Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 31 mars 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/03/31

Q : Aujourd’hui est la date limite pour rejoindre la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) comme membre fondateur. Jusqu’à présent, l’AIIB compte combien de membres fondateurs ? Quel est votre commentaire sur l’adhésion de beaucoup de pays à l’AIIB ?

R : Jusqu’au 31 mars, 30 pays ont terminé la procédure d’examen multilatéral et sont devenus membres fondateurs de l’AIIB. Ces derniers jours, d’autres pays ont déposé la demande de rejoindre l’AIIB et la procédure de consultation multilatérale est actuellement en cours. Nous saurons le nombre exact des membres fondateurs de l’AIIB d’ici le 15 avril.

Prendre l’initiative de créer l’AIIB est une action constructive de la Chine pour assumer davantage de responsabilités internationales et contribuer à perfectionner l’ordre économique mondial actuel. L’AIIB est un complément utile aux banques de développement multilatérales existantes et est bénéfique pour les différents pays asiatiques et le monde. L’AIIB est une institution de développement multilatérale ouverte et inclusive. Tous les pays qui ont l’intention d’y participer sont les bienvenus. Nous entendons travailler ensemble avec les différentes parties pour faire de l’AIIB une plateforme professionnelle et efficace de l’investissement et du financement pour les infrastructures au bénéfice de tous.

Q : Selon des sources d’information, la RPDC a exprimé son intention d’adhérer à l’AIIB, mais a été refusée par la Chine. Pourriez-vous le confirmer ? Par ailleurs, Taiwan a récemment déposé la demande de rejoindre l’AIIB. Dans quelles conditions accepteriez-vous son adhésion ?

R : Concernant la première question, je ne dispose pas d’information là-dessus. L’AIIB est une institution de développement multilatérale ouverte et inclusive. Toutes les parties désireuses d’y participer sont les bienvenues. S’agissant de la demande d’adhésion de Taiwan, il faut éviter les problèmes de « deux Chine » ou d’« une Chine, un Taiwan ».

Q : La Chine a récemment lancé l’opération « Sky net ». Le gouvernement chinois a remis aux Etats-Unis et au Royaume-Uni des listes d’officiels suspects de corruption en fuite à l’étranger. Veuillez nous en donner plus de détails.

R : L’opération « Sky net » est une action importante déployée par le gouvernement chinois visant à poursuivre les officiels corrompus en fuite à l’étranger. C’est un consensus partagé de la communauté internationale qu’il faut intensifier la coopération internationale contre la corruption pour traquer les criminels en fuite et recouvrer les biens mal acquis. Aucun pays ne veut être un paradis pour les éléments corrompus. Nous espérons renforcer la coopération avec les pays concernés dans ce domaine afin d’approfondir sans cesse la coopération internationale anti-corruption.

Q : Veuillez présenter les derniers développements de l’évacuation par la Chine de ses ressortissants au Yémen.

R : Comme je vous l’ai dit hier après-midi, le premier groupe de 122 ressortissants chinois ont quitté le Yémen par les navires de la marine chinoise et sont arrivés au port de Djibouti sains et saufs. Je suis heureuse de vous confirmer que grâce à la coordination étroite entre le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère de la Défense nationale, et les ambassades et consulats de Chine dans les pays concernés, un deuxième groupe de 449 ressortissants chinois ont quitté le Yémen et sont arrivés au port de Djibouti sains et saufs à 10h30, heure de Beijing. Jusqu’ici, 571 compatriotes chinois ont été évacués du Yémen sains et saufs. Ils retourneront en Chine le plus tôt possible avec l’assistance de l’Ambassade de Chine à Djibouti. Dans cette évacuation, la Chine a également aidé huit experts étrangers employés par les entreprises chinoises à quitter le Yémen ensemble avec les ressortissants chinois dans l’esprit de solidarité et de responsabilité.

Actuellement, un petit nombre de ressortissants chinois restent au Yémen pour raison professionnelle. A ce que je sache, ils sont en sécurité. Le personnel resté à l’Ambassade de Chine au Yémen et au Consulat général à Aden continue à travailler sur place. Il sera en étroit contact avec les Chinois qui y restent et leur accordera de l’assistance quand nécessaire.

Q : Première question, le Chili a été frappé par l’inondation la plus violente dans son histoire. Quelle forme d’assistance accorderez-vous au Chili ? Deuxième question, souhaitez-vous voir une attitude plus positive des Etats-Unis quant à l’adhésion à l’AIIB ?

R : En ce qui concerne la première question, nous exprimons notre sympathie au Chili qui a subi de lourdes pertes matérielles et humaines causées par l’inondation. Nous sommes convaincus que les habitants dans les régions sinistrées pourront reconstruire rapidement leurs foyers. Nous resterons en contact avec la partie chilienne et lui accorderons de l’aide dont elle a besoin dans la mesure de nos possibilités.

Quant à la deuxième question, comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises, l’AIIB est une institution de développement multilatérale ouverte et inclusive. Depuis le lancement de l’initiative de sa création, nous avons mené de larges contacts et échanges avec les pays de la région et au-delà dans un esprit ouvert et inclusif, et conformément au principe du « régionalisme ouvert ». Et nous restons toujours en communication avec les services compétents des Etats-Unis. Nous serons heureux de voir les pays de la région ainsi que ceux des autres régions participer à l’établissement de l’AIIB. Dans le même temps, nous respectons leurs décisions quant à l’adhésion et au moment de l’adhésion à l’AIIB. Quelles que soient leurs décisions, nous entendons continuer à renforcer la coordination et la coopération avec les parties concernées à travers les dialogues économiques multilatéraux et bilatéraux et dans le cadre de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement, en vue d’œuvrer ensemble pour promouvoir la construction des infrastructures et le développement économique en Asie.

Je tiens à souligner que l’AIIB est un nouveau membre et partenaire dans le domaine du développement international. Elle travaillera dans la complémentarité avec les banques de développement multilatérales existantes, afin de promouvoir ensemble la construction des infrastructures et le développement économique en Asie. L’AIIB s’inspirera pleinement des bonnes expériences et pratiques des banques de développement multilatérales existantes dans les domaines de la structure de gouvernance et de la politique de garantie, pour éviter des problèmes qu’elles ont connus, réduire le coût et augmenter l’efficacité, de sorte à mieux servir ses pays membres.

Q : Première question, selon des sources d’information, le Mexique construira un grand aéroport et le gouvernement mexicain souhaite que la Chine y participe. Est-ce que le gouvernement chinois soutiendra la participation des entreprises chinoises à ce projet ? Deuxièmement, le Représentant spécial du Président américain et Secrétaire au Trésor des Etats-Unis Jacob Lew a, lors de sa visite en Chine, fait part de sa préoccupation sur les nouvelles réglementations de sécurité bancaire à être appliquées par la Commission de la supervision bancaire de Chine. Pourriez-vous nous en donner plus de détails ?

R : Concernant la première question, je ne dispose pas d’information sur le projet de l’aéroport que vous avez mentionné. Le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises performantes à se développer à l’international et à mener la coopération avec d’autres pays dans différents domaines dont la construction des infrastructures. La coopération basée sur les règles du marché est mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant.

Concernant la deuxième question, les informations ont été publiées sur les rencontres et les entretiens du Secrétaire au Trésor des Etats-Unis Jacob Lew avec des dirigeants chinois et les responsables des départements compétents lors de sa visite en Chine. Cette visite a pour but de préparer le prochain tour du dialogue économique sino-américain. Les deux parties sont convenues de renforcer les consultations, de mettre en œuvre scrupuleusement les consensus importants dégagés entre les deux chefs d’Etat, d’assurer la réussite du nouveau tour de dialogue économique, d’accélérer les négociations sur un accord d’investissement bilatéral, d’approfondir la coopération sur le changement climatique et les énergies, et de promouvoir la coopération économique entre les collectivités territoriales, en vue d’élargir les intérêts communs. Dans le même temps, il est naturel que des désaccords et des divergences apparaissent au cours du développement rapide des relations économiques sino-américaines. Les deux parties continueront, par voie de dialogue et de coopération, à rechercher des solutions constructives pour gérer adéquatement les divergences.

Q : La Russie a annoncé il y a quelques jours l’intention de rejoindre l’AIIB. Pensez-vous que cela représente une opportunité pour la Chine de renforcer sa coopération avec l’Union économique eurasiatique ? Par ailleurs, le Japon affirme qu’il n’adhérera pas à l’AIIB. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, l’AIIB est une banque de développement multilatérale ouverte et inclusive. Les pays de la région ou hors de la région sont les bienvenus. Nous respectons aussi leurs décisions sur l’adhésion à l’AIIB et leurs décisions sur le moment de l’adhésion. Nous entendons continuer à renforcer la coopération avec la Russie et les autres pays à travers les mécanismes bilatéraux et multilatéraux, afin de favoriser ensemble la connectivité et le développement économique dans la région.

Q : Première question, veuillez présenter les derniers développements des négociations sur le dossier nucléaire iranien. Deuxième question, selon un officier de haut rang des Etats-Unis, la révision de la Constitution du Japon par le Premier Ministre Shinzo Abe en vue de lever les restrictions sur le droit à l’autodéfense collective permettra de renforcer la coopération entre les Etats-Unis et le Japon. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : S’agissant de la première question, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, qui est actuellement à Lausanne, en Suisse, pour la Réunion des Ministres des Affaires étrangères des Six et de l’Iran sur le dossier nucléaire iranien, a présenté dans une interview l’état d’avancement des négociations.

Selon le Ministre Wang Yi, les négociations marathon sur le dossier nucléaire iranien sont entrées dans la dernière ligne droite. Les Ministres des Affaires étrangères des sept pays sont tous réunis à Lausanne cette fois-ci pour, à un niveau plus élevé, faire le bilan des progrès importants obtenus dans les négociations, identifier les questions-clés existantes et discuter des pistes et des moyens pour régler le problème. A l’issue de deux jours d’intenses échanges multilatéraux et bilatéraux, le point crucial du dossier a été clarifié, les pistes du règlement sont en train de se former, et les divergences de part et d’autre commencent à se réduire. Ce tour de négociations sur le nucléaire iranien portent sur de nombreux aspects qui sont très complexes. En même temps, les facteurs internes et externes pesant sur les négociations s’accumulent et s’accroissent. Plus nous sommes à un moment crucial, plus nous devons faire preuve de fermeté, raffermir la conviction et aller dans le même sens. C’est ainsi que nous pourrons éviter d’échouer au dernier moment.

Après des années de négociations, des progrès ont été enregistrés à bien des égards. Nous espérons que la présente réunion des Ministres des Affaires étrangères permettra de frayer une voie au règlement définitif du dossier nucléaire iranien selon le calendrier prévu. La Chine prend toujours une part active aux négociations sur ce dossier et y joue un rôle constructif en tant que partie importante. Nous veillons à rechercher les facteurs positifs dans les positions des différentes parties, et nous avons avancé, par là, des pistes de réflexion constructives, proposé des solutions chinoises et mis la sagesse chinoise au service des négociations. Actuellement, les négociations sont entrées dans la dernière phase. Nous continuerons à agir dans ce sens. Nous espérons qu’avec les efforts communs des différentes parties, ce tour de négociations donnera des fruits et répondra aux attentes de la communauté internationale.

Concernant la deuxième question, notre position de principe est claire et constante. Pour des raisons historiques, l’évolution de la politique sécuritaire et militaire du Japon est toujours suivie de très près par ses pays voisins et la communauté internationale. L’alliance entre les Etats-Unis et le Japon, qui est une disposition spéciale formée durant la guerre froide, ne doit pas dépasser le cadre bilatéral, encore moins porter atteinte à la sécurité et aux intérêts des pays de la région. Nous espérons que les parties concernées pourront jouer un rôle plus actif et constructif dans la promotion de la paix, de la stabilité et du développement dans la région.

Q : Quel est votre commentaire sur l’évolution des conflits entre les groupes ethniques armés et les forces gouvernementales dans le nord du Myanmar ?

R : Nous avons noté que le 30 mars, le gouvernement du Myanmar et les groupes ethniques armés sont parvenus à un consensus sur les disposition d’un accord de cessez-le-feu national. Nous saluons les résultats positifs enregistrés dans le nouveau tour de négociations de paix entre le gouvernement du Myanmar et les groupes ethniques armés concernés. Nous espérons que les parties concernées pourront signer rapidement un accord de cessez-le-feu national, apaiser la tension dans le nord du Myanmar, et rétablir rapidement la paix et la stabilité dans le nord du Myanmar et à la frontière entre la Chine et le Myanmar. Nous avons joué un rôle actif et constructif pour faire avancer les négociations de paix conformément aux volontés des parties concernées. L’Envoyé spécial du Ministère des Affaires étrangères pour les affaires asiatiques Wang Yingfan s’est rendu au Myanmar sur invitation pour participer à ce tour de négociations de paix.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés