Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 5 décembre 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/12/05

Q : Selon des médias, la police kenyane a arrêté il y a peu de temps 77 Chinois soupçonnés de fraude financière. Veuillez nous donner des informations sur cette affaire et les efforts faits par la partie chinoise.

R : Nous avons pris note des informations concernées. Actuellement, l'enquête sur cette affaire est en cours. Selon les premières analyses, ce serait une affaire de fraude aux télécommunications. La Chine et le Kenya sont liés par une amitié ancienne. Nous soutenons fermement la lutte kenyane contre toute forme d'infractions et de crimes et nous coopérerons activement avec la partie kenyane dans l'enquête concernée pour traiter cette affaire conformément à la loi. Dans le même temps, nous espérons que la partie kenyane pourra garantir les droits et intérêts légitimes des ressortissants chinois concernés et gérer cette affaire conformément à la loi et de manière impartiale et adéquate.

Q : Selon certaines sources, l'Administration nationale du Tourisme a indiqué le 3 décembre qu'en novembre 2014, le nombre de déplacements à l'étranger faits par les Chinois de la partie continentale durant l'année courante avait dépassé pour la première fois le cap des 100 millions. Quel est votre commentaire là-dessus ? Qu'est ce que les départements chinois des services consulaires ont fait pour garantir les droits et intérêts légitimes d'autant de ressortissants chinois à l'étranger ?

R : Le nombre de déplacements à l'étranger faits par les Chinois de la partie continentale au cours d'une année a dépassé pour la première fois les 100 millions. C'est un résultat logique de l'approfondissement continu en Chine de la réforme et de l'ouverture et cela reflète parfaitement qu'avec la montée de la puissance globale de la Chine, les liens et les échanges entre le peuple chinois et les peuples des autres pays du monde se renforcent davantage et la Chine prend une part plus large et de manière plus approfondie aux activités socio-économiques du monde.

Depuis des années, le Ministère chinois des Affaires étrangères, en mettant en œuvre de manière approfondie le principe dit « mettre l'homme au centre des préoccupations et la diplomatie au service du peuple », construit activement un nouvel ordre pour les échanges entre les Chinois et les étrangers, fait avancer à de multiples niveaux et par divers canaux les dispositifs de facilitation de la mobilité et crée de meilleures conditions pour les Chinois désireux de voyager à l'étranger. Dans le futur, nous poursuivrons nos efforts pour négocier un accord sur l'exemption réciproque de visas avec plus de pays, obtenir la délivrance par davantage de pays de visas de longue durée et de multiples entrées et sorties aux citoyens chinois et permettre la mise en place d'autres arrangements de facilitation de la mobilité, et élargirons la couverture de nos services et de nos facilités de sorte que les Chinois puissent voyager plus facilement avec un passeport chinois.

Le Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil des Affaires d'Etat accordent une grande attention à la protection des ressortissants chinois d'outre-mer et de leurs droits et intérêts légitimes. Nous devons non seulement faciliter le déplacement des Chinois à l'étranger, mais aussi assurer leur sécurité quand ils sont hors des frontières chinoises. Face à l'augmentation rapide du nombre de ressortissants chinois d'outre-mer et à une situation sécuritaire internationale de plus en plus sévère et complexe, nous accordons une importance égale à la gestion des incidents et à la prévention. D'une part, dans le cadre du mécanisme de réunion interministérielle sur la protection des ressortissants et établissements chinois à l'étranger, nous faisons tout notre possible pour bien gérer toute sorte de graves accidents en matière de protection consulaire impliquant des ressortissants chinois et assurer efficacement leur sécurité et leurs droits et intérêts légitimes. D'autre part, nous travaillons activement dans la protection consulaire préventive. Par la mise à niveau du site web sur les services consulaires chinois, l'envoi de SMS, l'organisation de campagnes de sensibilisation à la protection consulaire ainsi que la rédaction et la diffusion de brochures sur la protection consulaire, nous renforçons les dispositifs d'alerte à l'étranger, transmettons les connaissances générales sur la sécurité à l'étranger et aidons efficacement les ressortissants chinois d'outre-mer à accroître leur vigilance et leur capacité à faire face aux risques de sécurité. En septembre dernier est entré officiellement en service le Centre d'appel d'urgence du Ministère chinois des Affaires étrangères pour la protection et les services consulaires. Ce passage vert permet aux ressortissants chinois d'outre-mer d'entrer immédiatement en contact avec leur patrie et d'obtenir rapidement des conseils et aides professionnels en cas de menaces ou difficultés en matière sécuritaire.

Le Ministère des Affaires étrangères continuera à fournir une protection et des services consulaires de qualité aux ressortissants et établissements chinois à l'étranger et aura toujours à l'esprit la vocation de se mettre au service du peuple. Nous construirons activement un mécanisme de protection consulaire tout-en-un, renforcerons en priorité notre capacité de protection consulaire et œuvrerons énergiquement pour tisser un réseau permettant de préserver la sécurité et les droits et intérêts légitimes des ressortissants chinois à l'étranger.

Q : Hier, Chris Smith, parlementaire américain de l'Etat de New Jersey, a plaidé pour une investigation pour savoir si les Instituts Confucius entravent ou non la liberté académique dans les universités américaines. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : D'abord, tous les Instituts Confucius présents aux Etats-Unis ont été mis en place à la demande d'universités américaines et sur la base de leurs partenariats avec des universités chinoises et toutes leurs activités pédagogiques et culturelles sont ouvertes et transparentes. La partie chinoise fournit des enseignants et des manuels à la demande de la partie américaine sans jamais entraver la liberté académique.

Et puis, l'Institut Confucius a vocation à aider les peuples de différents pays à apprendre le chinois et à comprendre la culture chinoise, à renforcer les échanges et la coopération entre la Chine et les autres pays dans les domaines éducatif et culturel et à contribuer au développement des relations d'amitié entre la Chine et les pays étrangers. Selon le Président Xi Jinping qui s'est exprimé, il y a quelques temps, à l'occasion de la célébration du 10e anniversaire de l'ouverture de l'Institut Confucius à l'étranger, l'Institut Confucius s'est engagé ces dernières années dans l'enseignement du chinois et les interactions culturelles et a joué un rôle important dans le dialogue et l'inspiration mutuelle entre les civilisations de différents pays du monde ainsi que le renforcement de la connaissance réciproque et l'amitié entre le peuple chinois et les autres peuples de monde. L'Institut Confucius appartient non seulement à la Chine, mais aussi au monde. Nous espérons que les parties concernées pourront rejeter les préjugés et travailler ensemble avec nous pour consolider encore davantage ce pont de l'amitié entre la Chine et le monde.

Q : Selon le séminaire de l'OPO (Organ Procurement Organization) de l'Association des hôpitaux de Chine récemment tenu à Kunming, la Chine va mettre complètement fin aux prélèvements d'organes des condamnés à mort à partir du 1er janvier 2015. Pourriez-vous confirmer cette information ?

R : Le gouvernement chinois respecte depuis toujours les principes directeurs de l'OMS sur la transplantation de cellules, de tissus et d'organes humains et ces dernières années, le contrôle a été renforcé encore plus sur la greffe d'organes. Le Conseil des Affaires d'Etat a promulgué le 21 mars 2007 la Réglementation sur la transplantation d'organes humains stipulant que le don d'organes doit se faire selon la volonté du donneur et sur la base du principe de la gratuité. Vous pourrez vous renseigner auprès des départements de la santé pour des questions précises.

Q : Selon les propos tenus par le Secrétaire assistant du Département d'Etat américain Daniel Russel lors de son témoignage devant le Sénat, des signes indiquent que l'engagement de la Chine sur la politique d'« un pays, deux systèmes » et un haut degré d'autonomie de Hong Kong est en train de s'affaiblir. Qu'en pensez-vous ? Y a-t-il des changements dans la politique du gouvernement central chinois envers Hong Kong ?

R : Depuis le retour de Hong Kong à la patrie, la pratique d'« un pays, deux systèmes » a remporté des succès remarquables et remarqués. Nous avons réaffirmé maintes fois que le gouvernement central de la Chine mettait fermement en application le principe dit « un pays, deux systèmes » et la loi fondamentale, soutenait résolument les efforts déployés par Hong Kong pour promouvoir le développement de la démocratie conformément à la loi et préservait inébranlablement la prospérité et la stabilité durables de Hong Kong. Dans le même temps, nous ne ménageons aucun effort pour prévenir et enrayer l'ingérence des forces extérieures dans les affaires de Hong Kong et leur perturbation de l'application de la politique d'« un pays, deux systèmes » à Hong Kong.

Le développement démocratique et constitutionnel de la Région administrative de Hong Kong doit se faire conformément à la Loi fondamentale de Hong Kong et aux décisions concernées du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de Chine. Le gouvernement central chinois souhaite sincèrement que les différents milieux de Hong Kong en discutent avec raison et trouvent un consensus pour mettre en œuvre le suffrage universel dans le respect de la loi.

Question posée après la conférence de presse : Le Président russe Vladimir Poutine a prononcé son discours annuel devant le Parlement le 4 décembre. Quel est votre commentaire là-dessus ?

Hua Chunying : Nous nous en tenons depuis toujours au principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui. En tant que voisin ami et partenaire global de coordination stratégique, la Chine respecte la voie de développement et les politiques intérieure et extérieure choisies par la Russie selon ses conditions nationales et entend renforcer, comme par le passé, le soutien mutuel et la coopération avec elle sur les questions touchant aux intérêts vitaux de part et d'autre.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés