Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 15 mai 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/05/15

Q : La Chine, le Japon et la République de Corée tiennent aujourd'hui à Beijing la 3e réunion de consultations anti-terroristes. Veuillez nous en présenter le programme et les principaux sujets de discussions. Dans quels domaines les trois pays vont-t-ils coopérer pour combattre le terrorisme ?

R : Selon un consensus des Ministères des Affaires étrangères des trois pays, la 3e réunion de consultations anti-terroristes Chine-Japon-République de Corée se tient aujourd'hui à Beijing, permettant aux trois parties d'échanger notamment sur la lutte internationale et régionale contre le terrorisme, la situation et la politique nationales en matière de lutte anti-terroriste, la déradicalisation et le combat contre le cyberterrorisme.

Étant une mesure importante d'application des consensus réalisés par les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, du Japon et de la République de Corée lors de leur 7e rencontre en mars dernier, ces consultations favorisent le dialogue politique et la coopération pragmatique entre les trois parties sur la lutte anti-terroriste et apportent de nouveaux contenus à leur coopération trilatérale.

Q : Le 11 mai, le dirigeant chypriote grec Nicos Anastasiades a rencontré le nouveau dirigeant chypriote turc Mustafa Akinci. Un entretien officiel est prévu le 15 mai entre les deux dirigeants pour relancer les négociations politiques sur la question de Chypre. Comment voyez-vous ce progrès important ?

R : Nous avons pris note de la reprise des négociations sur la question de Chypre qui constitue un progrès encourageant et saluons la rencontre entre les deux dirigeants. Nous apprécions les efforts déployés par les Nations Unies et la communauté internationale pour faire avancer le règlement de la question de Chypre et soutenons un règlement équitable et raisonnable de cette question sur la base des résolutions pertinentes des Nations Unies. Nous appuyons tout effort pacifique favorable au règlement de ce dossier et estimons que toute solution doit répondre aux intérêts des Chypriotes grecs et des Chypriotes turcs. Nous appelons les deux parties à saisir l'opportunité qui se présente, à réduire progressivement leurs divergences par voie de négociations et à travailler à trouver une solution mutuellement acceptable. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine entend jouer un rôle actif pour cette fin.

Q : Selon des sources d'information, le 14 mai dans la soirée, deux obus lancés du Myanmar sont tombés et ont fait des blessés dans le district de Zhenkang, dans la ville de Lincang au Yunnan. Veuillez le confirmer et nous en donner des détails. Avez-vous fait des représentations auprès du Myanmar à cet égard ?

R : Nous avons remarqué des informations en la matière, et nous sommes en train de les vérifier. Les conflits dans la région de Kokang dans le Nord du Myanmar durent plus de trois mois. À maintes reprises, des obus du Myanmar sont tombés sur le territoire chinois, menaçant gravement la vie et la sécurité des biens d'habitants chinois et affectant sérieusement la stabilité dans la zone frontalière entre la Chine et le Myanmar. Nous exprimons notre vif mécontentement à cet égard. Nous avons déjà demandé solennellement au Myanmar de prendre des mesures efficaces pour que de tels incidents ne se reproduisent plus. Nous exhortons les différentes parties concernées à travailler à apaiser rapidement la situation et à rétablir la paix et la stabilité dans le Nord du Myanmar. Nous nous réservons le droit de réagir suivant le résultat de vérification.

Q : Le Secrétaire d'État américain John Kerry sera bientôt en Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Quels sujets aborderont les deux parties ? Quel message fera passer la Chine à la partie américaine ?

R : Le Secrétaire d'État américain John Kerry effectuera une visite en Chine demain et après-demain. Les deux parties procèderont à des échanges de vues approfondis sur les relations sino-américaines et d'autres sujets d'intérêt commun. Deux grands pays d'influence majeure dans le monde, la Chine et les États-Unis partagent des intérêts communs sur beaucoup de questions. Nous sommes convaincus que cette visite permettra des discussions sincères sur un large éventail de sujets.

Q : Selon des sources d'information, le Chef d'État-major des forces armées des Philippines Gregorio Pio Catapang a fait savoir, le 14 mais, que les Philippines accueillent favorablement la proposition américaine de déployer des navires et avions américains en Mer de Chine méridionale, puisque cela favorisera le rétablissement de la stabilité dans les eaux disputées, et que des forces armées philippines pourraient y prendre part. Les Philippines vont travailler en priorité à la construction de la baie d'Ulugan et de la base navale à Palawan, et les forces américaines pourraient s'en servir lorsqu'elles effectueront des patrouilles dans la zone. Comment y réagissez-vous ?

R : Nous avons pris note des informations en la matière. La Chine a déjà exprimé sa vive préoccupation à l'égard des déclarations concernées de la partie américaine et présenté clairement sa position ferme sur ce dossier. J'ai remarqué que récemment, certains Philippins se montrent très agités et agissent en complicité avec des personnes d'un autre pays pour prôner par tous les moyens la menace chinoise et attiser la tension régionale. Quelque captivant que soit ce duo, la situation en Mer de Chine méridionale, comme vous pouvez le constater, reste stable dans son ensemble. La Chine et la grande majorité des pays de l'ASEAN œuvrent actuellement à résoudre la question de la Mer de Chine méridionale par une approche à double voie et à préserver la liberté de navigation dans cette zone et la paix et la stabilité régionales. Se prévalant d'un appui puissant, les Philippines, au mépris des intérêts communs des pays de la région, multiplient des provocations qui compliquent et amplifient les différends. La Chine défendra fermement sa souveraineté nationale et ses droits et intérêts légitimes, et s'opposera résolument à toutes les provocations.

Q : La partie brésilienne a annoncé la visite prochaine du Premier Ministre Li Keqiang au Brésil et affirmé que la Chine investira 50 milliards de dollars américains au Brésil. Quels sont vos commentaires la-dessus ?

R: Nous avons noté ces reportages. Je ne dispose pas encore d'informations là-dessus. Veuillez vous renseigner auprès des entreprises et institutions commerciales et financières concernées. La Chine et le Brésil sont deux économies émergentes importantes. Leur coopération économique et commerciale mutuellement avantageuse recèle un énorme potentiel et fait face à de nouvelles opportunités. Les entreprises et institutions financières chinoises et brésiliennes sont très motivées pour renforcer leur partenariat. Nous soutenons les milieux d'affaires et financiers des deux pays dans leurs efforts d'accroître les échanges et coopérations en vue d'un développement partagé. Le Premier Ministre Li Keqiang se rendra bientôt au Brésil. Lors de cette visite, il échangera ses vues de manière approfondie avec les dirigeants brésiliens notamment sur l'approfondissement de la confiance politique mutuelle entre les deux pays et la mise à niveau de la coopération pragmatique dans les différents domaines. Nous sommes persuadés que cette visite donnera une nouvelle impulsion forte à la coopération économique et commerciale mutuellement avantageuse entre la Chine et le Brésil.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés