Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 février tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/02/13

Q:Le 12 février, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a indiqué dans son discours devant la Diète que le Japon, en faisant un profond travail de conscience sur la guerre du passé, étais engagé dans la construction d’un pays libre et démocratique et avait apporté sa part de contribution à la paix et à la prospérité dans le monde. Au sujet de la sécurité, il est temps, selon lui, d’engager un débat plus approfondi sur la révision de la Constitution dans la société pour perfectionner davantage la législation en la matière. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons pris note de la déclaration du dirigeant japonais. Ce n’est qu’en regardant le passé avec honnêteté que le Japon aura véritablement un avenir. Nous espérons que le Japon adoptera une attitude juste à l’égard de son passé d’agression, respectera scrupuleusement les déclarations et engagements solennels qu’il a faits jusqu’ici, fera preuve de prudence dans le domaine militaire et sécuritaire, suivra une voie de développement pacifique par des actes concrets et jouera un rôle constructif en faveur de la paix, de la stabilité et du développement dans la région.

Q : La partie américaine a exprimé sa préoccupation auprès de hauts officiels chinois quant aux nouvelles réglementations chinoises relatives à la sécurité des informations en ligne. La partie chinoise a-t-elle reçu le message de la partie américaine ? Quelle est votre réaction ?

R : La partie chinoise et la partie américaine sont en contact sur la question concernée. Hier j’ai déjà présenté la position de principe de la Chine à ce sujet. La Chine poursuit inébranlablement la politique de réforme et d’ouverture. Les droits et intérêts légitimes des entreprises étrangères en Chine sont protégés conformément à la loi, mais celles-ci sont tenues de respecter la loi chinoise et de se garder de nuire à la sécurité de la Chine ou aux intérêts des consommateurs chinois.

Q : La partie philippine a récemment protesté contre les opérations chinoises de désenvasement au large de l’atoll Meiji. Ces opérations existent-elles vraiment ? Si oui, pour quel but ? Les opérations chinoises vont-elles s’arrêter en raison de l’objection des Philippines ?

R : La Chine possède une souveraineté incontestable sur les îles Nansha et les eaux adjacentes. Les activités concernées qu’elle a menées relèvent de sa souveraineté.

Q : Le 12 février, les dirigeants russe, allemand, français et ukrainien se sont réunis à Minsk, dans le cadre du « format Normandie », et sont parvenus à des accords sur le cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes, l’échange des prisonniers et des otages, la réforme constitutionnelle en Ukraine et d’autres questions importantes. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Après seize heures de négociations difficiles à Minsk, les dirigeants russe, allemand, français et ukrainien sont parvenus hier à un consensus sur le cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes, l’échange des prisonniers et d’autres questions importantes. La Chine s’en félicite et porte une appréciation positive à cet égard. Nous estimons que les accords issus de cette rencontre favoriseront l’apaisement des tensions dans l’est de l’Ukraine et le règlement politique de la crise ukrainienne. La Chine est toujours d’avis que la solution politique est la seule voie possible pour résoudre cette question et espère que les parties concernées pourront chérir les acquis difficilement obtenus et mettre effectivement en œuvre les accords conclus en vue du retour rapide de la paix et de la tranquillité en Ukraine. La Chine continuera à apporter une contribution active et constructive au règlement politique de la crise ukrainienne par voie de dialogue et de négociations.

Q : Selon certains médias du Myanmar, 47 personnes ont péri lors des affrontements dans le Nord du pays. Avez-vous les dernières nouvelles ? Craignez-vous des impacts de ce conflit pour la Chine ? Pourriez-vous nous donner le chiffre précis des frontaliers du Myanmar entrés sur le territoire chinois ?

R : Nous suivons de très près l’évolution de la situation dans la zone frontalière entre la Chine et le Myanmar. Nous avons pris note de l’information selon laquelle le gouvernement du Myanmar et les groupes armés ethniques ont signé une lettre d’engagement sur la paix et la réconciliation nationale. La Chine soutient les efforts déployés par les différentes parties du Myanmar pour résoudre leurs divergences à travers des négociations et instaurer au plus tôt la paix et la réconciliation nationale, ce qui est aussi dans l’intérêt de la paix et de la stabilité dans la région frontalière entre la Chine et le Myanmar.

Récemment, par souci de sécurité, des frontaliers du Myanmar ont fui vers la Chine pour s’éloigner des conflits armés dans le nord du Myanmar. Le dénombrement est en cours. Dans l’esprit humanitaire, la partie chinoise leur a fourni l’assistance nécessaire et ils ont été adéquatement pris en charge. Une fois la tension apaisée, ils retourneront dans leur pays. Nous souhaitons un rétablissement rapide de l’ordre dans la région frontalière pour que les déplacés puissent rentrer chez eux dans les meilleurs délais.

Q : Selon certaines sources, récemment, un officiel indonésien a évoqué lors de sa visite en Chine l’arrestation en Indonésie de plusieurs Ouïgours pour leur implication présumée dans l’attentat terroriste de la gare de Kunming. Veuillez nous en donner plus d’informations. Confirmez-vous l’arrestation de terroristes présumés en Indonésie ?

R : Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

Ces dernières années, il y a en Chine des mouvements terroristes qui tentent d’intensifier leurs liens avec des forces terroristes internationales et d’envoyer sans cesse des combattants en Syrie, en Iraq et vers d’autres zones de combat par des moyens illégaux ou des membres pour y être formés dans le but d’accumuler des expériences de combat et de renforcer leurs capacités à perpétrer des actes violents et terroristes. Nous gardons une haute vigilance à cet égard. La Chine souligne depuis toujours que le terrorisme est un ennemi commun de tous les pays du monde et que la communauté internationale doit y répondre par une coopération renforcée. Nous entendons coopérer davantage avec les autres pays dont l’Indonésie pour lutter ensemble contre les mouvements transfrontaliers des terroristes et préserver la paix et la tranquillité dans différents pays et régions.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés