

Q : Le 29 décembre, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré la fin de l'épidémie d'Ebola en Guinée. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La déclaration par l'OMS de la fin de l'épidémie d'Ebola en Guinée marque une grande victoire des pays et des peuples de l'Afrique de l'Ouest dans la lutte contre cette épidémie. Nous leur exprimons nos vives félicitations à cet égard.

Dès le début de la flambée d'Ebola en Afrique de l'Ouest l'année dernière, la Chine s'est mobilisée rapidement pour répondre aux besoins pressants des peuples africains. Elle a fait parvenir dans les zones touchées plusieurs lots d'aide d'urgence et été le premier partenaire à honorer tous ses engagements en la matière. Jusqu'à présent, la Chine y a dépêché plus de 1 000 experts et professionnels de santé et formé au total plus de 10 000 professionnels de santé locaux, apportant par là une contribution importante à la victoire sur Ebola, ce qui constitue une belle illustration de la fraternité et de la solidarité à toute épreuve entre la Chine et l'Afrique et du principe dit de « sincérité, pragmatisme, amitié et franchise » de la politique chinoise à l'égard de l'Afrique. Les pays africains concernés nous disent que l'action d'aide pionnière de la Chine a eu un bon effet d'entraînement sur la mobilisation de la communauté internationale aux côtés des Africains touchés par l'épidémie. On peut dire que l'action chinoise est hautement appréciée par les peuples africains et la communauté internationale.

Actuellement, les pays concernés sont pleinement engagés dans la reconstruction socio-économique post-Ebola. Dans le cadre de la mise en œuvre des initiatives avancées au Sommet de Johannesburg du Forum sur la Coopération sino-africaine, la Chine aidera les pays concernés à accélérer le développement économique et l'amélioration du bien-être social ainsi qu'à renforcer en priorité les systèmes et capacités de santé publique et de prévention et de contrôle des maladies, afin d'éviter la reproduction de la tragédie.

Q : Le 30 décembre, le gouvernement philippin a exprimé sa volonté de devenir membre fondateur de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB). Les différends entre la Chine et les Philippines relatifs à la Mer de Chine méridionale constituent-ils un obstacle à cet égard ? Impacteront-ils l'utilisation de fonds de l'AIIB pour des projets liés aux Philippines ?

R : Je viens d'apprendre cette information qui reste à vérifier. Si c'est vrai, ce sera une bonne chose.

Quant à la question de savoir si les différends concernés entre la Chine et les Philippines entraveront l'obtention par les Philippines du statut de membre fondateur de l'AIIB et affecteront la participation des Philippines à la coopération dans le cadre de l'AIIB sur un pied d'égalité, il s'agit de deux choses de nature différente. L'AIIB fonctionne en vertu des Statuts de l'AIIB définis de manière concertée par tous les membres fondateurs.

Q : Selon le Financial Times, ces derniers temps, des officiels américains ont exprimé à plusieurs reprises à l'UE leurs préoccupations au sujet du statut d'économie de marché de la Chine, indiquant que la reconnaissance par l'UE du statut d'économie de marché à la Chine revient à lever unilatéralement des boucliers commerciaux européens vis-à-vis de la Chine et entraverait la lutte contre le dumping des entreprises chinoises sur les marchés américain et européen.

R : Nous avons pris note du reportage. Franchement dit, j'espère que ce dont on parle dans ce reportage ne sera qu'une rumeur. Tous les membres de l'OMC doivent prendre au sérieux le système commercial international et cela est aussi dans leurs intérêts communs.

La question soulevée est liée aux obligations que les membres de l'OMC sont tenus de respecter aux termes du Protocole d'accession de la République populaire de Chine à l'OMC. L'article 15 du Protocole stipule que les membres de l'OMC doivent mettre fin à la méthode de calcul basée sur les données des « pays alternatifs » dans les enquêtes antidumping visant des produits exportés par la Chine le 11 décembre 2016. Pacta sunt servanda (« les conventions doivent être respectées ») est un principe et une obligation de base du droit international. Aucune partie signataire ne peut traiter les entreprises chinoises d'une manière discriminatoire, inéquitable, injuste et injustifiée en contournant ses obligations découlant des traités internationaux sous le prétexte de la loi nationale. En tant que membre de l'OMC, la Chine exécute consciencieusement toutes ses obligations légales et jouit de tous les droits définis par l'OMC depuis son adhésion à cette organisation.

Ces dernières années, la coopération Chine-UE se développe dans d'heureuses conditions dans son ensemble et a de belles perspectives devant elle. Nous espérons que l'UE puisse donner l'exemple en matière de respect des règles commerciales internationales, prendre des actions concrètes et s'acquitter dûment des obligations stipulées dans l'article 15 du Protocole d'accession de la République populaire de Chine à l'OMC, ce qui profitera aussi au développement des relations économiques et commerciales sino-européennes.

Q : Selon des sources d'information, le 29 décembre, M. King Yang-gon, membre du Bureau politique et secrétaire du Comité central du Parti des Travailleurs de la RPDC est mort dans un accident de la route. Quels sont vos commentaires là-dessus?

R : Le camarade King Yang-gon a œuvré depuis longtemps au développement des relations Chine-RPDC et il a notamment apporté une contribution active aux échanges de haut niveau entre le PCC et le Parti des Travailleurs de la RPDC et entre les deux pays. Nous exprimons nos profondes condoléances pour le décès du camarade King Yang-gon et adressons notre sincère sympathie à sa famille.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés