Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 2 avril 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/04/02

Q : Selon des informations, le Pakistan achètera huit sous-marins à la Chine. Est-ce vrai ?

R : La Chine et le Pakistan sont deux pays voisins liés par une amitié traditionnelle. Les deux parties maintiennent une coopération normale en matière d'industrie et de commerce militaires. Cette coopération ne va pas à l'encontre des traités internationaux, et elle a toujours été menée en conformité avec les principes régissant l'exportation des articles militaires chinois.

Q : Le Secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong effectuera bientôt une visite en Chine. Veuillez nous présenter le programme de cette visite et l'attente chinoise.

R : Le Viet Nam est un important voisin de la Chine. Nous accordons une haute importance au développement des relations sino-vietnamiennes, et entendons maintenir les échanges de haut niveau, renforcer la coopération amicale et mutuellement bénéfique dans tous les domaines et assurer un développement sain et régulier des relations entre les deux pays. Quant au programme de la visite que vous venez de mentionner, je n'ai pas d'information à vous communiquer pour le moment.

Q : Première question, un officiel pakistanais vient aujourd'hui en Chine discuter des détails de la transaction de sous-marins avec la Chine. Pouvez-vous le confirmer ? Deuxième question, de source pakistanaise, le Président Xi Jinping se rendra prochainement au Pakistan. Pouvez-vous confirmer cette visite et préciser les dates ?

R : Sur votre première question, je n'en dispose pas d'information.

S'agissant de votre deuxième question, la Chine et le Pakistan sont deux pays voisins liés par une amitié traditionnelle et un partenariat de tout temps. Ils ont toujours maintenu d'étroits échanges de haut niveau, ce qui joue un important rôle d'orientation dans le développement de leurs relations. Le Président Xi Jinping attend d'effectuer au plus tôt une visite d'Etat au Pakistan dans le courant de l'année. Les deux parties restent en étroit contact sur ce sujet. Nous espérons, et nous en sommes convaincus, que cette visite permettra de consolider l'amitié entre la Chine et le Pakistan et d'approfondir leur coopération de tout temps. Quant aux dates précises de la visite, je n'ai pas d'information à vous donner pour le moment.

Q : Lors d'une récente rencontre avec son homologue sri-lankais Maithripala Sirisena, le Président Xi Jinping a-t-il suggéré un entretien tripartite réunissant la Chine, le Sri Lanka et l'Inde ?

R : Le 26 mars, le Président Xi Jinping s'est entretenu avec le Président srilankais Maithripala Sirisena, les informations concernées ont été rendues publiques. Ayant hautement apprécié les relations sino-srilankaises au cours de l'entretien, les deux parties ont souligné qu'il fallait poursuivre, préserver et développer l'amitié entre la Chine et le Sri Lanka, promouvoir le développement sain et régulier de leurs relations dans le nouveau contexte pour le plus grand bien des deux pays et des deux peuples.

Le Sri Lanka et l'Inde sont tous importants pays voisins amis de la Chine en Asie du Sud. Nous souhaitons un développement favorable des relations sino-srilankaises et sino-indiennes, et voir un développement continu des relations Inde-Sri Lanka. Une interaction bénéfique tripartite profite aux trois pays, ainsi qu'à la paix, à la stabilité et à la prospérité commune de la région. Nous entendons travailler de concert avec le Sri Lanka et l'Inde pour promouvoir une interaction saine et active entre les trois pays.

Q : Selon des informations, deux avions de l'armée américaine ont fait un atterissage forcé dans un aéroport à Tainan le 1er avril à cause des pannes techniques. Avez-vous des commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note des informations concernées et fait des démarches solennelles auprès de la partie américaine. Nous lui avons demandé de respecter strictement la politique d'une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, de traiter prudemment et adéquatement ce dossier et d'éviter la répétition des cas similaires.

Q : Les négociations sont toujours en cours à Lausanne, en Suisse, pour un accord global sur le dossier nucléaire iranien. Comment voyez-vous la situation actuelle ?

R : Au moment où les négociations pour un accord global sur le dossier nucléaire iranien sont entrées dans la dernière étape, le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s'est rendu spécialement en Suisse pour échanger amplement des vues approfondies avec ses homologues étrangers et explorer des pistes pour résoudre des problèmes centraux.

Pour faire avancer les négociations, le Ministre Wang Yi a avancé une proposition en quatre points pour la prochaine étape : Premièrement, s'en tenir au rôle directeur de la politique ; deuxièmement, avancer dans le même sens ; troisièmement, procéder par étape et selon le principe de réciprocité ; quatrièmement, s'en tenir à une solution globale.

Après des années de négociations sur le dossier nucléaire iranien, des progrès remarquables ont été réalisés. En tant qu'un acteur important, la Chine a toujours pris une part active aux négociations et joué un rôle constructif. Maintenant que les négociations entrent dans la dernière étape, tout comme on s'approche du sommet d'une montagne ou de la ligne d'arrivée dans un marathon, nous espérons que toutes les parties saisiront cette opportunité pour parvenir dans le plus bref délai à un accord global.

Q : L'Administration américaine a annoncé qu'elle sanctionnerait les particuliers et les entités menaçant par des cyberattaques depuis l'étranger la politique extérieure, la sécurité nationale et la stabilité économique des Etats-Unis. La Chine est souvent considérée comme une principale source de cyberattaques contre les Etats-Unis. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : La Chine s'oppose fermement aux cyberattaques de toute forme. Cette position est constante et claire. La cybersécurité touche à l'intérêt commun des divers pays. Les cyberattaques sont en général transnationales et difficiles à localiser. La communauté internationale doit trouver par le dialogue et la coopération une solution commune à ce problème sur la base du respect mutuel et de la confiance réciproque. La Chine n'approuve pas la méthode de recourir arbitrairement à la législation nationale pour sanctionner les citoyens et les entités d'autres pays.

Q : Selon des informations, le gouvernement espagnol a présenté sa demande d'entrée à la Banque asiatique d'Investissement pour les Infrastructures (BAII). Pouvez-vous le confirmer ?

R : Veuillez vous renseigner auprès du secrétariat multilatéral provisoire chargé de la préparation de la BAII. Nous avons dit, à maintes reprises, que tout pays désireux d'entrer à la BAII est le bienvenu.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés