Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 3 mars 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/03/03

Q : Lors d'une interview du 2 mars, le Président américain Barack Obama s'est dit préoccupé par certains éléments sur la sécurité informatique du projet de loi chinois contre le terrorisme et a demandé un réajustement de cette politique. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : Elaborer la loi relative à la lutte contre le terrorisme est une étape importante pour le renforcement de l'Etat de droit en Chine et nécessaire pour la prévention et la lutte par le gouvernement chinois contre le terrorisme. La Chine a élaboré ce projet de loi en tenant compte des besoins réels de la lutte antiterroriste au niveau international et national et en s'inspirant des expériences et des pratiques des autres pays en matière de législation. L'élaboration de la loi relève des affaires intérieures de la Chine, et nous espérons que la partie américaine adoptera une attitude appropriée, calme et objective sur cette question.

Quant à la sécurité informatique, les médias ont récemment révélé l'installation de logiciels espions par certains pays sur des ordinateurs de fabricants de cartes SIM d'autres pays pour effectuer la surveillance. Et ce n'est qu'une des révélations de ces derniers temps. Tous les pays accordent une haute importante à la sécurité informatique et prennent des mesures pour s'assurer la sécurité informatique, ceci n'est pas à reprocher.

Je tiens à préciser que la Chine s'oppose depuis toujours à la cybersurveillance à l'aide des avantages technologiques et du statut de fournisseur informatique, et qu'elle soutient et favorise constamment l'élaboration dans le cadre des Nations Unies des règles internationales régissant le cyberespace. La multiplication des incidents dans le cyberespace souligne l'importance d'élaborer rapidement un code de conduite unifié pour toutes les parties. En effet, la Chine a présenté, ensemble avec d'autres pays, un projet de « code de conduite international en matière de sécurité informatique » à l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2011 et la version révisée du projet en janvier 2015 dans le but de renforcer la gouvernance équitable d'Internet et d'instaurer des mesures de confiance dans le cyberespace sur la base des principes du respect de la souveraineté des Etats, de la non-ingérence dans les affaires intérieures et du règlement pacifique des contentieux en vue de préserver la paix et la stabilité du cyberespace. Nous espérons que la partie américaine prendra une part active aux discussions concernées pour favoriser l'obtention rapide d'un consensus international et la construction conjointe d'un cyberespace pacifique, sûr, ouvert et coopératif.

Q : La Chine a fait savoir hier qu'elle inviterait les dirigeants des principaux pays belligérants de la Seconde Guerre mondiale, des pays d'Asie et d'autres régions aux commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise. La Chine a-t-elle déjà envoyé les invitations aux dirigeants japonais, italien, allemand, français et américain ?

R : La Chine enverra des invitations aux dirigeants des pays et responsables d'organisations internationales concernés par les commémorations. On est en préparation pour cela, et des informations seront rendues publiques au moment opportun.

Q : Le Viet Nam a protesté contre les activités de construction de la partie chinoise sur les îles Nansha. Quelle est votre réaction à cet égard ?

R : La position de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale est constante et claire. Les activités normales de construction que la Chine mène sur ses propres îles et dans les eaux sous sa juridiction sont légales et légitimes. Nous espérons que la partie concernée fera preuve de sang-froid sur cette question.

Q : Les élections de la chambre basse tadjike ont eu lieu le 1er mars. Avez-vous des commentaires là-dessus ?

R : La Chine félicite le Tadjikistan pour le bon déroulement des récentes élections législatives. Sur l'invitation de la Commission électorale centrale tadjike, une délégation chinoise s'est rendue dans le pays pour observer les élections. Selon la mission d'observation chinoise, le processus d'élection était démocratique, ouvert et transparent, à l'image de l'ouverture et de l'inclusivité du processus politique au Tadjikistan. La partie chinoise l'apprécie positivement. En tant que pays voisin, ami et partenaire stratégique, la Chine souhaite sincèrement que le peuple tadjik remporte des succès plus importants dans le développement national.

Q : Concernant les commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise, certains prêtent à la Chine l'intention de se servir de défilé militaire pour étaler sa puissance ou « montrer ses muscles ». Qu'en pensez-vous ?

R : En tenant compte des pratiques habituelles des autres pays, la Chine décide d'organiser un défilé militaire qui sera une composante importante des commémorations du 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise. L'objectif est d'afficher la détermination et la capacité du peuple chinois et du monde entier de défendre la paix, et n'est en aucun cas de « montrer les muscles » à quiconque.

Q : La Chine a assuré la présidence du Conseil de Sécurité des Nations Unies en février dernier. Comment voyez-vous les travaux réalisés par la Chine durant sa présidence ?

R : La Chine a assuré la présidence du Conseil de Sécurité des Nations Unies en février dernier. Face à une situation internationale complexe et à un agenda très chargé du Conseil de Sécurité, la Chine s'est montrée active dans un esprit d'initiative et d'innovation et a présidé, selon les principes de l'objectivité, de l'équité, de l'efficacité, du pragmatisme, de la transparence et de l'ouverture, l'examen des questions d'actualité internationale et régionale dont la Syrie, le Moyen-Orient, l'Irak, l'Ukraine et le Soudan du Sud. En apportant une contribution active avec la vision et la sagesse chinoises, elle a favorisé la valorisation du rôle constructif du Conseil de Sécurité dans la préservation de la paix et de la sécurité internationales, ce qui lui a valu la haute appréciation des autres Etats membres de l'ONU.

Le 23 février, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a fait le déplacement spécial à New York pour présider le débat public au Conseil de Sécurité sur le thème « Maintien de la paix et de la sécurité internationales : contempler l'histoire et réaffirmer avec force les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies », débat obtenant le soutien agissant et l'accueil favorable de la communauté internationale. Cette séance du débat a montré que les buts et principes de la Charte des Nations Unies gardent toute leur vitalité dans une situation internationale complexe et qu'il est dans l'intérêt de tous de s'en tenir à l'esprit de la Charte, de l'enrichir de nouvelles dimensions et de renforcer le mécanisme de sécurité collective instauré par la Charte. Les idées avancées par la Chine comme l'établissement d'un nouveau modèle de relations internationales axé sur la coopération gagnant-gagnant ont trouvé un large écho. Ce débat public a servi de prélude à la commémoration conjointe du 70e anniversaire de la création de l'ONU et de la victoire mondiale sur le fascisme. La Chine invite toutes les parties à prendre une part active à la commémoration pour faire le bilan du passé et mieux aborder l'avenir.

En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine continuera à participer de manière approfondie aux travaux du Conseil pour apporter une plus grande contribution à la préservation de la paix et de la sécurité internationales.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés