Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 mai 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/05/13

Q : Le 12 mai, le Secrétaire d'État américain John Kerry a rencontré en Russie le Président russe Vladimir Poutine et le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les États-Unis et la Russie ont exhorté les différentes parties à la crise ukrainienne à s'abstenir de compromettre l'accord du cessez-le-feu. Quel est votre commentaire sur la situation actuelle en Ukraine ?

R : Nous avons noté que récemment dans le processus de la mise en œuvre des accords de Minsk 2, des progrès ont été enregistrés en matière de cessez-le-feu, de retrait des armes lourdes et de création des sous-groupes de travail. Nous sommes toujours d'avis que le dialogue politique représente la seule issue au règlement pacifique de la crise. Nous espérons que les parties concernées pourront appliquer effectivement les accords de Minsk 2, consolider le cessez-le-feu chèrement acquis, continuer à promouvoir le processus du règlement politique de la crise ukrainienne, aider l'Ukraine à trouver un équilibre tant à l'intérieur du pays que dans ses relations avec l'Orient et l'Occident, afin de réaliser rapidement la paix et la tranquillité en Ukraine et sur tout le continent européen. Nous saluons les efforts positifs et constructifs de la communauté internationale à cette fin.

Q : Selon un officiel anonyme américain, l'armée américaine envisage d'envoyer des bâtiments de guerre et des avions militaires à la zone maritime des 12 milles marins des îles et atolls en Mer de Chine méridionale où récemment des terre-pleins ont été construits par la Chine, ce dans le but de préconiser la liberté de navigation. Comment y réagissez-vous ?

R : Nous sommes vivement préoccupés par les propos concernés de la partie américaine. Il est nécessaire que les États-Unis donnent des éclaircissements là-dessus.La Chine préconise toujours la liberté de navigation en Mer de Chine méridionale. Pourtant, cela ne signifie absolument pas que les bâtiments de guerre et les avions militaires étrangers peuvent entrer à leur gré dans les eaux territoriales et l'espace aérien d'un pays. La Chine préservera fermement sa souveraineté territoriale. Nous demandons à la partie concernée de parler et d'agir avec prudence, de se garder de toute action risquée et provocatrice, et de préserver la paix et la stabilité régionales.

Q : Selon des sources d'information, le 12 mai, l'Assemblée nationale de la République de Corée a adopté une résolution condamnant le Premier Ministre japonais Shinzo Abe qui, dans ses discours prononcés au Congrès américain et à l'Université de Harvard, n'avait pas évoqué l'histoire de l'agression japonaise et de la domination coloniale du Japon et n'avait pas fait d'examen de conscience ni présenté ses excuses concernant les questions léguées par l'histoire telles que l'enrôlement forcé des « femmes de réconfort ». Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine exhorte toujours le gouvernement et les dirigeants japonais à adopter une attitude responsable vis-à-vis de l'histoire, à respecter scrupuleusement les déclarations et les engagements des gouvernements successifs qui consistent à regarder en face l'histoire d'agression et à faire un profond examen de conscience en la matière, tels que « la déclaration de Tomiichi Murayama », et à gérer adéquatement les questions historiques par des actes concrets. C'est seulement ainsi que le Japon pourra gagner la confiance de la communauté internationale et développer avec ses voisins asiatiques des relations d'amitié tournées vers l'avenir.

Q : Selon des sources d'information, le 12 mai, le Népal a été frappé par un nouveau séisme. Êtes-vous au courant du bilan des victimes et blessés parmi les ressortissants chinois ? Est-ce que la Chine continuera à accorder son aide au Népal ?

R : Le 12 mai, un nouveau séisme a touché le Népal. Selon des informations, il s'agit d'une puissante réplique du séisme du 25 avril et a déjà fait plus de 60 morts et un millier de blessés. La Chine présente ses condoléances aux victimes du séisme et ses sentiments de sympathie aux familles des victimes et aux blessés. Très attaché à ce nouveau séisme, le Ministère des Affaires étrangères a immédiatement donné des directives à l'Ambassade de Chine au Népal pour qu'elle vérifie rapidement la situation des ressortissants chinois. Actuellement, aucun Chinois n'a été signalé mort ou blessé.

Depuis le puissant séisme qui a frappé le Népal le 25 avril, la Chine fait tout son possible pour aider le Népal dans ses efforts de secours aux sinistrés. Le deuxième lot de matériels de secours envoyé par le gouvernement chinois a été acheminé au Népal le 10 mai, et le troisième lot est en préparation active. Les forces de secours envoyées par le gouvernement, les forces armées et les associations sociales de Chine sont toujours au Népal pour porter assistance aux opérations de secours. La Chine reste en étroite communication avec le Népal sur le dernier développement de la catastrophe et les besoins de secours, et planifiera à temps l'assistance et le secours pour la prochaine étape.

Q : Selon des sources d'information, lors de la présente Conférence des Parties chargées d'examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), le projet d'un document de la commission a supprimé le contenu sur la proposition japonaise de faire visiter aux dirigeants et aux jeunes du monde entier Hiroshima et Nagasaki, villes victimes des bombardements nucléaires. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : L'Ambassadeur de Chine pour les affaires du désarmement, qui participe à cette conférence, a donné une explication claire en la matière.

Maintenant que l'ordre du jour de la Conférence des Parties chargées d'examiner le TNP entre dans une phase clé, nous espérons que les différentes parties pourront gérer les questions liées à la conférence en adoptant une attitude rationnelle, pragmatique et coopérative, et éviter d'y introduire des facteurs compliqués et sensibles, en vue de contribuer à la conclusion d'un document final constructif à la conférence selon le principe de consensus.

Q : Le Ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a proposé lors de la Conférence des Parties chargées d'examiner le TNP aux dirigeants des différents pays de visiter Hiroshima et Nagasaki. Pourtant, en raison de l'opposition de la Chine, cette proposition a été supprimée du projet du document. Pourriez-vous le confirmer ? Est-ce que les dirigeants chinois se rendront à Hiroshima et Nagasaki ?

R : Comme je viens de le dire, l'Ambassadeur de Chine pour les affaires du désarmement a donné une explication claire en la matière. Nous espérons que les différentes parties pourront gérer les questions liées à la conférence en adoptant une attitude rationnelle, pragmatique et coopérative, et éviter d'y introduire des facteurs compliqués et sensibles.

Vous avez demandé si les dirigeants chinois se rendraient à Hiroshima et Nagasaki, alors que je voudrais d'abord vous poser une question : quand est-ce que les dirigeants japonais visiteront le Mémorial des victimes du massacre de Nanjing en Chine ?

Q : Selon des sources d'information, les services de renseignements de la République de Corée ont affirmé devant l'Assemblée nationale que la RPDC a exécuté son Ministre de la Défense Hyon Yong-chol. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : J'ai lu les reportages concernés, mais je ne possède pas plus d'informations y relatives.

Q : Selon des sources d'information, la Chine a décrété jour férié le jour du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifaciste. Pourriez-vous confirmer que le défilé militaire aura lieu le 3 septembre prochain ?

R : Cette année marque le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre mondiale antifaciste et de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise. Le gouvernement chinois organisera à Beijing d'importantes commémorations, y compris une conférence commémorative, une réception, une soirée artistique et un défilé militaire. Le défilé militaire fait partie de ces activités. Veuillez vous renseigner auprès du Ministère de la Défense pour plus d'informations.

Q : Première question, pourquoi actuellement seulement environ la moitié des pays européens sont invités à participer aux activités marquant le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifaciste ? Deuxième question, le Premier Ministre indien Narendra Modi entamera sa visite en Chine demain. Qu'attendez-vous des consensus et progrès réalisés par les deux parties sur la question frontalière ?

R : Concernant la première question, comme nous l'avons déjà présenté, nous allons inviter les dirigeants de tous les pays concernés et les représentants des organisations internationales aux commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifaciste à Beijing. S'agissant de l'invitation et des dispositions concernées, nous sommes en communication et concertation avec les différentes parties. Pour le moment, je ne possède pas plus d'informations.

Quant à la deuxième question, la Chine et l'Inde attachent une grande importance à la prochaine visite du Premier Ministre Narendra Modi en Chine et espèrent que cette visite permettra de consolider et de faire progresser les relations sino-indiennes. Les dirigeants des deux parties procéderont à des échanges de vues approfondis sur l'approfondissement et la promotion de la coopération stratégique sino-indienne.

La question frontalière est une question à laquelle les deux parties restent attachées. Animées toutes les deux d'une volonté active de régler la question dans les meilleurs délais, elles ont déployé des efforts à cet égard. Un règlement rapide de la question frontalière représente une attente commune des deux gouvernements et des deux peuples et correpsond aux intérêts des deux parties. Mais la question frontalière, léguée par l'histoire, ne peut être réglée du jour au lendemain. Actuellement, les deux parties travaillent à rester en étroite communication à travers le mécanisme de rencontre entre les représentants spéciaux pour la question frontalière sino-indienne et une série de mécanismes sur la question frontalière. Des progrès encourageants ont été enregistrés dans les négociations concernées. Nous entendons œuvrer ensemble avec la partie indienne pour continuer à faire avancer sans relâche le processus de négociations sur la question frontalière, afin de trouver rapidement une solution juste, rationnelle et acceptable pour les deux parties. Avant de trouver une solution finale, les deux parties doivent continuer à travailler ensemble pour préserver la paix et la tranquillité dans la région. Cela correspond aux intérêts communs des deux parties.

Q : Les forces navales américaines ont fait savoir, le 11 mai, que le navire de combat littoral USS Fort Worth des États-Unis s'approchait de l'île Nanwei en Mer de Chine méridionale, tandis qu'une frégate de la marine chinoise le surveillait de tout près. Selon les forces navales américaines, le navire des États-Unis ne fait que naviguer dans les eaux internationales. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine prendra des mesures fermes pour préserver la souveraineté et la sécurité du pays. Nous allons continuer à surveiller la situation dans la zone maritime et l'espace aérien concernés et à lutter contre tout acte qui porte atteinte à la souverainté et à la sécurité nationale de la Chine.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés