Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Déclaration de la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying au sujet de l'inscription des documents du massacre de Nanjing sur le Registre de la Mémoire du monde
2015/10/10

Q : Le 9 octobre, l'UNESCO a annoncé l'inscription officielle des documents du massacre de Nanjing sur le Registre de la Mémoire du monde. Dans la déclaration de son Secrétaire à la presse du 10 octobre, le Ministère des Affaires étrangères du Japon a mis en cause l'intégrité et l'authenticité de ces documents, accusé l'UNESCO de manque de neutralité et d'impartialité, et réclamé une réforme institutionnelle pour éviter toute «instrumentalisation à des fins politiques ». Quels sont vous commentaires là-dessus ?

R : Nous saluons la décision de l'UNESCO d'inscrire sur le Registre de la Mémoire du monde les documents du massacre de Nanjing. Nous assurerons, conformément aux règlements concernés, la préservation, l'accès et la mise en valeur de ces documents précieux pour que les gens puissent se souvenir du passé, chérir la paix, bâtir ensemble l'avenir et sauvegarder la dignité humaine.

Le massacre de Nanjing est un grave crime commis par les militaristes japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est un fait historique reconnu par la communauté internationale. Les documents déposés par la Chine ont parfaitement répondu aux critères de sélection pour le Registre de la Mémoire du monde, notamment à ceux d'authenticité et d'intégrité, et ont été présentés en bonne et due forme. Ils doivent faire partie de la mémoire collective de l'humanité.

Les faits ne sont pas à nier, et l'histoire, pas à falsifier. Les propos et les comportements concernés du Japon ont montré une fois de plus son attitude erronée de ne pas vouloir regarder en face l'histoire. La Chine exhorte le Japon à adopter une attitude responsable vis-à-vis de l'histoire, à faire face à son passé d'agression et à procéder à un profond examen de conscience, à corriger effectivement ses erreurs, à arrêter immédiatement de jaser sur la demande de la Chine, d'entraver et de perturber le travail normal de l'UNESCO, de sorte à gagner la confiance de la communauté internationale par des actes concrets.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés