Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 9 avril 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/04/09

Q : Selon les dernières images satellites, la Chine est en train de construire un terre-plein aux larges de l’atoll Meiji, alors que les Philippines estiment que cette zone relève de leur zone économique exclusive. Ces derniers temps, certains pays ont fait des remarques négatives sur les travaux d’entretien et de construction menés par la Chine sur des îles et atolls en Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : La Chine possède une souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux avoisinantes. Le gouvernement chinois a mené des travaux de construction et d’entretien des installations sur certains îles et atolls habités des îles Nansha, et ce pour objectif principal de perfectionner les fonctions de ces îles et atolls, d’améliorer les conditions de travail et de vie des personnes qui y sont installées, de mieux préserver la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes du pays et de mieux s’acquitter de ses responsabilités et obligations internationales en matière de recherche et de secours en mer, de prévention et de réduction des catastrophes, de recherche océanographique, d’observations météorologiques, de protection de l’environnement, de sécurité de navigation et de services à la pêche. Ces travaux relèvent de la souveraineté de la Chine et sont justifiés, légitimes et fondés en droit. Ils n’affectent ni ne visent aucun pays et n’ont rien de répréhensible.

Après les travaux d’agrandissement, ces îles et atolls auront des fonctions multiples et diverses, ce qui permettra de satisfaire surtout les besoins civils de toute catégorie en plus des besoins nécessaires en matière de défense militaire. L’espace maritime de la Mer de Chine méridionale, éloigné du continent, est traversé par de nombreuses routes maritimes et compte un grand nombre de pêcheries. Cette zone est souvent frappée par les cyclones et les moussons et les naufrages y sont fréquents. Les travaux d’extension que nous menons doteront ces îles et atolls de fonctions et d’installations civiles comme abris contre le vent, assistance à la navigation, recherche et secours, observations et prévisions météorologiques en mer, services à la pêche et administration, permettant de fournir des services nécessaires aux navires chinois, des pays riverains et des autres pays traversant la Mer de Chine méridionale.

Les travaux d’extension entrepris par la partie chinoise sur ces îles et atolls, s’appuyant sur des études scientifiques et des évaluations sérieuses, sont menés dans le respect du principe d’accorder la même importance à la construction et à la protection de l’environnement et selon les normes et exigences environnementales strictes. Basés sur une prise en compte pleine et entière des questions écologiques et environnementales ainsi que de la protection halieutique, ces travaux ne compromettront pas l’environnement écologique en Mer de Chine méridionale. Dans l’avenir, nous renforcerons encore plus la surveillance et la protection des écosystèmes des eaux, des îles et des atolls concernés.

Au sujet des remarques négatives et erronées de certains pays, je voudrais souligner encore deux points :

Premièrement, la Chine poursuit fermement la voie du développement pacifique et la politique de défense nationale à caractère défensif. Préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale correspond aux intérêts de la Chine en matière de développement et de sécurité. La Chine s’attache à régler les litiges avec les pays directement concernés par voie de négociations et de consultations et à travailler ensemble avec les pays de l’ASEAN pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Deuxièmement, nous avons noté que certains pays qui faisaient des commentaires déplacés sur les activités normales menées par la partie chinoise sur le territoire chinois ne disaient mot devant les travaux de construction entrepris de façon flagrante et depuis longtemps par quelques pays sur des îles et atolls des îles chinoises Nansha qu’ils occupaient illégalement. C’est du pur deux poids deux mesures. C’est complètement injuste et négatif. Nous espérons que les parties concernées respecteront effectivement leur engagement de ne pas prendre parti sur la question de la Mer de Chine méridionale et agiront davantage en faveur de la paix et de la stabilité dans la région.

Q : Comme le Secrétaire à la Défense des États-Unis Ashton Carter l’a affirmé au Japon ces derniers jours, le Traité de sécurité entre les États-Unis et le Japon s’applique à tous les champs de l’administration japonaise et la partie américaine s’oppose à tout acte unilatéral de menace cherchant à compromettre l’administration actuelle des Diaoyu Dao par le Japon et à tout acte coercitif visant à changer l’état actuel en Mer de Chine méridionale. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Diaoyu Dao et ses îlots affiliés font partie intégrante du territoire chinois. Quoi qu’on dise ou fasse, le fait que les Diaoyu Dao appartiennent à la Chine ne changera pas, la volonté et la détermination du gouvernement et du peuple chinois de sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale restent inébranlables. L’alliance entre les États-Unis et le Japon est un arrangement spécial de la guerre froide. Nous nous opposons fermement à l’utilisation de cette alliance pour porter atteinte aux intérêts d’un pays tiers. Nous exhortons la partie américaine à parler et à agir avec prudence, à observer scrupuleusement ses engagements de ne pas prendre parti sur la question relative à la souveraineté territoriale, à agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité dans la région et non le contraire.

Concernant la question de la Mer de Chine méridionale, nous avons expliqué à plusieurs reprise notre position. Nous espérons que les États-Unis pourront respecter nos efforts visant à régler pacifiquement la question par voie de dialogue et de négociations avec les pays directement concernés, s’abstenir de tout propos ou acte susceptible de compliquer la question et de nuire à la stabilité régionale, et jouer un rôle constructif pour préserver la paix et la stabilité dans la région.

Q : Récemment, le Premier Ministre indien Narendra Modi a affirmé dans une interview que la paix et la tranquillité à la frontière revêtaient une signification importante pour parvenir à une solution acceptable pour la Chine et l’Inde sur la question frontalière. Il a fait savoir son attente de trouver une solution dans un proche avenir. Comment y réagissez-vous ?

R : Nous avons pris note de la déclaration concernée du Premier Ministre indien Narendra Modi. Nous adoptons toujours une attitude positive sur le règlement de la question frontalière sino-indienne. Comme l’a déclaré publiquement le Président Xi Jinping lors de sa visite en Inde en septembre dernier, la Chine est déterminée à régler avec l’Inde la question frontalière à travers les consultations amicales dans les meilleurs délais. En attendant, elle a aussi la sincérité de préserver ensemble avec la partie indienne la paix et la tranquillité des régions frontalières.

Régler au plus tôt la question frontalière relève de la responsabilité commune des gouvernements chinois et indien, et représente l’aspiration commune des deux peuples. Depuis de nombreuses années, les deux parties ont fait de grands efforts pour régler la question frontalière. Les représentants spéciaux pour la question frontalière sino-indienne ont eu 18 rencontres au cours desquelles ils ont échangé amplement leurs vues et obtenu des progrès positifs. Nous entendons travailler ensemble avec l’Inde pour faire avancer sans cesse le processus de négociations sur la question frontalière, afin de parvenir au plus tôt à une solution juste, rationnelle et acceptable pour les deux parties.

Q : Selon des sources, le gouvernement indien autorise les armées à mettre en application la « loi spéciale des forces armées » dans le nord-est de l’Inde, y compris dans l’« État d’Arunachal Pradesh ». Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Il existe des litiges sur la partie est de la frontière sino-indienne. C’est un fait objectif. Notre position sur la question frontalière sino-indienne est constante et claire. Les deux parties doivent œuvrer ensemble pour préserver la paix et la tranquillité dans les régions frontalières, et créer des conditions en vue de faire progresser sans cesse les négociations sur la question frontalière.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés