Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 7 avril 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/04/07

La 54e session annuelle de l'Organisation juridique consultative pour les pays d'Asie et d'Afrique (AALCO) se tiendra à Beijing du 13 au 17 avril. Le Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang assistera à la cérémonie d'ouverture de la session et y prononcera un discours liminaire. Les pays membres de l'AALCO et les organisations internationales concernées y enverront des délégations.

En marge de cette session auront lieu une réunion commémorative spéciale consacrée au 60e anniversaire de la Conférence de Bandung et un colloque international sur la Charte des Nations Unies et l'ordre international de l'après-guerre.

Sur l'invitation de M. Meng Jianzhu, Coprésident chinois du Comité de coopération intergouvernementale Chine-Bélarus, Membre du Bureau politique et Secrétaire de la Commission des Affaires politiques et juridiques du Comité central du PCC, M. Nikolai Snopkov, Coprésident bélarussien du Comité de coopération intergouvernementale Chine-Bélarus et Directeur adjoint de l'Administration présidentielle du Bélarus, viendra en Chine pour la réunion des coprésidents le 10 avril à Beijing.

Q : Pourriez-vous nous donner plus d'informations sur la réunion commémorative spéciale consacrée au 60e anniversaire de la Conférence de Bandung et le colloque international sur la Charte des Nations Unies et l'ordre international de l'après-guerre qui se tiendront en marge de la session annuelle de l'AALCO ?

R : L'AALCO est une organisation intergouvernementale créée en 1956 conformément à l'esprit de la Conférence afro-asiatique tenue à Bandung en 1955 et ayant pour mission de promouvoir les échanges et consultations au sujet du droit international entre les pays d'Asie et d'Afrique et de favoriser la prise en compte de leurs revendications dans le développement du droit international. Depuis sa création il y a près de 60 ans, l'AALCO a contribué de manière importante au renforcement de la concertation et de la coopération des pays d'Asie et d'Afrique pour parler d'une seule voix et défendre leurs intérêts communs dans le domaine du droit international.

C'est dans le contexte du 60e anniversaire de la Conférence de Bandung, du 70e anniversaire de la fin de la guerre mondiale antifasciste et du 70e anniversaire de la création de l'ONU que l'AALCO tiendra sa session annuelle de 2015. L'AALCO est un important fruit concret de la Conférence de Bandung. La tenue, en marge de sa 54e session, de la réunion commémorative spéciale consacrée au 60e anniversaire de la Conférence de Bandung et du colloque international sur la Charte des Nations Unies et l'ordre international de l'après-guerre vise à démontrer la détermination et les efforts de l'AALCO et des nombreux pays d'Asie et d'Afrique pour œuvrer ensemble au rayonnement de l'esprit de Bandung, à la préservation de l'autorité de la Charte des Nations Unies, à la primauté du droit dans les relations internationales et au renforcement de la coopération gagnant-gagnant.

Nous entendons travailler ensemble avec l'AALCO et les autres pays membres de cette organisation pour assurer un plein succès à la présente session, et nous continuerons à œuvrer inlassablement avec les nombreux pays d'Asie et d'Afrique pour promouvoir la démocratisation des relations internationales et la primauté du droit.

Q : Hier, le Secrétaire américain à la Défense s'est dit préoccupé par les actions chinoises en Mer de Chine méridionale et dans le cyberespace. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : Nous avons réitéré à maintes reprises la position chinoise sur la Mer de Chine méridionale et celle sur la cybersécurité. Nous souhaitons que la partie américaine travaille ensemble avec nous à engager des dialogues et coopérations actifs et constructifs dans le domaine de la cybersécurité et à préserver conjointement la paix, la sécurité, l'ouverture et la coopération dans le cyberespace, et qu'elle respecte les efforts des pays de la région visant à sauvegarder la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Q : Le Ministère japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie a publié, le 6 avril, le résultat de la révision des manuels scolaires destinés aux élèves de collège. Les nouveaux manuels décrivent les Diaoyu Dao comme « faisant partie intégrante du territoire japonais » et font machine arrière sur les questions historiques, y compris le massacre de Nanjing. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous exprimons notre profonde préoccupation à l'égard de ce qui se passe au Japon. Diaoyu Dao et ses îlots affiliés font partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité. Ce fait repose sur un fondement solide du point de vue historique et juridique. Quels que soient les moyens utilisés par le Japon pour propager sa position erronée, ce fait fondamental ne changera pas.

Le massacre de Nanjing est une atrocité commise par les militaristes japonais durant la guerre d'agression qu'ils menaient contre la Chine. Il existe des preuves irréfutables et des conclusions tirées depuis longtemps à cet égard. Par l'attitude et les actes de la partie japonaise sur les questions historiques, on peut savoir si le Japon a une perception honnête, responsable et correcte de l'Histoire. L'Histoire, c'est l'Histoire. Elle ne peut être falsifiée. Encore une fois, nous exhortons instamment la partie japonaise à adopter une attitude hautement responsable vis-à-vis de l'Histoire, à transmettre à la jeune génération une perception correcte de l'Histoire, à mettre en œuvre effectivement son engagement de regarder en face son passé d'agression et de faire un travail de conscience là-dessus, et à agir concrètement pour améliorer les relations avec ses voisins.

Q : Comment voyez-vous la situation actuelle au Yémen ? La Russie a soumis au Conseil de Sécurité un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat au Yémen. Est-ce que la Chine y est favorable ?

R : Nous exprimons notre profonde préoccupation vis-à-vis de l'évolution de la situation au Yémen, et appelons les différentes parties concernées à cesser rapidement les hostilités pour éviter de nouvelles pertes humaines parmi les civils. Nous espérons que les parties concernées pourront mettre en œuvre effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies et la proposition du Conseil de coopération du Golfe, résoudre la crise par le dialogue politique et rétablir au plus tôt la stabilité et l'ordre au Yémen.

Très préoccupés par la récente aggravation de la situation humanitaire au Yémen, nous appelons les parties concernées à se conformer au droit international pertinent et à accorder des garanties de sécurité et des facilités aux opérations d'évacuation des différents pays. Le Conseil de Sécurité a un rôle constructif à jour dans l'apaisement de la tension et de la situation humanitaire au Yémen et dans la promotion d'un règlement politique de la question yéménite.

Q : Selon la presse étrangère, le Président Xi Jinping se rendra bientôt en visite au Pakistan. Pourriez-vous le confirmer ?

R : La Chine et le Pakistan sont amis, voisins et partenaires de tout temps. Le Président Xi Jinping aurait le plaisir d'effectuer prochainement une visite au Pakistan. Les deux parties sont en étroite communication là-dessus. L'information en la matière sera communiquée dès que possible.

Q : Dans son récent Livre bleu diplomatique, le Japon a révisé les termes décrivant les relations sino-japonaises et mis un accent particulier sur le litige territorial sur les Diaoyu Dao. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxième question : Le Secrétaire général du Comité central du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong entame aujourd'hui une visite en Chine. Quels sont vos attentes de cette visite ?

R : Concernant votre première question, la position de la Chine est constante sur les relations sino-japonaises. Nous souhaitons faire avancer les relations stratégiques et mutuelles bénéfiques Chine-Japon sur la base des quatre documents politiques sino-japonais et dans l'esprit « tirer les leçons de l'histoire et se tourner vers l'avenir ». Et nous soulignons sans cesse que les Diaoyu Dao appartiennent à la Chine et que la détermination chinoise à préserver sa souveraineté territoriale est indéfectible. Nous défendrons fermement, comme par le passé, la souveraineté territoriale de la Chine sur les Diaoyu Dao, tout en poursuivant nos efforts pour gérer et régler adéquatement les questions concernées par le dialogue et les consultations.

S'agissant de votre deuxième question, sur l'invitation du Secrétaire général du Comité central du PCC et Président chinois Xi Jinping, le Secrétaire général du Comité central du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong effectuera une visite officielle en Chine du 7 au 10 avril. Le Président Xi Jinping tiendra une cérémonie de bienvenue en son honneur et s'entretiendra avec lui en fin de cet après-midi, et ils assisteront ensemble à une cérémonie de signature. Nous accordons une grande importance à la visite en Chine du Secrétaire général Nguyen Phu Trong, son deuxième déplacement en Chine depuis sa prise de fonctions. Les dirigeants des deux pays procéderont, à cette occasion, à des échanges de vues sur les relations sino-vietnamiennes et les questions d'intérêt commun.

Cette année marque le 65e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Viet Nam. Au cours des 65 ans écoulés, les relations sino-vietnamiennes ont été principalement marquées par l'amitié et la coopération, et la coopération bilatérale dans les différents domaines s'est avérée bien fructueuse, au grand bénéfice des deux peuples. Le PCC et le gouvernement chinois, attachés à envisager et à développer les relations sino-vietnamiennes avec une vision stratégique de long terme, entendent travailler ensemble avec le Parti communiste vietnamien et le gouvernement vietnamien à assurer un développement sain et régulier du partenariat de coopération stratégique globale entre la Chine et le Viet Nam dans le respect du principe « voisinage amical, coopération intégrale, stabilité durable, orientation vers l'avenir » et dans l'esprit « bon voisin, bon ami, bon camarade et bon partenaire ».

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés