Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 4 décembre 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/12/04

Q : Selon des sources, le Ministre vénézuélien des Finances annoncerait, lors de sa visite en Chine, le transfert d’une île aux Caraïbes à la partie chinoise pour rembourser des prêts chinois. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Le Vice-Président du Conseil des Ministres et Ministre de l’Economie et des Finances du Venezuela Rodolfo Marco Torres est en visite en Chine depuis le 2 décembre. Les responsables des services compétents et des institutions financières de Chine ont eu des échanges avec lui sur la coopération pragmatique entre les deux pays.

Le Venezuela est un grand producteur et exportateur du pétrole dans le monde et aussi un partenaire économique et commercial important de la Chine. Ces dernières années, la coopération pragmatique sino-vénézuélienne s’avère fructueuse dans tous les domaines, jouant un rôle actif dans le développement socio-économique des deux pays. Dans le domaine du financement, les deux parties ont mis sur pied un mécanisme de coopération mûr et efficace. Actuellement, le service de la dette envers la partie chinoise est payé normalement.

La cession d’une île par le Venezuela pour rembourser des prêts chinois que vous avez évoquée n’existe pas à ma connaissance. Cette information est infondée.

Q : Est-ce que le Venezuela espère avoir plus de crédits chinois ?

R : Comme je le disais tout à l’heure, M. Rodolfo Marco Torres est venu en visite en Chine pour avoir des échanges avec les responsables des services compétents et des institutions financières chinois sur la coopération pragmatique. Veuillez vous adresser aux services compétents pour avoir plus d’informations là-dessus.

Cette année marque le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques sino-vénézuéliennes. En juillet dernier, le Président Xi Jinping a effectué une visite d’Etat au Venezuela. Il a dégagé avec le Président Nicolas Maduro d’importants consensus sur le développement des relations bilatérales et décidé avec lui de les porter au niveau du partenariat global stratégique. Développer les relations d’amitié et de coopération mutuellement avantageuses entre la Chine et le Venezuela est dans l’intérêt fondamental des deux pays et des deux peuples et permet aussi de promouvoir le développement socio-économique en Amérique latine et d’élever le niveau des relations Chine-Amérique latine dans leur ensemble. Nous entendons travailler ensemble avec la partie vénézuélienne pour approfondir davantage la coopération pragmatique entre les deux pays dans tous les domaines au mieux-être des deux peuples.

Q : La réunion du Comité de l’Amitié sino-japonaise pour le 21e siècle s’est tenue à Beijing. Quelles sont les attentes de la partie chinoise vis-à-vis de cette réunion ?

R : La 5e réunion plénière du Comité de l’Amitié sino-japonaise pour le 21e siècle se tient à Beijing et à Xi’an du 2 au 6 décembre, à laquelle participent les Commissaires généraux chinois et japonais Tang Jiaxuan et Taizo Nishimuro. Je pense que vous avez déjà lu des informations sur la cérémonie d’ouverture. Nous sommes attachés aux relations sino-japonaises et espérons que les personnalités de tous les milieux des deux pays pourront jouer un rôle actif et constructif dans le développement et l’amélioration des relations sino-japonaises.

Q : Veuillez nous donner des informations sur la visite en Chine du Président sud-africain Jacob Zuma. Quels sont les domaines auxquels la Chine tient le plus dans sa coopération avec l’Afrique du Sud ? Est-ce que vous vous intéressez au développement d’une coopération en matière d’énergie nucléaire avec l’Afrique du Sud ?

R : Ce matin, le Premier Ministre Li Keqiang a rencontré le Président Jacob Zuma. Et plus tard dans la journée, le Président Xi Jinping s’entretiendra avec lui. Durant cette visite, les dirigeants des deux pays auront des échanges de vues approfondis sur le renforcement sur tous les plans de la coopération sino-sud-africaine. Nous publierons à temps les informations concernées que vous pourrez suivre.

Q : Lors d’une audience devant le Sénat des Etats-Unis le 3 courant, l’Assistant au Secrétaire d’Etat américain Daniel Russel a fait remarquer que la manifestation « Occupy Central » à Hong Kong n’avait pas été provoquée par des forces extérieures et que les Etats-Unis n’y étaient pour rien. Il a aussi indiqué que la partie américaine exhortait la partie chinoise à faire preuve de retenue et de souplesse et à permettre aux habitants de Hong Kong de s’exprimer. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. Les affaires de Hong Kong relèvent tout à fait des affaires intérieures de la Chine. Nous nous opposons fermement aux ingérences de quelque pays étranger que ce soit sous quelque forme que ce soit et nous avons exprimé à plusieurs reprises notre position solennelle sur les tentatives de certains individus ou forces de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong ainsi que sur l’encouragement ou le soutien apportés aux activités illégales telles que l’« Occupy Central ».

La préservation de la stabilité et de la prospérité à Hong Kong est non seulement dans l’intérêt de la partie chinoise mais aussi des autres parties concernées. Nous espérons que les pays concernés pourront joindre le geste à la parole et tenir leurs promesses pour agir en faveur de la stabilité et de la prospérité à Hong Kong.

Q : Selon des sources, le Président américain Barack Obama a fait savoir le 3 courant lors d’une table ronde des leaders d’affairesque la Chine avait un grand intérêt de maintenir de bonnes relations avec les Etats-Unis et que sa visite en Chine était une démonstration de l’intérêt chinois de gérer efficacement les relations sino-américaines. Il a indiqué que les Etats-Unis partageaient les mêmes objectifs que la Chine et espéraient pouvoir établir avec elle une relation constructive et gagnant-gagnant. Les Etats-Unis, a-t-il dit, ont la confiance de bien gérer leur relation avec la Chine, ce qui aura des effets positifs sur la communauté internationale. Pourtant, il a affirmé la nécessité pour les deux parties de régler les questions telles que la cybersécurité commerciale. Par ailleurs, il a aussi indiqué que le nationalisme croissant en Chine inquiétait ses voisins. Est-ce que vous avez pris note des propos de la partie américaine ? Comment y réagissez-vous ?

R : J’ai pris note du discours du Président Obama que vous avez évoqué. Nous avons besoin de le lire et de l’étudier plus attentivement. Je voudrais vous donner une réponse de principe.

Le développement durable, sain et stable des relations sino-américaines correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples. Le mois dernier, le Président Barack Obama est venu pour la 22e réunion informelle des dirigeants de l’APEC et une visite d’Etat en Chine. Le Président Xi Jinping et d’autres dirigeants chinois ont eu avec lui des échanges de vues approfondis sur les relations bilatérales et les grandes questions internationales et régionales d’intérêt commun et de nombreux consensus en ont été dégagés. Il est surtout à noter que les deux chefs d’Etat sont convenus de continuer à œuvrer à l’instauration entre la Chine et les Etats-Unis d’un nouveau type de relations entre grands pays et ont discuté de manière approfondie de l’orientation prioritaire pour promouvoir ces relations.

Vu des différences entre la Chine et les Etats-Unis en termes de traditions historiques et culturelles, de systèmes sociaux et de stades de développement, il est inévitable que les deux pays aient des points de vues différents et des divergences sur des questions. Mais les intérêts communs entre les deux pays l’emportent toujours. Les deux parties doivent respecter mutuellement les intérêts vitaux, les préoccupations majeures et les différences de part et d’autre, et œuvrer à gérer les divergences et les questions sensibles de manière constructive à travers le dialogue et les consultations pour préserver ensemble l’intérêt général de la stabilité et du développement de leurs relations bilatérales.

Q : Le Président Barack Obama a également parlé de la pollution de l’air à Beijing qui n’était pas bonne pour les enfants. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Je n’ai pas encore lu dans son discours ce que vous venez de dire. Mais je crois que vous avez noté que le gouvernement chinois était déterminé à lutter contre la pollution et avait pris des mesures énergiques. Nous espérons garder pour toujours le « bleu de l’APEC » pour que tous les enfants en Chine puissent grandir joyeusement et en bonne santé sous un ciel bleu et dans un bel environnement.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés