Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 8 juillet tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/07/08

Q : Selon des sources, le Parti libéral-démocrate du Japon n'a pas adopté le Livre blanc 2015 sur la Défense lors d'une réunion le 7 juillet. Certains ont proposé d'y inclure l'exploitation par la Chine du gaz naturel en Mer de Chine orientale ainsi que des photos montrant des constructions chinoises en Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : J'ai déjà expliqué la semaine dernière la position chinoise sur le Livre blanc 2015 sur la Défense du gouvernement japonais.

La position et les propositions de la Chine sur la Mer de Chine orientale et la Mer de Chine méridionale sont constantes et claires. Nous nous opposons aux accusations infondées de la partie japonaise contre la Chine. Récemment, le Japon a pris une série d'actes négatifs dans les domaines militaire et sécuritaire. C'est préoccupant et nous avons toutes les raisons de nous inquiéter et de nous méfier de l'évolution des politiques du Japon ainsi que de la direction dans laquelle il se dirige. Nous espérons que la partie japonaise pourra se faire une idée juste de la situation actuelle, bien tirer la leçon de l'histoire et s'engager sur la voie du développement pacifique pour jouer un rôle constructif dans la préservation de la paix et de la stabilité de la région.

Q : Selon des sources, le dirigeant des autorités taiwanaises Ma Ying-jeou a fait savoir, lors d'un séminaire sur le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise, que la Chine avait recouvré sa souveraineté sur les îles de la Mer de Chine méridionale après la fin de la Seconde Guerre mondiale conformément aux documents pertinents du droit international tels que la Déclaration du Caire, la Déclaration de Potsdam et les Actes de capitulation du Japon. Selon lui, Taiping Dao correspond tout à fait à la définition d'une île stipulée dans l'article 121 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). Toute tentative d'un pays quelconque de nier le fait que Taiping Dao est une île ne peut compromettre son statut ni ses droits et intérêts au regard de la CNUDM, a-t-il dit. Le jour même, les services compétents de Taiwan ont aussi fait écho à la déclaration de Ma Ying-jeou, en réaffirmant les droits dont jouit la Chine sur les quatre archipels et les eaux avoisinantes en Mer de Chine méridionale conformément au droit international et en indiquant qu'en 1947, le gouvernement chinois d'alors avait publié les nouveaux noms et une carte géographique de ces îles, démontrant clairement la délimitation territoriale et maritime de la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La souveraineté et les droits pertinents de la Chine en Mer de Chine méridionale sont solidement fondés au regard des faits historiques et du droit international. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement chinois d'alors a fait des efforts actifs pour récupérer les îles en Mer de Chine méridionale et préserver la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine dans cette zone. Depuis la fondation de la République populaire de Chine, le gouvernement chinois a toujours œuvré fermement pour préserver la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en Mer de Chine méridionale et apporté une grande contribution à la paix, à la stabilité et à la liberté de la navigation dans cette zone.

Dans le contexte actuel, les Chinois des deux côtés du Détroit de Taiwan ont tous la responsabilité et le devoir de préserver ensemble la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes du pays.

Q : Selon des sources, le 7 juillet, les représentants du gouvernement afghan et des Talibans ont tenu au Pakistan des négociations de paix auxquelles la Chine a envoyé des représentants. Pourriez-vous nous en présenter des informations ? Quel est le rôle de la Chine dans ces négociations ?

R : Pour faire avancer en Afghanistan le processus de paix et de réconciliation « des Afghans et conduit par les Afghans », une réunion entre les représentants du gouvernement afghan et du mouvement des Talibans a été organisée le 7 juillet près d'Islamabad. La réunion a été tenue par le Pakistan, à laquelle ont assisté les représentants chinois et américains. Il a été convenu que toutes les parties doivent œuvrer sincèrement au processus de paix en Afghanistan pour réaliser la paix durable dans la région. Les participants ont échangé des vues sur les moyens et canaux de réaliser la paix et la réconciliation en Afghanistan, reconnu la nécessité d'adopter des mesures de confiance pour renforcer la confiance entre toutes les parties prenantes, et sont convenus de poursuivre le dialogue.

Nous soutenons depuis toujours le processus de réconciliation « des Afghans et conduit par les Afghans », encourageons et soutenons les négociations de paix entre le gouvernement afghan et les Talibans, et entretenons des contacts étroits avec les parties concernées sur ce sujet. Nous saluons la tenue de cette réunion. Nous estimons qu'elle est favorable à la promotion de la paix et de la réconciliation en Afghanistan et apprécions la flexibilité dont ont fait preuve toutes les parties lors de la réunion de même que leur volonté commune de faire progresser le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan. Nous entendons maintenir la coopération étroite avec les parties concernées pour jouer un rôle constructif dans la réalisation de la paix et de la réconciliation générales et inclusives en Afghanistan.

Q : Première question, le Président Xi Jinping rencontrera le Premier Ministre indien Narendra Modi en marge du Sommet d'Ufa. Quels sont les sujets qui seront abordés ? Quelles sont les attentes de la partie chinoise de cette rencontre ? Deuxième question, comment voyez-vous l'adhésion prochaine de l'Inde et du Pakistan à l'Organisation de la Coopération de Shanghai (OCS) ? Quels en seront les impacts sur la situation en Afghanistan ?

R : Pour répondre à votre première question, le Président Xi Jinping est parti ce matin pour Ufa pour participer au 7e Sommet des BRICS et à la 15e réunion du Conseil des Chefs d'État des pays membres de l'OCS. Un peu plus tard dans la journée, il aura une rencontre bilatérale avec le Premier Ministre indien Narendra Modi. C'est une nouvelle rencontre importante entre les deux dirigeants depuis la visite réussie du Premier Ministre indien en Chine en mai dernier, laquelle aura une signification importante pour consolider le consensus stratégique entre les deux parties, enrichir le partenariat de coopération stratégique sino-indien et construire un partenariat plus étroit pour le développement entre les deux pays. Nous publierons à temps les informations sur la rencontre.

La Chine et l'Inde sont les deux plus grands pays en développement et les deux plus grands marchés émergeants dans le monde. Ces dernières années, grâce aux efforts conjoints de part et d'autre, les relations sino-indiennes ont maintenu un élan de développement sain et stable. L'année dernière, le Président Xi Jinping a effectué une visite d'État historique réussie en Inde. En mai dernier, le Premier Ministre Modi a effectué une visite réussie en Chine. Les deux parties ont dressé ensemble un plan stratégique de développement des relations bilatérales pour les cinq à dix ans à venir. Nous entendons saisir l'opportunité offerte par la rencontre du Président Xi avec le Premier Ministre Modi à Ufa pour mieux mettre en œuvre le consensus entre les deux parties, approfondir sans cesse la confiance stratégique entre les deux pays, élargir la coopération pragmatique bilatérale et renforcer davantage la concertation et la coordination dans les affaires internationales et régionales, de sorte à réaliser un plus grand développement du partenariat de coopération stratégique Chine-Inde.

Sur votre deuxième question, étant donné l'influence et l'attractivité croissantes de l'OCS grâce à une coopération renforcée dans différents domaines, de plus en plus de pays et d'organisations internationales et régionales ont exprimé leur volonté d'approfondir la coopération avec l'OCS. Sur la base du document juridique sur son élargissement adopté lors du Sommet de Douchanbé, l'OCS œuvre activement pour faire avancer le processus d'élargissement. Le Sommet d'Ufa adoptera la résolution sur le lancement du processus d'admission de l'Inde et du Pakistan comme membres de l'OCS, ce qui marque le démarrage du processus d'adhésion de l'Inde et du Pakistan. C'est un grand pas en avant pour l'élargissement de l'OCS. Nous sommes convaincus que l'adhésion de ces deux pays aura une portée importante pour l'avenir de l'OCS et jouera un rôle constructif dans le développement et l'amélioration continus des relations entre l'Inde et le Pakistan.

L'Afghanistan est un pays important de la région et observateur de l'OCS. L'évolution de la situation dans ce pays met en jeu la sécurité et la stabilité en Asie centrale. L'OCS possède des expériences et capacités en matière de lutte contre le terrorisme, la drogue et la criminalité transnationale et de développement économique, et entend renforcer sa coopération avec l'Afghanistan. Depuis 2009, l'OCS a accéléré sa coopération avec ce dernier dans les domaines sécuritaire, économique et social. Elle espère jouer un rôle accru dans la reconstruction pacifique en Afghanistan. Nous entendons intensifier la concertation et la coopération avec l'Inde et le Pakistan dans ce sens.

Q : Des officiels philippins ont fait savoir qu'avaient été découverts des bouées et d'autres objets gravés de caractères chinois au large de Liyue Tan. Un navire philippin a essayé d'éliminer ces objets, mais a été obligé de quitter la zone à la hâte quand un navire de patrouille chinois a fait apparition. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je ne dispose pas d'information là-dessus. Je voudrais souligner que la Chine possède la souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux avoisinantes. Cette position est claire et constante.

Q : Concernant les commémorations organisées par la Chine du 78e anniversaire de l'éclatement de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise, le Secrétaire général du Cabinet japonais Yoshihide Suga a indiqué, lors d'un point de presse, que mettre trop d'accent sur la résistance contre l'agression japonaise et internationaliser les questions historiques ne favorisaient pas la paix et la stabilité dans la région, et qu'il était important que le Japon et la Chine adoptent une attitude tournée vers l'avenir pour faire face ensemble aux défis communs devant toute la communauté internationale. Comment y réagissez-vous ?

R : Ces propos de la partie japonaise sont inconcevables. Est-ce que c'est favorable à la paix et à la stabilité dans la région quand le Japon tient constamment des propos évasifs sur les questions historiques, voire tente de relativiser et de glorifier le passé d'agression ?!

La Chine, ensemble avec la communauté internationale, commémorent solennellement le 70e anniversaire de la fin de la Guerre mondiale antifasciste et de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise, c'est pour garder l'histoire dans la mémoire, rendre hommage aux martyrs, créer un avenir meilleur et préserver indéfectiblement la paix dans le monde. Aucun de ceux qui sont honnêtes vis-à-vis de l'histoire et qui œuvrent réellement au développement pacifique n'y fait une objection. Comme le dit le Président Xi Jinping, l'histoire est le meilleur manuel scolaire, et aussi le meilleur remède pour garder la lucidité. Je me rappelle ce qu'a dit un ancien dirigeant allemand : celui qui ferme les yeux devant le passé s'aveugle pour l'avenir, et celui qui ne veut pas se rappeler l'inhumain s'expose aux nouveaux risques d'infection. En cette année importante où toute la communauté internationale commémore sous différentes formes le 70e anniversaire de la fin de la Guerre mondiale antifasciste, le Japon doit saisir l'opportunité pour regarder en face l'histoire et s'en repentir de manière honnête et responsable, de sorte à gagner la confiance de ses voisins et de la communauté internationale par des actions concrètes. C'est ça le sens de se tourner vers l'avenir.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés