Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 juin 2015 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2015/06/15

Sur l'invitation du Conseiller d'État Yang Jiechi, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères de la République socialiste du Viet Nam Pham Binh Minh viendra en Chine du 17 au 19 juin pour coprésider avec le Conseiller d'État Yang Jiechi la 8e réunion du Comité de pilotage sino-vietnamien sur la coopération bilatérale.

Sur l'invitation du Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères du Royaume des Pays-Bas Bert Koenders effectuera une visite officielle en Chine les 18 et 19 juin.

Q : Selon des médias britanniques, le Royaume-Uni s'est vu obligé de retirer des agents de renseignements après que la Chine et la Russie ont décrypté les documents secrets révélés par Edward Snowden. Quel est votre commentaire là-dessus ? Ces dossiers ont-ils été décodés ?

R : Je ne dispose pas d'informations sur ce sujet.

Q : Récemment, la partie chinoise a rencontré d'autres représentants aux Pourparlers à Six et échangé avec eux sur la reprise des pourparlers. Est-ce que la position de la Chine sur la reprise des Pourparlers à Six a changé ? D'après vous, est-il possible de relancer les pourparlers sans le gel par la RPDC de ses installations nucléaires ?

R : Nous avons publié les informations sur les rencontres qu'avait eues la partie chinoise respectivement avec les chefs des délégations américaine, japonaise et de la République de Corée. Je n'ai rien à ajouter. La position de la Chine sur la question nucléaire de la péninsule coréenne reste inchangée. Nous travaillons résolument pour réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne, y préserver la paix et la stabilité et régler adéquatement les problèmes concernés par des moyens politiques à travers le dialogue et les concertations entre les différentes parties.

Q : La Chine et le Venezuela ont signé un accord économique en 2007. Comment voyez-vous les progrès réalisés dans la coopération sino-vénézuélienne ? Certains critiquent le fait que cet accord est plutôt en faveur de la Chine, car il lui permet de procurer des ressources énergétiques. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le Venezuela est un partenaire économique et commercial très important de la Chine en Amérique latine. Ces dernières années, les deux pays ont développé, sur la base des principes de l'égalité, du bénéfice mutuel et du développement partagé, une coopération pragmatique dans de vastes domaines comme l'énergie, les infrastructures, les hautes technologies, l'industrie manufacturière et la finance. Il est surtout à noter que des logements sociaux, des centrales électriques d'urgence, des usines de matériaux de construction, des usines automobiles et des usines de téléphones portables ont été construits ou mis en service, permettant de créer au total près de 3 millions d'emplois au Venezuela. La coopération pragmatique sino-vénézuélienne est dotée d'une grande ampleur et s'avère fructueuse dans de vastes domaines. Elle a produit de bons effets sur les plans économique et social et apporté des bénéfices réels aux deux peuples. La Chine entend travailler ensemble avec le Venezuela pour élargir encore davantage la coopération pragmatique dans différents domaines au plus grand bénéfice des deux peuples.

Q : Des officiels américains sous couvert de l'anonymat ont récemment accusé des hackers liés à la Chine d'avoir volé des données personnelles sensibles soumises par des agents militaires et de renseignements américains pour habilitation de sécurité. Le chef du Parti démocrate au Sénat américain Harry Reid a aussi attribué les cyberattaques concernées aux hackers chinois. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Les rumeurs anonymes de ce genre sont trop nombreuses et nous n'avons pas le temps de les commenter toutes. Quant aux propos du sénateur Harry Reid, je voudrais indiquer que ce que la communauté internationale a entendu et vu le plus ces dernières années, ce sont les révélations sur les multiples activités illégales entreprises par les États-Unis dans le cyberespace. Les programmes de cyberespionnage, d'écoute et de surveillance, massifs et organisés, lancés par la partie américaine depuis de longues années en violation du droit international et des règles fondamentales régissant les relations internationales auprès des personnalités politiques, des entreprises et des citoyens étrangers ont été largement condamnés par les différents pays et l'opinion internationale. Je rappelle aux Américains concernés qu'ils ont encore une explication à donner à la communauté internationale sur la question des cyberattaques et du cyberespionnage. Il est impossible de s'en tirer en détournant l'attention de l'opinion publique. Avant de faire des accusations infondées sur d'autres pays, il vaut mieux peut-être clarifier ce qu'on a fait pour se rendre plus convaincant.

Q : Des médias disent que la RPDC a procédé au tir d'essai de trois missiles hier. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La situation dans la péninsule coréenne demeure relativement complexe et sensible. Nous espérons que les parties concernées pourront s'abstenir de tout acte susceptible d'aggraver et de compliquer la situation, travailler dans le même sens et agir davantage en faveur de l'apaisement des tensions dans la péninsule et, à terme, de la reprise du dialogue.

Q : Récemment, des dizaines de milliers de Japonais se sont rassemblés à Tokyo pour protester contre la tentative du gouvernement du Premier Ministre Shinzo Abe de forcer l'adoption au parlement du projet de loi sur la sécurité au mépris de la Constitution. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La guerre d'agression lancée par les militaristes japonais au siècle dernier a infligé des souffrances douloureuses à la Chine et à d'autres pays asiatiques. Un grand nombre de Japonais ont été trompés lorsque le Japon poursuivait le militarisme et sont aussi devenus victimes de la guerre.

Aujourd'hui, le peuple et les personnalités éclairées et de conscience du Japon ne veulent pas voir leur pays reprendre la fausse route. Il est compréhensible qu'ils font preuve de vigilance à l'égard des changements dans les politiques de leur gouvernement sur les plans militaire et sécuritaire et lui demandent de s'en tenir à la Constitution pacifiste.

Q : Des médias européens disent que la Chine souhaite investir dans le fonds d'investissements pour les infrastructures de l'UE. Pourriez-vous le confirmer et nous donner plus de détails ?

R : La partie chinoise est en train d'étudier la question concernée.

Q : Selon des médias chinois, à cause de l'éclatement de l'épidémie de coronavirus MERS en République de Corée, des compagnies aériennes chinoises ont réduit le nombre de vols vers ce pays. Pourriez-vous nous présenter les mesures prises par la partie chinoise pour prévenir l'éclatement du MERS en Chine ?

R : Je ne suis pas au courant de la réduction de vols que vous avez évoquée. La semaine dernière, mon collègue a déjà présenté, lors des conférences de presse, les mesures prises par la Chine pour faire face au MERS. Le Département des Affaires consulaires du Ministère des Affaires étrangères ainsi que les missions diplomatique et consulaires de Chine en République de Corée ont appelé les ressortissants chinois dans le pays et les citoyens chinois désireux d'y aller à prendre des mesures de précaution nécessaires. En même temps, pour être responsables à l'égard des citoyens chinois et des ressortissants étrangers, nous avons pris des mesures nécessaires aux postes-frontières.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés