Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 23 juin 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015/06/23

Premièrement, comme convenu par les parties chinoise et européenne, et sur l’invitation du Premier Ministre du Royaume de Belgique Charles Michel, du Premier Ministre de la République française Manuel Valls et du Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, le Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Li Keqiang se rendra, du 28 juin au 2 juillet, à Bruxelles pour le 17e Sommet Chine-UE et une visite bilatérale, et en France pour effectuer une visite officielle dans le pays et une visite au siège de l’OCDE.

Deuxièmement, sur l’invitation du gouvernement népalais, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera, au nom du gouvernement chinois et à la tête d’une délégation, à la Conférence internationale sur la reconstruction du Népal qui se tiendra à Katmandou les 24 et 25 juin. Cette conférence, organisée par le gouvernement népalais, accueillera les représentants de plus de 50 pays et organisations internationales. Durant son séjour, le Ministre Wang Yi rencontrera les dirigeants népalais et des représentants étrangers.

La reconstruction post-séisme au Népal représente un chantier gigantesque nécessitant des efforts de longue haleine. La Chine entend faire tout son possible pour accompagner, ensemble avec la communauté internationale, le peuple népalais dans ses efforts de reconstruction.

Q : Le secrétaire d’État assistant américain Daniel Russel a fait savoir, lors de la séance d’information sur le Dialogue stratégique et économique sino-américain, que les États-Unis exhortent la Chine à cesser ses travaux de construction en Mer de Chine méridionale, tout en affirmant que la question de la Mer de Chine méridionale n’est pas une question entre les États-Unis et la Chine et que la partie américaine cherche à éviter toute confrontation militaire avec la Chine ou d’autres pays en Mer de Chine méridionale. Il a indiqué que les États-Unis et la Chine ont d’autant plus besoin d’intensifier leur coopération et d’agir ensemble que de nouveaux problèmes et défis se multiplient à l’échelle mondiale. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Concernant la construction sur des îles et atolls des îles Nansha, nous avons affirmé notre position à plusieurs reprises. Les travaux de construction menés par la Chine sur son propre territoire relève de sa souveraineté. Comme nous l’avons présenté à maintes reprises à la communauté internationale, les travaux de construction ont pour objectif d’améliorer les conditions de travail et de vie des personnels résidant sur les îles et îlots concernés et de pouvoir fournir davantage de produits publics, et ils sont, on doit le reconnaître, une bonne action. J’ai remarqué en même temps que dans ses propos, le Secrétaire d’État assistant américain Daniel Russel a souligné que la question de la Mer de Chine méridionale n’est pas une question entre les États-Unis et la Chine, et que la partie américaine cherche à éviter la confrontation militaire avec la Chine ou d’autres pays en Mer de Chine méridionale. En fait, nous avons toujours dit à la partie américaine que la question de la Mer de Chine méridionale n’est pas et ne doit pas être une question entre la Chine et les États-Unis.

Je partage aussi la vue de la partie américaine sur la nécessité de renforcer la coopération sino-américaine pour répondre aux différents enjeux planétaires. Après plus de 30 ans de développement de leurs relations, la Chine et les États-Unis sont aujourd’hui interdépendants et leurs intérêts sont inextricablement liés. En se basant sur les intérêts communs, les deux pays ont mené une coopération vaste et fructueuse au niveau bilatéral, régional et multilatéral, apportant beaucoup de bénéfices aux deux peuples ainsi qu’à la paix et au développement du monde. Avec une imbrication des intérêts de plus en plus forte entre la Chine et les États-Unis, il est inévitable que les deux parties ont de temps à autre des points de vues différents, voire des divergences. Mais si on regarde l’histoire du développement des relations sino-américaines, on s’apercevra que le besoin de coopérer l’emporte de plus en plus, sur la divergence. La Chine et les États-Unis se retrouvent de plus en plus sur la nécessité de poursuivre et d’élargir les dialogues et échanges. Ils ont la volonté partagée de garder leurs divergences sous contrôle et de s’investir davantage dans la recherche de moyens pour approfondir la coopération mutuellement avantageuse et relever ensemble les défis planétaires. Le 7e Dialogue stratégique et économique sino-américain et les 6 es Consultations sino-américaines de haut niveau sur les échanges humains qui se tiennent actuellement aux États-Unis s’inscrivent dans l’engagement pour la coopération gagnant-gagnant et un nouveau modèle de relations entre la Chine et les États-Unis, et seront également l’occasion, nous l’espérons, de montrer à la communauté internationale les réalisations encourageantes des relations sino-américaines.

Q : Lorsqu’il se rendra en Europe, le Premier Ministre Li Keqiang avancera-t-il une proposition chinoise en faveur du règlement de la question des dettes grecques ?

R : Nous avons noté que ces derniers temps, autour de la question des dettes grecques, les différentes parties mènent d’intenses discussions. Nous espérons que la Grèce sortira de la crise au plus tôt, ce qui est indispensable pour assurer des progrès solides du processus de l’intégration européenne. Durant sa visite en Europe, le Premier Ministre Li Keqiang aura, sans aucun doute, des échanges de vue amples et approfondis avec les dirigeants européens sur les questions d’intérêt commun, y compris des sujets d’actualité.

Q : Ce matin, le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’État a tenu une conférence de presse au sujet de l’organisation du défilé militaire commémorant le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise et a fait savoir que des dirigeants étrangers seraient invités à assister aux activités commémoratives. Quels sont les pays invités ? Le Japon est-t-il invité ?

R : Le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’État a déjà répondu à la question évoquée lors de la conférence de presse. Le travail préparatoire est en cours. Et les informations y relatives seront communiquées dès que possible.

Q : Hier, les dirigeants de la République de Corée et du Japon ont été présents aux activités célébrant le cinquantenaire de la normalisation des relations bilatérales et organisées dans les deux pays, et ont mutuellement libéré certains signes de bonne volonté. D’après des analyses, les relations entre les deux pays se trouvent à un tournant et pourraient s’améliorer rapidement. Quel est votre commentaire là-dessus?

R : Nous nous félicitons du développement des relations entre la République de Corée et le Japon. Nous espérons que cela contribuera à l’instauration d’une paix et d’une stabilité durables dans la région, et favorisera le développement pacifique dans les pays concernés.

Q : Aujourd’hui, un avion de patrouille des forces militaires japonaises a survolé la Mer de Chine méridionale, dans le cadre des exercices militaires conjoints entre le Japon et les Philippines. Est-ce que la Chine a exprimé sa préoccupation à cet égard ?

R : Cette question a été maintes fois évoquée ici. Le sujet qui retient la plus grande attention des pays de la région est le développement. Nous appelons les parties concernées à éviter tout acte de nature à exagérer, voire à fabriquer la tension dans la région, et nous souhaitons que leur interaction aille dans le sens de la paix et de la stabilité régionales, et non dans le sens contraire.

Q : D’après des officiels de l’administration Obama, durant le Dialogue stratégique et économique sino-américain, les États-Unis évoqueront la cybersécurité parmi les sujets politiques et économiques et exprimeront leurs préoccupations vis-à-vis des cyberattaques qu’on prête à la Chine. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Concernant la question de la cybersécurité, nous avons affirmé plusieurs fois notre position. La cybersécurité est un défi commun auquel est confrontée la communauté internationale, et nécessite une coopération efficace sur la base du respect mutuel de la communauté internationale. La Chine et les États-Unis avaient eu un bon mécanisme de dialogue à ce sujet, mais pour des raisons connues de tous, et nullement liées à la Chine, ce dialogue a été interrompu. Pour le rétablir, les États-Unis doivent gérer adéquatement les questions concernées et créer des conditions favorables. Le Dialogue stratégique et économique sino-américain, ainsi que le Dialogue sur la sécurité stratégique mené dans ce cadre, sont des mécanismes d’échange de très haut niveau qui permettent aux deux pays d’aborder de manière franche les sujets de préoccupation respective.

Question posée après la conférence de presse : Selon des sources d’information, au matin du 22 juin, les talibans afghans ont lancé une attaque contre le Parlement afghan, faisant au moins 2 morts et 28 blessés. Avez-vous un commentaire là-dessus ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Nous sommes choqués par ce qui s’est passé et nous le condamnons. La Chine s’oppose depuis toujours fermement au terrorisme sous toutes ses formes. Nous présentons nos condoléances aux victimes et exprimons notre sympathie aux familles des victimes et aux blessés.

Actuellement, l’Afghanistan se trouve dans une phase cruciale de transition. En tant que bon voisin de l’Afghanistan, la Chine espère sincèrement que l’Afghanistan pourra réaliser rapidement la paix, la stabilité et le développement. Nous souhaitons également que les différentes parties afghanes gardent à l’esprit l’intérêt général de la préservation de la paix et de la stabilité en Afghanistan et agissent davantage en faveur de la réconciliation politique nationale.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés