Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 30 mars tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/03/30

Q : Selon des reportages, des navires militaires chinois sont arrivés au Yémen pour évacuer les ressortissants chinois. Veuillez le vérifier et nous présenter les informations concernées.

R : Depuis le 26 mars, la situation sécuritaire au Yémen s'est gravement détériorée. Le gouvernement chinois, très attaché à la sécurité des ressortissants et établissements chinois se trouvant sur place, a immédiatement déclenché une opération d'évacuation ordonnée des citoyens chinois. Conformément à une disposition d'ensemble, la formation des bâtiments de guerre chinois en mission d'escorte dans le Golfe d'Aden et au large de la Somalie est partie pour le Yémen pour évacuer les ressortissants chinois. Grâce à une coordination en urgence du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de la Défense nationale, des Ambassades de Chine au Yémen et à Djibouti ainsi que du Consulat général de Chine à Aden, 122 citoyens chinois ont été évacués sains et saufs du Yémen à Djibouti, et l'Ambassade de Chine à Djibouti travaille activement pour les aider à regagner la patrie le plus tôt possible.

L'Ambassadeur de Chine au Yémen Tian Qi et les personnels concernés de l'Ambassade et du Consulat de Chine au Yémen, fidèles à leur poste, restent en étroites communications avec les parties concernées et déploient tous leurs efforts pour rapatrier de façon sécurisée et ordonnée les autres ressortissants chinois, soit quelque 400 personnes au total.

Des départements concernés du Yémen et de Djibouti ont fourni un concours agissant dans cette opération d'évacuation, la Chine leur exprime ses remerciements sincères à cet égard.

Q : Premièrement, où est l'Ambassadeur de Chine au Yémen, à Aden ou à Sanaa ? Deuxièmement, vous avez remercié des départements yéménites pour leurs assistances, lesquels en particulier ? Troisièmement, le Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) a soumis à l'ONU un projet de résolution demandant un embargo sur les armes contre les organisations sabotant le processus politique et de paix au Yémen. Comment y réagissez-vous ?

R : Concernant votre première question, l'Ambassadeur de Chine au Yémen et les personnels de l'Ambassade et du Consulat de Chine qui restent au Yémen continuent à travailler sur leur poste. Ils sont présents là où ils peuvent le mieux aider les ressortissants chinois dans leur évacuation de façon rapide et sûre.

S'agissant de votre deuxième question, nous restons en étroites communications avec toutes les parties concernées dans l'objectif précis d'assurer une évacuation rapide, sûre et ordonnée des citoyens chinois.

Sur votre troisième question, nous suivons de très près l'évolution récente de la situation au Yémen et espérons que les parties concernées pourront résoudre rapidement la crise yéménite par voie politique. Nous appelons une fois de plus les différentes parties yéménites à mettre en œuvre effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et l'initiative du CCG, de sorte à rétablir au plus tôt la stabilité et l'ordre dans le pays.

Q : Le 28 et 29 mars, les représentants des parties concernées sont arrivés successivement à Lausanne, en Suisse, pour participer aux négociations sur le nucléaire iranien. Veuillez nous présenter les attentes chinoises de ce tour de négociations et ce que la Chine a fait à ce sujet.

R : Actuellement, la situation des négociations sur le dossier nucléaire iranien a connu un changement positif et les négociations ont obtenu des progrès significatifs. La Chine espère que les différentes parties aux négociations pourront saisir l'opportunité, faire preuve de souplesse, prendre des décisions politiques et réaliser une percée dans ce tour de négociations, pour conclure au plus tôt un accord global, juste, équilibré et gagnant-gagnant.

En tant que membre du mécanisme des Six sur le nucléaire iranien, la Chine joue toujours un rôle actif et constructif dans les négociations, en déployant de grands efforts pour un règlement global, durable et adéquat du dossier. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participe maintenant à la réunion des Ministres des Affaires étrangères des Six sur le dossier nucléaire iranien pour discuter avec ses homologues étrangers notamment sur la résolution des principales questions que rencontrent actuellement les négociations. La Chine continuera à travailler ensemble avec les autres parties concernées à faire aboutir les négociations à des résultats fructueux dans les meilleurs délais.

Q : Premièrement, des médias disent que les Philippines apaiseront leur litige territorial lié à Sabah avec la Malaisie en échange de soutien de cette dernière sur l'arbitrage concernant la Mer de Chine méridionale. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Deuxièmement, le nouveau tour de négociations sur la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB) se déroule maintenant au Tadjikistan. Pourriez-vous nous présenter des informations y relatives ?

R : S'agissant de votre première question, je ne suis pas au courant de ce que vous dites sur les négociations entre la Malaisie et les Philippines. La position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est claire, sa position sur l'arbitrage initié unilatéralement par les Philippines l'est aussi. Nous entendons travailler en commun avec les pays concernés à régler adéquatement les différends par voie de dialogue et de négociations, pour préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Sur votre deuxième question, veuillez vous renseigner auprès du Ministère des Finances pour les détails des consultations sur l'AIIB. La Chine est en train de solliciter les avis des pays fondateurs potentiels suivant les procédures multilatérales, et restera en communication étroite avec les parties concernées en vue des consultations sur les Statuts de l'AIIB. Nous sommes heureux de voir l'AIIB, nouvelle institution multilatérale de développement ouverte et inclusive, pouvoir contribuer à la promotion de la construction des infrastructures en Asie-Pacifique.

Q : Selon des reportages, le 31 mars est la date butoir pour les différents pays de soumettre à l'ONU leurs engagements post-2020 sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et l'UE et la Suisse l'ont déjà fait. Est-ce que la Chine déposera les siens d'ici demain ?

R : D'abord, il faut clarifier que le 31 mars n'est pas la date limite pour les pays de soumettre à l'ONU leurs engagements de réduction des émissions. Selon les résolutions pertinentes de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Varsovie en 2013 et de celle à Lima en 2014, tous les pays devront faire part rapidement, avant la Conférence Climat Paris fin 2015, de leur contribution déterminée au niveau national (INDC) à la lutte contre le changement climatique post-2020, et les pays déjà prêts pourront le soumettre au premier trimestre de 2015. Nous avons noté que certains pays développés avaient soumis leur contribution et nous nous en félicitons. Nous pensons que l'INDC des différents pays doit avoir un champ complet et équilibré, et couvrir les éléments tels que le ralentissement, l'adaptation, les fonds, les technologies et le développement de capacités. La Chine est en train de mener activement un travail d'études et d'argumentation pour soumettre son INDC le plus tôt possible au premier semestre de cette année.

Q : Le Président russe Vladimir Poutine viendra en Chine en septembre prochain assister aux commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste. Est-ce que la Chine s'inquiète que les dirigeants de certains pays ne veuillent pas assister à ces commémorations ? Pourriez-vous nous présenter les informations sur la communication de la Chine avec les Etats-Unis, l'Australie, la Nouvelle Zélande, la France et le Royaume-Uni en la matière ?

R : Cette année marque le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre mondiale antifasciste, beaucoup de pays et l'ONU organiseront des activités commémorant le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la fondation des Nations Unies. La Chine a fait savoir à maintes reprises que le gouvernement chinois tiendrait solennellement, en septembre prochain à Beijing, des commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste, dans le but de se souvenir de l'histoire, de rendre hommage aux martyrs, de chérir la paix et de bâtir l'avenir. Tous les pays épris de paix et de justice dans le monde feront de cette année une opportunité importante pour se rappeler l'histoire et faire le bilan des expériences et des leçons, de sorte à mieux préserver ensemble la paix d'aujourd'hui difficilement acquise. La Chine est en train de préparer les activités concernées.

Nous avons adressé les invitations aux dirigeants des pays concernés et aux organisations internationales concernées, et continuerons à maintenir des contacts avec les parties concernées par voie diplomatique.

Q : Premièrement, des officiels du gouvernement du Pount de la Somalie ont fait savoir qu'un nombre croissant de bateaux de pêche venus d'Iran, de République de Corée et de Chine pêchent illégalement dans les eaux somaliennes. Des officiels de l'ONU ont indiqué que les pirates somaliens pourraient enlever des pêcheurs qui y travaillent illégalement. Est-ce que la Chine a demandé à ses pêcheurs d'arrêter la pêche illégale ? Deuxièmement, selon des sources d'information, un site Internet américain a été attaqué par des hackers et l'attaque est en provenance de Chine. Comment y réagissez-vous ?

R : Sur votre première question, le gouvernement chinois s'oppose depuis toujours à la pêche illégale et demande toujours aux citoyens chinois de pêcher conformément à la loi. Dans le même temps, nous espérons que les pays concernés prendront des mesures effectives pour préserver la sécurité ainsi que les droits et intérêts légitimes des pêcheurs chinois.

Concernant votre deuxième question, il est assez étrange que récemment, chaque fois qu'un site Internet américain ou d'un autre pays est attaqué, on l'associe immédiatement à des hackers chinois. Je voudrais vous rappeler que la Chine est l'une des plus grandes victimes de la cyberattaque. Nous soulignons toujours que la Chine souhaite travailler ensemble avec la communauté internationale à accélérer l'élaboration d'un code de conduite international pour préserver ensemble la paix, la sécurité, l'ouverture et la coopération dans le cyberespace. Nous espérons que toutes les parties pourront coopérer dans un esprit actif et constructif pour faire face à la cyberattaque par des hackers.

Q : Le sommet de la Ligue arabe s'est tenu récemment en Egypte et a discuté sur la création d'une force militaire conjointe pour aider les pays arabes à affronter les menaces sur la sécurité nationale et à combattre le terrorisme. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note des informations sur le récent sommet de la Ligue arabe. La Chine souhaite voir un règlement politique rapide de la crise au Yémen, et appelle les différentes parties à mettre en œuvre effectivement les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies et l'initiative du CCG, de sorte à rétablir au plus tôt la stabilité et l'ordre dans le pays.

Q : Est-ce que la formation des bâtiments de guerre chinois dans le Golfe d'Aden, en plus de l'évacuation des ressortissants chinois au Yémen, joue aussi un rôle dans le maintien de la paix sur place ?

R : Depuis 2008, la formation des bâtiments de guerre chinois exécute sa mission d'escorte au large de la Somalie et dans le Golfe d'Aden à la demande du gouvernement somalien et conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En protégeant la sécurité des navires et des personnels chinois et des autre pays traversant cette zone maritime, la formation participe aussi à des opérations de sauvetage humanitaires si nécessaire.

La formation des bâtiments de guerre chinois est en mission d'évacuation des citoyens chinois au Yémen. Après cette opération, elle reprendra sa mission d'escorte dans le Golfe d'Aden et les eaux somaliennes.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés