Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 5 janvier 2015 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2015/01/05

Q : L'Union économique eurasiatique (UEEA) créée par la Russie, le Bélarus, le Kazakhstan et d'autres pays est entrée en vigueur le 1er janvier. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Les pays membres de l'UEEA sont tous voisins amis de la Chine. Nous respectons les efforts des parties concernées visant à promouvoir la coopération économique régionale et soutenons la recherche par ces pays d'un développement commun sur la base de la complémentarité et du partage des intérêts. Nous entendons coopérer avec l'UEEA pour promouvoir ensemble la paix, la stabilité et le développement dans la région.

Q : Selon des informations, le 2 courant, le Président américain Barack Obama a décidé, en signant un décret administratif, d'exercer des sanctions contre les individus et entités ayant liens avec le gouvernement de la RPDC et le Parti du travail de Corée suite à l'affaire de la cyberattaque contre les studios Sony Pictures. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Est-ce que vous le soutenez ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. La situation relativement stable que connaît actuellement la Péninsule coréenne a été obtenue au prix de grands efforts. Les parties concernées doivent faire preuve de prudence, éviter d'adopter des mesures susceptibles de conduire à une aggravation de la situation et à une escalade de la tension et œuvrer ensemble à la préservation de la paix et de la stabilité dans la Péninsule.

Sur la question de la cybersécurité, nous avons souligné à plusieurs reprises que nous nous opposons à la cyberattaque sous toutes ses formes et que nous ne permettons à aucun pays ni à aucun individu de pratiquer des activités illégales comme la cyberattaque en utilisant des infrastructures chinoises ou sur le territoire chinois. Si nous découvrons des cas de ce genre, nous les punirons sérieusement en vertu de la loi.

Q : Le 1er janvier, dans ses vœux pour la nouvelle année, l'Empereur du Japon a indiqué que le Japon devrait saisir l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale que marque cette année pour bien étudier l'histoire de cette guerre qui a commencé par l'événement du 18 septembre 1931 et réfléchir sur la future direction du Japon. Le jour même, le Premier Ministre Shinzo Abe a laissé savoir que le Japon, en procédant à un profond examen de conscience après la guerre, avait poursuivi en tant que pays libre et démocratique la voie de développement pacifique et apporté sa contribution à la paix et à la prospérité dans le monde. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les déclarations concernées des dirigeants japonais. Le Japon ne pourra avoir véritablement un avenir que s'il peut faire honnêtement face à son passé. Nous espérons qu'il pourra joindre sa geste à sa parole, reconnaître et traiter effectivement et correctement son passé d'agresseur, rester fidèle aux déclarations et engagements solennels qu'il avait faits jusqu'à présent sur les questions historiques, tirer des enseignements profonds de l'histoire et suivre la voie du développement pacifique pour jouer un rôle constructif dans la paix, la stabilité et le développement dans la région.

Q : Jusqu'à présent, les recherches continuent après l'accident du vol d'AirAsia QZ 8501. Est-ce que vous avez de nouvelles informations sur la participation chinoise à ces recherches ?

R : Conformément aux besoins de la partie indonésienne, des experts de l'Administration de l'Aviation civile de Chine se rendront aujourd'hui avec des équipements professionnels dans la zone désignée par le gouvernement indonésien pour l'aider à retrouver les boîtes noires de l'appareil accidenté. Le Centre de recherche et de sauvetage maritime de Chine a déjà mobilisé des navires de recherches relevant du Ministère du Transport pour participer aux opérations de recherches dans les eaux concernées.

Q : Le mois dernier, un déserteur de la RPDC serait entré illégalement dans le canton de Yanbian de la province chinoise du Jilin et y aurait tué par balles quatre citoyens chinois. Veuillez nous confirmer cette information.

R : Nous avons déjà fait des représentations auprès de la RPDC. Les services chinois de la sécurité publique sont en train de gérer l'affaire en vertu de la loi.

Q : Selon des informations, le Bureau de Représentation pour les affaires économiques et culturelles de Taipei aux Etats-Unis a tenu une cérémonie du lever du drapeau le 1er janvier. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous nous opposons fermement à l'organisation de la soi-disant « cérémonie du lever du drapeau » par l'établissement accrédité par les autorités de Taiwan aux Etats-Unis et avons fait des représentations solennelles auprès de la partie américaine. Nous demandons à la partie américaine de s'en tenir scrupuleusement à la politique d'une seule Chine et aux principes des trois communiqués conjoints sino-américains, de gérer de manière prudente et appropriée les questions liées à Taiwan et d'éviter que de tels gestes ne se répètent.

Q : Selon des informations, les parties chinoise et indienne ont organisé le 1er janvier des célébrations de la nouvelle année sur la section ouest de la frontière sino-indienne pour exprimer leur volonté de préserver ensemble la paix dans la région frontalière. Je vous prie de le confirmer et nous en donner des informations.

R : Ces dernières années, la Chine et l'Inde ont mis en place une série de mécanismes de coopération et d'échanges sur la préservation de la paix et de la tranquillité dans la région frontière. Dans l'ensemble, les coopérations et les échanges se sont avérés efficaces, et la paix et la tranquillité ont été maintenues sur la frontière sino-indienne.

A ma connaissance, les activités concernées sont des célébrations organisées par les deux parties conformément à leur accord conclu préalablement pour exprimer mutuellement les meilleurs vœux pour la nouvelle année. Elles ont une signification positive pour le renforcement des échanges et de la confiance mutuelle entre les agents de défense frontière des deux parties et montrent bien la détermination et la volonté des deux pays de préserver et de consolider la paix et la stabilité sur leur frontière.

Nous sommes pleinement confiants en la paix durable sur la frontière sino-indienne et entendons travailler ensemble avec la partie indienne pour améliorer et faire progresser sans cesse, conformément aux consensus importants des dirigeants des deux pays, les relations entre les gardes des frontières des deux pays, de même que préserver la paix et la tranquillité sur la frontière.

Q : La cérémonie de signature de la Convention d'établissement permettant à la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de conduire à Hong Kong des procédures d'arbitrage s'est tenue à Beijing le 4 janvier. Je vous prie de nous en donner des détails et de nous présenter les compétences de la CPA. Quel est la portée importante de la conclusion de cet accord ?

R : Le 4 janvier, la Convention d'établissement permettant à la CPA de conduire des procédures d'arbitrage à Hong Kong a été signée à Beijing par le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin au nom du gouvernement central de Chine et le Secrétaire général de la CPA Hugo Hans Siblesz. Le Secrétaire à la Justice du gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong Rimsky Yuen a signé avec la CPA un mémorandum sur les arrangements administratifs. Etaient aussi présents à la cérémonie des représentants de l'Assemblée populaire nationale, de la Cour populaire suprême, du Parquet populaire suprême et des départements compétents du Conseil des Affaires d'Etat ainsi que des chefs de mission diplomatique étrangers accrédités en Chine.

Créée par les Conventions pour le règlement pacifique des conflits internationaux de 1899 et de 1907, la CPA siège à la Haye et est composée de 115 Etats membres. Cette institution arbitrale internationale est dotée d'une longue histoire et a apporté une contribution importante au règlement pacifique des conflits internationaux. La Chine est un des premiers Etats membres de la CPA. Elle a repris ses activités au sein de l'organisation en 1993 et y a désigné plusieurs arbitres. Le Vice-Ministre Liu Zhenmin est actuellement parmi les Membres de la Cour.

Le consentement donné par le gouvernement central de la Chine à la CPA pour la conduite des procédures d'arbitrage à Hong Kong constitue une mesure importante pour appliquer fermement le principe d'« un pays, deux systèmes », ainsi qu'orienter et soutenir le gouvernement de la RAS de Hong Kong dans sa coopération juridique avec l'extérieur. Cela permettra de renforcer le rôle de Hong Kong en tant que centre juridique et arbitral de la région et carrefour du commerce international, de maintenir la prospérité et la stabilité durables à Hong Kong et de promouvoir l'Etat de droit, la justice et l'harmonie dans la région.

Q : Selon des sources, un citoyen de la République de Corée a été condamné à la peine de mort par la cour chinoise pour le trafic de drogue en Chine. Disposez-vous des informations là-dessus ?

R : Les services chinois compétents ont géré le dossier en vertu de la loi. A ma connaissance, nous avons accordé des facilités et des concours aux agents consulaires de la République de Corée dans l'accomplissement de leur mission.

Le crime lié à la drogue est un crime grave reconnu par la communauté internationale et présente un grand danger pour la société. Nous espérons que les pays du monde pourront sensibiliser davantage leur public à ce problème.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés