Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Déclaration de la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying au sujet des allégations des Philippines dénonçant la soi-disant non-conformité à la DOC des constructions chinoises sur des îles et atolls des îles Nansha
2015/05/04

Q : Selon des sources d'information, le porte-parole du Département des Affaires étrangères des Philippines Charles Jose a déclaré récemment, lors d'une interview, que la signature de la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale (DOC) en 2002 pouvait être considérée comme « moment de référence ». Selon lui, les Philippines ont construit l'aéroport sur Zhongye Dao avant la signature de la DOC, et ce qu'elles ont fait par la suite consistait simplement en l'entretien et la rénovation des pistes d'atterrissage. Quant à la partie chinoise, ce n'est qu'après 2002 qu'elle a commencé ses activités de construction sur les îles et atolls concernés, et c'est pourquoi la partie philippine considère que les travaux d'agrandissement chinois violent la DOC. Comment y réagissez-vous ?

R : Nous avons exprimé à maintes reprises notre position au sujet des travaux de construction chinois sur des îles et atolls des îles Nansha qui sont légaux, légitimes et justifiés. En réaction aux allégations des Philippines, je tiens à souligner les points suivants :

Premièrement, depuis les années 1970, les Philippines ont illégalement occupé certains îles et atolls des îles chinoises Nansha. Ceci est au cœur et à l'origine des différends entre la Chine et les Philippines en Mer de Chine méridionale.

Depuis de nombreuses années, les Philippines mènent des travaux d'envergure sur ces îles et atolls, en y construisant des installations militaires et civiles comme aéroports, embarcadères et casernes. Ces dernières années, elles ont trahi leurs engagements en refusant de remorquer le navire militaire qu'elles avaient échoué illégalement sur l'atoll chinois Ren'ai Jiao et en tentant même de le consolider pour s'emparer dudit atoll. En 2013, les Philippines ont violé leurs engagements pris envers la DOC et les consensus conclus avec la Chine, en initiant unilatéralement une procédure d'arbitrage international sur leurs différends avec la Chine en Mer de Chine méridionale. Récemment, elles ont annoncé la reprise de leurs activités illégales de construction sur Zhongye Dao. Par ailleurs, elles n'ont cessé d'obstruer la coopération maritime pragmatique des différentes parties dans le cadre de la DOC, de déstabiliser la Mer de Chine méridionale, et elles ont cherché par tous les moyens à calomnier et à dénigrer la Chine dans les enceintes régionales et internationales.

Tout ce qu'a fait la partie philippine constitue une violation flagrante de la DOC. D'un côté, elle tente de justifier ses actes illégaux d'occupation et de construction avant la signature de la DOC, et de l'autre, elle reconnaît de son propre chef qu'elle poursuit les travaux de construction illégaux après la signature de la DOC. Qui trop se justifie s'accuse, les sophismes de la partie philippine se retourneront contre elle-même.

Deuxièmement, conformément au principe juridique fondamental « Ex injuria jus non oritur », la Chine ne reconnaît pas le soi-disant « statu quo » d'occupation illégale par les Philippines des îles et atolls concernés appartenant aux îles chinoises Nansha, et s'oppose aux activités de construction illégales des Philippines sur des îles et atolls des îles Nansha de la Chine. Nous réitérons notre demande à la partie philippine de cesser immédiatement les activités de construction illégales et de retirer tous ses personnels et installations des îles et atolls chinois.

Troisièmement, la DOC doit être respectée par toutes les parties concernées. Tout en défendant fermement sa souveraineté territoriale et ses droits et intérêts maritimes, la Chine œuvre depuis toujours à régler ses différends avec les pays directement concernés à travers des négociations et des consultations, ce qui correspond tout à fait à l'esprit et aux dispositions de la DOC. Dans le même temps, la Chine travaille à réaliser, ensemble avec les pays de l'ASEAN, une mise en œuvre complète et effective de la DOC, à promouvoir la coopération maritime pragmatique, et à faire progresser solidement le processus des négociations sur le « Code de conduite en Mer de Chine méridionale ». La Chine n'a jamais pris ni ne prendra jamais d' « actes de nature à compliquer ou à amplifier les différends et à affecter la paix et la stabilité ». Comme la mise en œuvre de la DOC exige des efforts communs de toutes les parties, nous demandons à la partie philippine de cesser immédiatement les tapages et provocations malveillants et de travailler dans le même sens avec la Chine et la majorité des pays de l'ASEAN pour préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés