Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 26 juin 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015/06/26

Sur l’invitation du Président Xi Jinping, le Président de la République de Singapour Tony Tan Keng Yam effectuera une visite d’État en Chine du 29 juin au 4 juillet.

Q : La semaine prochaine, le Dalaï Lama visitera le Royaume-Uni et assistera au festival de Glastonbury. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je ne dispose pas d’informations sur le festival que vous venez de mentionner. Mais je tiens à souligner que la position chinoise sur la question relative au Tibet est constante et claire. Le Tibet fait partie intégrante du territoire chinois. La Chine s’oppose fermement à ce que tout pays, organisation ou individu fournit des lieux au quatorzième Dalaï Lama sous n’importe quelle forme pour ses activités séparatistes anti-chinoises.

Q : La Conférence internationale sur la reconstruction du Népal a eu lieu le 25 juin à Katmandou. Veuillez nous présenter la participation de la Chine à la conférence. Quelles aides la Chine fournira-t-elle au Népal ?

R : La Conférence internationale sur la reconstruction du Népal a eu lieu le 25 juin à Katmandou. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a représenté le gouvernement chinois à la conférence. En marge de la conférence, il a rencontré le Président népalais Ram Yadav et le Premier Ministre Sushil Koirala, et s’est entretenu avec son homologue népalais Mahendra Pandey.

Le séisme dévastateur survenu le 25 avril a également causé de lourdes pertes dans la Région autonome du Tibet de Chine. Tout en menant activement des opérations de secours à l’intérieur du pays, nous avons immédiatement fourni des assistances au Népal. Le peuple chinois demeurera toujours aux côtés du peuple népalais dans le processus de reconstruction du Népal. Lors de la conférence, le Ministre Wang Yi a annoncé, au nom du gouvernement chinois, un ensemble de mesures pour soutenir la reconstruction au Népal qui comprend cinq aspects : accorder des aides sans contrepartie, apporter du soutien en matière de prêts, encourager les entreprises et organisations chinoises à augmenter leurs investissements au Népal, former des compétences pour le Népal et approfondir la coopération entre les collectivités locales chinoises et le Népal. Pour soutenir le Népal dans sa reconstruction, la Chine mettra l’accent sur trois domaines, à savoir la construction des infrastructures, l’amélioration du bien-être de la population et le renforcement des capacités de prévention des catastrophes, de secours aux sinistrés ainsi que de préservation et de réparation des biens culturels.

La Chine et le Népal sont de proches voisins et des frères étroitement solidaires. Il est à noter que le Népal, ami de la Chine, nous donne toujours un soutien ferme sur les questions majeures concernant nos intérêts vitaux. Maintenant que nos frères népalais sont en difficultés, nous leur prêtons soutien sans aucune hésitation. Telle est une action concrète pour mettre en œuvre la juste conception de la justice et des intérêts avancée par le Président Xi Jinping, et également une illustration de la diplomatie de voisinage du gouvernement chinois marquée par l’amitié, la sincérité, les bénéfices mutuels et l’inclusivité .

Je voudrais souligner que dans la reconstruction du Népal, la Chine s’en tient toujours au principe du rôle pilote du Népal dans le respect des volontés népalaises. Nous entendons renforcer la coordination et la coopération avec les autres pays et la communauté internationale. Nous souhaitons que le Népal puisse profiter de la reconstruction pour promouvoir la transformation et la montée en gamme de l’économie et de la société, et réaliser un développement durable.

Q : Le gouvernement japonais a annoncé que la réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 de 2016 sera tenue à Hiroshima, ville frappée par une bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale. Selon le gouvernement japonais, le but en est d’appeler la communauté internationale à préserver la paix mondiale et à poursuivre la non-prolifération nucléaire. Quels sont vos commentaires là-dessus?

R : Nous espérons que la partie concernée pourra présenter ce triste chapitre de l’histoire à la communauté internationale de manière complète et fidèle. Il sera bénéfique pour les différentes parties, y compris le Japon lui-même, si le Japon peut profiter de cette occasion pour présenter cette partie de l’histoire à la communauté internationale de manière complète et fidèle, adopter une bonne conception de l’histoire et se garder de reprendre la voie du militarisme et de la guerre.

Q : Le Département d’État américain a publié les « rapports sur les pratiques des pays en matière de droits de l’homme en 2014 ». Dans la section relative à Hong Kong, il dit que des manifestants ont été battus par la police et que le droit de vote des citoyens de Hong Kong est restreint. Et le rapport a critiqué une fois de plus la situation des droits de l’homme en Chine. Quels sont vos commentaires à ce sujet?

R : Dans ce genre de rapport publié chaque année par les États-Unis, beaucoup d’éléments ne correspondent pas à la réalité. Lors des incidents survenus à Hong Kong, la police hongkongaise a pris des actions dans le respect de la loi. Le gouvernement central et le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong en ont déjà eu une conclusion juste. La partie américaine l’a également affirmé lors de ses contacts avec la partie chinoise. Je me demande sur quelle base ce rapport a été rédigé. Quant au vote au Conseil législatif de Hong Kong sur le projet de loi relatif au suffrage universel, les États-Unis ont aussi déclaré en public leur position là-dessus. Les assertions exprimées dans le rapport ne sont pas conformes aux déclarations des États-Unis.

Le peuple chinois est le mieux placé pour évaluer la situation des droits de l’homme en Chine. La partie concernant la Chine dans ce rapport est absurde car elle est une simple répétition de préjugés subjectifs au mépris des faits. Comme nous l’avons dit aux États-Unis, la Chine entend mener des dialogues francs et constructifs avec les autres pays sur la question des droits de l’homme dans un esprit de respect mutuel et d’égalité, mais il est vain qu’un pays applique un double critère et tente de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous le prétexte des droits de l’homme. Nous conseillons aux États-Unis de s’occuper d’abord de leurs propres affaires et de cesser de se prendre pour donneur de leçons sur les droits de l’homme.

Je voudrais ajouter que ces dernières années, avec l’intensification des échanges humains entre la Chine et les États-Unis, un nombre croissant d’Américains sont venus en Chine, dont beaucoup reconnaissent les progrès obtenus par la Chine dans son développement socio-économique. Des amis me disent que ce qu’ils voient en Chine est différent de ce qu’ils ont entendu aux États-Unis. Nous espérons que les États-Unis s’abstiendront de tromper leur peuple et si possible, feront plus d’efforts pour régler ses propres problèmes concernant les droits de l’homme, dont certains existent depuis longtemps et sont fortement critiqués.

Q : Le gouvernement chinois a publié aujourd’hui le rapport sur la situation des droits de l’homme aux États-Unis en 2014. Pourquoi la Chine publie-t-elle ce rapport à ce moment chaque année ?

R : Sur la question des droits de l’homme, nous sommes d’avis que les différents pays doivent mener un dialogue constructif sur la base du respect mutuel et de l’égalité. Mais il est regrettable que les États-Unis ne puissent pas toujours le faire. Pour respecter le principe d’équité, nous avons donc adopté une approche réciproque.

Q: Premièrement, quelles sont les attentes chinoises vis-à-vis des négociations sur le nucléaire iranien qui se tiendront ce week-end à Vienne ? Deuxièmement, le Directeur du renseignement national des États-Unis James R. Clapper a déclaré hier que la Chine était le principal suspect du piratage de données personnelles de fonctionnaires du gouvernement fédéral américain. Comment y réagissez-vous ?

R: Concernant votre première question, est venu maintenant un moment crucial pour les négociations finales sur le nucléaire iranien. Les Six et l’Iran s’efforcent de parvenir à un accord global. Toutes les parties ont fait preuve de forte volonté politique, d’attitude pragmatique et d’esprit créatif. Les négociations ont enregistré des progrès importants, mais il existe encore des divergences. Tant que les parties concernées agissent dans le même sens, tiennent compte adéquatement des préoccupations de part et d’autre et prennent des décisions politiques en temps opportun avec un sens de la mission et de la responsabilité historique, elles pourront conclure un accord global dans le délai prévu.

La Chine continuera à jouer un rôle constructif à la phase finale des négociations pour qu’un accord équitable, équilibré et gagnant-gagnant puisse être conclu comme prévu et que le dossier nucléaire iranien, réglé de manière globale, durable et adéquate.

S’agissant de votre deuxième question, nous avons noté que, bien que l’enquête soit encore en cours, les États-Unis avaient pris la Chine comme le suspect. Cela est une logique absurde, car à ce que je sache, les États-Unis préconisent depuis toujours la présomption d’innocence au lieu de la présomption de culpabilité.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés