Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 16 février 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/02/16

La Chine assume en février la présidence tournante du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Elle a pris l'initiative d'un débat public au Conseil de Sécurité le 23 février au sujet de la préservation de la paix et de la sécurité internationales en réfléchissant sur l'histoire et en réaffirmant l'engagement ferme à respecter les buts et principes de la Charte des Nations Unies. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y sera présent et présidera la séance en tant que Président du Conseil de Sécurité.

Cette année marque le 70e anniversaire de la fondation de l'ONU et de la victoire de la guerre antifasciste mondiale. L'initiative prise par la Chine de cette réunion vise à offrir une plate-forme permettant aux différentes parties de garder l'histoire dans la mémoire et d'envisager l'avenir, pour montrer à la communauté internationale la ferme détermination du Conseil de Sécurité à préserver la paix et la sécurité dans le monde, contribuer à la construction d'un nouveau modèle de relations internationales centrées sur la coopération gagnant-gagnant et lancer sur tous les plans les activités commémoratives du 70e anniversaire de l'ONU.

Q : Le 15 février, le Conseil de Sécurité a adopté à l'unanimité une résolution demandant aux Houthis de retirer leurs hommes armés des institutions gouvernementales, de libérer le Président yéménite Abde-Rabbuh Mansour Hadi et les membres de son gouvernement, et de participer sans condition aux négociations sous la médiation onusienne. Quels sont vos commentaires sur la situation actuelle au Yémen ?

R : Nous suivons de très près la récente situation politique et sécuritaire au Yémen. Nous espérons que les parties concernées au Yémen pourront mettre en œuvre effectivement la résolution pertinente du Conseil de Sécurité, poursuivre le dialogue, régler adéquatement les divergences à travers des consultations et œuvrer à faire avancer le processus de transition politique au Yémen, de sorte à rétablir au plus tôt la stabilité et l'ordre normal dans le pays.

Q : Ces derniers jours, certains pays ont fermé temporairement leur ambassade au Yémen. Est-ce que la Chine envisage aussi de le faire ?

R : Nous avons noté que certains pays venaient de décider de fermer temporairement leur ambassade au Yémen. Actuellement, les diplomates à l'Ambassade de Chine au Yémen, solides au poste, maintiennent des contacts étroits avec les différentes parties au Yémen et fournissent une assistance sécuritaire nécessaire aux entreprises et ressortissants chinois sur place. A ce que je sache, pour le moment, nous n'avons pas encore envisagé de retirer notre personnel diplomatique. Nous allons continuer à suivre de très près l'évolution de la situation.

Q : Selon des sources d'information, l'Etat islamique a diffusé une vidéo montrant que 21 chrétiens égyptiens enlevés par l'organisation ont été exécutés. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine s'oppose toujours fermement à toutes formes de terrorisme. Nous condamnons les actes de barbarie contre les innocents et exprimons notre solidarité avec le gouvernement égyptien et les familles des victimes. Nous sommes d'avis que la communauté internationale doit renforcer davantage la coopération et combattre ensemble la menace terroriste dans le respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies et d'autres normes fondamentales régissant les relations internationales et universellement reconnues.

Q : L'accord de cessez-le-feu a été mis en application le 15 février dans la zone en conflit dans l'Est de l'Ukraine. Quels sont vos commentaires sur la situation actuelle dans ce pays ?

R : Nous suivons en permanence l'évolution de la situation dans l'Est de l'Ukraine. La Chine apprécie positivement les médiations menées constamment par les dirigeants de la Russie, de l'Allemagne, de la France et de l'Ukraine pour une solution politique de la crise ukrainienne. Nous appelons les parties concernées à mettre en œuvre effectivement les consensus déjà réalisés, notamment l'accord de cessez-le-feu, et soutenons leurs efforts dans ce sens, en vue de faire avancer activement le processus de règlement politique de la crise et de rétablir au plus tôt la paix et la stabilité en Ukraine.

Q : Le conflit armé dans le Nord du Myanmar persiste. Selon des sources, les forces armées locales de l'ethnie minoritaire Kokang auraient été en lien avec la Chine. Quelle est votre réaction à cet égard ? La Chine va-t-elle intervenir dans le conflit pour offrir sa médiation ?

R : La Chine respecte depuis toujours la souveraineté et l'intégrité territoriale du Myanmar. Nous n'admettons aucune organisation et aucun individu à se livrer sur le territoire chinois à des activités nuisant aux relations Chine-Myanmar et à la stabilité dans les zones frontalières entre les deux pays.

Nous espérons que les parties concernées au conflit du Myanmar pourront garder la retenue en vue d'éviter l'escalade de la situation, qui remettrait en cause la stabilité dans les zones frontalières entre la Chine et le Myanmar et la sécurité sur le territoire chinois.

Nous entendons, conformément à la volonté du Myanmar, continuer à jouer un rôle constructif pour le processus de paix dans ce pays.

Q : Récemment, on a constaté la suppression du mot « amitié » dans le nom raccourci de l'Hôpital de l'amitié sino-japonaise. Est-ce que ce changement reflète la position du gouvernement chinois vis-à-vis du Japon ? Y a-t-il des raisons diplomatiques derrière ?

R : Concernant la normalisation du nom raccourci de l'Hôpital de l'amitié sino-japonaise, je vous propose de vous renseigner auprès des autorités sanitaires. La position et les politiques du gouvernement chinois sur le développement des relations avec le Japon sont constantes. Nous préconisons de développer des relations durables, saines et stables avec le Japon sur la base des quatre documents politiques sino-japonais et à la lumière de l'esprit dit de « tirer des leçons de l'histoire et se tourner vers l'avenir ». Cela correspond aux intérêts fondamentaux des deux peuples et favorise la paix et la stabilité dans la région. Nous espérons que le Japon travaillera ensemble avec nous dans ce sens.

Pendant les vacances de la Fête du Printemps 2015, la conférence de presse du Ministère des Affaires étrangères (MAE) sera suspendue du 18 au 24 février et reprendra le 25. Dans l'intervalle, le bureau du porte-parole du MAE sera à votre disposition pour répondre à vos questions par téléphone.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés