Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 26 septembre 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/09/26

Q : Lors de sa rencontre avec le Ministre Wang Yi à New York, le Ministre indien des Affaires étrangères Sushma Swaraj a fait savoir que le face-à-face à la frontière entre la Chine et l'Inde s'était terminé. Pouvez-vous nous en donner des informations plus précises ?

R : Le 25 courant, le Ministre Wang Yi, en déplacement à New York pour l'Assemblée générale des Nations Unies, a rencontré son homologue indien Sushma Swaraj. Il a indiqué que la visite historique effectuée récemment par le Président Xi Jinping en Inde avait permis d'approfondir la connaissance mutuelle et l'amitié entre les dirigeants des deux pays et de rapprocher encore davantage les cœurs des deux peuples. Constatant que les relations sino-indiennes sont entrées dans une période importante pleine d'opportunités de développement, il a appelé les deux parties à mettre en œuvre les orientations stratégiques définies par leurs dirigeants pour construire ensemble un partenariat de développement plus étroit. Le Ministre Sushma Swaraj a, quant à lui, fait remarquer que le peuple indien avait été sincèrement heureux de la visite du Président Xi Jinping. Selon lui, cette visite a permis de promouvoir considérablement la coopération pragmatique entre les deux pays et était couronnée d'un plein succès. Il a aussi exprimé la volonté de la partie indienne de travailler en coordination étroite avec la partie chinoise pour ouvrir un nouveau chapitre des relations Inde-Chine.

Les dirigeants chinois et indien sont parvenus à un consensus important sur la nécessité de poursuivre les consultations amicales pour trouver une solution juste, équitable et acceptable pour les deux parties aux questions frontalières. Il faut, avant le règlement définitif, bien gérer les litiges et préserver la paix et la tranquillité dans les régions frontières. Il existe entre les deux parties une série de mécanismes, notamment le mécanisme de travail pour la consultation et la coordination sur les affaires frontalières, par lesquels elles peuvent se parler en temps utile et régler adéquatement les questions survenues. A l'heure actuelle, les problèmes ont été réglés et la situation est sous contrôle. La zone frontalière est en paix. Nous entendons continuer à travailler ensemble avec la partie indienne pour préserver la paix et la tranquillité dans cette zone.

Q : Pouvez-vous nous parler en détail de la rencontre entre les ministres chinois et japonais des affaires étrangères le 25 courant à New York ?

R : Le 25 courant, le Ministre Wang Yi a eu une rencontre informelle avec le Ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida à New York sur demande de ce dernier. Les deux parties ont procédé à des échanges de vues sur les relations sino-japonaises et les problèmes auxquels elles sont confrontées actuellement.

Q : Combien y a-t-il de Chinois au Soudan du Sud actuellement ? Combien de casques-bleues la Chine compte-t-elle envoyer encore dans ce pays ? Est-ce que ce geste a pour objectif de protéger les investissements pétroliers chinois au Soudan du Sud ?

R : Nous avons au Soudan du Sud, des agents de maintien de la paix, des personnels qui travaillent à l'Ambassade ou pour les entreprises chinoises, mais aussi des résidants locaux. Je ne dispose pas pour le moment d'informations précises sur leur nombre exact.

Comme je vous l'ai dit il y a quelques jours, sur demande des Nations Unies, la Chine enverra un bataillon d'infanterie de 700 militaires en renfort à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), dans l'objectif de contribuer, conformément au mandat de la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU et sous le commandement unifié de la MINUSS, au maintien de la sécurité et de la stabilité, à la protection des civils et aux efforts de secours humanitaires dans le pays. Des consultations sont en cours avec les Nations Unies sur le plan de déploiement précis.

Q : La rencontre informelle entre les ministres chinois et japonais des affaires étrangères constitue-t-elle un signe de réchauffement des relations entre les deux pays ? Le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a fait savoir à plusieurs reprises sa volonté d'améliorer les relations sino-japonaises. Selon la partie chinoise, quelles sont les conditions nécessaires pour le réaliser ?

R : Notre position sur l'amélioration et le développement des relations sino-japonaises est claire et constante. Vous savez bien quel est le nœud du problème. Nous espérons que la partie japonaise prouvera sa sincérité par des actions concrètes et fera des efforts réels pour lever les obstacles politiques au développement normal des relations sino-japonaises.

Q : Comment voyez-vous les résultats de la visite du Premier Ministre espagnol Mariano Rajoy en Chine ?

R : Le Premier Ministre Mariano Rajoy est actuellement en visite en Chine. Plus tard dans l'après-midi, il sera reçu par le Président Xi Jinping et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Zhang Dejiang.

Hier après-midi, le Premier Ministre Li Keqiang a eu un très bon entretien avec le Premier Ministre Mariano Rajoy. Les deux parties ont hautement apprécié la qualité des relations sino-espagnoles. Pour le Premier Ministre Li Keqiang, le partenariat Chine-Espagne est fondé sur le respect et la confiance mutuels sur le plan politique, le bénéfice réciproque et le gagnant-gagnant sur le plan économique et la tolérance et l'inspiration mutuelle sur le plan culturel. Il a exprimé l'attachement du gouvernement chinois au développement des relations sino-espagnoles, ainsi que sa volonté de poursuivre les échanges de haut niveau, de continuer à faire preuve de compréhension mutuelle et de soutien réciproque quant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures respectifs et d'approfondir sans cesse la coopération pragmatique entre les deux pays. Le Premier Ministre Mariano Rajoy s'est, quant à lui, félicité de la qualité constante des relations entre les deux pays et a constaté que la coopération bilatérale a donné des fruits dans tous les domaines. Il a par ailleurs exprimé la volonté de l'Espagne d'élargir encore davantage sa coopération amicale et mutuellement avantageuse avec la Chine et de jouer tout son rôle dans la promotion des relations UE-Chine. Je suis convaincue que cette visite sera couronnée de succès et marquera une étape importante dans le développement des relations sino-espagnoles.

Q : Les autorités allemandes ont émis des critiques sur le procès d'Ilham Tohti. Est-ce que cela aura des impacts sur les relations sino-allemandes ?

R : Le respect mutuel et la prise en considération des intérêts et des préoccupations de l'autre, tels sont un principe important à observer dans le développement des relations entre tous les pays. Nous savons déjà ce qu'il y a dans le dossier d'Ilham Tohti. Sa culpabilité ne fait aucun doute, et la justice chinoise a jugé cette affaire en vertu de la loi. Nous nous opposons fermement à toute ingérence dans les affaires intérieures et à toute atteinte à la souveraineté judiciaire de la Chine sous prétexte de la démocratie et des droits de l'homme. Dans le contexte actuel, la Chine et l'Allemagne ont intérêt à continuer à développer une relation de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant. Nous espérons que la partie allemande abandonnera les idées reçues et le double critère, envisagera et traitera les relations bilatérales en tenant compte de l'intérêt général afin d'éviter que les relations sino-allemandes ne soient affectées par quelques questions particulières.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés