Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 25 mars 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/03/25

Q : Qui représentera la Chine aux funérailles de l'ancien Premier Ministre de Singapour Lee Kuan Yew ?

R : la Chine sera représentée par un de ses dirigeants aux funérailles de M. Lee Kuan Yew à Singapour. L'information y relative sera communiquée dès que possible.

Q : Veuillez nous présenter le programme de visite du Président sri-lankais Maithripala Sirisena en Chine. Est-ce que les deux parties aborderont le sujet du projet portuaire de Colombo durant cette visite ?

R : Sur l'invitation du Président Xi Jinping, le Président sri-lankais Maithripala Sirisena effectuera une visite d'Etat en Chine et assistera à la Conférence annuelle 2015 du Forum Bo'ao pour l'Asie du 25 au 29 mars. Durant son séjour en Chine, le Président Maithripala Sirisena s'entretiendra avec le Président Xi Jinping et rencontrera respectivement le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'APN Zhang Dejiang. Les dirigeants des deux pays échangeront leurs vues sur les relations sino-sri-lankaises et les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Les deux parties conviennent de faire de cette visite une excellente et importante opportunité pour concrétiser sur tous les plans les acquis majeurs de la visite du Président Xi Jinping à Sri Lanka l'année dernière, consolider davantage l'amitié traditionnelle entre les deux pays, approfondir la coopération pragmatique bilatérale et promouvoir le développement et la prospérité communs.

La Chine a toujours coopéré avec Sri Lanka dans un esprit de l'égalité et du bénéfice mutuel. Tous les accords de coopération ont été signés sur la base de la concertation entre les deux parties, et les projets de coopération visent à accompagner les efforts de Sri Lanka pour renforcer la dynamique de développement et améliorer le bien-être social et correspondent aux intérêts fondamentaux des deux peuples. Concernant le projet portuaire de Colombo que vous avez mentionné, le gouvernement chinois soutient les entreprises et départements concernés dans leur coopération basée sur le bénéfice réciproque, et est convaincu que le gouvernement sri-lankais, gardant à l'esprit les intérêts de long terme du pays, favorisera la coopération pragmatique avec la Chine, gérera adéquatement les dossiers concernés, préservera l'enthousiasme des investisseurs chinois pour Sri Lanka et assurera leurs droits et intérêts légitimes sur le sol sri-lankais.

Q : Selon des reportages, la Chine aurait fait savoir aux pays européens qu'elle est prête à renoncer au droit de veto au sein de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB) en échange de soutien et de participation de la part d'un plus grand nombre de pays. Pourriez-vous le confirmer ?

R : S'agissant des questions liées à l'AIIB, le Ministère chinois des Finances est l'autorité compétente et il communiquera des informations y relatives en temps opportun. A ma connaissance, le mécanisme de décision et la répartition des participations des actionnaires de l'AIIB font partie des Statuts de la Banque qui font l'objet de consultations entre les différentes parties. L'AIIB est une initiative gagnant-gagnant et un complément bénéfique pour l'actuel ordre économique international. Elle se veut une nouvelle institution multilatérale de développement ouverte, transparente et efficace. Les membres de l'AIIB seront des deux catégories : membres de la région et ceux hors de la région. L'augmentation progressive du nombre des membres aura pour effet de diluer le pourcentage de participation des actionnaires. La soi-disant recherche ou abandon par la Chine du droit de veto est un faux sujet.

Q : Selon des sources d'information, le Président indonésien Joko Widodo a déclaré le 24 mars que le gouvernement indonésien ne prendra parti pour quiconque sur la question de la Mer de Chine méridionale et espérait seulement promouvoir l'élaboration d'un code de conduite en Mer de Chine méridionale (COC), et fait savoir que l'Indonésie pourrait être un bon médiateur si nécessaire. Comment y réagissez-vous ?

R : La Chine, force militant fermement pour la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale, se félicite de l'engagement actif des pays régionaux pour la paix, la stabilité, la prospérité et le développement dans la région. La Chine et les pays de l'ASEAN ont conclu d'importants consensus sur la mise en œuvre globale et effective de la Déclaration sur la conduite des Parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et la promotion progressive, sur cette base, de l'élaboration d'un COC à travers les consultations. Nous entendons œuvrer ensemble avec les pays concernés pour régler adéquatement les litiges par voie de négociation et de consultations, et préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

L'Indonésie est un pays d'influence majeure au sein de l'ASEAN. Ces dernières années, les relations sino-indonésiennes ont bien progressé. Le Président indonésien Joko Widodo effectuera très prochainement une visite d'Etat en Chine et assistera à la Conférence annuelle 2015 du Forum Bo'ao pour l'Asie. Durant sa visite, il aura, avec le Président Xi Jinping, un entretien suivi d'un point de presse conjoint et d'une cérémonie de signature de documents de coopération bilatérale. La visite en Chine du Président indonésien, sur fond du 65e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, donnera, comme l'espèrent les deux parties, une nouvelle impulsion à la coopération pragmatique sino-indonésienne dans tous les domaines. Le Président Joko Widodo a récemment fait des déclarations positives lors d'une interview accordée à la presse chinoise. Nous entendons travailler en commun avec la partie indonésienne pour promouvoir sans cesse le développement du partenariat stratégique global sino-indonésien, faire progresser les relations Chine-ASEAN dans d'heureuses conditions et favoriser la paix et le développement dans la région.

Q : Selon la presse indienne, le Conseiller d'Etat Yang Jiechi a rencontré le Premier Ministre indien Narendra Modi en marge de la 18e réunion des représentants spéciaux sur la question frontalière Chine-Inde, et l'Inde envisage de délivrer des visas à l'arrivée aux citoyens chinois et annoncerait cette nouvelle lors de la prochaine visite du Premier Ministre Modi en Chine. Comment y réagissez-vous ? Envisagez-vous d'appliquer la même politique sur la base de la réciprocité vis-à-vis des citoyens indiens ?

R : Récemment, le Conseiller d'Etat Yang Jiechi a effectué une visite en Inde et tenu, ensemble avec le Conseiller à la sécurité nationale d'Inde Ajit Doval, la 18e réunion des représentants spéciaux sur la question frontalière Chine-Inde. Hier, il a été reçu par le Premier Ministre Narendra Modi à New Delhi. Lors de cette audience, le Premier Ministre Modi a rappelé la visite couronnée de succès du Président Xi Jinping en Inde l'année dernière, une visite, selon lui, gravée dans la mémoire du peuple indien, et indiqué qu'il serait heureux d'effectuer une visite en Chine pour échanger de façon approfondie ses vues avec les dirigeants chinois sur le développement des relations bilatérales et envoyer à la communauté internationale un message d'engagement commun des deux pays en vue d'une coopération amicale renforcée. Selon lui, les relations Inde-Chine se développent rapidement suivant le cap défini par les dirigeants des deux pays, ce qui profite aux deux pays et aux deux peuples, et aura des effets positifs sur l'Asie et le monde entier.

Le Conseiller d'Etat Yang Jiechi a indiqué que la mise en œuvre des acquis de la visite du Président Xi Jinping en Inde avance sur le terrain grâce aux efforts conjoints des deux parties et que d'intenses préparatifs se mettraient en place conjointement en vue de la visite du Premier Ministre Modi. Selon lui, si la Chine et l'Inde, les deux plus grands pays en développement dans le monde, coopèrent main dans la main et établissent un partenariat de développement plus étroit, cela profitera non seulement au développement respectif des deux pays, mais aussi à la promotion de la paix, de la stabilité et du développement dans la région et dans le monde. La Chine entend travailler ensemble avec l'Inde, a dit le Conseiller d'Etat Yang, à raffermir sans cesse la confiance mutuelle, à élargir activement la coopération et à porter le partenariat stratégique sino-indien à de nouveaux paliers.

Certains médias ont reporté que l'Inde envisage de délivrer des visas à l'arrivée aux voyageurs chinois. Nous avons pris note de cette information et la considérons comme un message positif. La Chine salue les mesures de facilitation prises par différents pays concernant la délivrance de visas aux citoyens chinois. La Chine est prête à travailler avec l'Inde pour faciliter et favoriser davantage la mobilité humaine entre les deux pays, accroître la connaissance et la confiance mutuelles et asseoir la coopération bilatérale sur une base populaire plus solide.

Q : Selon des reportages, la Chambre des représentants des Etats-Unis a adopté le 23 mars une résolution exhortant l'administration de Barack Obama à fournir des armes létales à l'Ukraine. Un officiel du Département d'Etat américain a indiqué que l'administration américaine est en train d'examiner cette question et demeure attentive à la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu de Minsk. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Depuis la signature du nouvel accord de Minsk, la cessation des hostilités et le retrait des armes lourdes ont été pratiquement réalisés dans les zones de conflit dans l'est de l'Ukraine, et il y a maintenant un élan croissant en faveur d'un règlement politique de la crise ukrainienne. La Chine appelle les parties concernées à chérir l'accord et les acquis difficilement obtenus, à se garder de tout acte susceptible d'attiser les tensions et de provoquer l'escalade de la situation dans la région, à continuer de promouvoir activement le processus de règlement politique, de sorte à réaliser au plus tôt la paix et la tranquillité en Ukraine et dans toute l'Europe.

Q : Selon l'organisation GreatFire.org, des Chinois seraient impliqués dans des cyberattaques contre Google et d'autres entreprises connues dans le domaine d'Internet, et elle a appelé ces entreprises à renforcer les mesures de protection. Comment y réagissez-vous ?

R : La Chine a exprimé à maintes reprises sa position de principe sur la question de cybersécurité. Les parties concernées doivent cesser les accusations infondées, adopter une attitude plus constructive, se joindre au dialogue sur la base de l'égalité et du respect mutuel en vue de l'élaboration rapide d'un code de conduite international et contribuer à préserver ensemble la paix, la sécurité, l'ouverture et la coopération dans le cyberespace.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés