Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de Presse du 18 juin tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015/06/18

Q : L'ancien employé de nationalité britannique de GlaxoSmithKline Peter Humphrey a dit, dans une interview, que l'on lui avait arraché des aveux pendant son emprisonnement en Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Selon les informations dont nous disposons, ce que vous avez mentionné n'est pas vrai.

Nous avons appris des départements chinois concernés que pendant qu'ils purgeaient leur peine de prison, Peter Humphrey et sa femme Yu Yingzeng ont pu avouer leur culpabilité et s'en repentir, respecter les lois et règlements ainsi que le règlement de la prison, et accepté la rééducation et la transformation. L'organe d'exécution de Chine a présenté au tribunal concerné une recommandation pour une commutation de leur peine. À l'issue de l'examen, le tribunal a affirmé que les deux personnes remplissaient les conditions légales pour la commutation et a approuvé la demande pour la commutation en vertu de la loi.

Q : La Chine a récemment signé des accords de libre-échange respectivement avec l'Australie et la République de Corée. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Récemment, la Chine a signé des accords de libre-échange respectivement avec l'Australie et la République de Corée. Nous sommes convaincus que cela apportera davantage de bénéfices à la Chine, à la République de Corée, à l'Australie et à toute la région. Comme vous le voyez, de l'établissement de la zone de libre-échange Chine-ASEAN et de la conclusion de l'accord de libre-échange Chine-Nouvelle-Zélande, au lancement du processus de la zone de libre-échange en Asie-Pacifique lors de l'APEC en novembre dernier à Beijing, et à la signature des accords de libre-échange Chine-République de Corée et Chine-Australie, la Chine travaille toujours pour créer un environnement régional ouvert et équitable pour le commerce et l'investissement, promouvoir avec les autres pays de la région la réalisation d'une « prospérité par le libre-échange », dans l'intérêt des peuples de la région. Nous sommes heureux que ces efforts ont pu surmonter les obstacles et faire des progrès constants et réguliers.

Je voudrais ajouter que l'Asie est aujourd'hui un moteur important de la croissance économique mondiale et un appui majeur pour le développement et la prospérité de la Chine. Nous en tenant toujours à la politique étrangère « amitié, sincérité, bénéfices mutuels et inclusivité » vis-à-vis des pays voisins et à l'esprit de la coopération gagnant-gagnant, nous avons avancé l'initiative des Routes de la Soie terrestre et maritime, créé le Fonds de la Route de la Soie, préparé la construction de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB), et préconisons et faisons avancer l'intégration économique régionale en Asie-Pacifique. Il est à noter que du point de vue des pratiques pendant ces deux dernières années, pour la grande majorité des pays dans la région, le premier intérêt et la préoccupation prioritaire demeurent la question de développement, soit comment élargir la coopération pour réaliser la croissance et la prospérité et mieux profiter aux peuples des différents pays dans la région.

Q : Vous venez de mentionner l'AIIB. Nous avons noté que récemment, certains autres pays ont exprimé leur intention d'adhérer à l'AIIB alors que d'autres ont fait savoir leur inquiétude vis-à-vis des normes de l'AIIB sur le travail et la protection environnementale. Qu'en pensez-vous ?

R : Si la Chine a fait l'initiative de créer l'AIIB, c'est dans l'objectif d'aider effectivement les économies en développement dans la région à résoudre des difficultés réelles auxquelles elles sont confrontées et de favoriser le développement partagé et la prospérité commune de la région. Nous pensons que pour régler des questions d'actualité connues par les pays régionaux, la bonne attitude est de travailler ensemble pour y trouver des solutions, au lieu de chercher la petite bête dans les efforts pour résoudre les questions.

Beaucoup de pays asiatiques sont des pays en développement. Ils font face à une demande considérable dans le domaine de la construction des infrastructures, mais aussi à de grands contraintes et déficits de fonds en la matière. C'est une bonne chose de leur fournir davantage de plates-formes d'investissement et de financement et davantage d'options de financement et de prêt en vue d'un développement partagé. La création de l'AIIB a eu un écho favorable de la grande majorité des pays dans la région. Jusqu'ici, 57 pays de la région et hors de la région, y compris la Chine, ont exprimé la volonté de discuter ensemble pour trouver de bonnes solutions et de promouvoir la construction et le développement de la région. Maintenant, il est réjouissant de voir que plus de pays désirent d'adhérer à l'AIIB. Et, il est également compréhensible que certains pays choisissent de ne pas rejoindre l'AIIB pour le moment. Mais si certains pays, qui eux-mêmes ne veulent pas la rejoindre cherchent néanmoins toujours la petite bête dans les efforts d'autres pays pour régler les questions, nous pouvons dire que leur état d'esprit n'est pas tout à fait souhaitable.

Q : Aujourd'hui, le Conseil législatif de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong n'a pas adopté le projet de loi sur l'élection au suffrage universel du chef de l'exécutif. Quels sont les réactions et commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

R : D'abord je voudrais souligner que les affaires hongkongaises relèvent des affaires intérieures de la Chine et ne sont pas une question diplomatique.

Je tiens à réaffirmer que promouvoir inébranlablement le développement de la démocratie à Hong Kong et réaliser l'objectif de l'élection du chef de l'exécutif au suffrage universel est non seulement la position constante du gouvernement central chinois, mais aussi l'aspiration commune de nos compatriotes de Hong Kong, et que le gouvernement central et celui de la RAS de Hong Kong ont déployé des efforts agissants pour cela. Il n'y aura pas d'élection du chef de l'exécutif au suffrage universel en 2017 à Hong Kong, tel est un résultat que nous ne voulons pas voir.

Hong Kong est un centre financier, commercial et du transport maritime du monde. Maintenir la prospérité et la stabilité de Hong Kong correspond non seulement aux intérêts de la Chine, mais aussi à ceux des investisseurs des différents pays. Dans le même temps, je tiens à souligner que Hong Kong est une RAS de la Chine, que les affaires hongkongaises relèvent des affaires intérieures de la Chine et qu'aucun pays étranger ne doit s'y ingérer.

Q : Nous avons vu le Ministre des Affaires étrangères de la RPDC Ri Su-yong à l'aéroport de Beijing. En êtes-vous au courant ? Est-ce que la partie chinoise le rencontrera ?

R : Je n'en suis pas au courant et je n'ai pas d'informations à vous donner.

Q : Le porte-parole du Département d'État américain a déclaré que les Etats-Unis se préoccupaient des activités concernées de la Chine en Mer de Chine méridionale et ont exigé la Chine de cesser la militarisation des îles et atolls concernés. Comment y réagissez-vous ?

R : J'ai déjà répondu à maintes reprises à cette question. C'est irréprochable que la Chine mène des activités de construction normales sur son propre territoire.

Q : Selon l'agence KCNA, les régions rurales de la RPDC sont touchées par la sécheresse la plus grave jamais connue depuis un siècle, ce qui a beaucoup affecté la production céréalière. Est-ce que vous fournirez des céréales ou d'autres aides à la RPDC ?

R : Nous avons noté des reportages concernés. Nous exprimons nos sentiments de sympathie à la RPDC qui est touchée par une sécheresse extrêmement grave, et souhaitons que le gouvernement et le peuple de la RPDC puissent surmonter la catastrophe dans les meilleurs délais. La Chine entend accorder des aides à la RPDC en fonction de ses besoins.

Q : Est-ce que la Chine et les États-Unis ont signé un accord sur la coopération militaire lors de la visite aux États-Unis du Vice-Président de la Commission militaire centrale de Chine Fan Changlong ?

R : Nous avons déjà publié les informations concernées à l'issue de la visite aux États-Unis du Vice-Président de la Commission militaire centrale Fan Changlong. Ces dernières années, les armées chinoise et américaine ont élargi et approfondi sans cesse les échanges et la coopération dans divers domaines, et accompli de nombreux progrès.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés