Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 1er juin 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/06/01

Le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Wang Yang se rendra en Italie du 6 au 10 juin pour assister à la Journée du Pavillon Chine à l'Expo Milano 2015.

Sur l'invitation du Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) José Graziano da Silva et de la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM) Ertharin Cousin, le Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Wang Yang assistera le 7 juin à Rome à l'événement spécial des « Progrès remarquables dans la lutte contre la faim ».

Q : Concernant l'extradition du Canada vers la Chine de suspects de corruption, selon un avocat canadien, la demande d'extradition de la Chine est motivée par des fins politiques, et des accusations contre ces suspects sont infondées. Pourriez-vous le confirmer ? Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Je ne suis pas au courant du cas particulier que vous avez évoqué. Nous avons déjà exposé à plusieurs reprises notre position sur la lutte contre la corruption. La corruption et la criminalité sont des fléaux de la société humaine. Aucun pays dans le monde ne veut être un refuge des corrompus. La Chine et beaucoup de pays partagent de larges consensus en la matière et mènent de bonnes coopération et coordination dans la lutte contre la criminalité transfrontalière. Nous continuerons à travailler avec les pays concernés, dans la mesure où le permet leur législation respective et conformément au droit international et aux traités bilatéraux, pour mener la coopération judiciaire sur la mise en application des lois, en vue de lutter ensemble contre la criminalité transfrontalière.

Q : Selon des sources d'information, le 30 mai, le Secrétaire d'État américain John Kerry et le Ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif ont tenu des négociations sur le dossier nucléaire iranien à Genève. Selon le Vice-Ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi à l'issue de la réunion, l'Iran et les États-Unis n'ont pas pu aplanir les divergences, et il est impossible d'inclure dans l'accord final des éléments permettant aux inspecteurs de l'ONU d'interpeller les scientifiques iraniens et d'inspecter les installations militaires de l'Iran. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Actuellement, la dynamique des négociations pour un accord global du dossier nucléaire iranien s'avère positive dans l'ensemble. Les différentes parties ont affiché de fortes volontés politiques de parvenir au plus tôt à un accord. Des idées ont pris forme pour résoudre les questions essentielles. Les différentes parties redoublent d'efforts pour négocier le texte de l'accord global. Les négociations entrent dans une phase finale. Nous espérons que les différentes parties pourront chérir les résultats acquis jusqu'à présent, accumuler davantage de conditions favorables, éliminer toute perturbation, prendre à temps des décisions politiques pour promouvoir la conclusion de l'accord global à la date prévue. Nous sommes prêts à œuvrer ensemble avec les différentes parties dans ce domaine.

Q : Hier, lors de la conférence de presse annuelle, le Ministre indien des Affaires étrangères Sushma Swaraj a répondu à des questions sur les relations sino-indiennes. Selon lui, l'Inde a déposé une demande concernant la lutte contre le terrorisme au Conseil de Sécurité de l'ONU, mais la Chine l'a bloquée par des moyens techniques. Est-ce que les propos de la partie indienne sont vrais ? Comment y réagissez-vous ? Par ailleurs, le Ministre indien des Affaires étrangères Sushma Swaraj a affirmé que le corridor économique sino-pakistanais pourrait passer par la région contestée du Cachemire. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Avant de répondre à vos deux questions précises, je tiens à présenter encore une fois mes félicitations au Premier ministre indien Narendra Modi pour sa récente visite réussie en Chine. Les dirigeants des deux parties sont parvenus à de nombreux nouveaux consensus importants sur le renforcement de la coopération dans de larges domaines, ce qui illustre pleinement les larges consensus et les fortes volontés politiques des dirigeants des deux pays d'œuvrer à un partenariat de développement plus étroit. La Chine est prête à travailler ensemble avec l'Inde pour continuer à renforcer la confiance mutuelle sur les plans politique et stratégique, afin de porter le partenariat de coopération stratégique sino-indien tourné vers la paix et la prospérité à des niveaux toujours plus élevés.

S'agissant de votre première question, cela relève des travaux internes d'examin du Comité 1267 du Conseil de Sécurité. Selon les règlements concernés, je ne suis pas en position de faire des commentaires là-dessus.

S'agissant de la deuxième question, le corridor économique sino-pakistanais est un cadre de coopération important construit par la Chine et le Pakistan , qui visent le développement de long terme de la coopération dans tous les domaines entre les deux pays. C'est également un projet important qui s'inscrit dans l'initiative « Ceinture et Route » de la Chine. La construction du corridor économique revêt une signification importante non seulement pour la promotion du développement partagé entre la Chine et le Pakistan, mais aussi pour la paix, la stabilité et le développement de toute la région en contribuant à y renforcer la connectivité. L'appartenance de la région du Cachemire est au fond une question léguée par l'histoire entre l'Inde et le Pakistan. Il appartient à l'Inde et au Pakistan de la gérer adéquatement à travers le dialogue et les négociations. La coopération menée par la Chine et le Pakistan dans la région concernée est purement dans l'objectif de promouvoir le développement économique et social local. Elle ne vise aucune partie tierce, ni influencera les positions des différentes parties sur la question concernée.

Q : J'ai encore une question sur la lutte contre le terrorisme au Conseil de Sécurité de l'ONU, qui est également un des sujets importants de la visite du Premier Ministre indien Narendra Modi en Chine. Est-ce que la Chine et l'Inde ont déjà mené une coopération sur la lutte contre le terrorisme ?

R : La Chine et l'Inde sont toutes les deux confrontées aux menaces terroristes. Le terrorisme est aussi un problème universel auxquels font face les différents pays, y compris la Chine et l'Inde. Les deux parties ont la même volonté de renforcer la coopération, de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes, de préserver la sécurité et la stabilité du pays, et de préserver la paix et le développement dans la région. Nous entendons continuer à maintenir la communication avec l'Inde et à renforcer la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Q : Les manœuvres militaires chinoises à la frontière entre la Chine et le Myanmar se déroulent près de la région de Kokang du Myanmar, où récemment des conflits se succèdent et touchent la province chinoise du Yunnan, faisant des morts et blessés chez les habitants frontaliers en Chine. Pour quelles raisons la Chine organise-t-elle des manœuvres militaires ?

R : Concernant les manœuvres militaires conjointes terrestres et aériennes à balles réelles organisées par l'armée chinoise à l'intérieur de la frontière Chine-Myanmar, la région militaire de Chengdu a publié un avis y relatif pour expliquer la nature et l'objectif de ces manœuvres. Il s'agit d'une activité normale qui s'inscrit dans le cadre des missions de l'armée.

Nous avons déjà affirmé notre position de principe sur le récent incident des obus lancés depuis le Myanmar qui sont tombés à l'intérieur du territoire chinois. La situation dans le Nord du Myanmar touchent à la paix et à la tranquillité dans les zones frontalières entre la Chine et le Myanmar. Nous exhortons encore une fois les différentes parties au Myanmar à faire preuve de retenue, à éviter l'escalade des conflits, à apaiser rapidement la tension, et à s'abstenir de nuire à la sécurité et à l'ordre des régions frontalières Chine-Myanmar. Nous espérons que le Myanmar pourra travailler ensemble avec nous pour préserver la tranquillité des régions frontalières entre les deux pays et promouvoir un développement sain, régulier et durable des relations Chine-Myanmar.

Q : Concernant la situation politique au Venezuela, à l'heure actuelle, des violences existent encore dans le pays. Selon l'Ambassadeur vénézuélien en Chine, des Occidentaux, y compris des Américains et des Européens, y sont impliqués. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine est toujours d'avis que les différents pays doivent mener une coopération amicale et mutuellement avantageuse sur la base du respect mutuel, du traitement d'égal à égal et de la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui. Le Venezuela est bon ami et bon partenaire de la Chine en Amérique latine. Nous espérons, et nous en sommes convaincus, que le Venezuela continuera à maintenir la stabilité sociale et le développement économique.

Q : Le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter est en visite au Viet Nam. Les deux parties sont convenues de renforcer la coopération militaire en vue de faire face à la question de la Mer de Chine méridionale. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Concernant la question de la Mer de Chine méridionale, récemment nous avons exprimé à plusieurs reprises de manière claire et ferme notre position de principe. Nous espérons que les parties concernées pourront véritablement tenir compte de l'intérêt général de la préservation de la paix et de la stabilité dans la région, et agir davantage en faveur de la confiance mutuelle entre les pays de la région, de la paix et de la stabilité régionales.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés